Trophée CDC 2019 – Episode 2

Celui qui ouvre une prison doit savoir qu’on ne la fermera plus.
Mark Twain

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans ce deuxième épisode du très convoité Trophée CDC. Cet épisode sera consacré aux prédictions des résultats du diabolique Elimination Chamber ! Etape incontournable de la route vers WrestleMania depuis maintenant neuf ans (on pourrait croire depuis plus longtemps mais non), ce PPV a historiquement toujours été le théâtre de quelques surprises. Nos joueurs vont-ils savoir les déjouer ?

Au pire faites comme Joe et étranglez tous vos concurrents jusqu’au dernier !

Trophée CDC 2019 – Episode 2 – Elimination Chamber

Comme toujours, on commence par le module. Histoire qu’on ne vienne pas nous dire qu’on vous enfume hein. Il est là !

106 joueurs nous ont rejoints lors du Royal Rumble pour ce concours 2019, on espère que plein d’autres suivront le mouvement sur ce deuxième épisode, car comme vous le savez, seuls vos 10 meilleurs scores de l’année compteront en vue du classement final. Ainsi, il est tout sauf trop tard pour rentrer dans la danse.

Pour ce PPV, comme toujours, chaque match vaut un point, quelque soit la stipulation. Vous choisissez vos vainqueurs, et par vainqueur on entend la décision officielle de l’arbitre à la fin de la soirée, source WWE faisant foi. Donc une victoire par disqualification, décompte à l’extérieur ou toute autre controverse est une victoire. Si un match est redémarré à la demande d’une figure d’autorité zelée, c’est le résultat final du dernier match qui compte ! (si il est « restart » 5 fois c’est pareil !) Si votre champion gagne le premier, mais que ça redémarre et que ça finit en match nul, bah c’est perdu. Bref vous avez compris le délire. Si le lendemain votre poulain sur le site WWE n’est pas indiqué vainqueur, c’est que vous êtes de la baise.

– Youpi ils ont craqué, on a bien fait de prolonger !
– Attends Dash, attends, on dirait du plasti… merde.

La carte de Elimination Chamber 2019

L’Elimination Chamber c’est avant tout une stipulation barbare qui a su en neuf petites années se forger une légende à part entière. Etape indéboulonnable depuis de la route vers WrestleMania, cet événement contraint les champions du moment à défendre leur titre dans des conditions terribles à seulement deux mois du show des shows, ou alors aux challengers potentiels de s’entre-tuer pour tenter d’obtenir une ultime chance de participer à la grande danse en avril.

Six compétiteurs sont coincés dans une cage massive aux allures de salle de torture, deux démarrant le match au centre du ring, tandis que les quatre restants sont enfermés dans des « pods » (sorte de prison de plexiglas à chaque coin du ring) et attendent leur tour avant de rejoindre la bataille. A intervalle régulier, les pods s’ouvrent, l’intensité monte, jusqu’à ce qu’à force de tombés ou soumissions, il n’en reste plus qu’un, alors déclaré vainqueur.

Spécificité de cette année, les femmes, encore et toujours, s’écharperont en équipe dans une Elimination Chamber qui leur sera consacrée afin de couronner les toutes premières championnes tag-team de l’histoire.

Cette édition aura lieu au Toyota Center de Houston, arène habituée des PPV WWE, devant une foule plus modeste que celle qui avait rempli le stade de baseball de Chasefield pour le Royal Rumble.

Non non mais ne vous occupez pas de moi, je suis resté comme ça depuis le Rumble comme ça personne me soule avec mon title shot ou autre. Laissez moi tranquille.

En preshow, ce sont comme souvent les Cruiserweights qui auront la tâche de chauffer le public. Buddy Murphy, champion depuis maintenant plus de quatre mois, défendra sa ceinture contre Akira Tozawa. Ce dernier avait pourtant déjà eu sa chance lors du Royal Rumble au cours duquel il avait échoué à conquérir la ceinture dans un Fatal 4 Way contre le champion Murphy, Kalisto et Hideo Itami. Mais il a par la suite, à 205 Live, gagné le droit à une nouvelle opportunité en écartant Lio Rush, Humberto Carillo et Cedric Alexander, une nouvelle fois dans un Fatal 4 Way.

Peut être, AH ! Notre nouveau, AH ! Champion, AH ! Cruseirweight, AH !

Sur la carte principale, il y a fort à parier qu’on ouvrira le bal avec la suite du compte de fées de Smackdown et la défense des ceintures par équipe détenues par le Miz et Shane McMahon. Ils auront la lourde tâche de devoir se défaire des Usos, patrons de la division depuis un bon moment et que nous avions élu meilleure équipe de 2018. Ce sera la première défense de titre de cette équipe improbable qui avait été couronnée contre The Bar lors du Royal Rumble sous les vivats d’une foule en feu. Gageons que ce second match soit aussi bon et divertissant que le premier.

– Cette quiche de Maryse, un régal mec, merci.
– Et encore, tu n’as pas goûté à sa queue de castor maison.

Comme évoqué précédemment, les femmes auront à nouveau une Elimination Chamber qui leur sera consacrées, mais cette fois pour les toutes nouvelles ceintures par équipe. Annoncées lors de l’épisode de Noël du 24 décembre par Vince McMahon, ces somptueuses ceintures ont été dévoilées par Alexa Bliss à la mi-janvier avec l’annonce qu’elles seraient donc décernées lors de ce PPV. Entre temps, du côté de RAW des équipes, créées un peu pour l’occasion pour certaines, ont du batailler dur pour se qualifier; tandis que Smackdown a simplement désigné ses trois duos représentants. Lors des deux derniers épisodes, nous avons appris les noms des équipes qui débuteront la rencontre ce dimanche : la Hug’N’Boss Connection (Sasha Banks et Bayley) contre les ex-Absolution (Mandy Rose & Sonya Deville).

Ahhh non mais je déconnais en fait que je disais que je savais chasser les gros gibier avec mon daron!

On a appris récemment que Braun Strowman et Baron Corbin allaient s’affronter dans un match sans disqualification. J’entends déjà les soupirs derrière chaque écran, mais c’est ainsi et le Monstre parmi les hommes va donc avoir à se débarrasser une nouvelle fois de l’ex-GM. Il l’avait pourtant déjà ridiculisé et vaincu (par procuration on s’en souvient) à TLC avec exactement la même stipulation et de manière définitive pour lui supprimer ses pouvoirs et s’octroyer un « title shot » pour le titre Universel. Il faut croire que ce n’est pas suffisant, alors on nous en ressert une louche. A moins que ce soit juste parce qu’on ne sait pas quoi foutre des deux hommes. Qui sait, peut être Braun va-t-il rappeler à nouveau tous ses copains pour lui mâcher le boulot ?

Bon cette fois tu restes couché Corbin s’il te plait.

Autre match à la construction peu inspirée, c’est Finn Balor qui s’en va à la conquête du titre Intercontinental détenu par le tout puissant Bobby Lashley. Petite originalité, par on ne sait quel justification, ce match sera à handicap puisque Bobby sera flanqué de son fidèle roquet Lio Rush. Comment l’homme extraordinaire qui réalise des choses extraordinaires va-t-il s’en tirer alors que tout semble contre lui ?

– Comment veux tu t’en sortir mon pauvre Finn ? Tu ne penses quand même pas profiter de la stipulation pour éliminer le tout puissant Bobby à l’aide d’une chaise ou autre et m’isoler afin de faire le tombé sur moi à qui tu prends deux têtes et 30 kilos de muscle hein ? Hein… ?
– Non j’ai aucune chance t’inquiète.

Côté titre féminin de RAW, Ronda Rousey combattra Ruby Riott dans un match qui sent bon le remplissage pour un tout autre angle. C’est bête à dire pour la talentueuse Ruby, mais il y a fort à parier que tous les yeux soient rivés sur Charlotte Flair qui a annoncé avoir un ticket au premier rang pour assister à ce match, dans l’attente qu’il s’y passe quelque chose. Et quelques regards bien inspirés devraient également traîner du côté des issues de secours pour voir si Becky Lynch, suspendue pour 60 jours par Vince McMahon lors du dernier RAW, n’a pas la bonne idée de venir semer le chaos dans tout cela. Bref, une rencontre un peu faire valoir en guise de match pour le titre pour la rivalité la plus chaude du moment, on va voir ce qu’ils arrivent à nous sortir de tout cela.

Putain tu fais chier tu pouvais pas aller voir le docteur y’a deux semaines ?!

On termine ce tour d’horizon avec ce qui devrait être le Main Event de la soirée, je parle bien évidemment de l’Elimination Chamber pour le titre WWE détenu par Daniel Bryan. Il y sera défié par Randy Orton, qui rentrera en dernier à la faveur de sa victoire à Smackdown dans un gauntlet match épique; Kofi Kingston, star de ce même match et qui devrait cristalliser les encouragements de la foule; Samoa Joe qui va pouvoir étrangler tout ce qui bouge à tout va; Jeff Hardy qui lui pourra assouvir ses pulsions suicidaires du haut d’un pod très certainement; et enfin un AJ Styles un peu en perte de vitesse depuis la perte de cette ceinture. Le spectacle devrait indéniablement être au rendez-vous et ce sera sans doute l’occasion pour Smackdown de construire, ou du moins de donner de belles pistes sur ce que seront les rivalités de février et mars pour la route vers WrestleMania, surtout vu les profils engagés.

La taille du steak de soja que je vais m’envoyer après avoir défoncer tout le monde dans la Chamber ? Comme ça.

Encore une fois, comme lors du dernier article, je profite de la fin de ce tour d’horizon pour à nouveau vous indiquer le module de vote !

>> ICI, CLIQUEZ BORDEL ! <<

Vous avez jusqu’à dimanche soir minuit pour voter, après il sera trop tard.

Sur ce, je vous souhaite à tous en avance un super PPV, profitez bien, et bonne chasse à Coolskin notre leader actuel du classement !

Alors votez bien pour ne pas que votre score rime avec Elimination Chamber 3points ! Hein ! Vous l’avez ? Bon…