Catch

Concours de popularité, 32èmes de finale, session 6

Bwaaaaaaa!
The Great Khali

 

Nouvelle session et innovation esthétique majeure avec un zoli tableau à imprimer et à accrocher au-dessus de votre lit.

 

 


Juste en dessous du poster à mon effigie, Sarah.

 

 

Concours Aqwasc de popularité, 32èmes de finale, matchs 21-24

 

Nos lecteurs-rédacteurs sont décidément formidables. Prenez un gars comme Spanishannouncetable. Non content de disséquer hebdomadairement les turpitudes de l’ECW (bon, ça tombe mal qu’on dise ça maintenant, vu que justement il a laissé de côté l’épisode de la semaine dernière pour le traiter dans un post double next week), il réalise sur son temps libre de magnifiques tableaux de maître pour illustrer notre concours. Cette sixième session est appelée à entrer dans l’Histoire pour deux raisons: parce qu’elle signe l’entrée dans le tournoi de l’un des très grands favoris, Chris Jericho, et surtout parce que c’est la première pour laquelle nous publions cette superbe œuvre griffonnée sur un coin de table des annonceurs espagnols.

 

 

 

 

Avec une pouf en fond d’écran en plus, rien que pour vos yeux.

 

Bien, assez admiré, il est temps de donner un peu de contenu à ce sublime écrin.

 

Chris Jericho – Jack Swagger

 

 


Jack a tellement une tête à claques qu’il est sur le point de se gifler lui-même.

 

 

La winning streak du All-American devrait s’arrêter net face au All-Canadian. Horrible tirage pour Swagger, un fringant jeune homme plutôt bien vu dans le cénacle cdcien et qui aurait pu passer un tour ou deux avec un peu plus de chance. Pour pas mal d’observateurs, Swagger est l’un des meilleurs, si ce n’est le tout meilleur de la jeune génération qui s’avance, flamberge au vent, vers la décennie prochaine. Seulement, il tombe ici sur l’un des meilleurs de la décennie 2000, dont il annonça qu’elle serait sienne dès sa gimmick inaugurale de Y2J. Grand technicien, immense orateur, acteur multi-facettes, Jericho, qui fut un face brillant de longues années durant, est désormais un heel plus que parfait, véritable modèle pour toute la profession (n’est-ce pas Eric Young?). Qu’est-ce qu’un blanc-bec comme Swagger peut espérer, franchement?

 

 


Cet immonde morceau de viande blanchâtre peut éventuellement espérer que la déconvenue qui l’attend dans ce duel face au meilleur au monde dans tous les domaines y compris la physique nucléaire illumine sa terne existence d’un éclat qui luira longtemps après que Chris Jericho eut oublié cette rencontre pour lui insignifiante.

 

 

Vote d’Axl
Swagger, j’y crois pas mal pour l’avenir. Jim Ross a pris son cas en exemple dans une récente interview à Kevin Eck, sur le thème « les jeunes doivent en vouloir plus, prenez un Swagger, il a un physique exceptionnel, une technique de haut niveau, il sait y faire, mais il manque de passion, une fois qu’il aura compris qu’il doit livrer chaque combat comme si c’était le dernier, il deviendra vraiment une superstar ». Mais bon, en face il y a le fabuleux Jericho, celui qui porte littéralement toute la WWE sur ses épaules depuis le début de l’année au moins, celui qui est encore capable de péter un match sublime en indiv contre Mysterio, de clasher tout l’univers et de redonner ses lettres de noblesse à tous les titres qu’il touche, de la ceinture IC au titre par équipe. Jericho, naturellement, en bon ver de terre gélatineux que je suis.

Vote de McOcee
Jericho, je l’aurais étripé du temps où il pariait un dollar canadien (je connais pas le taux de change, mais ça doit pas être énorme énorme comme somme) avec Christian pour savoir lequel des deux coucherait le premier avec Trish ou Lita. Ou encore quand il insultait horriblement l’angélique Stephanie. Mais du sang a coulé sous les Ladders, et à présent, je n’ai d’yeux que pour lui et ses promos en or massif. Swagger, il est bien gentil avec sa tête de niais, mais il m’a coûté trop de points au concours de pronos pour que j’envisage une seconde de lui donner ma voix au détriment de Y2J.

 

Eve Torres – The Great Khali

 

 


Le saviez-vous? Les jambes d’Eve Torres sont plus longues que celles du Great Khali.

 

 

Ouille, c’est un peu moins flashy que le match précédent, d’un coup. On a donc d’une part une diva prometteuse, athlétique mais encore un peu raide dans le ring; de l’autre, l’incarnation même du côté freak du catch, un gars de 2m21 qui doit remercier chaque jour la providence d’avoir été remarqué alors qu’il cassait des pierres sur le bord d’une route au fin fond de l’Inde. A l’instar de quelque Shawn Bradley qui a fait carrière dans le basket avant tout à cause de sa taille et non par la grâce de sa précision et de sa coordination, Khali, incapable de plier les genoux, lent comme un tracteur à l’arrêt et technique comme un crash test dummy, ne doit qu’à son physique inimaginable d’être à la WWE où, après deux ans à heeler à fond, il a opéré un face-turn humoristique qui l’envoie doucement vers la division clowns (un transfert à Raw pour faire équipe avec Horny n’étonnerait personne). Alors, vous préférez la belle ou la bête?

 

 


Rapplique Eve, quand tu veux j’te prends au Kiss Cam! Bwaaaaaa!

 

 

Vote d’Axl
Khali m’inspire avant tout beaucoup de pitié, ce mec est pratiquement handicapé, faute d’avoir été soigné à temps comme le Big Show. Au fond, je suis quand même content pour lui, il est mieux là qu’à être exhibé dans quelque foire provinciale en Uttar Pradesh. Une fois tous ces nobles sentiments éprouvés, j’ai juste envie qu’il dégage du ring et fasse place à quelque diva comme Eve, par exemple, une fille qui progresse à chaque match, qui fait un moonsault honorable et qui n’est pas trop maladroite au micro. Eve, donc, en espérant la voir obtenir un push storyliné comme ça semble se profiler à Raw.

 

Vote de McOcee
La première fois que j’ai vu le Great Khali, j’ai cru à un truquage. La deuxième fois, j’ai regretté que ce n’en soit pas un. Je le préfère encore à tenir son fastidieux Kiss Cam qu’à « catcher » (c’est-à-dire agiter ses énormes paluches dans tous les sens dans l’espoir que l’adversaire veuille bien se trouver sur la trajectoire). La Torres, je demande encore à voir, mais j’ai plutôt un présupposé favorable. Maintenant que son transfert à Raw l’a débarrassée des encombrants Cryme Tyme, elle va peut-être passer plus de temps en ring qu’en coulisses. Eve Torres, donc, et vite, qu’on vire Khali du concours, vous n’imaginez pas la place qu’il prend sur le serveur.

 

Dolph Ziggler – Drew McIntyre

 

 


Dégage imposteur! Ce show n’est pas assez grand pour deux blondinets frénétiques!

 

 

Le genre de match qu’on pourrait bien retrouver en main event de Wrestlemania 2015, non? Ziggler a su se relever de l’accident industriel qu’a constitué l’éphémère aventure du Spirit Squad et se réinventer en heel arrogant et inventif. Quant à Drew, il a fermement empoigné la perche de Vince McMahon (ceci est une image) et justifie chaque semaine la confiance qui lui a été accordée, en bâtissant rapidement une aura de heel crédible.

 

 


Je suis un heel! Voyez mon rictus satanique! Comptez vos enfants, il en manque un!

 

 

Vote d’Axl
J’adore Ziggler dans le ring. Il combine vitesse, précision, technique et maniérisme. Mais il y a un énorme mais: autant il a l’air électrique et vif entre les cordes, autant il semble endormi à l’extérieur. Ses prestations au micro sont pénibles, que ce soit au commentaire ou dans des promos comme l’horrible segment face à Patterson lors d’un récent pay-per-view. A l’inverse, McIntyre a bien compris que l’intensité in-ring n’est rien si elle ne s’accompagne pas d’une attitude comparable en dehors. Alors même si sa carrière est encore balbutiante et qu’il bénéficie d’entrée de jeu d’un gros push que d’autres n’ont jamais eu, je vote finalement pour celui des deux qui maîtrise le mieux cet aspect fondamental du catch qu’est le mic skill. Drew McIntyre, let’s get that party started,

 

Vote de McOcee
Il est bien brave, le Scottish, et il est plutôt pas mal, même, dans son genre, mais faire des grimaces menaçantes et multiplier les agressions en traître ne suffit pas à m’impressionner (qu’on se le tienne pour dit). Ziggler, lui, a fait des tas de combats d’un excellent niveau et a même réussi à nous faire nous prendre d’intérêt pour cette cruche de Maria. Je vote sans hésitation pour M. Perfection, Dolph Ziggler.

 

 

Tommy Dreamer – JTG

 

 


L’Innovateur de la Violence s’essaye ici à la coloscopie à sec.

 

 

Toutes proportions gardées, c’est un peu comme Jericho-Swagger, un grand ancien contre un jeune qui n’en veut. Il y a d’une part JTG, un jeune catcheur doué mais engoncé dans une gimmick particulièrement stupide, et qu’il ne parvient pas à dépasser, à faire imploser, comme la séquence Word Up (dont on doute qu’elle soit rédigée par Michael Hayes) lui en offre pourtant l’occasion. Face à lui, l’un des rares types pour lesquels le mot légende n’est pas usurpé. Dans certains cercles, Dreamer est le catcheur en activité le plus populaire, pour son apport constant à l’ECW depuis quinze piges. Il y était quand c’était réellement extrême et qu’il finissait chaque soir dans une montagne d’excréments dont la moitié seulement étaient les siens. Il y est encore aujourd’hui, quand le show du mardi est devenu PG et sert surtout à recaser les vieux qui n’ont plus leur place ailleurs ou à former des jeunes pousses avant leur départ vers des cieux plus glorieux. C’est en fait une sorte de concierge de l’Extreme Hotel, radotant dans sa loge poussiéreuse sur les grandes heures que l’immeuble a connues il y a bien longtemps…

 

 


Hésite pas Tommy, cette ceinture va su-per bien à ton costard.

 

 

Vote d’Axl
Je ne voue pas un culte délirant à l’Innovateur de la Violence (on parle bien de Tommy Dreamer là hein, pas de Cyril Rool). Mais je le trouve touchant, il est plein de bonne volonté, et parvient à nous faire croire qu’il est prêt à mourir sur le ring pour la IciDeub. JTG m’indiffère, j’ai l’impression que s’il était viré demain, on pourrait assez facilement en dégoter un autre dans les feds de développement, même si je ne remets pas son talent en cause. Et puis les deux Cryme Tyme semblent se complaire dans ces rôles assez lourds, donc pas de pitié. Tommy Dreamer, pour l’ensemble de son œuvre plus que pour ses perfs récentes.

 

Vote de McOcee
Pfiou, le genre de matchs où on a envie d’exercer son droit de retrait. Dreamer ne me fait pas rêver (joke! blague! humour!) et JTG j’ai envie de lui dire Juste Ta Gueule (humour! blague! calembour!). Pif pouf, allez, va pour JTG, parce qu’il m’a permis d’interloquer toute la famille en débarquant dans la cuisine en gueulant « Yo yo yo yo yo yo yo yo yo yo! Yo! »

 

Pour rappel, voici le tableau:

 

1) Randy Orton – Goldust
Melina – Primo
Carlito – Ted DiBiase
16) Batista – William Regal

 

9) Rey Mysterio – Paul Burchill
Santino Marella – Matt Hardy
Kelly Kelly – MVP
8) The Miz – Cody Rhodes

 

5) CM Punk – Jimmy Wang Yang
Gail Kim – Mike Knox
Sheamus – Shad
12) Big Show – Finlay

 

13) Triple H – Mark Henry
Beth Phoenix – Ezekiel Jackson
Slam Master J – Chavo Guerrero
4) John Cena – Chris Masters

 

3) Christian – Shelton Benjamin
Mickie James – Kung Fu Naki
Festus – Charlie Haas
14) Shawn Michaels – Zack Ryder

 

11) Chris Jericho – Jack Swagger
Eve Torres – The Great Khali
Dolph Ziggler – Drew McIntyre
6) Tommy Dreamer – JTG

 

7) John Morrison – Eric Escobar
Alicia Fox – David Hart Smith
Tyson Kidd – Hurricane Helms
10) Kofi Kingston – R-Truth

 

15) Edge – Hornswoggle
Yoshi Tatsu – Kane
Michelle Mc Cool – Evan Bourne
2) Undertaker – Vladimir Kozlov

 

 


Putain je suis vraiment dans le tournoi! J’existe!!!

85 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut