Catch

A deux, c’est mieux

I won’t cry, I won’t cry, no I won’t shed a tear
Just as long as you stand, stand by me.

Ben E. King, Stand by me

 

Pour cette première incursion dans le saint des saints des ressources de catch francophone, je vais vous parler de la division tag team à la WWE. En effet au cours des six derniers mois, il paraît évident que la fédération de Vince McMahon a décidé redorer le blason du catch par équipe.

 

 


Deux fois plus de catcheurs sur un ring, c’est deux fois plus de classe et de distinction.

 

 

La renaissance du catch par équipe

 

Voici en quelques lignes ce qui s’est passé historiquement. Au cours de ces dernières années, il y avait deux titres par équipe: le world tag team championship créé en 1971, et son petit frère le WWE tag team championship, créé en 2002 lors de la séparation de son roster en deux brands par la fédération de Stamford. Le 5 avril 2009, il a été décidé d’unifier ces deux titres lors du dark match de Wrestlemania XXV, créant ainsi le « unified WWE tag team championship ».

 

 


C’est la top-classe! Notre carrière va décoller maintenant, c’est garanti!

 

 

Après avoir donné des titres à à peu près tout le monde (quand je regarde les palmarès des catcheurs de la WWE, j’ai l’impression qu’il est plus difficile de trouver un lutteur absent du palmarès tag team que le contraire), le fait de fusionner les ceintures pouvait sembler une forme d’abandon de la discipline. En réduisant leur nombre, on va réduire le nombre de matchs, et se concentrer sur les feuds solos, pouvait-on penser. D’autant plus qu’à ce moment, le titre unifié est donné aux Colon, qui ne semblent pas l’équipe la plus porteuse en terme d’image. Si on couple cela au fait que l’unification s’est faite pendant un darkmatch et que le nombre de teams se compte sur les doigts d’une main, les choses semblent mal engagées. Jusqu’à ce que…

 

 


Psst Jericho, viens voir, j’ai un truc à te proposer.

 

 

Eh oui ! Comme souvent avec la WWE, un rebondissement inattendu change tout: alors que les Colon feudent dans une certaine indifférence avec Legacy pour la ceinture, Edge et Chris Jericho s’improvisent équipe d’un soir de PPV au Bash, et récupèrent les titres. Le match en lui même est très moyen, et le résultat tellement surprenant que la majorité des gens vont trouver ça amusant sans plus, et sans penser plus loin aux conséquences que ça entraînera. A première vue, la mise en équipe des deux Canadiens a simplement pour but d’éloigner temporairement les deux stars de leurs courses aux titres respectifs. Cette association explosera forcément assez vite à cause d’une guerre d’égos, et la vie poursuivra son cours en solo, croît-on savoir. Mais en coulisses, il semble qu’au contraire ce ne soit que la première pierre d’un changement plus profond à la WWE. En effet les bookers paraissent vouloir capitaliser sur le moyen terme avec nos deux heels préférés, une musique d’entrée commune étant sur le point de voir le jour…

 

 


Ainsi qu’une série de dictionnaires, de manière à ce que les affligeantes incarnations de la médiocrité qui constituent hélas notre public puissent accéder à un minimum de compréhension de nos péroraisons.

 

 

…quand un nouveau rebondissement arrive: Edge se blesse pour plus de six mois. La WWE récupère cette histoire comme elle le peut en mettant au point une storyline où Y2J va chercher un nouveau partenaire, ouvrant la porte à toutes les spéculations possibles pendant quelques semaines. Au final, Chris Jericho choisira le Big Show et conservera le titre pendant 3 PPV (face à Legacy à Night of Champions, Cryme Tyme à Summerslam et Mark Henry & MVP à Breaking Point).

 

 


En tant qu’ange gardien, ç’a quand même une autre gueule que Mimi Mathy.

 

 

Juste un petit point sur ce duo, au sujet duquel j’ai entendu beaucoup de choses, du meilleur au pire. Personnellement, je trouve que l’alliance Jericho – Big Show est la meilleure possible. Sur la durée, elle surpasse même la précédente entre les deux Canadiens (eh oui!). Je m’explique: on est tous d’accord que Edge est un génie du catch et qu’il valorise tout ce qu’il touche. Il est excellentissime au micro, très doué dans le ring, dégage une aura de heel comme peu d’autres, qui impacte les foules sans discussion possible. Le souci est qu’il a un profil excessivement proche de Y2J, tellement qu’on peut penser qu’ils se seraient marché sur les pieds régulièrement tout en ayant l’un et l’autre les mêmes défauts. Le Big Show, tout au contraire, est totalement complémentaire du « profil canadien ». Il n’est pas réputé spécialement futé, plutôt bourrin et impulsif. C’est parfait car cela compense les failles de Y2J: par exemple, face à d’autres big men, il ne peut rien faire d’autre que reculer comme on l’a vu contre Mark Henry (qu’il avait d’ailleurs tenté de recruter avant de trouver la perle rare en la personne du Big Show).

 

 


Chris, je suis très touché, sincèrement, mais je préfère qu’on reste simplement amis. Et pour être franc, je viens de rencontrer quelqu’un. Oh, non, tu ne connais pas, c’est un nain attardé mental, très sympa, je me ferai un plaisir de te le présenter un de ces quatre.

 

 

Jericho de son côté atténue les faiblesses du Big Show, en le calmant quand celui-ci pète un plomb, problème récurrent responsable de la moitié des défaites importantes du pachyderme. Le Giant reste un heel tout à fait respectable, avec un talent in ring très au dessus de la moyenne pour un big man, et un charisme surprenant pour un tel athlète. Au micro, s’il est incapable de sortir de longs speechs, sa voix grave et la puissance qu’il dégage permettront de finir efficacement les discours commencés par son partenaire. Quand Chris dit: « We’re the perfect synergy of greatness, ruthlessness, and honesty », j’ai tendance à être d’accord sur toute la ligne. J’irais même plus loin: cette équipe porte le plus gros titre ayant jamais existé, et c’est la plus complémentaire à l’avoir porté. Conclusion facile: cette team est potentiellement la plus grande de l’Histoire si elle garde les ceintures assez longtemps. Je vois un potentiel inégalable à ces deux-là ensemble, d’autant plus que rien ne justifie un retour en solo de l’un ou l’autre tant qu’Edge n’est pas rétabli.

 

 


– Heu, vous êtes gentils, la plus grande équipe du monde, c’est…
– Arrête Charlie, tu te fais du mal. Viens, on va se bourrer la gueule.

 

 

Au niveau storyline, les faits semblent me donner raison: cette équipe s’est créée sur des motifs « purement professionnels ». Rien de plus logique pour une alliance heel. Jericho a absolument besoin d’un remplaçant pour Edge, et voit dans le Big Show son complément idéal. Le géant se voit offrir un titre prestigieux sans avoir à prendre de risques. En rendant ces ceintures attractives, la WWE commence à attiser les convoitises autour. Si on couple à cela le talent de nos deux bad boys pour se faire haïr, plus le fait qu’un guest host ayant par le passé eu une storyline contre le Big Show (Floyd Mayweather) se retrouve comme par hasard à RAW, on a notre impulsion pour changer la relation entre les deux partenaires. Les deux sont confrontés à des situations d’échec en solo, et ne peuvent se tourner que vers leur associé. Lentement, le respect naît entre les deux: Y2J n’arrête pas de vanter les qualités du géant, à la table des commentateurs, en interview, durant ses promos… Le Big Show vient protéger son partenaire plusieurs fois, et même le soutenir quand ça va moins bien comme au moment de la défaite de Chris contre JTG.

 

 


Regardez cet homme! C’est un colosse! Ses mains ne rentrent même pas dans la vignette!

 

 

La pression contre eux va croissant: d’abord Shaq O’Neal et les Cryme Tyme qui se moquent d’eux. Puis plus récemment Floyd Mayweather et MVP, qui rajoutent une couche en trichant pour les battre. Le crescendo de pression autour de l’équipe aurait pu les faire exploser, mais intelligemment la WWE booke ça comme une force qui les rapproche. On voit ainsi le Big Show, moqué par MVP qui prétend qu’un tel monstre ne peut pas avoir de potes, secouru au micro par Chris qui vient dire qu’il est son ami. Plus tard, après la défaite et alors qu’un Jericho inconscient gît sur le ring, le world’s largest athlete l’évacue sur ses épaules.

 

 


Big Show est pris d’un doute: si c’est lui qui avait été assommé, Chris l’aurait-il ramené sur ses épaules comme ça?

 

 

Bien avant les ceintures, sa première intention est de sauver son partenaire. Au Smackdown! suivant, la tendance continue. Y2J passe son segment micro à dire « nous » au lieu de « je » et associe son binôme à chacune de ses phrases. Show plus tard multipliera les attentions, en relevant le Canadien après leur match avec une tape amicale. Le développement de cette storyline peut sembler un peu naïf; il donne en fait la seule légitimité qui manque d’habitude à une alliance entre heels: la considération de son partenaire. Cette relation atténue le risque de voir la team exploser et donne au duo un impact encore plus grand. C’est quand une équipe devient plus forte que la somme de ses constituants qu’elle existe vraiment, je pense qu’on vient d’atteindre ce point avec Jerishow.

 

 

 

 

Mais revenons aux enseignements des dernières semaines pour la division dans son ensemble, car c’est là que tout s’emballe. Récemment, le retour de Shawn Michaels a autorisé la reformation de la DX. Au delà de la mise en place de segments potaches, ce choix de booking présente le même intérêt que pour la paire titulaire actuelle de la division: éloigner deux main eventers potentiels des titres solos et surtout proposer un autre duo de très grande qualité. Il paraît évident que la route des deux équipes va se croiser à un moment, et donner la première véritable grosse opposition à Jerishow.

 

 


La WWE multiplie les clins d’oeil pour récupérer des fans de tous bords: ici, Goro de Mortal Kombat.

 

 

Or on peut s’attendre à encore plus fort. Toute une série de petits signes semblent aller vers une tendance de fond: faire naître ou renaître des équipes de niveau élevé dans les mois qui arrivent. Voici une liste non exhaustive des choses que j’imagine possible (une sorte de liste au père McMahon, au cas où il me juge assez sage…) et les indices sur lesquels je m’appuie.

 

Première chose, Vince a plusieurs fois mentionné qu’il était content du produit Smackdown!, mais reprochait à RAW de ne pas faire émerger de nouvelles stars. Une récente interview de Y2J va également dans ce sens, et la communication de la WWE étant ce qu’elle est, j’ai tendance à penser que ces deux avis ne sont pas innocents. L’idée de la première grosse association vient de SD!. Si la brand rouge veut renouveler son upcard, les bookers doivent en éliminer John Cena et Randy Orton (HHH et HBK ayant déjà été ôtés des matchs solos). Vous me voyez venir? Rappelez-vous il y a quelque temps, avec Sergent Slaughter GM de RAW, Orton et Cena avaient été obligés de faire équipe (ce qui leur était déjà arrivé un an plus tôt, quand ils ont affronté rien moins que tout le roster de Raw. Ajoutons à cela que la popularité de Cena est de plus en plus discutable: je crois que son statut de face n’a jamais été autant menacé qu’actuellement. Pour finir, rappelons que Orton et Cena ont une certaine influence sur les bookings, et qu’à la ville, ils sont amis. Ce que font les DX pourrait-il leur donner des idées? En tous cas, la création d’une team Attitude RKO (j’ai déposé le nom au cas où) avec un Orton qui fait un face turn, ou un Cena qui passe heel, ça aurait de la gueule. Et ça résoudrait tous les problèmes de RAW d’un coup. Dans mes rêves, on aurait une feud dans laquelle Ted Dibiase serait impliqué dans un title match triple threat comprenant Cena et Orton. Dibiase trahirait et récupèrerait le titre avec l’aide de Cody ou Brett. La vipère n’aurait d’autre choix que s’allier avec le Marine pour s’opposer à ses ancien bras droit, et le tour serait joué.

 

 


– Bon Johnny, t’as tout pigé au scénar ou faut qu’on te le répète pour la dixième fois?
– Non, arrêtez, ça me fait mal à la tête-heu!

 

 

Autre possibilité attirante à moyen terme: les Brothers of Destruction. L’Undertaker va feuder avec CM Punk quelques temps, mais après? Si le Dead Man reste en haut de la carte, il va boucher la route de Morrison. Les bookers de SD! ne sont pas stupides, et ne vont pas tout miser sur un athlète à qui il reste quelques années de carrière grand maximum. Opposer Morrison au Taker me paraît plus que risqué en terme de popularité pour le shaman of sexy, à moins de provoquer un heel turn inutile de Morrison. Reste la possibilité d’opposer Punk à Morrison, en occupant le Phenom ailleurs… par exemple avec une équipe. Celle qu’il formait avec son frère vient la première à l’esprit, et ô magnifique hasard, les deux sont dans la même brand depuis le dernier draft, qui pour le coup ne semble pas du tout aléatoire….

 

 


Rien n’est aléatoire, misérables humains. Par mes pouvoirs mystiques, j’ai sommé à mes côtés Kane, créature du feu et de rage, afin de semer la terreur dans vos âmes! Bon, et aussi un peu pour avoir à portée de main un donneur compatible en cas de greffe de rein d’urgence, c’est vrai.

 

 

A long terme, deux autres duos mythiques sont sur les rails. Avant son départ, Jeff a rabiboché sa relation avec Matt. Les Hardy Boyz ont été évoqués plusieurs fois, je ne crois pas que ça soit innocent. Si Jeff revient dans 6 à 12 mois, je verrais bien une reformation de cette team. Dans la même lignée, Edge et Christian ont chacun évoqué lors d’interviews leur volonté de refaire équipe. Là encore j’ai du mal à croire à de simples coïncidences. On sait que Edge va revenir face après sa blessure, pour une probable feud avec Chris Jericho devant amener à Wrestlemania. Et après? Ca correspond comme par hasard à la période des drafts, et je mise une petite pièce que le Capitaine Charisma rejoindra Edge, et qu’on les reverra ensemble.

 

 


– Edge, on a 35 balais maintenant, tu crois pas que tu devrais laisser tomber les t-shirts d’ados?
– OK, merci du conseil de carrière, champion. A propos, tu t’éclates bien avec Goldust et Tommy Dreamer à la maison de retraite?

 

 

Tout ça mis bout à bout donnerait quelque chose comme ce style, dans le monde merveilleux de ma consommation des produits de Kofi Kingston: grosse rivalité à venir sur toute la fin 2009 entre DX et Jerishow, avec DX qui finit par l’emporter après un règne de cinq ou six mois pour leurs adversaires. De début 2010 à WM, triple feud entre Attitude RKO, DX et BoD aboutissant à un changement de titre lors du Grandest Stage Of Them All en faveur des BoD car Taker ne peut pas perdre (avec au passage beaucoup de jeunes main eventers pour les ceintures solos et un modèle d’émergence des nouveaux talents). Suite à ça, les BoD feuderaient avec Edge et Christian qui finiraient par devenir champions tag team, eux même rivalisant avec les Hardy Boyz par la suite jusqu’à Summerslam 2010, la boucle étant bouclée. A ce moment là, de nouvelles stars auront été développées en solo et permettront d’avoir un roster d’une richesse sans précédent. Le unified WWE tag team championship représenterait un titre majeur, aussi grand sinon plus que les deux ceintures solo principales, et vers lequel les nouveaux champions solos comme vers le Graal.

 

 


– Alors voilà, dès le départ, tu te planques sous le ring et t’y restes, moi je fais ma Shooting Star Press sur tout le monde, et on gagne!
– Hi hi hi hi hi hi hi hi hi hi!

 

 

Lors des comparaisons entre TNA et WWE, il ressort toujours que la TNA est devant sur trois points: les équipes, les divas et la X-division. Le type de scénario auquel je rêve, et globalement vers lequel on s’oriente je pense, permettrait de compenser une partie de ces manques et d’enterrer un peu plus ce concurrent. Il permettrait également l’émergence de stars en solo, ce que je me régalerai à vous dévoiler prochainement si cet article vous plaît et mérite un deuxième épisode concernant les titres masculins.

 

 


– Hey Makossi, il veut refaire un article, on dit quoi?
– On dit oh que oui, mon cher, oh que oui.

21 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut