Catch

ECW: des promesses, toujours des promesses

Le lion lui même ne se régale pas toujours de viande.
Théognis, Poèmes élégiaques

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où je ne me remettrai jamais du départ de Matt Stryker de la ECW. C’est vraiment l’unique annonceur capable de mettre over un random jobber local en deux phrases, comme il l’a d’ailleurs fait merveilleusement à Smackdown à plusieurs reprises depuis qu’il y remplace Jim Ross.

 

 


– Good old JR, c’est fou ce que t’as l’air plus jeune!
– Eh oui mon bon Todd, j’ai décidé de réduire ma consommation de sauce barbecue à seulement un kilo par jour.

 

 

Compte-rendu de l’ECW du 3 et du 10 novembre

 

On va faire deux semaines d’affilée d’ECW à la Spanish Announce Table parce que la fédération de l’Extreme est tombée récemment dans un travers assez contrariant: celui d’annoncer des matchs qui n’ont pas vraiment lieu.

 

 


Alors, bientôt, il y aura un match de championnat, on sait pas quand, mais je vous jure, vous en aurez un, un jour. Génial non?

 

 

Prenez l’exemple de la conclusion de la feud entre Burchill et The Hurricane:
– Semaine 1 : Backstage segment où Burchill parle à Gregory Helms pour lui dire que la semaine prochaine il veut la tornade verte dans le ring pour régler le problème une bonne fois pour toutes.
– Semaine 2 : In ring segment où The Hurricane tombe d’accord avec sa Némésis pour un match Mask vs Career.
– Semaine 3 : Match de remplissage Burchill-Goldust où l’intervention du super-héros permettra au jobber doré de voler le match à l’Anglais.
– Semaine 4, la prochaine, donc : Ledit match, enfin, à moins que la WWE ait décidé de tirer encore plus cette histoire en longueur et de la faire durer encore deux ou trois mois.

 

 


– Bon Paul, suffit de déconner, la semaine prochaine, on le fait, ce Mask vs Career Match!
– Mais non, attends! On n’a pas encore fait la signature du contrat!

 

 

Cette remarque mise à part, autant rentrer tout de suite dans le vif du sujet: ça doit pas être évident d’être employé à la WWE en ce moment, parce qu’il semblerait qu’on se soit enfin décidé dans le Connecticut à construire un roster plus jeune.
Entre les anciens membres de la marque extrême qui trustent déjà les places surexposées à Raw et Smackdown (Morrison, The Miz, Kofi Kingston et CM Punk), ceux qui ont largement de quoi prendre leur succession (Evan Bourne, Jack Swagger, demain; pourquoi pas Mike Knox et Sheamus après demain) et les anciens de la FCW qui rentrent directement dans les shows majeurs (Drew Mc Intyre et Eric Escobar même si ce dernier est un mauvais exemple in-ring), il semble y avoir une volonté délibérée à la WWE de donner leur chance à plein de nouveaux, ce qui signifie, gestion économique exige, qu’il va aussi y avoir à moyen terme, une charrette d’employés qui vont devoir céder la place à plus jeunes, plus doués ou plus over avec le public (l’annonce d’une retraite in-ring de Jamie Noble semble aller dans ce sens).

 

 


Jamie Noble est peut-être à la retraite, ça ne l’empêche pas de continuer à travailler à la WWE, notamment au niveau du booking: là, il vient de demander à Triple H de jobber face à Chavo Guerrero…

 

 

D’ailleurs, on a récemment entendu les mots « New Superstar Initiative » pour saluer les débats dans le ring de Vance Archer, connu pour son passé sous le nom de Lance Hoyt à la TNA : 45 secondes top chrono la première semaine, 70 la deuxième pour une paire de squash matchs qui n’étaient pas hyper impressionnants en terme de démonstration de puissance dans le ring mais faisaient un excellent boulot en terme d’efficacité : bien proprement, sans s’éterniser et d’une manière convaincante.

 

 


Voilà, l’honneur est sauf: j’ai déjà passé plus de temps sur le ring que Braden Walker …

 

 

Je ne sais pas si la WWE adresse un message subtil à ses employés ou si elle hurle aux gens qui, à la TNA, sont inquiets de leur avenir avec les changements backstage que la porte est ouverte, mais, à mon avis, la Féd des McMahon a l’air bien décidée à donner un sacré coup de jeune à son roster et les grandes manœuvres ne font que commencer. Il ne m’étonnerait même pas qu’à l’issue de Wrestlemania 26, on se retrouve avec un champion du monde à RAW ou à Smackdown qui n’a pas encore décroché le cocotier à l’heure actuelle.

 

 


Non, Eric pas toi, on veut bien être gentil, mais il va falloir apprendre à avoir plus de charisme qu’un escargot, pour commencer.

 

 

Ceci dit, on va peut-être revenir à nos moutons, la ECW qui comme toute la WWE a réalisé une transhumance de deux semaines, passant du sol américain à celui de la Perfide Albion. Côté midcard, autant être clair: rien de bien impressionnant dans le ring. La storyline entre Paul Burchill et Hurricane Helms se dirige vers un Career vs Mask intrigant par son résultat, puisque l’un des deux personnages va disparaître de la ECW à son issue. Sauf si Helms a décidé de prendre sa retraite, il est probable que Paul Burchill en fasse les frais, et c’est plutôt une bonne nouvelle pour lui, surtout si son départ est synonyme d’un transfert avec sa sœur vers Smackdown où les deux renforceraient bien le côté heel de la Midcard Bleue.

 

De la même manière, il semble que la feud entre Shelton Benjamin et Zack Ryder ne soit destinée qu’à créer les conditions d’une storyline entre Zack Ryder et Rosa Mendes, cette dernière épatant l’ex-Edgehead grâce à ses qualités de diva. La poulette certifiée par label rouge : Smart, Sexy & Powerful, n’est pas très powerful dans le ring et elle mériterait bien de jouer le rôle de valet de Zack où elle serait plus à l’aise. Quant à Ryder, il a l’air d’avoir les qualités d’acteur pour faire marcher cet angle. Attention cependant à ne pas lui imposer une trop longue suite de défaites à cause des beaux yeux de Rosa, ça risquerait de détruire son image in-ring.

 

 


Les stéréotypes à la WWE (Partie I) : Les Afro-Américains sont tous des rappeurs repris de justice.

 

 

En tout cas, cette storyline me fait penser que la WWE a vraiment envie de voir toutes les qualités de Zack et de tester une autre facette de son talent avant de décider s’il peut être un très grand de demain. Et ça c’est d’autant mieux pour lui que la manière dont la WWE se comporte avec Yoshi Tatsu est plus inquiétante. Le Japonais, après son title match, n’a été qu’un tag team partner de Christian puis la semaine suivante l’invité d’Abraham Washington. Pas de suite prévue in-ring pour le Nippon, ni même d’occasion pour lui d’affiner son personnage : il n’est qu’un Asiatique sympathique hors du ring, ce qui n’est pas très original à la WWE (Jimmy Wang Yang et Kung Fu Naki sont bien placés pour savoir que les stéréotypes raciaux ne touchent pas seulement Cryme Tyme et MVP à la WWE).

 

 


Les stéréotypes à la WWE (Partie II) : Les Asiatiques sont polis.

 

 

L’ironie du calendrier a aussi voulu que le passage de la ECW se déroule le 10 novembre, jour où les Américains célèbrent tous leurs armistices d’un coup en rendant hommage aux soldats rescapés via un Veteran Day. Et, en terme de vétéran, il y a de quoi s’inquiéter pour Goldust. Son premier match des deux semaines, le 3 novembre, contre Sir William Regal, fut tout simplement lamentable. Voir deux anciens faire un tel match, c’est juste indigne. Et la semaine suivante, contre Paul Burchill, il ne fut guère plus brillant, là aussi on n’eut droit qu’au service minimum de sa part… Comme, en plus, sa tag team avec Tommy Dreamer contre Kozlov et Jackson n’a pas vraiment fait progresser ces deux-là, à peine convaincants contre Christian et Yoshi Tatsu dans le main-event du 3 novembre, le moins qu’on puisse dire c’est que c’est inquiétant. Un jobber très moyen, âgé et pas capable d’élever les jeunes vers leur meilleur niveau, c’est quand même un poids mort dans les effectifs.

 

 


Les stéréotypes à la WWE (Partie III) : Les Britanniques ont une orthographe aussi douteuse que leurs mœurs sexuelles sont libres.

 

 

Quand on compare l’emperruqué doré avec William Regal, il n’y a pas photo. Alors, bien sûr, il y a de quoi en vouloir à Regal, qui contre Goldust a montré qu’il n’était plus au top mais à part cet accident de parcours, l’Anglais a magnifiquement joué son rôle. Il fut un heel grandiose le 3 novembre, arrivant enfin à ses fins avec une place de number one contender que Christian lui concède par lassitude, contre l’avis de Tiffany; et, après sa victoire contre Goldust, indispensable pour créer le momentum avant le title match en Angleterre, il est revenu faire un tour dans le ring, histoire d’infliger un Regal Stretch au champion que ses sbires avaient auparavant tabassé après leur défaite.

 

 


En bon professionnel et malgré les idées reçues de son employeur, William Regal a décidé d’être à fond dans son personnage. Christian en fait les frais.

 

 

Et quant au match pour le titre contre Christian, on va dire que l’Anglais a simplement été impérial sur ses terres. Le champion et lui ont livré un très bon match, intense, plein de contres où Regal a livré une excellente démonstration de ses qualités, tout particulièrement en utilisant toutes les manières possibles de faire un tombé avant de s’incliner. On pourra toujours insister sur le fait que le soutien du public a beaucoup fait pour la qualité du match; ce qui est certain, c’est qu’il s’agit sans aucun doute un des meilleurs de l’année à la ECW, avec les deux matchs de championnat de Ryder et Tatsu ainsi que le Farewell match de Morrison contre Bourne.

 

 


Ouais, enfin c’est parce qu’ils veulent pas me laisser faire un Iron Man Match contre Tyler Reks aussi.

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut