Catch

TNA: sous le règne de Hulk le sage

Avoir raison trop tôt est socialement inacceptable.
Robert Heinlein

 

Tel Galilée passant au tribunal de l’Inquisition ou l’ »Ecolosceptique » Claude Allègre, il existe un club des incompris en ce monde… Leur existence est difficile, ils s’accrochent au rocher de leurs idées en plein contre-courant du fleuve de la raison! Bonne nouvelle pour ce clan, Tsurugimi le fou le rejoint définitivement, lui qui ne démord pas de son credo pour le moins controversé: « Hogan et Bischoff font du bien à la TNA. »

 

 


D’ailleurs, notre chroniqueur a adopté le look qui va bien. Précurseur, toujours!

 

 

Review d’iMPACT du 28 janvier

 

On annonce le début d’un tournoi destiné à désigner le nouveau challenger au titre suprême, détenu faut-il le rappeler par le désormais heel AJ Styles. Deux matchs du tournoi ont lieu lors de ce show: le premier voit s’affronter Desmond Wolfe et Sean Morley. Oh mon Dieu, de cruelles images nous reviennent à l’esprit, le vil ex-WWE Morley terrassant maladroitement le Main Eventer d’un mois, Daniels. Heureusement le surpush de Morley et sa winning streak « d’ami d’Hogan » s’arrête à un combat: Wolfe bat assez facilement le Rocco de la TNA. Trèves de plaisanteries, le résultat montre bien que sa victoire (et sa feud, vu qu’elle a l’air d’être aussi rapidement terminée que construite) contre Daniels n’était qu’un moyen de lui donner un peu de crédibilité à son arrivée. A la WWE, le débutant casse du jobber pendant trois mois, à la TNA on lui offre la tête d’un up-midcarter.

 

 


Donc je vais squasher des mecs pendant 2-3 mois à la ECW?

 

 

Non Bryan, toi tu vas jobber pour Ezekiel et Vance Archer.

 

Second match du tournoi, la moitié des champions par équipe, Hernandez, contre le Fallen Angel, Chris Daniels. Match d’une durée comparable au précédent, mais le profil des deux hommes offre un combat plus spectaculaire, Lionsault, slingshot shoulder block et Splash sont de la partie. Le Mexicain l’emporte avec un Dominator, et Daniels perd… encore. C’est tout pour cette soirée pour ce qui concerne ce tournoi, mais on peut envisager la participation de Morgan dans les prochains shows, et éventuellement une confrontation en demi-finale entre lui et son comparse Hernandez. Il faudra alors surveiller Nash qui a une mallette pour les ceintures par équipe, et qui ne manquera pas de l’utiliser si les champions s’entretuent sur le ring…..

 

Suit un segment entre les Nasty Boys et les Dudley. Les Nasty Boys sont tellement dégueulasses et détestables qu’ils ont réussi à faire turn la team 3D sans même être présents (c’est fort quand même). Niveau parlote, domination de Bubba Ray qui est vraiment bon au micro, mais le coté bafouilleur et asthmatique du plus gros des Nasty Boys le rend encore plus heel… Match prévu pour Against Odds All, Va y avoir de la viande sur le ring!

 

 


Nouveauté: le t-shirt qui fait Titantron.

 

 

Match Knockout: Beautiful People vs Tara/Hamada/Kong. Match assez sympa qui voit (encore une fois) Lacey Von Erich rester sur le bord du ring pendant tout le match, si ce n’est à la fin. Pas grand-chose à signaler si ce n’est le finish : Hamada a décapité les trois heels avec des bons vieux kicks, Tara conclut l’enchainement d’un moonsault, mais l’utilisation illégale de « l’ugly stick » par Madison Rayne en dehors du champ de vision de l’arbitre permet aux Beautiful People de gagner. Les heels commencent alors un tabassage en règle, mais Angelina Love, avec sa nouvelle étiquette de face, s’empresse de chasser ses anciennes amies du ring.
MCMG/Brian Kendrick vs Generation Me/Amazing Red: match court mais quel match! Un bon gros spotfest où tout va à 200 à l’heure. Headliné par les Guns et les Generation Me, c’est Kendrick qui dans son rôle de gosse égoïste finit le combat en faisant le tag, sans le consentement des Guns. Il entre alors dans le ring pour décrocher la tête d’Amazing Red avec un kick assez stiff, pour le compte de trois! Victoire de cette équipe ambiguë (quel est le rôle des Guns, Face ou Heel? Kendrick récupère-t-il de sa méforme?) qui laisse le X Division Champ KO sur le ring, et ce qui devait arriver arriva: la musique de la British Invasion retentit, Rob Terry va casher sa mallette pour le titre X Division! Oui mais voila, l’Anglais se heurte à de la résistance, non pas de Red KO, ni des Generation Me qui sont partis après le combat, mais de ses propres partenaires! Magnus lui signifie qu’il faut laisser la mallette à Doug Williams (ndlr: très bon choix). Terry accepte cette énième humiliation qu’on lui inflige, et Williams bat le champion assez facilement avec son terrible rolling german suplex, le « Chaos Theory ». Je suis heureux du résultat, Williams est vraiment un très bon catcheur, un gros technicien et j’espère que la perte des ceintures par équipe et le gain de cette récompense individuelle lui donnera plus de matchs en un contre un.
Quid de Rob Terry? Eh bien, ce que l’on ne sait pas en regardant ce show (et les deux suivants) , c’est qu’il y a eu un match de championnat pour le titre Global dans un house show à Glasgow, et que, surprise, Terry a battu Young. On ne sait pas comment sera « vendu » ce changement de titre, mais il est officiel des à présent sur TNA.com; par contre on peut se poser des questions sur le fait d’enregistrer un mois de shows weekly en avance…

 

 


Bon mon petit Rob, on va devoir prendre une décision. Continuer à être le larbin de la World Elite ou partir et reprendre ma vrai passion, la danse classique?

 

 

Avant de se pencher sur le Main Event, intéressons-nous à la principale storyline du moment: who screwed who? Hogan est-il gentil? Foley est-il fired?
Le show commence directement avec une réunion surprenante: Bischoff, Foley et Hogan dans le ring! Le Hulkster a une attitude compréhensive envers Foley, il veut trouver une solution, alors que Bischoff persiste et signe: il m’a frappé, je l’ai viré. Là, surprise, Foley insinue qu’il n’a pas levé la main sur Easy E et que celui-ci se serait fait saigner tout seul (après tout on est dans le catch) pour avoir un motif de le licencier. Hogan adopte alors la fameuse position du « cul entre deux chaises: on comprend que Foley reste dans la compagnie, mais Hulk n’accepte pas sa version de l’auto-scarification de Bischoff .

 

 


Bon écoute Mick, au début je voulais annuler ton licenciement, mais quand j’ai vu ta chemise, je me suis dit qu’Eric avait pas tort.

 

 

Mais ce n’est que le premier des soucis d’Hogan: il se retrouve seul à seul avec Hebner, à qui il demande des explications sur le screwjob de la semaine dernière. Hogan ne serait pas au courant? Ca semble se confirmer, Hebner affirme avoir été payé par Flair, tout comme il affirme avoir fait ça pour de l’argent en 97 (WTF?). Le Hulkster est obligé de prendre des mesures, brother, il est outré par le manque d’intégrité d’Hebner (instant rigolade, Hogan critique le manque de professionnalisme de quelqu’un) et il le suspend temporairement. Bref, cette histoire de screwjob tourne bizarrement, et il ne ressort que deux suites possibles: on n’en parle plus et on donne des vacances à Hebner, ou alors Earl a menti et ce n’est pas Flair qui l’a payé. Qui serait alors l’odieux fouteur de trouble dans la compagnie ? On commence à voir apparaitre sa vraie nature: Eric Bischoff. Certains trouvaient son intervention finale pour virer Foley peu crédible et assez « mise en scène », c’est maintenant suggéré dans le kayfabe. Mais ce n’est pas tout: plus tard dans le show, Easy E vire purement et simplement Lashley après l’avoir gargarisé de compliments sur sa franchise et sur l’impact qu’il a dans le sport. La relation entre Hogan et Bischoff évolue également: au cours du show Hogan accepte les excuses d’Angle alors qu’il lui avait craché en plein visage, ce qui est un signe de maturité et d’esprit de conciliation. Hogan veut résoudre les problèmes devant les caméras, Bischoff s’amuse à foutre la merde pour son plaisir, et cette direction bicéphale se retrouve lorsque Jarrett fait son entrée dans le bureau Hogan/Bischoff. JJ veut revenir dans le ring, pour la TNA, et il est prêt à recommencer en bas de la carte pour montrer sa bonne foi. Hogan est d’accord, mais Bischoff le propulse directement dans un combat difficile face à Mr. Anderson en Main Event. JJ accepte avec un peu d’appréhension, et Bischoff d’ajouter un « Good Luck » plein de fourberie vu le cadeau empoisonné qu’il vient de lui donner. Ami et collègue, on sent qu’Hogan pense que Easy E en a un peu trop fait avec Jarrett, mais ça ne laisse pas augurer une dispute entre les deux à court terme.
Jeff Jarrett fait donc son retour in-ring après sept mois d’absence contre Ken Anderson! Bonne réaction du public pour les deux catcheurs, JJ fait son entrée tel le MVP dépushé: sans theme song, ni titantron, une humilité débordante pour JJ. Le combat n’est pas un chef d’œuvre, loin de là, mais il est pas mal booké et JJ joue bien le rôle du vieux rouillé dépassé par les événements. Victoire de Ken Anderson sur une combinaison low-blow + small package, il colle juste un petit finish, le mic check, après le match histoire de finir le boulot.

 

 


Anderson est allé au bout de ses moyens en contrant une clothesline avec son souffle.

 

 

Un show assez différent de celui de la semaine dernière, donc: on fait moins dans le coup d’éclat, on commence à préparer des trucs sur le long terme (tournoi pour le WHC), UN SEUL vieux de la WWE dans le show, et il perd, que demande le peuple?
AJ Styles a fait « la fête » dans un vestiaire avec Flair et quatre put… euh accompagnatrices, et Angle de lancer la thématique du couple Flair/AJ = le vieux renard se sert du jeune innocent. Les autres vieux, XPac et Hall, se contentent d’un petit segment où ils attaquent Angle, avant d’être rapidement sortis par la sécurité. Avant que la porte se referme, ils lancent « à la semaine prochaine » à la sécurité. Utilisation assez cool des Outsiders, ils ne sont pas envahissants et ça laisse beaucoup de mystère autour d’eux, stay tuned.
Un nouveau champ’ X Div, plus de catch (pas beaucoup mais bon…), mais surtout de meilleurs matchs, le show se termine sur un gros succès : 1,4 de rating! Nouveau record pour un weekly de la TNA, ça continue à monter alors que la concurrence se tâte pour des RAW de 3h. (rappelons que la WCW était allée sur trois heures pour les Nitro, et qu’ils s’étaient ramassés).

 

 


Quoi? Vince copie la WCW? Bordel on va pas se laisser voler notre pain, va me chercher Scott Hall, je le fais Champion du monde.

 

10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut