Catch

ECW: Yosheamus Time!

Les femmes sont extrêmes: elles sont meilleures ou pire que les hommes.
La Bruyère, Caractères

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où il n’y aucun spoiler sur les résultats du dernier Pay Per View vu que bon, hein, la ECW n’était pas assez bien pour ça et où, en plus, j’ai déjà écrit ça il y a trois semaines…

 

 


Histoire de fêter le retour de Hulk Hogan dans le ring, Tommy Dreammer a décidé de se déguiser en momie.

 

 

Compte rendu de l’ECW du 27 octobre

 

Le thème de ce show était assez simple: le changement, avec la première confrontation pour le titre entre Yoshi Tatsu et Christian et le dernier match de Sheamus dans le monde de l’extrême. L’idée globale du show était de réussir à faire passer le message que la ECW évoluait au fil du temps, même si elle n’avait pas l’occasion de profiter des Pay Per View pour faire rebondir ses storylines.

 

Et le signe le plus notoire de tout ça, même s’il n’avait aucun rapport avec une quelconque volonté des scénaristes, c’était l’arrivée de Brian Saxton au commentaire. Jim Ross étant malade, le duo magique Striker/Grisham qui a fait les beaux jours de la ECW l’an dernier (et gagné un Slammy Award) s’occupe provisoirement de Smackdown. Je vais éviter de faire trop de commentaires sur Saxton, il débute dans le grand bain après avoir fait ses classes à la FCW et dans des conditions de semi-urgence: la maladie de JR a probablement précipité son début mais il était probablement la solution de remplacement au niveau du commentaire que la WWE avait prévue si le hasard et l’idiotie des électeurs avaient poussé Lawler à la mairie de Memphis.

 

 


Et donc, il faut que je parle dans ce micro, c’est ça?

 

 

Disons juste que la paire avec Josh Matthews a besoin d’énormément de réglages puisque ces deux là n’ont pas arrêté de faire la même chose: tous les deux du « play by play announcer » et aucun du « color commentator ». Résultat, on avait deux fois la retranscription verbale de l’histoire qui se passait dans le ring et absolument pas de détails sur ce qui s’y passait réellement en terme de mouvements effectués et de souffrances infligées.

 

 


– Eh, il paraît qu’à la ECW, ils ont décidé de mettre des commentateurs plus mauvais que nous.
– Pas possible, tu veux dire que Mike « Vintage » Adamle est revenu ?
– Non, c’est des nouveaux…

 

 

C’est bête mais cet appariement de fortune montre à quel point la formule « un commentateur / un consultant ex-athlète est la meilleure à notre époque. Et aussi, accessoirement, à quel point JR était indispensable puisqu’il avait réussi à se glisser dans le costume du second à Smackdown sans être jamais monté sur un ring ou presque.

 

Cela dit, c’est le seul vrai reproche qu’on peut faire à la partie parlée du show puisque le Abraham Washington Show a trouvé son rythme de croisière et qu’il commence à être efficace. C’est d’ailleurs dommage pour Abraham qui n’est finalement bon que quand son personnage a un rôle secondaire dans le show éponyme et laisse la vedette à Tony Atlas et à l’invité.

 

br>

Eh, ouais, Abraham, maintenant, c’est le Tony Atlas Show…

 

 

En l’occurrence c’était Tiffany, la GM qui est, soit dit en passant, le seul personnage féminin de tout le roster de la WWE qui ne soit pas caricatural: blonde sans être bimbo et féminine sans être hystérique. A cette occasion, a d’ailleurs été abordé le thème qui méritait d’être traité depuis des semaines, à savoir l’absence de la ECW en PPV.

 

 


Ezekiel, c’est toi qui a repassé ma chemise n’importe comment?

 

 

Comme d’habitude, on retiendra aussi de cet épisode la formidable performance d’un Regal toujours accompagné de ses deux larbins et courroucé de ne pas être dans la course au titre. Il détruira le plateau du show de ce pauvre Abraham, tétanisé par la peur d’en prendre une et fera irruption à la fin du Main-Event histoire de prouver sa domination. On notera aussi que la feud Hurricane/Burchill semble arriver à sa conclusion et que le match de la semaine prochaine devrait régler ce problème une bonne fois pour toutes.

 

Mais bon, avec tout ça, je n’ai encore rien dit sur les matchs et ce n’est pas un hasard: Christian a conservé son titre contre Yoshi Tatsu et Sheamus, avant de partir à RAW, a conclu sa querelle avec Shelton Benjamin par une victoire. Les deux matchs étaient bons mais n’avaient rien d’exceptionnel, ni l’un, ni l’autre. Voilà, c’est tout…

 

 


Dites, je peux pas le prendre avec moi à RAW?

 

 

Non, je rigole, évidemment que ce n’est pas tout, je vais quand même vous en dire un peu plus. Le match Christian / Yoshi Tatsu manquait singulièrement d’un quelque chose que je n’arrive pas à saisir. J’ignore ce que c’est mais, voilà, il manquait un truc. Je ne sais pas si c’est parce que le public n’adhérait pas trop à la dynamique d’un match Face vs Face ou si c’est parce que le commentaire était pas du même niveau que d’habitude mais je n’ai pas vraiment accroché à ce combat. Je n’ai pas envie de dire que c’est de la faute de Yoshi ou du style qu’il apporte dans le ring, qui ne s’accorde pas forcément à des matchs aussi longs. Disons juste que, voilà, par rapport à Zack Ryder dans la même situation il y a quelques semaines, YoshiTatsu n’a pas réussi à donner l’impression qu’il effectuait le match le plus important de sa carrière à la WWE.

 

 


La WWE et son grand orchestre d’instruments de musique invisibles: aujourd’hui, Christian joue de la harpe.

 

 

Par contre, histoire de ne pas vous laisser dans l’incertitude, je vais vous dire exactement pourquoi le match entre Shelton et Sheamus était raté et en quoi c’est vraiment pas bon signe pour le Celtic Warrior qui vient juste d’être transféré à RAW. Les reproches qu’on pourrait faire au match sont exactement les mêmes: il ne manquait qu’un tout petit quelque chose pour transformer un combat plus que correct en bon match mais là, le souci saute aux yeux. C’était le dernier match de Sheamus à la ECW, son farewell match, et c’est dans ces circonstances qu’on reconnaît les grands catcheurs, ce que Sheamus n’est pas encore. C’est la tradition et, surtout la meilleure marque d’orgueil possible, de quitter un ring où on a passé de bons moments en donnant son maximum.

 

 


La WWE et son grand orchestre d’instruments de musique invisibles: aujourd’hui, Sheamus joue des cymbales.

 

 

Je ne vais pas convoquer l’histoire et le fameux « Please don’t go » du 2 out of 3 falls entre Guerrero et Malenko dans la ECW première mouture pour étayer mon propos. Mais je vais prendre des exemples plus récents.
Rey Mysterio, dernier match avant sa suspension, il y a quelques semaines, combat pour le titre intercontinental contre John Morrison: un très sérieux candidat pour le titre de meilleur match de l’année hors Pay Per View.
John Morrison, dernier match à la ECW avant son draft à Smackdown, contre Evan Bourne: un autre très sérieux candidat au même titre.
Jeff Hardy, dernière apparition avant sa « second strike », où il cédera le titre intercontinental à Chris Jericho en 2008: un excellent match.
Jeff Hardy, dernière feud avant sa « retraite » avec CM Punk: possible « Feud of the year ».

 

 


Ne t’enflamme pas Jeff, rien ne dit que notre feud sera celle de l’année: paraît qu’ils vont faire une feud Sheamus / Shelton Benjamin à l’ECW!

 

 

Je ne vais pas continuer la liste plus avant, je pense que le message est passé: c’est dans de telles conditions qu’on voit les grands catcheurs, ceux qui ont le petit plus qui fait qu’ils sont prêts pour franchir une étape dans leur carrière. Ce n’est pas simplement histoire de dire merci au public du show qui a suivi une page de leurs aventures dans un ring, non, c’est aussi lui offrir une autre histoire à se rappeler, en plus du storytelling habituel d’un combat. Et, pour l’instant, Sheamus n’a pas encore les outils pour faire ça. Et ce supplément là lui manquera cruellement à RAW où il va être confronté à une plus grande compétition pour avoir du temps d’antenne.

 

 


Faites sortir les Frères Colon, je suis chaud, là…

 

 

Bien sûr, au début, tant qu’il s’agira de squasher Jamie Noble, Carlito ou Primo, il n’y aura pas de soucis. Mais après? Quand les auteurs n’auront plus la contrainte de réaliser le push initial que reçoit tout nouveau drafté? Quand il s’agira de se faire une place pour un premier match en PPV? A moins que la WWE ait déjà des plans très précis pour lui, Sheamus va probablement retomber dans les affres de la Lower-Midcard.

 

 


Haha, je l’ai contaminé avec ma lose, yes!

2 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut