Catch

ECW: encore un ratage

Derrière mon loup, je fais ce qui me plaît, me plaît…
Devinez, devinez, devinez qui je suis..
.
La Compagnie Créole, Au Bal Masqué

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où la ECW continue sa losing streak avec encore une fois un show très très moyen.

 

 


Cette semaine, nous allons demander aux catcheurs des autres shows ce qu’ils ont fait mardi soir pendant l’épisode de la ECW.

 

 

Compte-rendu de l’ECW du 8 décembre

 

En cherchant bien, j’ai quand même réussi à trouver trois choses positives dans ce show. La première consiste dans le booking de Vance Archer. L’homme que l’on connaissait avant sous le nom de Lance Hoyt a franchi un pas dans la carte puis qu’après avoir explosé plusieurs jobbers depuis son arrivée, il était cette fois opposé à Tommy Dreamer. Le saut dans la hiérarchie est minime, le match était très moyen mais c’est déjà ça. Le souci dans cette histoire, c’est que je n’ai rien vu d’exceptionnel chez Archer. Il n’a pas été très convaincant pour sa première occasion de montrer ses qualités de selling et m’a énormément déçu dans ses souplesses. J’ai le souvenir qu’il maintenait son adversaire bien plus longtemps la tête en bas à la TNA et je me demande pourquoi il a perdu cette habitude: si c’est parce que Dreamer n’était pas capable de l’accompagner sur ce move ou si ce sont des raisons plus politiques qui le limitent dans ce domaine.

 

 


Matt H. de Caroline du Nord a voulu regarder le show mais c’était trop mauvais alors il a maté un DVD.

 

 

Quand je parle de politique, entendons-nous bien, je n’aborde pas la règle non écrite qui veut que Triple H ne jobbe que quand il le veut et comme il le veut, non, ni de celle fantasmée par les internautes qui voudrait qu’une bonne carrière à la TNA implique forcément une voie de garage à la WWE. Non, je parle de cette tradition séculaire des catcheurs de ne pas se voler des moves. La belle souplesse de Lance Hoyt, celle que Vance Archer ne fait pas ou plus, elle est déjà largement présente dans le roster de la WWE, notamment chez David Hart Smith, qui se sert de ce mouvement déjà incorporé dans l’arsenal paternel tandis que Tyson Kidd fait semblant de regarder sa montre et, plus généralement, chez pas mal de catcheurs au style anglo-saxon…

 

 


On était en train de regarder la ECW, tranquilles, quand d’un seul coup j’ai demandé à Luke d’aller me chercher une bière au frigo parce que c’était trop chiant… Alors finalement, on a éteint….

 

 

Le vrai souci avec Vance Archer, c’est que la raison de sa montée dans la carte est simple et pas réjouissante: son rôle de débutant, celui qui squashe semaine après semaine, a été repris par le duo que forment Caylen Croft et Trent Baretta. Et là, encore, honnêtement, ces deux jeunes hommes n’ont pas l’air très convaincants. En tout cas, ils n’ont rien prouvé: un squash match ordinaire, agrémenté d’un blind-tag histoire de faire passer le message que ce sont eux les spécialistes du domaine. Le match a été très court mais trop long déjà à mon goût. En plus, je n’ai toujours pas compris quel était le gimmick derrière l’équipe. Si c’est celui des deux jeunes mecs qui se croient cools mais qui ne le sont pas, Zack Ryder est déjà sur le créneau et il fait des merveilles.

 

 


Le Big Show était invité chez Mark Henry.

 

 

Tiens, d’ailleurs, un backstage segment nous l’a montré, le nouvel amoureux de Rosa va commencer une feud avec Tommy Dreamer et ça pourrait bien être intéressant parce que Zack a clairement décidé de jouer la carte de la guerre des générations et de devenir LE nouveau catcheur de Long Island. Ajouter l’idée vieille comme le monde de l’enfant du pays à la storyline éculée de la querelle des anciens et des modernes peut sembler une mauvaise idée mais, moi, j’y crois, notamment parce que je crois en Ryder… Je la citerais donc comme la seconde chose positive de la soirée.

 

 


Visiblement Michelle McCool avait mieux à faire …

 

 

Toujours du côté des coulisses, on a revu Paul Burchill, enfin plutôt The Ripper et son assistante. Et là, une storyline vieille comme le monde a prouvé ses limites: le coup du type qui met un masque et personne ne sait que c’est lui même si en fait tout le monde le sait (Remember Mister America) est aussi vieux que Finlay (c’est pas peu dire). Mais ,alors que la majorité des commentateurs sur Internet avaient émis l’idée avant même qu’elle n’apparaisse à l’écran que c’était ce qu’il fallait faire avec Burchill et que ça ne pouvait que marcher, ce n’est pas le genre de storyline qui fonctionne avec un heel, surtout s’il est opposé à un type qui est lui-même masqué. Résultat: la feud s’éternise et il va falloir conclure un jour ou l’autre, avant qu’après The Hurricane vs Burchill et The Hurricane vs The Ripper, on ne passe aux épisodes Gregory Helms vs The Ripper et Gregory Helms vs Paul Burchill.

 

 


Le reste du roster a dit qu’il a joué à la Playstation, soi-disant, parce que comme ça, au moins, il y avait de l’action.

 

 

La dernière chose positive a trait au Main Event du show, qui mêlait d’une part la course au titre et d’autre part la mort annoncée et pas encore avérée de la Ruthless Roundtable. J’avoue que le match, pour des raisons de storyline liée aux dissensions internes à l’équipe de heels ne valait pas le coup, il s’est d’ailleurs achevé sur un count-out. La séquence de promo n’était pas non plus intense, plus marquée par le bafouillage terrible de Shelton Benjamin qu’autre chose. D’ailleurs, très honnêtement, Shelton pouvait difficilement choisir pire moment pour rater une promo à ce point, à quelques jours seulement d’un title match, on voit mal comment il pourrait avoir la ceinture s’il est plus mauvais au micro que l’Undertaker (là aussi, cc’est pas peu dire).

 

 


Ah, si finalement, on a trouvé qui a regardé l’épisode de cette semaine de la ECW.

 

 

Un énième trois contre trois, ce match, comme on en déjà tant vu aussi et c’est là où finalement la WWE a réussi à faire un truc fort. Tiffany a proposé à Regal et ses sbires soit de faire ce match contre Tatsu, Christian et Shelton, soit de régler une bonne fois pour toute le différent entre Big Zeke et Red Vlad. Chacun a voté et évidemment ce sont les deux heels de l’histoire qui ont fait pencher la balance vers ce Main-Event là, celui qu’on a déjà trop vu. C’est le dernier point positif du soir: comment la WWE a réussi à transférer son booking répétitif en heel heat pour Kozlov et Regal. C’est assez malin, certes, mais ce n’est pas ça qui a sauvé le show…

 

 


Merde les gars, levez-vous et faites quelque chose, paraît qu’on est filmés!

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut