Catch

TNA: fin d’année en fanfare

Je crois en la résolution future de ces deux états, en apparence si contradictoires, que sont le rêve et la réalité, en une sorte de réalité absolue, de surréalité si l’on peut ainsi dire.
André Breton
Il s’en est passé des choses la semaine dernière du côté d’Orlando. Retour sur un Impact et un ppv de rêve.

 

 


Jeune! Tu sais maintenant quoi demander au Père Noël!

 

 

Review d’Impact du 18 décembre et Final Resolution

 

Premier « impact » sur cette fin de semaine: le retour officiel de Roxxi à la TNA, qui se voit opposée à la champ’ en personne, ODB! Cette dernière porte décidément bien son nom (One Dirty Bitch, pour ceux qui croyaient que ça signifiait Oniric Delicate Blonde), usant depuis quelques semaines de techniques heel à tort et à travers, surtout à travers lorsque l’arbitre lui arrache des mains sa bouteille d’alcool destinée à être fracassée sur le crane de Roxxi. La revenante en profite évidemment en gagnant avec un bon vieux roll up, et il s’ensuit un tabassage de Roxxi par ODB, interrompu comme il se doit par la challengeuse n°1, Tara. Rien de très novateur en soi, mais le combat était bon et a fait office d’opener de qualité.
Les deux rivales se retrouvent trois jours plus tard, dans une rencontre qui m’a laissé perplexe. L’affrontement n’était pas mauvais en soit, mais la fin (victoire de Tara avec un petit paquet) et l’intensité n’étaient pas à la hauteur des événements, surtout après le match en cage de Tara face à Kong ou tout simplement au build-up sauvage entre les deux Knockout…

 

Passons donc sans plus tarder au Feast or Fired match. La TNA s’est bien gardée d’annoncer les participants et les title shots en jeu. La compagnie s’est même trompée sur Internet en parlant d’un 6vs6, alors que c’est bien sur un match individuel à 12 personnes. Tout ceci explique les incohérences au niveau du post des pronos…
Mais bon, le plus important c’est le match où l’on retrouve du beau monde: Jay Lethal, Consequences Creed, Cody Deaner, James Storm, Robert Roode, Eric Young, Abdul Bashir, Rob Terry, Kiyoshi, Homicide, Kevin Nash (w/ sa nouvelle accompagnatrice) et bien sur Samoa Joe.
La coopération de heels de la World Elite a engendré une alliance des non-membres de la faction, les Lethal Consequences et Beer Money travaillant ouvertement ensemble chacun de leur coté.

 

Petit rappel de la règle: c’est celui qui sort du ring avec la mallette qui la gagne, d’où l’opposition entre Bashir et Deaner pour récupérer la numéro 2, qui finalement revient au membre de la World Elite. Rob Terry prend la numéro 4, mais Young et Nash l’obligent à la leur donner. Confusion sur le ring, les Beer Money attaquent, Rob Terry en profite pour se glisser sous les cordes et s’adjuger le title shot n°4. Kevin Nash parvient à s’emparer de la n°1.
Reste alors une mallette, la 3, Cody Deaner ramasse un monstrueux Itzugeri de Joe en voulant grimper à la perche, et c’est le Samoan qui obtient la dernière récompense…

 

Déception pour ce Feast or Fired match, aucun spot marquant alors qu’il y avait beaucoup de monde capable d’en faire, ça enlève une grosse partie de l’intérêt du match. Heureusement il reste l’ouverture et la révélation du contenu des valises, en direct live quelques minutes plus tard…

 

Kevin Nash! Il hérite d’un Tag Team Title shot, assez surprenant…
Samoa Joe! Le Samoan ouvre sans sourciller sa mallette et obtient un World Heavyweight title shot, rien de surprenant.
Les deux derniers, Abdul Bashir et Rob Terry, l’un d’eux sera viré : le bon light heavyweight ou le très mauvais heavyweight ? Surprise, c’est Bashir qui est viré, et Terry qui obtient un title shot pour le titre X Division! Enseignements à tirer : les Beer Money sont scindés, du fait de leur promesse de récupérer le title shot tag team.
Quant à Samoa Joe avec un droit à un title match instantané, il sera un danger permanent: c’est comme donner la mallette du MITB à l’Undertaker.

 

La répartition des title shots dans la World Elite est surprenante: Nash avec le tag team, Terry avec l’X Division, nul doute qu’il y aura des tractations dans les semaines à venir. Quant à Daivari, je pense qu’il prendra la place de Kaz dans le rôle de Suicide.

 

 


On peut m’expliquer ce que fout Terry dans un photo légendée par « Good Wrestling »?

 

 

Mick Foley a enfin son entrevue avec Hogan ! Arrivé sur place, il se rend compte que l’adresse indiquée par Nash n’est qu’un vulgaire club de gym et que la seule personne présente est un faux Hulk! Enfin, si, c’est le vrai, mais pas vraiment, puisqu’il s’agit du fabuleux Lou Ferrigno, l’acteur qui a incarné le géant vert dans la série kitchos des années 1970… La Hardcore Legend passe à un stade supérieur en attaquant Nash des son retour à Orlando. Big Sexy réplique avec la même intensité au micro de JB, en disant au nom de plusieurs personnes (lui-même, Hogan, nWo style…) qu’ils n’attendaient que ça et que le 4 janvier, Foley sera au chomage.

 

Malheureusement pour lui, Mick Foley a des problèmes bien plus urgents avec ce qui semblerait être sa « Final Resolution » : se débarrasser une bonne fois pour toutes de Dr Stevie et de Raven dans un 2 vs 2 en compagnie du non moins tourmenté Abyss.

 

 


Bon, après Final Resolution, ma première bonne résolution de 2010 sera de tuer Hogan et de l’enterrer au fond d’une forêt.

 

 

« Futur » vs « Vieux aigris de la ECW »: le premier terme vient de la bouche du Pope pour qualifier son équipe, le second n’est pas officiel mais transpire des paranoïaques d’en face. Histoire de fignoler le 4vs4 dantesque du dimanche soir, nous avons un Hernandez vs Bubba Ray en Lumberjack match. Les bûcherons sont bien sûr les six autres catcheurs impliqués dans la feud. On notera Suicide qui arrive un peu à la bourre dans l’arène, faut dire que sa montre doit être sous les manches de son costume. Bubba et sa team profitent de la stip en projetant allègrement Morgan hors du ring, les lumberjacks heels parviennent même à intervenir sur le ring, mais la puissance et la résistance du Big Man est écrasante lorsque les deux hommes sont face à face. Malheureusement, la seconde intervention des heels en la personne de D-Von se solde par un low blow qui cause la défaite de Morgan. Un match sans éclat mais idéal pour préparer le choc final, lequel survient dimanche.

 

Hernandez commence seul face à ses quatre adversaires pendant une durée de cinq minutes. Dans le cas d’un match à handicap entre un face et plusieurs heels, on assiste souvent au « face comeback »: le gentil est dominé et n’arrive à s’en sortir qu’en sortant des signatures moves pour le bonheur du public. Le match n’a pas dérogé à la règle, Hernandez s’est même relevé d’un Gore avant d’en contrer un second en petit paquet victorieux, Rhyno est éliminé.
La cavalerie arrive, les faces sont en situation dominante à 4 contre 3 !
SuperMex se permet de voler avec son tope suicida. Les heels sont dépassés en nombre, en vitalité, en force, mais il leur reste l’expérience et bien sûr leur faculté innée de triche. Chairshot de Neal sur Suicide qui lui est rendu au centuple par Hernandez, Neal et SuperMex disqualifiés… Les Dudley déroulent, 3D éliminatoire pour l’homme masqué. Nous sommes maintenant dans un 3D vs Dinero/Morgan. Le Pope prend une envergure de plus en plus grande show après show à la TNA, il tient en respect les Dudley en osant utiliser la bionic elbow de Brother Ray, mais malheureusement un 3D « out of nowhere » cloue Dinero au sol. Il ne reste plus que la team aux 23 titres contre Morgan. Le Blueprint parvient à éliminer D-Von, il n’a plus que Ray et ses… 11,5 titres face à lui. Le heel perd patience et s’empare d’une chaise, mais Morgan parvient à placer son Carbon Footprint, propulsant la chaise dans le visage du Dudley. La team face a gagné! Ou plutôt Morgan a gagné. A part Hernandez avec sa résistance lors du début du combat et son monstrueux chairshot, les deux autres faces sont trop restés dans l’ombre (même si c’est logique pour le Dark Savior qu’est Suicide). Le Big man a fait d’énormes progrès, il est overbooké, attention à vos places en main event AJ, Daniels, Angle et compagnie…

 

 


Retrouvez Matt Morgan et Chris Masters dans la finale du championnat de rythmique pectorale.

 

 

Retour à Impact. Nos trois petites frivoles dévergondées sont de la partie: Velvet Sky & Madyson Rayne managées par Lacey Botch Erich vs Hamada & Kong vs Wilde & Sarita ! Match court, avec notamment un ciseau de tête de 43 tours de Sarita, un Moonsault vers l’extérieur du ring mais surtout un sitout splash de Kong sur Rayne qui permet au duo inédit Hamada/Kong de triompher. Mais le plus important, c’est le geste de bravoure de Lauren, qui a pour la première fois répondu aux quolibets des Beautiful People en adressant une magnifique claque portée à la volée sur LVE ! L’intervieweuse aura fort à faire contre ses trois ennemies pour les prochaines semaines, tout comme Sarita et Wilde qui voient en l’association Hamada/Kong des challengeuses plus que dangereuses.

 

Et voici maintenant un deuxième Black Machismo invitational Challenge, après celui consacré à Jim The Anvil Neidhart. Jay Lethal affronte donc… Tatanka! (Dédicace à Axl et à tous les autres vieux des CdC)! L’Indien est coiffé d’un mulet, pas de doute, c’est bien une Légende du catch. Tatanka a mit son gros ventre de coté en offrant un match d’une qualité acceptable, il est même monté sur les cordes ! Malheureusement, le tout aboutit à une défaite de Jay Lethal qui suscite la déception du public…

 

Mais la big info du jour, c’est que Jeff Jarrett is back après cinq mois d’absence! L’homme est isolé, n’a que Foley en tant que soutien dans sa guerre contre les duos Angle/Dixie et Nash/Hogan. Après plusieurs heures (trois segments de trente secondes), la Hardcore legend convainc JJ d’aller parler à Dixie. Jarrett fait son mea culpa devant Dixie, sur les « événements personnels » qui ont causé son évincement de la compagnie. Carter le renvoie vers Angle, c’est avec lui qu’il doit discuter. Rendez-vous quelques minutes plus tard dans le vestiaire de l’Olympic Gold Medalist, avec un JJ qui s’excuse par deux fois. La seule réponse d’Angle est « I have a match », le cocu s’en va, visage neutre, dans le Main Event du soir, un 5vs5.

 

 


Ouais ouais, et quand le Big Show va se réveiller chauve et demander des explications, la seule réponse d’Angle sera « I have a match »…

 

 

Mais avant le Main Event, mettons-nous en appétit avec un petit match en 1 vs 1. Daniels fait son entrée sur la rampe d’Impact, avec un theme song remixé : des lyrics rap style ont été ajoutés (alors c’est ça à la TNA, quand un mec turn on change son thème en rap…)… Son adversaire n’est pas des moindres: Desmond Wolfe en personne.
Quel match !
Enorme opposition de styles entre les deux chauves, une grosse phase de lutte au sol en la faveur de Desmond, une accélération dominée par Daniels à coups de kicks et de split legged moonsault, et enfin la dernière phase où tout est mélangé – soumissions, nearfalls, vitesse, technique… A ce niveau là, on a l’impression d’avoir un ring de glace et des patineurs tellement l’affrontement est fluide. Un seul ennemi : le temps. Le match finit en draw au bout de dix minutes, ça promet de très grandes choses entre ces deux hommes pour l’avenir.

 

Enfin le Main Event ! AJ Styles, Lashley, Tomko (qui fait ses débuts), Angle et Abyss (brûlé au 3ème degré à la cuisse.) vs Steiner, Stevie, Raven, Williams, Magnus.

 

Le combat dégénère immédiatement avec un rush d’Abyss sur ses deux adversaires de dimanche soir, Raven et Stevie. Le « Corbeau » lui mord sa cuisse blessée et les trois hommes se battent vers le backstage, Steiner et Lashley font de même de leur coté. Sur le ring on assiste à un 3 vs 2, Tomko Angle AJ vs Magnus Williams. La team heel parvient à survivre grâce au manque d’entente dans la team face. Dans les backstages, Steiner et Lashley refont la déco du parking, tandis qu’Abyss et ses deux assaillants s’occupent de la remise! Les suplex d’Angle s’enchaînent mais Tomko est mis à terre par Terry, le manager des Anglais. AJ est sur le ring, en 2 vs 1, mais une intervention de Tomko lui permet de placer un petit paquet victorieux.

 

Les Anglais pleuraient jeudi soir, mais ils ont eu le temps de sécher leurs larmes pour défendre leur or contre les MCMG à Final Resolution! Après un match intense d’une quinzaine de minutes en guise d’opener, la roublardise des Brits a été plus forte que le catch scintillant des Guns. Crossbody, Suicide Dives, High Kicks derrière les oreilles, les gars de Detroit auront tout essayé, mais Magnus et Williams se sont toujours relevés en attendant la brèche, low blow dans le coin et finisher pendant que l’arbitre demandait à Alex Shelley de sortir du ring. Déception pour tous les fans des MCMG mais très bon tag team.

 

 


Bon alors tu te souviens Alex, on doit faire comme si on était la meilleure équipe au monde, mais il ne faut surtout pas que l’on devienne Tag Team champ!

 

 

Le match le plus redouté suit: Lashley vs Steiner ! Malgré leur perf plus qu’acceptable au dernier PPV, une affiche en 1vs1 entre les deux fait peur. Stip du soir: Last man Standing. Un Bobby survolté face au heel qui a plus que malmené sa femme, les muscles seront bandés, les veines saillantes. L’arbitre renvoie Krystal Lashley dans ses quartiers, ce qui n’est pas plus mal, mais Steiner sort du ring pour la suivre. Bobby le rejoint, le combat commence sur la rampe, mais les deux hommes remontent rapidement sur le ring, Lashley place une T-Bone Suplex pour le bonheur de Taz. Lashley domine Steiner facilement et lui porte son Dragon Sleeper, mais Scott parvient à se relever au compte de 6. La Brawl se poursuit près de la Spanish Announce Table (la vraie hein, pas le fake des CdC), le « Boss » résiste à un coup de barre de fer, et Steiner oublie de vendre une blessure au genoux qui le faisait affreusement boiter quelques secondes auparavant. Reverse STO du haut du turnbuckle, mais Lashley se relève rapidement, Steiner récidive du haut du coin avec une Belly to Belly, mais Bobby se relève, cette fois au compte de 8. Lashley prend la main avec un beau running powerslam Britsh Bulldog style, mais un low blow permet à Steiner de reprendre l’avantage et à placer son « Vintage » Frankensteiner (dédicace au Vintage Michael Cole). Le vétéran de la WcW s’apprête à en finir avec son Big Poppa Pipe, mais Krystal surgit de nulle part et arrache le tuyau de fer des mains du heel, puis elle envoie l’arme vers son mari. Lashley applique son spear puis un coup de barre de fer plus ou moins crédible, mais ça suffit pour clouer Steiner pour le compte de 10. Match assez divertissant, bien rythmé pour un LMS, les deux hommes nous ont encore surpris.

 

On passe à l’autre tag team du soir, Raven/Stevie vs Foley/Abyss. A noter qu’Abyss n’a toujours pas changé de pantalon depuis treize jours, ni de pansement non plus, miam. Les deux heels étaient arrivés avec des armes, et l’inéducable arrive, Foley annonce que le match sera un « Anything goes match », c’est plus que logique et c’est plus que bien. Les catcheurs se séparent rapidement, Stevie et Abyss dans le ring, Raven et Foley en coulisses. Dominations des deux faces chacun de leur coté. Le géant masqué s’apprête à powerbomber sur une table du haut de la rampe Dr Stevie, mais Raven revient dans l’arena et stoppe la tentative d’un coup de kendo stick. La situation devient un 2vs1, Foley a disparu, le public le réclame. La Hardcore Legend ne tarde pas à revenir avec un chariot rempli d’armes, les faces reprennent le contrôle à ce moment là, avec un double mandibule claw à la clé. Les heels s’en sortent, mais Foley passe non pas la bague au doigt mais le rouleau de barbelés autour de Stevie tandis qu’Abyss se relève d’un DDT de Raven. La table est dépliée, Stevie est dessus, immobilisé par les barbelés, Foley s’élance de la rampe et fracasse tout avec sa diving elbow. Malheureusement cela laisse Abyss en situation de 1 vs 2, Daffney intervenant avec une chaise. C’était sans compter avec la résistance du Psycho masqué qui chasse Daffney et place son Black Hole Slam sur Raven. Victoire de la team face après ce bon match hardcore. Reste à savoir si les agressions de Stevie et Raven cesseront, je pense que oui : Foley aura du boulot à faire dans la storyline avec Hogan, Jarrett et Dixie.

 

 


Eh oui, les inquiétudes étaient fondées, Hulk Hogan impose un virage drastique à la TNA: ça sera pâtes tous les jours à la cantoche.

 

 

Jeudi, Angle s’empare de la ceinture d’AJ, s’ensuit un traditionnel « arrachage de main » de ceinture et un début de bagarre. Heureusement, les deux adversaires heels d’un soir que sont Daniels et Wolfe viennent arrêter cette guerre entre faces en attaquant leurs adversaires respectifs à Final Resolution. Le show se termine sur une image des deux heels fêtant leur victoire psychologique du soir, ceintures à la main, au-dessus des deux faces, gueule contre terre.
Premier des deux Main Events : Desmond Wolfe vs Kurt Angle, Three Degrees of Pain Match. Première manche, Pinfall. On commence par une phase de mat wrestling, beaucoup de prises simples mais effectuées à la perfection, beaucoup de contres, on peut cependant voir une légère domination de Wolfe, la première tentative de tomber lui revient. Les strikes commencent à apparaître, toujours sous la domination de Wolfe, Angle est irrémédiablement ramené au sol. L’Olympic Gold Medalist prend finalement l’avantage et son style est appliqué au combat, des suplex et autres moves de ce genre apparaissent, mais Desmond Wolfe continue son travail au niveau du bras d’Angle dès qu’il en a l’occasion, notamment sur un contre de l’Angle Slam. C’est au tour d’Angle de contrer le finish de Wolfe, avec 5 German Suplex ; Wolfe revient dans le jeu en appliquant violemment sa Tower of London, mais Angle parvient à s’en dégager. Nouvelles tentatives de finish de Wolfe, contre et Angle Slam, l’Anglais se dégage du compte de trois.
Moonsault évité, Jaw Breaker Lariat, Tower of London, Wofle s’adjuge la première manche, qui a déjà marqué les corps des deux participants.

 

Seconde manche: Soumission. Les plans ne changent pas pour Wolfe, il travaillait le bras d’Angle, il fait de même. Son adversaire change son jeu et place un figure 4 leg lock des qu’il en a l’occasion. Beaucoup de petites soumissions de Wolfe au niveau du bras d’Angle, il change souvent de position pour éviter un contre. Angle parvient à faire son Ankle lock à de nombreuses reprises, mais le British trouve toujours un moyen de contrer, jusqu’à la 5ème tentative du Médaillé Olympique, qui se solde par un abandon du heel, 1-1 . Le match se poursuivra donc sur un escape the cage match (oui, c’est rare les 2 out of 3 Falls qui se finissent à 2-0…) Première tentative d’Angle, contrée par une superplex de Desmond Wolfe. Même schéma quelques minutes plus tard avec une belly to belly, mais les rôles sont inversés. Wolfe saigne rapidement et abondamment, mais parvient à contrer un frog splash au prix de sa jambe. L’Anglais tente de sortir par la petite porte mais Angle le rattrape et lui place un Ankle Lock assassin. Wolfe ne peut pas abandonner, et se noie dans son sang et sa douleur! Kurt Angle profite de l’état comateux de son adversaire pour sortir par le haut de la cage, mais Wolfe a un second souffle qui lui permet de ramper jusqu’à la porte… Mais trop tard, Angle a déjà les pieds au sol à l’extérieur de la cage.

 

Bon match, qui n’atteint pas celui de Turning Point, mais le plus décevant fut le public, complètement silencieux pendant les quinze premières minutes et ne réagissant qu’aux moves d’Angle par la suite…

 

 


Si Nigel faisait réagir la foule dans le circuit Indy, c’était à cause des moqueries que suscitait sa coiffure.

 

 

AJ Styles © vs Daniels pour le titre Heavyweight !
Domination de Daniels avec pas mal de cheap shots, mais AJ parvient à accélérer le rythme avec son style high flyer. Le Fallen Angel réussit à ramener AJ sur terre avec un rude chokeslam sur une chaise. Le combat est violent, AJ est malmené par son ancien meilleur ami, il se fait fracasser le dos sur une chaise, sur les turnbuckles et tout ce qui peut blesser dans le ring. Split legged moonsault sur le dos d’AJ Styles enchaîné par un Crossface, la corde sauve le champion et il commence à revenir dans le match, avec notamment un hurricanrana contré en powerbomb à l’extérieur du ring. Daniels en bon heel qu’il est supplie AJ de ne pas le frapper en espérant lui placer une basse attaque une fois le dos tourné, mais le champion réplique par un backbreaker et son springboard back flip DDT. Pas mal de moves originaux, notamment une suplex en équilibre de la deuxième corde entre les turnbuckle. Daniels a une énorme bosse sur la tête, l’affrontement est d’une violence rare, les deux hommes ne se départagent pas, le Fallen Angel rate une belle occasion avec un BME placé mais AJ lève son épaule à 2.99; quelques secondes plus tard, c’est à Styles de placer son finish mais Daniels parvient également à se dégager au dernier moment. Daniels est en situation de force, il s’apprête à commettre un frankeinsteiner du haut de la troisième corde mais AJ le contre en un Styles Clash brutal de la seconde corde: victoire du champ’, qui continue à nous surprendre en gardant sa ceinture mois après mois, l’agresseur masqué ne semble pas être disposé à intervenir durant ses combats…

 

La TNA poursuit donc sa marche vers les sommets des ratings en proposant successivement trois des meilleurs PPV de l’année. Beaucoup de suspense pour le futur, que ce soit par les briefcase, l’avenir de la Beer Money, le retour de Kaz, mais évidemment l’affrontement Impact-Raw du 4 janvier. A noter que la TNA prend ses vacances et qu’il n’y aura pas d’Impact la semaine prochaine (ce qui permettra au rédacteur de ces lignes de prendre lui aussi un peu de repos, la publication des résultats des pronos sur Final Resolution étant donc un peu décalée); pas sûr que ce soit la meilleure chose à faire quand l’adversaire propose 4 shows par semaine…

 

 


OH YEAAH BROTHAA, j’ai la meilleure idée de l’histoire de la TNA : on ne fait plus de show TV comme ça la WWE ne nous bat plus niveau rating!

17 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut