Catch

Superstars: à la croisée des chemins

J’avais des hauts
J’avais des bas
Je crois que j’en voulais trop
J’ai meme eu ce que je n’voulais pas.

Stéphane Eicher, Des hauts, des bas.

 

Le Superstars du jour expérimente de nouvelles voies. Des divas qui se donnent, la ECW qui disparaît, du jobber qui s’ennuie, et du croisement de feuds. Alléchant programme, mais…qui se révèlera un poil en deçà des attentes.

 

 


Kelly Kelly est inquiète. Pour la première fois de sa vie, on lui a demandé de catcher.

 

 

Review de Superstars du 04 Février.

 

Les divas squattent l’opener, une nouvelle fois, et représentent dignement le show rouge.

 

 

Premier match: RAW: Tag Team Match: Kelly Kelly & Eve Torres vs Alicia Fox & Katie Lea.

 

Voici de quoi nous faire saliver. Outre le fait que quatre des plus jolies divas du roster nous honorent de leur présence, deux d’entre elles combattent rarement, malgré leur talent d’ailleurs. On attend donc beaucoup de l’opposition Katie vs Eve. Et tout ça sous nos yeux ébahis, mais pas ceux de Chris Masters qui a sans doute préférer picoler avec Helms et Hardy. Eve démarre en tout cas face à Alicia Fox, qui très vite prend le dessus en ramenant son adversaire au sol, et en la bloquant dans un collier arrière.Une fois dégagée, Eve réplique avec un magnifique dropkick qui surprend Alicia Fox et lui fait faire le tag. Mais Katie Lea se fait vite surprendre, et Eve rameute double K pour une descente du coude en équipe. Kelly se fait ensuite acculer dans le coin, mais s’en dégage en distribuant les gnons et en allongeant son adversaire d’un tour de hanche, avant de ramener Katie Lea dans son coin et de continuer à bosser en équipe. Eve place ainsi un sunset flip depuis la troisième corde, qui aboutit à un nearfall, avant d’enchainer avec une Senton, et un Samoan Drop. Quelle exposition pour la division féminine! Alicia tente d’intervenir, et la plus grande confusion règne. Eve est projetée à l’extérieur, Katie Lea ricane, mais Kelly, trop honnête, n’en profite pas et reste sagement dans son coin. Alicia Fox est désormais la femme légale in ring, toujours face à Eve, qui se retrouve bloquée dans une single leg boston crab.Finalement, après avoir retourné la prise et envoyé bouler Alicia d’une planchette japonaise, Eve fait le tag avec KK, qui aligne les Clothesline avant d’imposer son tournoyant ciseau de tête (7 tours!).

 

 


Ouais, allez! Encore un tour de manège!!

 

 

Elle tente le tombé, mais de nouveau, Katie intervient. Néanmoins, Kelly Kelly garde le contrôle. Elle place même un crossbody sur Alicia depuis la troisième corde, mais…comme souvent, celui-ci est retourné avec l’élan, et finalement c’est la team Fox/Lea qui s’impose sur un match très bon, rempli d’excellents moves. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu des divas se battre « pour de vrai » à la WWE, espérons que cela durera encore et encore.

 

Raw squatte encore la place pour un second combat. On peut penser en effet que la naissance du show NXT supprime l’utilité de la présence de la ECW à Superstars. Bref, tout ceci est à suivre bientôt.

 

 

Second combat: RAW: Evan Bourne vs Carlito.

 

Dans ce combat entre deux espoirs qui n’ont pas percé, Carlito prend vite le dessus a grands coups de coude et d’avant-bras. Surpris, Bourne finit par revenir avec des kicks dans la jambe qui font souffrir Carlito. Ce dernier récupère néanmoins et revient bien dans le match avec des slams hargneux, avant de bloquer Evan Bourne dans un collier arrière. Lorsqu’il est libre de ses mouvements, ce dernier fait le show, balançant des kicks assez stiffs, à l’image de ce dropkick qui envoie Carlito à l’extérieur. Evan le rejoint d’une slingshot plancha, mais se fait contrer. Heureusement, pas de bobo puisqu’il retombe sur ses pieds et met littéralement KO son adversaire d’un coup de genou. Bourne ramène son adversaire, sans doute pour faire le tombé. Finalement il place Carlito pour effectuer son SSP. Mais trop de temps perdu, Carlito a récupéré, et se lève bien avant que Bourne n’ait amorcé sa prise. Globalement le Colon jobbe et son adversaire peut enchaîner les prises. L’homme a la pomme dispose cependant de quelques temps forts où il essaye de faire valoir son statut de heel à l’image de ce coup de la guillotine.

 

 


Putain, l’enfoiré! Il me refile ses poux!

 

 

Il tente aussi quelques prises, comme ce neckbreaker ou cet énième collier arrière. Tout ceci permet à Evan Bourne de montrer sa force, en réussissant à se dégager chaque fois. Même si la fatigue se fait sentir et qu’il est un peu plus dominé, le highflyer répond présent malgré tout, se dégageant par exemple in extremis d’un spinebuster, ou contrant Carlito d’un hi-kick directement dans la tempe. Ce dernier, une nouvelle fois, esquive le SSP, mais chute depuis le coin. Cette fois ci, plus d’excuse, Bourne place son finish pour le compte de trois. Cela conclut un match, certes correct, mais ô combien ennuyeux car un seul des deux catcheurs joue le jeu. Carlito s’ennuie in ring, et le montre clairement en faisant le strict minimum. Pour un ex-champion intercontinental, il faut bien reconnaître que c’est dommageable.

 

Espérons que le main-event va bien conclure un épisode qui pourtant avait très bien commencé.

 

 


– Waahh, vous avez vu les gars, il a une ceinture!!
– Ouais ben profitez bien, vous en toucherez jamais une les mecs.

 

 

Main-Event: Smackdown: 6-man tag: John Morrison & Matt Hardy & Great Khali (w/Ranjin Singh) vs Drew Mc Intyre & Hart Dynasty (w/Natalya).

 

Concept intéressant pour le Superstars du jour, qui permet donc le croisement de deux feuds. Une feud mineure, opposant Hardy & Khali à la HD, et une feud majeure opposant le champion intercontinental déchu et son bourreau. D’ailleurs, la présence de Morrison est assez rare à Superstars pour être soulignée, comme cela a été remarqué sur wwe.com:

 

 


Et une blague, hohoho, de Madame Bellepaire, hohoho, de Loches, hohoho…

 

 

Hardy démarre face à Tyson Kidd et s’enchaîne un moment où chacun tente de retourner le bras de l’autre. Lassé, Hardy allonge son adversaire d’une corde à linge, avant de faire le tag avec John Morrison, ce qui nous offre d’ailleurs un beau combo moonsault et descente du coude en équipe. Finalement Tyson finit par laisser sa place à Drew Mc Intyre, qui échange les coups avec celui qui veut lui piquer sa ceinture. JoMo domine plus ou moins, mais fait tout de même le tag pour avoir l’assistance du Khali, qui allonge son adversaire d’un coup de botte. Tyson Kidd, courageux, tente de venir aider Drew, mais se fait vite renvoyer par Khali, qui fait également goûter la puissance de ses atémis au champion IC, sous les yeux d’un Matt Hardy dansant tel un vulgaire Ranjin Singh. Hardy finit tout de même par rentrer, toujours face à Drew. Une intervention de Tyson Kidd aide l’écossais à faire le tag qui voit DH Smith entrer sur le ring. Ceci permet au match de gagner en puissance et en technique. Un tag plus tard, et Tyson fait désormais face à Jomo pour une opposition intense. La team heel fait son boulot en distrayant le challenger, afin qu’il ne puisse pas placer son Starship Pain. Le Shaman of Sexy se retrouve violemment projeté à l’extérieur, et Natalya et Drew en profitent pour s’attaquer au champion déchu. David Hart Smith achève le travail en imposant trois Belly to Belly Suplex à la suite. Par on ne sait quel miracle, Jomo réussit à faire le tag et fait rentrer Matt Hardy, qui place son side effect. La confusion règne, toute la HD se rue sur Matt, après avoir envoyé Jomo et Khali à l’extérieur. Finalement le géant Indien ttrape Drew et Tyson vers l’extérieur et Jomo en profite pour placer un double flying clothesline depuis la rambarde de sécurité. In ring, Matt Hardy place son twist of fate… avant de se reculer pour faire rentrer Khali qui roule du popotin avant de conclure d’un double hand chokeslam pour le compte de trois.

 

 


La danse du popotin, une arme de séduction massive.

 

 

Si le match fut correct, avec de beaux spots, et que l’idée des feuds croisées était intéressante, la fin laisse un goût amer. Voir Hardy laisser sa place pour permettre au Great Khali d’avoir son heure de gloire est désolant. On a l’impression d’avoir le même sale goût qu’a laissé Carlito après son match face à Evan Bourne, même si l’ensemble fut correct. On saura la semaine prochaine si cet arrière-goût va perdurer, en tout cas moi je serai, si le Dieu du Catch le veut, au rendez-vous de Superstars…

 

 


Because I’m Sir Arthemiz, and I’m So Gordon.

10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut