Catch

Superstars: Petite musique de chambre

You are the sun
You are the only one
You are so cool
You are so rock and roll
Be my, be my, be my little rock and roll queen

The Subways, Rock’n’roll queen.

 

Trois jours avant l’Elimination Chamber, le Superstars du jour tente de mettre over ses participants. Gail Kim et Reyrey vont spécialement essayer de faire bonne figure avant leur match lors du prochain PPV.

 

 


Sinon, je peux la remplacer, je suis toujours à la recherche d’un emploi.

 

 

Review de Superstars du 18 février

 

Et c’est le show rouge qui, comme à son habitude, ouvre le bal, pour un match qui s’annonce rock’n’roll. On a en effet droit à un tag team match opposant les highflyers Evan Bourne et Primo aux heels Carlito et Chavo Guerrero. La dernière fois qu’on a vu Evan et Primo à l’oeuvre à Superstars, le résultat était décevant par rapport à leur potentiel, et Carlito était ennuyeux. La motivation sera elle supérieure à l’approche des Elimination Chambers? En tout cas, Evan Bourne fait face à Carlito lorsque la cloche sonne. Et une fois encore, l’ami aux omoplates en chewing-gum donne des kicks assez stiff à son adversaire pour le mettre en condition. Carlito reprend néanmoins un peu le dessus pour aller faire le tag. Evan gaine les abdos pour faire un ponté que tente de briser l’ami Chavo, avant que celui-ci ne se fasse prendre en Hurracanrana. Tout ceci donne quelque chose d’assez kama-sutresque, il faut bien le dire.

 

 


Et malgré ça, la WWE est toujours classée PG…

 

 

Evan finit par se dégager à grands coups de kicks, comme à son habitude, avant d’aller faire le tag. Primo continue les kicks, mais Carlito intervient dans le dos de l’arbitre, faisant chuter lourdement son ex-partenaire tag team. Carlito est désormais l’homme légal pour une opposition fratricide, et très lucha libre style, comme avec cette succession de slingshot moonsaults. Après un nouveau changement, Chavo fait face à Primo dans ce match correct, mais loin d’être exceptionnel, alors qu’on a sur le ring trois cruiserweights et un light heavyweight. Chavo tente néanmoins sa Gory Bomb mais le compte est interrompu par Air Bourne, qui, une fois devenu homme légal, dynamise le match. Hi-kick to the head par dessus les cordes pour Carlito, Sunset flip pour Chavo, qui finira sonné par un Kick porté depuis les cordes par son adversaire. Puis Carlito s’en mêle, et Primo lui colle un bon backstabber des familles. Et pour finir, Chavo de retour encaisse un High Knee, enchaîné par un Shooting Star Press qui aboutira au compte de trois. Ce move conclut un combat qui aurait pu être épique vus les lutteurs, mais qui au fond aura joué son rôle d’opener.

 

 


Ouais, trop cool mec, on était le futur de la WWE et on a gagné avec trois kicks et un finish move! On est top over maintenant!!

 

 

Raw squatte encore la place avec les divas, et une opposition entre Gail Kim et Katie Lea Burchill. Pour le plus grand plaisir de Spanish et pour le mien, Katie Lea est over-exposed à Superstars en 2010. Le risque est qu’aujourd’hui elle jobbe face à celle qui prépare son match de championnat aux Eliminations Chamber (mouarf).

 

 


Wonder Woman qui jobbe, ca reste impressionnant.

 

 

Le combat démarre fort avec clef de bras, puis tour de hanche et crucifix pin porté par Gail, se rappelant du bon temps TNA. L’opposition est technique (esquives, flips, contres…) et plaisante, sauf pour la pauvre Gail qui finit dans le poteau de coin, projetée par son adversaire du soir.

 

 


Mais puisque je te dis que j’ai pas botché!!

 

 

La seconde partie du match est plus calme, Katie Lea se contentant de dominer son adversaire avec moultes clefs. Bras, têtes, tout y passe ou presque. Et le tout conclu d’un magnifique brise-épaule. Mais Gail ne s’en laisse pas compter et finalement c’est à coup de cordes à linge puis d’un slingshot crossbody qu’elle revient dans le match. Un missile dropkick plus tard, Gail a définitivement repris le dessus, mais la catcheuse gothique résiste car tout ceci n’aboutit qu’à un nearfall. Dans la foulée Katie place un Shining Wizard qui fait vaciller Kim. Cette dernière est projetée dans les cordes mais esquive avant d’enchaîner son finish pour le compte de trois, le tout sous les yeux de Maryse, venue la féliciter. Les deux lutteuses ont gagné en consistance, en présence, livrant un combat rock’n’roll qui les a bien mises over, et on a vu un excellent combat de divas. Dommage que tout ceci ne suive pas lors des weeklies par brand, ou lors des PPV.

 

 


Il faut dire que pour ces émissions là, on leur demande d’imiter la carpe…

 

 

And now, its time for the main-event!!

 

Le match de Smackdown voit un remake de David et Goliath: Rey Mysterio affrontant Mike Knox. Cette opposition marque le « retour » d’une feud qui avait terminé en queue de poisson. Espérons que le combat du jour, bien que « sans intérêt » (Knox errant en midcard et Rey étant en quête du titre) sera sans fausse note. A bien y regarder, la fausse note vient peut-être de la tenue très Jeff Hardyenne portée par Reyrey, là ou Knox se contente du look Chabal.

 

 


Pardon, scusez-moi, je cherche la déchetterie, j’ai des fringues de merde à jeter.

 

 

En entame de match, Knox prend très vite le dessus en coinçant son adversaire dans le coin: coups de pieds, de poings, avalanche, tout y passe. Rey finit par se dégager d’une esquive, mais se retrouve très vite au sol une fois encore; il a beau tenter, rien ne passe ou presque.

 

 


Forcément, quand on passe son temps à imiter Swagger, on perd en concentration, aussi!

 

 

Pendant ce temps, Knox contrôle son adversaire sereinement, presque avec dédain, comme lors de cet étranglement porté à l’aide du genou. Rey ne s’en sort pas face au big man. Mais il a cette formidable capacité à placer son adversaire dans les cordes pour le 619 en deux temps, trois mouvements. Pour le coup, Knox esquive. Il accepte ensuite de botcher pour mettre over Rey, en faisant semblant de chuter lourdement sur un baseball slide.

 

 


Et la, il fait le mort exprès.

 

 

En retour, Knox empale Mysterio contre le poteau du ring, avant de tenter de le soumettre. Reyrey jobbe, et Knox continue le supplice, en infligeant une torture rack. Le Mexicain apparaît incapable de s’en sortir, même en faisant parler sa vitesse. Le heel dispose toujours d’un temps d’avance, même si de temps à autre, le luchador réussit à projeter son adversaire hors du ring. Après un Top Rope West Coast Pop porté à l’extérieur, les deux hommes sont à terre, et décomptés. Knox est renvoyé sur le ring, et Reyrey porte une slingshot leg drop qui aboutit à un nearfall, auquel Mike réplique par un flying crossbody. La fin est proche entre contres, esquives, finalement un saut chassé dans les genoux fait chuter Knox entre les cordes. Il n’en fallait pas plus pour voir le 619 qui conclut un match sympathique. Une fois encore, l’opposition met over les deux participants.

 

En bref, un Superstars de qualité, préliminaire aux Elimination Chamber et qui donne envie de voir quelle sera la carte de la semaine prochaine. Car, si le Dieu du catch le veut, je serai au rendez-vous de Superstars…

 

 


Cause I’m Arthemiz, and I’m the boss, now.

 

 

5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut