Catch

Superstars: Quand le prévisible devient surprise.

Je préfère un futur imprévisible à un futur imposteur
Maurice Schuman

 

Après une semaine de catch assez moyenne, notamment au niveau d’un Smackraw kikoololesque, on se dit, en voyant la carte de ce Superstars, qu’on va avoir droit à un show moyen. Heureusement, dans le catch, rien ne fonctionne jamais comme prévu.

 

 


En effet, Makossi a fait un heel-turn sur la chat-box des CDC, sous l’œil bienveillant de Silvernights.

 

 

Review de Superstars du 24 septembre

 

Tout de même, le début de show reste prévisible, puisque comme a l’accoutumée, c’est le show rouge qui ouvre le bal.

 

Premier combat: RAW : Primo vs Chris Masters

 

Un habitué de Superstars (Masters) face à un bon midcarder de Raw, et comme toujours une opposition de style qui n’est pas sans rappeler sur le papier, le match du Masterpiece face à l’aérien Evan Bourne. Sauf qu’en face, c’est explosivité et figures aériennes, et surtout un catcheur plus expérimenté, j’ai nommé l’ex-moitié des champions unifiés par équipe, Primo. Opposition assez convenue entre les deux hommes, Chris faisant parler sa force, et le plus jeune des Colon, sa vitesse. Et si ca se passe comme d’habitude, l’ami portoricain va se faire squasher par Masters après avoir un Masterlock.

 

 


Et il va un peu se faire baver dessus, aussi.

 

 

Mais Primo résiste bien, malgré la brutalité des coups du chef-d’-oeuvre. C’est d’ailleurs là qu’on voit qu’il est plus expérimenté (sans forcément être plus doué) qu’un Evan-Air-Bourne, et qu’il mériterait une meilleure place dans la carte, d’autant qu’il s’est déjà frotté au titre US à NOC.
Toutefois, en voyant ce combat, et plus particulièrement la force d’un Chris Masters, et sa capacité à varier les prises de soumission, on ne peut qu’être déçu de le voir si bas dans la carte. Sans forcément en faire un super main-eventer, il mérite largement mieux qu’une place garantie à Superstars. Je m’égare, mais c’est la faute des commentateurs qui ont été insupportables, à force de rabâcher que «dans dix jours, ce sera Hell-in-a-Cell avec la revanche du challenger qui a abandonné, Randy Orton, face au Champion qui n’abandonne jamais, John Cena».
Revenons donc à nos moutons. Le combat est de bonne facture, dynamique, porté par la rapidité de Primo, tempéré par les coups violents de Masters, ce qui offre une opposition sans temps mort et plaisante à regarder. Même si, même si… à revoir ce match, et même si j’apprécie Chris Masters, il a quand même pas mal jobbé sur ce combat. On a essentiellement vu Primo, mais peut-être était-ce une illusion due à son catch explosif. En tout cas, ce qui devait être une victoire facile pour Masters se termine en défaite humiliante: comme face à Bourne, Masters intercepte un crossbody de Primo, avant de le placer pour un Masterlock… Manque de pot, celui-ci s’échappe et gagne sur un petit paquet.

 

 


Master of puppets I’m pulling uour strings.

 

 

Première surprise, et ce ne sera pas la seule de la soirée…
Mais tout de suite, c’est le combat de la Extreme Championship Wrestling!

 

Second Combat: ECW: William Regal vs Goldust

 

Comme toujours, un habitué de Superstars, le King of the Ring, face à un autre genre de blonde…

 

 


Ziggles? De toute façon c’est une fille, il passe son temps dans le Diva’s Locker Room. Haha, j’l’ai cassé!

 

 

Non Johnny, je parlais de la blonde de la ECW…

 

 


J’arrive!!!

 

 

Bon sang, je parlais de Goldust! La prochaine fois je choisirai mieux mes mots!
La encore, ça paraît extrêmement prévisible. Le Britannique flanqué de son armée russo-américaine va exploser le blond jobber, qui va méchamment le mettre over et continuer à susciter l’intérêt autour de la ceinture ECW détenue par Christian et convoitée par Zack «Woo woo woo» Ryder, mais aussi par Regal justement.

 

 


Aie, Maïa l’abeille donne à nouveau libre cours à ses tendances exhibitionnistes.

 

 

J’ai souvent critiqué dans ces lignes, la sous-exposition de l’ECW. Généralement, elle nous livre des combats basiques, classiques, parfois brutaux, certes efficaces, mais qui mériteraient mieux en termes de rebondissements, de construction, d’intensité (le Burchill/Christian de la semaine dernière était déjà un mieux). En tout cas, ce combat a fait la part belle aux clefs, de bras principalement.
La fin du match semble confirmer ce côté boring, qui n’a d’ailleurs pas mis autant over Regal que je l’aurais cru, avec une disqualification d’école. L’ami Goldust est envoyé dans les cordes, et Ezekiel Jackson intervient, sans même se cacher.
Mais cette disqualification a permis d’amener quelque chose de nouveau, et de rare à Superstars, décidemment rempli de surprises: Un tabassage en règle du pauvre Goldust par la triplette précédemment évoquée, avant que la triplette de faces n’arrive, triplette composée de Dreamer, Christian et Yoshi Tatsu, pour sauver l’ange blond.

 

 


Goldust est éperdu de reconnaissance: non seulement Tommy et Yoshi l’ont sauvé, mais en plus ils ont de jolis petits culs bien fermes.

 

 

Un combat qui ne restera donc pas dans les annales, mais, qui aura permis de faire avancer une feud.

 

Et comme les surprises continuent, voici un combat bonus féminin!

 

Troisième combat: Exclusive Divas Tag Team match: Michelle Mc Cool © & Layla vs Maria & Melina

 

En voilà une bonne surprise. Quatre divas à Superstars, l’occasion de voir si c’est mieux que d’habitude, mais surtout la présence en tant qu’adversaires, de Michelle McCool et de Maria. Voilà de quoi parler un peu de Dolph.

 

 


Maria contrôle son éternuement plein de grippe A jusqu’au moment où elle se trouvera à dix centimètres de Michelle.

 

 

Et ce sont la championne et l’ancienne championne qui ouvrent le bal, démarrant une opposition nerveuse. L’entrée de Layla confirme de son côté qu’elle est meilleure manageuse que catcheuse… dans ce domaine, elle le cède clairement à Maria, qui inaugure une nouvelle forme de contre: le dégagement d’une prise de soumission par coup de bassin. Mais il paraît qu’elle n’a pas appris ca chez Dolph.

 

 


Autre tactique innovante de Maria: le coup de poitrine dans le pied!

 

 

L’arrivée de Maria in-ring permet d’ailleurs de commencer les hostilités avec Michelle, la belle, dans le coin, avant que Layla ne fasse le tag avec la championne des divas. S’ensuit un bon travail d’équipe entre Layla et Mc Cool. Cela s’observe d’ailleurs dans le dernier move qui leur amène la victoire. Après une énième prise de soumission subie, Maria se dégage d’un brise-mâchoire qui la sonne elle-même. Elle met donc trop longtemps à faire le changement, et Layla la ramène brutalement au sol, avant d’aller coller une droite à Melina. Pendant que l’arbitre fait la leçon, Mc Cool place un bon big foot des familles dans le dos de l’arbitre, Layla n’a plus alors qu’a faire le tombé pour s’imposer facilement, et faire constater aux suiveurs que la division féminine de Smackraw est à un niveau moyen; non pas tant que les divas soient toutes mauvaises, mais l’écart est trop grande entre celles en haut de la carte (Michelle Mc Cool, Beth, Gail, Mickie) et le reste de la carte (Layla and co). Ressortez-nous les Trish, Lita, Victoria et les autres!

 

 


Michelle, l’appareil photo est prêt? OK, je lui roule un palot et on affiche la photo partout dans le vestiaire des garçons!

 

 

Pour la peine, vous allez vous farcir Ask The Divas.

 

Segment Ask The Divas, le résumé

 

Les divas prennent le pouvoir ce soir à Superstars puisqu’après un match à 4 féminin, c’est l’heure de sonder nos lutteuses préférées! La première question est tellement basique: « Je pense encore à mon ex. Dois-je essayer de l’ignorer? » Selon Layla, il vaudrait mieux faire un break plutôt que de rompre définitivement. Nattie Neidhart est plus catégorique: si c’est fini… c’est fini. Les Bellas semblent penser la même chose, de manière plus modérée, tandis que Michelle McCool est beaucoup plus directe: «Si ca a cassé une fois, ca cassera deux fois.»

 

 


En exclu, l’avis de Mc Ocee: «S’il t’a larguée, balance-lui un bon Sweet Chin Music dans la face.»

 

 

La seconde question est encore plus philosophique: «Des conseils pour perdre du poids?». Merci à ce contributeur du WWE Universe dont le pseudo est totalement contradictoire avec la question: « StraightEdge-Hardy-Chick ». Je vous épargne les réponses, assez classiques en soi. On pourrait tout de même reprocher à Jillian «Fat Ass» Hall d’avoir OSÉ répondre à la question.

 

 


Et pour maiiiiii-griiiiiir ne vas pas à Quiiiiii iiiiii ckkkkk!

 

 

Merci Jillian. Vite, vite, la suite. Et la suite, c’est le Main-Event!

 

Main-Event: Smackdown: Matt Hardy vs Kane

 

Lorsqu’un Hardy s’en va, il en reste toujours un autre pour éviter une déprime des Kidz. C’est donc le plus vieux des Hardy qui affronte un autre ancien du circuit, qui cherchait un nouveau copain depuis qu’on s’est rendu compte que Khali a les genoux en carton-pâte.

 

 


Hé, je te reconnais, grand! C’est toi qui as kidnappé ma copine, l’as foutue enceinte et m’as pété la gueule! Comment ça va depuis le temps?

 

 

Une chose est sûre, en ce début de combat, c’est que Matt Hardy connaît les talents de psychopathe de Kane, et ce de longue date, et prône donc l’esquive durant les premières minutes, cherchant à jouer au chat et à la souris, fuyant l’emprise du Big red monster. L’expérience parle en ce début de combat puisque Matt a pour tactique de s’acharner sur le bras de Kane. Experience, c’est le mot qui revient de manière récurrente lorsqu’on observe ce match, Matt usant de toutes les techniques et de tous les vices. On croirait un combat icidob. Mais ce n’est pas ce qu’on retiendra de l’affrontement. Outre le big foot monstrueux placé par Kane, on soulignera surtout que ca lui aura permis de se montrer, sans s’investir pour autant dans une feud sans avenir. De son côté, Matt a pu montrer que malgré sa descente dans la carte, amorcée depuis quelques années, il est toujours présent et capable de bonnes choses, tant son combat fut correctement et intelligemment mené. A l’inverse, il a du manquer quelques neurones à Kane, lorsque celui-ci s’est fait disqualifier, en portant un coup de la guillotine sur l’entrejambe de Matt.

 

 


Après avoir châtré ses victimes, Kane aime prendre quelques mètres de recul pour admirer son œuvre.

 

 

Pour résumer le tout, Superstars continue sur une excellente lancée ces temps-ci. Des combats qui s’annonçaient prévisibles se sont révélés surprenants. Voilà qui donne envie d’être à jeudi prochain, si le Dieu du catch le veut. En tout cas, moi je serai au prochain rendez-vous de Superstars…

 

 


Because I’m Arthemiz, and I am GORDOOOOOOON!!!

4 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut