Catch’Up – Récap de la semaine du 25 mars (RAW et SD)

Sur un terrain plat, de simples buttes font effet de collines.
Karl Marx

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans  Catch’Up ! Nous sommes à présent à une poignée de jours du plus grand show de l’année, seuls les go-home shows se dressent encore devant nous la semaine prochaine et la carte est désormais quasi actée. Est-ce que vous êtes chauds ? Parce qu’on dirait qu’il faut de la bien bonne volonté pour l’être, du moins après RAW !

 

RAW – Le dernier roi d’Ecosse

 

RAW c’est chaud, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Hormis les gros matchs, et encore, la mid/lowcard du show rouge se dirige vers une bien belle déception. Le truc qui peut peut-être encore nous donner la banane, c’est que généralement quand on arrive dans un PPV en traînant des pieds, on en ressort le sourire aux lèvres, qui plus quand c’est WrestleMania et que la magie opère. Enfin bon, va en falloir du courage ! Car ça m’étonnerait fort que l’énième intervention de Nia Jax & Tamina, combinée à une nouvelle prestation sans saveur des championnes, vous ait donné une grande envie de voir le futur Fatal 4 Way auquel s’ajoutent les IIconics et Natalya/Phoenix. De même, la victoire revanche de Corbin sur Apollo Crews, après avoir perdu comme une bille la semaine dernière, n’a pas du changé grand chose à votre perception du grand méchant Baron. Nous étions également ravi de voir Samoa Joe passé pour un clown, en amont de sa défense de titre contre Mysterio à Mania, avec ses yeux de merlan frit après s’être encore une fois fait berné sur un roll-up contre le quinquagénaire Kurt Angle. Pas sur non plus que la redite exacte de Elimination Chamber avec Jinder Mahal dans le rôle de Lio Rush, qui a vu encore une fois Finn Balor triomphé dans un Handicap Match contre le champion Intercontinental Bobby Lashley vous ait grandement donné envie de voir une nouvelle itération de leur rivalité à New York. Et rien de tel que de voir les champions par équipe The Revival perdre une nouvelle fois contre Aleister Black & Ricochet pour booker un nouveau match entre les deux équipes, ce n’est absolument pas de la flemme d’écriture !

Heureusement il y avait aussi les feuds majeures !! Le starpower, la hype, le frisson ! Et notamment cet incroyable Beat The Clock Challenge en ouverture d’émission qui a vu Ronda Rousey, Charlotte Flair et Becky Lynch batailler contre les terribles Sarah Logan, Ruby Riott et Liv Morgan pour l’enjeu suprême de la gloire et du momentum ! Une utilisation habile et très réfléchie de cette gimmick qui ajoute un piquant indéniable à ce qui va être le futur Main Event de WrestleMania; tout en permettant à une équipe de jeunes heel d’apparaître extrêmement forte, résistante et ingénieuse. Ah ça !

La feud pour le titre majeur de la fédération n’était pas en reste non plus avec une incroyable promo du challenger, Seth Rollins, seul au centre du ring face à la foule. Un exercice flamboyant du challenger qui rivalise de verve, d’originalité et de ferveur pour nous proposer une diatribe enflammée face à Paul Heyman ! Rien de recyclé, que du tout neuf pour cette rivalité, nous sommes bien veinards !

Allez, dans ce marasme de tiédeur, nous avions tout de même notre dernier roi d’Ecosse à qui nous avons consacré le titre de cette épisode. Drew a continué de démanteler le Shield cette semaine en offrant à cet insensé de Dean Ambrose une occasion de prendre sa revanche dans un Last Man Standing. Match brutal et plutôt bien fichu pour donner une nouvelle victoire de prestige à ce psychopathe écossais qui se pose en top méchant du show rouge et vraiment comme un homme qui sera bien difficile à abattre dans les semaines et mois à venir. D’autant qu’il assure aussi au micro car plus tôt dans l’émission il s’était confronté à Roman Reigns dans le ring dans une promo super intense qui l’avait vue mentionner la femme et les enfants de « Joe », ce qui avait eu le don de faire exploser le Samoan et nous offrir une bonne brawl après que ce dernier ait accepté le challenge pour WrestleMania. Ça promet.

Autre rivalité plus que correctement dépeinte cette semaine, même si elle ne doit forcément pas être du goût de tous les publics, Triple H et Batista avec une promo à l’ancienne du patron HHH, avec ce savant mélange d’humour goguenard et d’intensité bien badass. Il venait nous lire une lettre des avocats de Batista qui demande une ultime stipulation, celle qui verrait la fin de la carrière « in ring » de Triple H si celui ci venait à perdre. Après quelques vannes bien senties, dont une parodie des Spice Girls, le boss accepte précisant bien que si il était incapable de battre un connard qui s’en prend à des mecs de 70 ans, il n’avait de toutes façons rien à foutre dans un ring de catch. Bam.

Même pour Samoa Joe, c’est devenu super compliqué de lever le bras de Kurt au dessus de sa tête.

 

Smackdown Live! – Avoir deux bons copains, c’est bien !

 

Comme très souvent quand ça roupille, le show bleu se substitue à la marque bien connue de poisson pané car, vraiment, heureusement il y a Smackdown ! Attention cependant, show polémique qui a divisé cette semaine, mais une chose est sure, qui a fait réagir et qui a inconstestablement beaucoup plus diverti que le show rouge à quelques encablures de WrestleMania.

Le choc de la semaine c’est bien entendu la prise de titre absolument incroyable de Charlotte contre Asuka. Alors qu’on s’attendait à un rematch classique sans autre enjeu que la gloire entre les deux femmes, Greg Hamilton surprend toute l’arène, commentateurs y compris, en annonçant que la ceinture était dans la balance. L’ambiance devient alors électrique et le match, au demeurant très bon, encore plus captivant du fait des possibles implications. Et ce qui devait arriver arriva, Charlotte l’emporte sur un Figure 8 en soumettant la Japonaise, au terme d’une magnifique rencontre. La blonde se voit donc couronnée d’un huitième titre féminin, record absolu de la division, et va se présenter à Mania auréolée d’une ceinture qui, pour le moment, ne sera pas défendue selon les dernières infos en date.

Incroyable pour certains, scandaleux pour Asuka pour d’autres, c’est en tout cas un sacré coup de grisou. De mon point de vue, la WWE fait coup double avec cette affaire rondement menée en s’enlevant une belle épine du pied, n’ayant pas à booker Asuka dans un match qui de toutes façons n’aurait eu ni enjeu ni intérêt au vu de ce qu’il restait de challengers; mais également continue de rendre le Ronda/Becky/Charlotte encore plus box office, quelques heures après l’annonce que ce match serait le tout premier Main Event féminin de l’histoire de WrestleMania. On pourrait même parler de triple effet avec ce que cela fait pour l’aura de Charlotte, « Chosen One » de cette rivalité depuis son inclusion surprise par Vince McMahon, ce qui joue ainsi pleinement dans l’histoire et continue de susciter la frustration légitime du public qui voit en elle l’antithèse de Becky Lynch. Charlotte a toutes les opportunités, tout le temps, partout, et le pire c’est que le plus souvent elle les gagne, tout le temps, partout… Va-t-elle encore nous gâcher notre moment à Mania ? Bien habile.

Autre grosse info de la semaine c’est bien sur enfin la fin du supplice pour Kofi ! Vince en intro du show avait annoncé qu’il aurait une ultime chance d’aller défier Bryan à Mania, ce seulement si ses copains Big E et Woods pouvaient se défaire d’un nouveau Gauntlet Match contre toutes les équipes de Smackdown. Encore un Gauntlet, aura sans doute soupiré une bonne partie du public, qui n’aurait pas tort, sauf que celui ci a été bien mieux mis en scène et raconte une histoire bien plus originale et sympathique. Quoi de plus beau finalement et de plus symbolique dans cette histoire que de voir les amis de toujours de Kofi se sacrifier et s’arracher pour lui décrocher ce fameux match qu’il mérite tant. D’autant que pour notre suspension de crédulité, le New Day en équipe semble bien plus armé et légitime pour se fader 3-4 équipes de suite, plutôt que Kofi qui s’envoyait tous les top heels de Smackdown en solo la semaine passée. Autre belle originalité, le geste des Usos pendant le Gauntlet qui sont venus témoigner de leur respect et ont tout simplement déclaré forfait, déclenchant la rage incontrôlable de Daniel Bryan, qui se présentera du coup une nouvelle fois en boss final flanqué de Rowan. Mais l’histoire était en marche et le New Day remportera cette dernière bataille avec tout le vestiaire qui vient féliciter les trois larrons à la fin. Ne reste plus à présent que l’ultime chapitre de cette histoire qui avait indéniablement ses failles, mais qui nous donne invariablement le sourire pour ce bondissant Kofi.

Plus anecdotique mais de qualité également, le Miz et Shane ont joué à l’exercice de la promo à distance, séparés par de la sécurité et du jobbers heel chair à canon (dont même un des deux Colons !). Le Miz les a tous dézingués, sous les vivats du public, tandis que Shane s’est carapaté, non sans avoir annoncé au préalable qu’il acceptait la stipulation de l’Awesome One : un Falls Count Anywhere. Nous avons également eu un petit Angle-Styles clin d’oeil cette semaine, accolade touchante à la clé et deux-trois minutes de catch rapide pour faire sourire les fans de la première heure. Tout cela a rapidement été interrompu par un RKO d’Orton pour un boulot rempli, court et efficace.

– Bravo messieurs c’était super impressionnant, vous allez à WrestleMania !
– Ah merci patron !
– A condition que la semaine prochaine vous remportiez un Gauntlet Match chacun de votre côté, pour vous qualifier dans un Gauntlet Match à WrestleMania qui se déroulera en trio, pour gagner le droit de reconsidérer la chose plus tard dans l’émission !

Les go-home shows se présentent dès la semaine prochaine, WrestleMania est bientôt là ! A défaut de vous éclater devant les ultimes émissions qui nous y conduisent, on espère que vous appréciez suivre cette fin de Road avec nous !

 

Pour nous suivre :
YouTube
Spotify
Podcloud
Mais aussi les réseaux sociaux avec Facebook et Twitter !

Et rejoignez nous pour discuter sur notre canal Discord !

Allez les gars, plus qu’une semaine à tenir… Plus qu’une…