Podcast Catch’Up – Récap de la semaine du 11 février (RAW et SD)

La catastrophe qui finit par arriver n’est jamais celle à laquelle on s’est préparé.
Mark Twain

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans  Catch’Up ! C’est déjà l’heure du go home show pour l’Elimination Chamber dans cette route vers WrestleMania qui défile à toute vitesse. La bande à Vince avait une dernière chance de faire monter la tension avant ce show diabolique, analysons tout cela ensemble.

RAW – Soirée cauchemar pour Becky Lynch…

La WWE continue de battre le fer tant qu’il est chaud avec Becky Lynch, qui se retrouve une nouvelle fois en ouverture de RAW ! Fini l’angle du refus d’aller chez le docteur, la problématique est balayée d’un revers de main scénaristique dès le début par Triple H et Steph qui nous informent que la belle rouquine est allée voir ses médecins, que ces derniers ont parlé avec ceux de la WWE et que le diagnostic est sans appel : Becky sera apte à tenir sa place à WrestleMania ! Youpi vous dites vous, que nenni, il y a toujours un mais dans ces cas là. Sauf qu’encore une fois, le mais n’est pas bien gros, il suffit juste pour The Man de présenter ses excuses pour avoir sauvagement agressé Stéphanie et giflé Triple H, ses patrons. Tout serait tellement si simple si elle rangeait son ego de côté l’espace de quelques instants, mais non, sous la pression du public Becky refuse de se coucher. Le couple de l’Autorité, las de ce comportement ingérable, décide de lui poser un ultimatum et de lui laisser jusqu’à la fin de l’émission pour revenir sur son caprice.

S’entame alors un long, très long fil rouge qui verra Becky en pleine introspection autour de cette question ô combien épineuse. Elle aura droit aux conseils de Finn Balor, Alexa Bliss et même de Ronda Rousey ! Inévitablement, on retrouve tout ce beau monde au centre du ring en clôture d’émission. L’Irlandaise retrouve finalement la raison, consciente de passer à côté de la chance de sa vie, et présente finalement ses excuses. Triple H et Stephanie en restent là, satisfaits d’avoir obtenu ce qu’ils voulaient, à la grande surprise de notre chouchou. Il faut avouer qu’on serait un peu suspicieux à sa place… Toujours est-il que tout est en ordre, le match est officialisé et du coup s’en vient Ronda Rousey pour faire monter la température. On se dit qu’on va pouvoir enfin reprendre les affaires sérieuses, quand la musique du big boss Vince McMahon retentit. Stupeur dans l’arène et surtout gros frisson car on commence à se douter que ça sent très mauvais. Sentiment vite confirmé quand le patron suspend Becky pour 60 jours, soit 5 jours après WrestleMania, et annonce qu’il va donc falloir trouver une remplaçante. Le stade retient son souffle et il finit par annoncer, comme tout le monde le redoutait, que cette remplaçante ne sera nulle autre que Charlotte Flair ! La bronca accompagne l’entrée de la Reine, tandis que Ronda est stupéfaite et Lynch absolument hors d’elle… L’histoire prend une toute autre tournure et les festivités ne font que commencer.

Le reste du RAW aura été d’un vide sidéral, à tel point qu’il aura parfois donné le vertige. Elias s’est fait interrompre par la Lucha House Party qui lui proposent de divertir le WWE Universe ensemble, entamant donc un duo à la guitare avant que notre crooner éclate l’une de ses guitares dans le dos de Kalisto. Oui oui vous avez bien lu. Sinon Ruby Riott s’est défaite de Nikki Cross pour s’échauffer avant son match pour le titre face à Ronda dimanche, voilà qui devrait la faire tenir six minutes plutôt que cinq. Le reste de la division féminine était rassemblée dans le ring à l’occasion d’un triple menace entre les équipes qui se disputeront les ceintures tag-team dans l’Elimination Chamber avec pour stipulation que les perdants débuteront le match de ce week-end. Stipulation stupide s’il en est vu qu’il suffisait de rester hors du ring pour ne pas être impliqué dans la décision et ainsi sauver ses miches. Bref. Sasha Banks et Bayley perdent et devront donc gagner faire preuve d’encore plus de vaillance pour l’emporter.

Sinon on a eu le droit à un joli bordel sans grand intérêt entre un peu toute la midcard de RAW chez les mecs. Ainsi, le match entre Drew McIntyre et Finn Balor a été interrompu par Bobby Lashley. Les méchants entreprennent de tabasser le gentil, Angle arrive à la rescousse, mais Baron Corbin débarque aussi, suivi par Braun Strowman. Ay caramba, trois gentils et trois méchants ! Ca part en match en équipe, et à ce jeu ce sont les gentils qui l’emportent. Rien d’autre à signaler. Tout cela aboutira donc en un Corbin/Strowman sans disqualification pour le PPV, copie carbone de leur match à TLC fin 2018, pourtant remporté de manière décisive par le Monstre; et d’un match à handicap pour la ceinture Intercontinentale, sans réelle justification, entre le duo Lashley/Rush et Balor, qui pourra en profiter pour faire le tombé sur le nabot.

Sinon Seth Rollins, non booké au PPV, a monopolisé un bon moment de temps d’antenne pour nous expliquer qu’il avait très mal des F5 encaissés par la Bête mais que cela ne l’arrêtera pas. Paul Heyman était là pour lui rire au nez, mais Seth lui a volé sa catchphrase, du coup il a eu le dernier mot. Dean Ambrose est venu lui apporter son soutien, histoire d’enterrer discretos la hache de guerre, parce que bon hein, et ce dernier enchaînera en prenant sa revanche contre EC3 dans un match palpitant.

Oh et les Revival sont champions par équipe après avoir battu Roode & Gable.

Oh regardez là bas un programme stylé !

Smackdown Live! – Un Kofi trop brûlant !

Si RAW a soigneusement évité de nous hyper pour le PPV à venir, avec pour seul réel fait d’arme un coup de tonnerre de dingue concernant une affiche de WrestleMania, c’est tout l’inverse côté Smackdown qui s’est concentré sur ses trois affiches de dimanche, avec une précision dont le show bleu a le secret.

Côté équipesShane McMahon et le Miz nous accueillait pour un épisode spécial de Mac’n’Miz TV avec pour invités leurs futurs challengers, les Usos ! Passe d’armes hilarante entre les deux équipes et une alchimie indéniable, notamment lorsque les Usos entreprennent une sorte de remake des z’amours en se posant des questions comme leur couleur préférée ou leur plat favori afin de démontrer qu’ils sont une véritable équipe. Miz et Shane leur rendent la pareille en se soufflant les réponses à l’oreille pour un segment léger dans la plus pure tradition Smackdown, mais qui monte finalement en température quand les Usos en ont assez de ces champions qui s’amusent de la situation et les font passer pour des pitres. Superkicks dans les dents de l’auto-proclamée meilleure équipe du monde qui va avoir fort à faire face aux tauliers de la division tag team.

Chez les femmes, rebelote de la stipulation triple menace avec les perdants qui ouvriront la danse dans l’Elimination Chamber pour les titres par équipe. Match miroir de celui qui s’est joué à RAW, avec la même stipulation débile donc, mais on pourra saluer pour le coup la partition des IIconics qui ont tourné cette faille béante en ridicule en jouant carrément le jeu et passant l’intégralité du match hors du ring, loin de leur coin, afin d’éviter à tout prix de pouvoir rentrer dans le match. En sécurité, elles ont pu admirer la victoire de Naomi et Carmella contre Mandy Rose et Sonya Deville qui rentreront donc en premières pour affronter Bayley & Sasha.

Et pour l’Elimination Chamber des hommes qui se disputeront la ceinture éco-durable WWE de Daniel Bryan, ils avaient décidé de nous proposer un Gauntlet match entre tous les protagonistes du match. Grande répétition générale à laquelle ne participera pas Mustapha Ali, malheureusement blessé, mais remplacé au pied levé par Kofi Kingston, choisi par le New Day pour défendre leurs couleurs ! Et ils ont été bien inspiré les bougres car le bon Kofi nous a sorti la prestation d’une vie, un spectacle incroyable qui aura duré plus d’une heure et au cours duquel il va se défaire successivement de Daniel Bryan, Jeff Hardy et Samoa Joe. Ce dernier, dans une colère noire après s’être fait roulé, entreprend son pêché mignon d’étrangler son adversaire et le laisser pour mort. Arrive alors AJ Styles, censé prendre la suite, hésitant avant d’affronter un Kingston diminué, à peine capable de tenir debout. Ce dernier rassemble ses dernières forces et son panache, et dans un effort à la Rocky, affirme ne pas avoir attendu 11 ans pour abandonner maintenant si prêt du but. Il finira par succomber au Calf Crusher mais sortira sous les applaudissements et une standing ovation du public de Toledo. Incroyable.

On en oublierait presque le RKO aussi drôle inattendu d’un Randy Orton venu donc clore et remporter le Gauntlet Match sur un AJ Styles totalement pris de court. Randy Orton remporte donc en quelques secondes le droit de rentrer en dernier dans l’Elimination Chamber ce dimanche. Quel branleur.

Enfin, Charlotte était venu ouvrir le bal sous les huées, pour nous rappeler l’incroyable situation qui s’est jouée la veille. Elle va donc remplacer Becky Lynch à WrestleMania et s’en gargarise devant une foule qui lui mange totalement dans la main. Elle leur ordonne de les huer, les nargue, , lance des chants « Becky », les « What » même, tout y passe… On a retrouvé la meilleure heel du business et ça fait du bien. Elle nous annonce qu’elle dédicacera sa victoire à WrestleMania à The Man, mais qu’en attendant elle sera au premier rang ce dimanche à Houston pour assister au match de Ronda. Comment continuer à écrire Mania tout en bookant Elimination Chamber en quelques lignes. Il y a fort à parier qu’il va y avoir du grabuge et qu’une certaine Irlandaise, absente ce mardi, devrait sans doute essayer de semer le chaos dans le stade également. On a hâte.

– C’est fou je me demande vraiment laquelle est la plus conne…
– Je dirais elle mais c’est vrai c’est compliqué!

RAW est passé totalement à côté de l’exercice du go-home show cher à mon cœur, malgré cet incroyable rebondissement, tandis que Smackdown a vendu avec brio sa moitié de carte pour l’Elimination Chamber ! On est habitués depuis le temps à ce que l’équipe bleue soit au dessus, mais on espère que RAW va vite remonter la pente après ce PPV pour retrouver son niveau de début d’année.

 

Pour nous suivre :
YouTube
Spotify
Podcloud
Mais aussi les réseaux sociaux avec Facebook et Twitter !

Et rejoignez nous pour discuter sur notre canal Discord !

Si je bats Ronda dimanche je revends la ceinture pour m’acheter une deuxième jambe de pantalon!