Catch'Up

Podcast Catch’Up – Takeover WarGames II, la grosse analyse

La patience est presque l’amour.
André Pronovost

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans  Catch’Up pour cette grosse analyse de NxT Takeover WarGames II qui aura mis un peu de temps à sortir, mais votre patience aura été récompensée avec un épisode qui on l’espère vous plaira, en compagnie des magnifiques Ringseid et Badkarma.

Des mano a mano pour tous les goûts…

Que vous soyez fans des 2-out-of-3-falls avec une babyface valeureuse (Kairi Sane contre Baszler), de bastons épiques entre deux techniciens rivalisant de brutalité et d’inventivité pour nous émerveiller et coucher son adversaire (Gargano contre Black) ou encore de showdowns entre catcheurs charismatiques au storytelling impeccable (Ciampa contre Dream)… vous en aviez absolument pour tous les goûts lors de ce Takeover avec les matchs à un contre un.

Chacun dans leur partition, ces matchs nous ont offert un spectacle de tous les instants. A commencer par Sane et Baszler qui ont une nouvelle fois fait le travail en utilisant au mieux la stipulation mise à leur disposition. On pourra déplorer un énième bordel en ringside avec les inévitables Duke et Shafir qui n’auront pas pu s’empêcher de venir fourrer leur nez dans le match de leur copine. Néanmoins tout ceci nous a mené à une belle rébellion des gentilles (Dakota Kai et Io Shirai interviennent) et devrait nous diriger vers un grand 3 contre 3 pour régler cette affaire.

Si les suiveurs des shows principaux peuvent actuellement nous écouter vanter les mérites d’un Daniel Bryan réinventé, il serait injuste de ne pas tresser les mêmes lauriers à Johnny Gargano. Tout comme la chèvre volante, Johnny Wrestling est un babyface naturel, peut être un des plus purs à la WWE depuis un bon moment. Et pourtant il démontre avec un talent ahurissant sa capacité à retourner la foule depuis maintenant plusieurs semaines et cela s’est particulièrement ressenti dans son catch d’une précision diabolique contre Black. Conserver un style aussi impressionnant, tout en changeant complètement son attitude dans le ring et la gestion du tempo est une véritable prouesse. Aleister de son côté n’est pas en reste avec une nouvelle très très grosse prestation, démontrant si il le fallait encore que la WWE a de l’or entre les mains avec cette future star. Un modèle de booking pour construire une rivalité captivante en marge de celle du titre suprême.

Ciampa va commencer à nous donner vraiment beaucoup de mal pour le contredire lorsqu’il affirme qu’il est le plus grand « Sports Entertainer » de tout le business. Sa rivalité contre Gargano et ce règne de champion NXT font de lui un candidat plus que sérieux au titre de catcheur de l’année tous shows confondus. Face à lui, c’est un phénomène qui est entrain d’exploser lentement mais surement en la personne de Velveteen Dream. Après une « breakout performance » lors des WarGames de l’année dernière contre Aleister Black, l’homme au nom de tissu a assis son personnage et son univers déjanté auprès du public pour devenir une figure incontournable, quasi emblématique du show jaune en 2018. Le choc de ces deux trajectoires nous a offert une incroyable opposition de styles qui suintait le charisme par tous les pores et un spectacle magnifiquement exécuté qui fait ressortir les deux hommes encore plus fort qu’avant le PPV.

Les deux hommes peuvent décemment aborder 2019 avec la bave aux lèvres.

… contrairement au Main Event !

Je serais bien mal placé pour vous parler de ce match, tant je trouve cette stipulation peu agréable ni très lisible une fois tous les acteurs impliqués, et surtout beaucoup trop longue… alors je vous invite à vous laisser porter par nos chroniqueurs du podcast qui vous vanteront les mérites de ce second WarGames.

Néanmoins il serait bien ingrat de ma part de ne pas saluer le spectacle proposer par les huit hommes lors de ce match. Le niveau d’intensité et d’endurance nécessaire pour faire vivre une telle stipulation, la lucidité et l’expérience qu’il faut pour assurer des spots toujours plus impressionnants après plus de 40 minutes de match… Tout ceci n’est pas à prendre à la légère.

Et malgré tout, ce bel enrobage servait une bien belle guerre de clans narrée depuis plusieurs semaines et qui se conclut donc de la manière la plus impressionnante qu’il soit, enfin au moins pour le public de Los Angeles absolument en liesse avec la victoire des gentils emmenés par Pete Dunne et Ricochet.

Les spectateurs ont du mal à le voir, Ricochet prend les choses en mains!

Takeover fait une nouvelle fois carton plein pour tous les aficionados de catch avec du sang, de la sueur et des larmes, mais surtout du spectacle ! On en vient à se demander si ils en rateront un un jour.

 

Pour nous suivre :
YouTube
Spotify
Podcloud
Mais aussi les réseaux sociaux avec Facebook et Twitter !

One night in Chihuahua

Cliquez pour commenter

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut