Catch

ECW: l’avant-dernier

Put on your red shoes and dance the blues.
David Bowie, Let’s Dance.

 

Bonjour à toutes et tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où, cette semaine, à l’instar d’un David Bowie désireux de s’éclater dans une de ses plus lamentables chansons, le roster de l’ECW avait mis ses bottes de lutte avec l’envie de donner le meilleur de lui-même.

 

 


Je profite de cette tribune pour vous dire à tous et toutes que je suis à la recherche d’un emploi. General Manager, Diva, Knock-Out, Hôtesse d’accueil, Pom-pom Girl, Ring announcer, je suis ouverte à toutes propositions …

 

 

Review de l’ECW du 9 février

Autant vous le dire tout de suite, cet article est incomplet car on a eu droit à deux très bons matchs labellisés ECW dans d’autres shows. Christian, en effet, a fait une petite visite à RAW ce lundi et il a, de plus, disputé un match contre Zack Ryder pour la dernière apparition de l’ex-marque de l’extrême à Superstars. Je vais vous laisser découvrir les avis de mes talentueux confrères dans les colonnes des Cahiers du Catch, mais si vous voulez un résumé rapide et mon avis, c’est assez simple : Christian est actuellement le meilleur catcheur de la WWE. Point final. Depuis bientôt un an, le champion a simplement été incapable de faire un mauvais match et c’est d’autant plus remarquable qu’il a réalisé cet exploit en étant dans le ring avec une poignée de types jeunes qu’il a toujours réussi à porter aux sommets sans lui-même passer pour un baltringue.

 

 


Bon, alors, j’ai regardé mon agenda … Le 11, je mets Zack Ryder over, le 12, c’est Swagger, le 13 Morrison, le 14, MVP, le 17, Le Miz, le 18 Bourne. Donc il me reste le soir du 16 pour m’occuper de McIntyre et celui du 15 pour défendre mon titre contre Big Zeke.

 

 

Le thème du jour était assez simple : avec l’arrivée imminente de NXT, la WWECW boucle les affaires courantes, termine les feuds et prépare sa dernière. A priori, aucun des membres actuels du roster ne sera de l’aventure NXT et chacun de ceux qui traînent dans les vestiaires vont rejoindre un des shows majeurs. Ce n’est pas forcément un bon signe pour ce que sera le nouveau produit de la WWE, ni même pour le roster lui-même … Mais bon, ça a l’air d’être comme ça et Tiffany l’a dit dans le segment introductif, confirmant ce que Christian avait déjà annoncé lundi.

 

 


Goldust est certes un personnage aux mœurs ambigües. N’empêche qu’il n’est toujours pas consentant pour faire la brouette thaïlandaise devant tout le monde.

 

 

Le premier match du soir a vu la fin de la feud Tatsu/Goldust contre Croft et Baretta. C’est une bien bonne idée que de mettre un match de championnat la semaine prochaine comme enjeu final à une feud qui n’a pas vraiment soulevé l’enthousiasme. Même si je ne me fais pas trop d’illusions sur l’issue du match de la semaine prochaine, ça a eu le mérite d’exciter ma curiosité et aussi, visiblement, celui de motiver les quatre hommes dans le ring. Et on a eu droit à un bon tag-team match, vraiment, un affrontement de qualité entre deux équipes qui ont, une fois n’est pas coutume, tenu leur rang, même Baretta et Croft. C’est donc à l’honneur de ces quatre-là que d’avoir réussi à mettre en place un bon match et c’est toujours un vrai signe de caractère de leur part que de donner le meilleur d’eux-mêmes alors que leur avenir est quand-même assez incertain.

 

Si les rookies terminent le match avec une défaite, le finisher de Yoshi, vraiment sorti de nulle part pour une fois, et pas autorisé par une sorte d’erreur de débutant de son adversaire, était crédible. Et j’attends de voir avec impatience ce qu’il fera avec Goldust contre les champions en titre.

 

 


Regardez, c’est les deux pauvres types qui vont se faire atomiser par Miz et le Big Show la semaine prochaine!

 

 

Le show n’étant pas parfait, j’avoue que j’ai moyennement aimé le second match entre Ezekiel Jackson et un random Jobber. Juste après un title-shot, je ne pense pas que repartir sur la routine soit le meilleur moyen de renforcer le personnage de Big Zeke. Par contre, histoire de rendre honneur à qui le mérite, il faut citer le nom du gars qui était là pour se faire aplatir par Zeke : Perry Wallace. Ce type sait très bien prendre les bumps et comme il n’était payé que pour ça, il a magnifiquement joué son rôle. Rien à redire par contre sur le segment post-match et les récriminations d’Ezekiel et de Regal pour avoir un dernier title-shot. Un match de championnat que Christian acceptera plus tard dans le show à condition qu’il se déroule selon la stipulation Extreme Rules.

 

Et tout cela nous a amené au Main-event, entre Shelton Benjamin et Vance Archer. Là, encore, c’était un feud-ender, ce qui nous a valu pour la peine une stipulation No DQ, no Countount. Le match, tout comme le premier, était très bon et je pourrais recopier à peu près tout ce que j’ai déjà écrit sur l’opener : surprenant, bien meilleur que le reste de la feud, signe de caractère vu que l’avenir est incertain, etc … En plus, le choix de booking qui consiste à mettre le vétéran over par rapport au rookie était le même. Mais je vais plutôt parler des à-côtés du match.

 

 


Puisque Christian a donné ses dispos je tiens à signaler que moi, je suis libre et que mon CV est quand même pas mal non plus, je viens de faire mon possible pour rendre Archer crédible et avant c’était Sheamus…

 

 

La courte mais réussie promo de Shelton au micro, a très bien résumé son parcours à la ECW, sans l’idéaliser ni le dévaloriser. Présenter un Shelton lucide sur sa carrière, respectueux de l’héritage ECW, c’est le rendre humain et c’était cool car ça lui assure une bonne place pour après, par exemple pour feuder pour un titre mineur contre le Miz ou Drew Mc Intyre.

 

 


Shelton Benjamin porte ici la fameuse prise de l’autruche qui consiste à planter sa tête dans son adversaire.

 

 

Mais surtout, ce qui m’a laissé perplexe, c’est la trop longue pause dans le match pour recoudre Shelton dont le front était ouvert, juste un petit peu. C’était un bobo pas très grave mais je ne comprends pas pourquoi nous y avons eu droit, alors que l’ECW est enregistrée, que l’épisode était dense et qu’un petit coup de montage habile aurait pu écourter (voire effacer) ce moment. Si la WWE a laissé la séquence en entier, c’est qu’elle voulait faire passer un message, mais honnêtement, j’ai du mal à le saisir. C’était probablement un message lié à la sécurité de ses athlètes parce que quelques gouttes de sang sur le front à la peau foncée de Shelton, ce n’est pas très graphique, ça n’effraie pas le public et ça ne nécessite pas plus un classement supérieur au PG que certaines écorchures de Finlay à Smackdown, ou même à la coupure d’un JoMo qui joue maladroitement avec l’épée de Bravehart. Donc, je suis on ne peut plus perplexe sur le motif de cette séquence aussi impromptue que saugrenue.

 

 


Putain, Shelton, t’es salement amoché. Si on intervient pas de suite, tu risques d’avoir une petite bosse…

 

 

Pour résumer, excepté deux petits détails, on a encore eu droit à un bon épisode de la ECW qui a décidé de sortir de scène avec niveau in-ring bien meilleur que celui qu’elle a offert ces derniers mois.

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut