Catch

TNA: des résultats Contre Toute Attente!

Habemus Pope
Néologisme latino-tsurugimien.

 

Fin de semaine mouvementée pour la TNA, avec une défense de titre, un nouveau challenger, et Hogan qui fait le grand pas avec l’épisode d’Impact intitulé « Hulk’s moment of truth ». Trois axes de développement pour cette dissertation donc, comme d’habitude les lecteurs jugeront!

 

 


Et Dieu sait que les dits lecteurs sont impitoyables!

 

 

Nalyse d’impact du jeudi 11 février et d’Against All Odds

 

Commençons par celles qui n’ont pas eu la chance d’être sous les spotlights ce weekend, les Knockout. A Impact, Tara et Love sont opposées aux BP dans un handicap match (handicap parce que 3 contre 2 ou à cause de la présence de Von Erich dans un clan ?). Les deux face affirment au préalable qu’elles vont tabasser les BP jusqu’à les rendre « Ugly » à titre de vengeance du match interrompu par les heel une semaine auparavant. La confrontation est assez divertissante, malgré une Velvet botcheuse et une Von Erich reléguée une fois de plus à attendre comme une courge près du turnbuckle. Mais cette fois, Lacey en a assez des insultes du public, elle fait le tag, monte sur la seconde corde, et part pour un Moonsault. Le public est stupéfait, et ce n’est pas fini : Lacey atterrit sur ses pieds et son élan lui permet de placer une elbow drop. Moonsault into elbow drop par celle qui porte le surnom peu enviable de Lacey Von Botch, incroyable…. Les choses se précipitent à ce moment là : Love place son superkick sur Velvet, mais une utilisation du Ugly stick par Von Erich permet aux Beautiful People de l’emporter.

 

 


Accident dans 3… 2…

 

 

Toujours à iMPACT, on a eu eu droit au rematch d’Amazing Red contre Doug Williams pour le titre X Division. L’Anglais l’emporte logiquement avec sa rolling German Suplex, Williams fera assurément un champion de qualité. La World Elite conserve donc son autre ceinture individuelle… D’ailleurs parlons-en. Cette faction n’existe plus. Homicide et Kiyoshi sont portés disparus, et Young n’est plus le même : il apostrophe Hogan sur le ring en lui demandant de laisser entrer dans l’arène la Band afin qu’il puisse venger Nash après son agression de la semaine dernière. Young apparait alors assez « amical » , de par ses propos mais aussi par son attitude : il n’a plus son costume Jerichoholic mais des vêtements plus « cool ». Associez à ça les chants « UNDERRATED » qui descendent du public, et il n’y a qu’un pas pour penser au face turn… Le Hulkster lui refuse la permission d’affronter la Band, il lui demande de rester sur le coté quoi qu’il arrive. Young va tenter sa chance près de Angle, mais celui-ci lui répond également de ne rien faire, mais pour des raisons différentes : ce serait Hogan qui piloterait la Band à distance. Hogan assure que l’arène est sécurisée, et que la Band ne pourra pas rentrer (il serait temps) , mais quelques minutes plus tard, on voit Hall et Syxx roder près du bâtiment, suivis par une caméra, et aucune trace de la sécurité… A la fin du show, Hogan et Angle s’interceptent en backstage alors que le Héros Olympique s’apprêtait à sortir du bâtiment pour s’occuper des Outsiders. Les deux hommes parlent, il s’avère que Hogan est derrière tout ça, mais il accepte que Angle combatte la Band, à condition que ça soit sur le ring. Ce qui est promis arrive : 2 vs 1 en fin d’impact, pas d’arbitre, la Band sort un poing américain et met Angle KO… Arrive alors le Hulster, un check avec la Band, Hogan prend le poing américain et arme le tir vers Angle, mais c’est Syxx Pac qui prend, puis Hall, Hogan a surpris tout le monde en faisant semblant d’être avec les outsiders… Ce qui est le plus bluffant, c’est la manière qu’à eu Syxx Pac de vendre un coup de poing, avec des mouvements dignes d’un épileptique enfermé dans la Géode.

 

 


Hogan fait une démonstration de sa nouvelle prise, la Death Clutch (aucun mérite, c’était marqué sur le T Shirt, pas cons à la TNA…)

 

 

Ainsi on assiste la à la limite du booking à la Russo. Beaucoup de rebondissements show après show, mais au final on avance peu… En plus d’une stagnation des storyline (on vient ENFIN d’apprendre que Hogan n’était pas pote avec la Band, à moins que ce soit une double ruse…), on a une confusion importante dans les relations entre les personnages. Heureusement, ils y sont allé petit à petit, et Hogan n’a aidé la Band qu’une fois avant de la trahir aussi sec, ça aurait pu être pire. Même situation du coté de Bischoff : celui-ci est toujours aussi « méchant » (nous parlerons de la situation Abyss/Foley plus tard) et sa relation avec la Band est toujours floue, ainsi que celle avec Ric Flair.

 

Et oui, la relation Flair/Bischoff est à prendre en compte depuis que Easy E s’est auto-proclamé Special Guest Referee pour le AJ vs Joe de Against All Odds. Les deux combattants ont eu le droit à une confrontation sur le thème « AJ, tu as changé ». Joe reproche au champion de ne plus être le type intègre qu’il connaissait, de porter des costards dignes de Jericho depuis que Flair est dans son entourage. Le Samoan est convainquant dans son discours en tant que face, mais malheureusement AJ a eu la mauvaise idée de rappeler que Joe s’est montré plus que versatile depuis 1 an, pas sur que ça soit profitable à la storyline… Les deux hommes finissent par en venir aux mains, et ils sont séparés par le mentor d’AJ grâce à un Low Blow du Naitch sur Joe. Une fin de build up un peu en dessous de ce que l’on avait eu la semaine dernière.

 

 


De quoi tu te mêles, nabot, c’est le nouveau style de la TNA ça!

 

 

Donc au PPV, on s’attendait tous à avoir quelque chose lors de cet arbitrage par Bischoff, il DEVAIT se passer quelque chose… C’est arrivé mais pas forcément de la manière dont on pouvait l’envisager. Le match en lui-même tout d’abord : différent par rapports aux dernières défenses de titre d’AJ. Le champion a agi en mode 100% heel, au détriment de son coté spectaculaire, mais au profit d’un magnifique mix Robe de chambre Flair style / Capuche trop grande AJ Styles (notez au passage le magnifique jeu de mots style-Styles). Joe a déroulé avec les encouragements du public, enchainant beaucoup de belles prises, jusqu’au moment où ce qui devait arriver arriva : la tricherie. Elle fut de la part de Flair, sans le consentement de Easy E. : Joe se prépare pour le Muscle Buster, mais Flair lui attrape le pied, et Bischoff descend du ring pour s’occuper du Nature Boy. Joe qui attend le compte de l’arbitre s’énerve et va chercher Easy E., mais AJ en profite pour placer son pélé Kick puis le Styles Clash. Bischoff est bien obligé de compter, aussi lentement soit il, jusqu’à 3. Contre son gré, le pote d’Hogan apporte la victoire au camp heel, à la manière d’un HBK special referee accordant la victoire à Hart contre l’Undertaker, 12 ans plus tôt. AJ conserve donc son titre, en s’en doutait, et la manière dont se conclue le match laisse envisager deux hypothèses : soit Bischoff va comprendre la colère de Joe et lui accorder une seconde chance, soit tout ceci était mis en scène (ce qui expliquerai le soudain optimiste de Flair juste avant le match). Dans cette option, la fausse manière « dégoutée » qu’avait Bischoff lors du compte de trois n’était que pour masquer un plan où Flair et Bischoff auraient fait exprès de se « chamailler » pour permettre à AJ de contrer le Muscle Buster en sa faveur… Joe aura un rematch, ou pas. Mais ce qui est sur, c’est que AJ a un nouveau challenger, grâce au tournoi de Against All Odds.

 

 


Un challenger ? Pourquoi m’imposer un challenger alors que je suis sur de gagner étant le Best in the World at what I do ? Ridicule.

 

 

Les qualifications pour le tournoi se sont terminées lors de l’Impact, Pope battant Orlando Jordan dans un match plus qu’agréable (m’est avis qu’OJ est vraiment sous-estimé à cause de son passage à la WWE). De son côté Morgan défait assez facilement Suicide, qui aux dernières nouvelles semble une bonne fois pour toute retourner en mode « Kaz ». Foley et Abyss sont directement incorporés dans le tournoi par Eric Bischoff. Pourquoi un geste si amical ? Réponse plus bas.

 

Les 4 autres participants qui étaient déjà qualifiés la semaine dernière ont le droit à un 2 vs 2 entre eux : Kurt Angle & Mr Anderson vs Hernandez & Desmond Wolfe. Un face et un Heel dans les équipes, ça sent la poudre. Un match bon, non seulement sur le ring mais aussi hors ring, les personnalités des heel influant sur le déroulement du combat. Wolfe, heel intelligent, se contente de coopérer avec son partenaire et de tenter un blind tag. Anderson, heel cocky, fait tout pour nuire à son partenaire, lui volant la victoire, et surtout en le jetant hors du ring afin de pouvoir faire le pin victorieux.

 

 


Anderson, heureux de retrouver un ancien WWE à la TNA.

 

 

Un tournoi qui a vu la consécration de deux hommes, les deux finalistes, D’Angelo Dinero et Mister Anderson. Pope a eu une trajectoire mouvementée, il tombe sur Wolfe au premier tour, ce qui donne un match de qualité entre les deux hommes que le Pope gagne assez facilement (à noter que Wolfe a remit son boxer , c’est bien mieux que son truc violet et blanc à la mord moi le nœud). Le Pope affronte en demi-finale le vainqueur de Morgan vs Hernandez : Matt Morgan ! Les deux champions tag team se sont affrontés dans un match assez laborieux avec une blessure (kayfabe?) d’Hernandez sur la rampe d’accès lors de son Tope Suicida. On aurait préféré une victoire du Texan-Mexicain, mais c’est le Blue-Print qui fait face à Pope. Combat en demi-teinte : un peu mieux qu’Hernandez vs Morgan sans pour autant être transcendant, le finish a le mérite d’être très bien placé, Dinero esquivant un Big Boot près du coin et Morgan se coinçant la jambe dans les cordes. Le Pope en profite pour place son DDE et l’emporter. Victoire importante pour Dinero : en plus de l’envoyer en finale, elle montre ses capacités à battre un big man.

 

 


Pour le coup, Pope était opposé à un géant de 8 mètres de haut.

 

 

Mr Anderson a une trajectoire similaire : le premier match est de qualité, le second moins bon est contre un big man, mais les comparaisons s’arrêtent la. Anderson est odieux sur un ring, c’est une vrai ordure dans la lignée de son comportement à Impact , et il a ni plus ni moins battu Kurt Angle au premier tour. On l’a vu tricher abondamment, utiliser la médaille d’Angle pour faire saigner son propriétaire, et se relever d’un Angle Slam, esquivant un Ankle Lock pour finalement placer son finish et gagner. Son adversaire en demi finale est … Abyss ! Le géant masqué a battu Foley au terme d’un match lent et boring, basé sur le fait qu’Abyss ne voulait pas blesser Foley pendant le match, ce pourquoi Bischoff les avait intégrés au tournoi. Easy E. a même ordonné l’utilisation d’une batte de barbelés, ce qui n’a pas été fait, et les conséquences pour Abyss seront terribles, Bischoff ayant une monstrueuse envie de le démasquer. Un angle de ce genre permettrait de retrouver le Abyss sauvage et destructeur, mais en attendant, il a sa demi-finale à perdre face à Anderson. Rematch de Genesis assez terne, mais le fait d’avoir un heel désigné rend le combat plus facile à suivre: victoire d’Anderson après un bon vieux low blow.

 

Les deux hommes gratifient le public de bonnes pronos, entre autre un Anderson mythique face à JB, et le Pope interrompu par la Band juste avant la finale. Dinero est laissé pour mort en backstage alors que le match commence. Anderson est la, arborant un sourire sadique, et l’arbitre entame le count out. Mais c’est sans compter le face-power de Dinero qui lui permet de ramper vers le ring. Le heel n’attend même pas la fin du décompte et attaque Dinero sur la rampe, puis hors du ring, mais à chaque fois le Pope parvient à se relever et à revenir sur le ring. Anderson redouble de manœuvres « anti-jeu » contre son adversaire, ajoutant à ça un petit mot au micro où il annonce qu’il va placer son mic check et l’emporter. Il s’exécute, mais le Pope parvient à se dégager du compte de trois ! Tout ça vaut des huées au heel, mais surtout une pop incroyable pour Dinero. Le public est à fond pour le Pope grâce au boulot des deux catcheurs et la capacité énorme d’Anderson pour mettre over son adversaire, et le face finit par revenir définitivement dans le match en donnant plus de coups qu’il n’en reçoit. La conclusion arrive après une senton bomb esquivée par Dinero qui en profite pour placer son DDE et gagner le match.

 

 


Putain, viré de la ECW et n°1 contender à la TNA! Faut pas que Burchill soit au courant!

 

 

Sous l’ovation du public, les billets à l’effigie du Pope pleuvent! Mais il nous faut passer au match de la soirée, celui qui restera dans les annales : Team 3D vs Nasty Boys.

 

Quel match ! Ce combat a prouvé (si on avait encore des doutes) que bouffer des burgers pendant 14 ans d’inactivité n’était pas bon. Les Nasty n’ont pas fait une seule prise du match, et pourtant ils ont gagné, grâce à l’intervention du has-been, Jimmy « La bouche du Sud » Hart. Un match qui a duré trop longtemps, surtout pour le résultat… C’était censé être la pause pipi entre les quarts et les demi-finales, mais ça s’est révélé être… Nasty.

 

En conclusion un PPV avec des hauts et des bas, une sensationnelle ascension pour Pope et Anderson, des débuts de feud plus qu’intéressants (Anderson vs Angle) et un champ qui reste champ malgré un match de moins bonne qualité qu’à l’accoutumé. La situation Hogan/Bischoff/Flair/Band reste floue, trop floue, et il faudra rapidement donner un sens à tout cela.

 

 


En attendant, on compte tous sur Loulou Nicollin pour donner du souffle et une bonne trajectoire à la TNA.

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut