Catch

TNA: le vrai départ

It’s good to be back home again.
John Denver

 

La Communauté de l’Anneau s’agrandit, des gens se font enlever, certains font leur coming-out, et d’autres reviennent. Bienvenue dans le show weekly de la TNA, Brother’.

 

 


And TNA Army Needs You !

 

 

Review d’iMPACT du 18 Février.

 

En segment introductif, le Pope est dans l’Impact zone, he’s pimpin’, et sa congrégation est à fond avec le #1 contender pour Lockdown. Interrompant un bon petit speech, Flair, AJ et leurs escort girls se décident à intervenir lorsque d’Angelo Dinero appelle le Naitch « Dick Flair ». Le segment semblait mal partir avec un embryon de dispute d’école genre « Mr Ziggles », mais la barre a été redressée par les protagonistes, Flair se ventant d’avoir été aussi bling bling que le Pope alors que ce dernier était encore dans le slip Kangourou de son père. Dialogue assez efficace avec AJ qui met de temps à autre son grain de sel dans la discussion et ce d’une manière plus que correcte. On termine avec un brawl et une bonne vieille domination des heel enchainant les coups bas, il n’y a rien de plus classique et bon que ce genre de conclusion.

 

 


Des conclusions qui ne cassent pas les burnes.

 

 

La soirée commence avec un match entre knockouts opposant Tara à Daffney, la championne contre une revenante (dans les deux sens du terme). Match rapidement arrêté par l’utilisation d’une boîte à outils par la zombie qui frappe Tara à l’aide du dit-objet. Daffney détruit la championne avec une chaise et une barrière (il faudra peut être un jour que les catcheurs expliquent comment ce genre de coup est censé être crédible) jusqu’à l’arrivée de Dr Stevie qui ramène Daffney en backstage. Pas d’intérêt catchesque si ce n’est le retour « gagnant » de la Zomby qui se place comme une prétendante sérieuse au titre.

 

 


Si tu continues à me traiter de Junkie, je tape cette barrière innocente, compris ?

 

 

Suit le duel Samoe Joe contre Orlando Jordan, match dont l’entrée est controversée comme jamais. On y voit OJ arriver avec une femme et un homme, une allusion limpide à sa bi-sexualité jamais cachée. Mais l’entrée a été coupée, OJ était censé embrasser l’homme, mais cela n’a pas été diffusé. Faute à qui ? Spike TV ? La TNA craignant d’aller trop loin ? Le match apporte aussi sa dose de controverse : OJ bat Samoa Joe sur un contre bien placé. Le Samoan reste amorphe quelques secondes, en plein doute sur ses capacités actuelles et sur la bonne foi de Bischoff après son arbitrage d’Against All Odds.

 

 


Comment pouvez vous dire ça alors que je suis l’incarnation de l’honnêteté?

 

 

Si sa culpabilité dans le match de championnat WHC n’est pas établie, on sait tout de même que Bischoff fait tout pour nuire au clan Abyss/Foley/Jarett. Easy E. fait tailler un costume à Foley avant de tailler lui-même un costume à Abyss, au sens figuré cette fois. Un match est booké entre JJ et Abyss, avec obligation de se servir de la batte barbelée, ou les conséquences seront terribles pour Abyss et son masque. Match médiocre comme d’habitude avec le Abyss télétubbies que l’on a depuis quelques semaines. Après quelques minutes de flou, JJ parvient à prendre le dessus, mais il refuse de frapper Abyss avec la batte! Assiste t’on au début de la rébellion anti-Bischoff ? La menace est prise au sérieux par Easy E qui envoie sa milice : une belle bande de heel sans feud (Raven, Rhyno, Desmond Wolfe, Tomko et Homicide) se jette sur sur Jarrett et Abyss sous le regard perfide de Bischoff, prêt à arracher le masque du visage d’Abyss. Seule une chose pouvait sauver cette situation : Hulk Hogan. Le Hulkster arrive et les regards entre Bischoff et lui sont loin de l’entente cordiale des premières semaines. Hogan demande à Abyss d’aller dans son bureau et de l’y attendre, pour ce qui va être un moment crucial BROTHER ! On assiste à un segment énorme entre Abyss et Hogan où ce dernier donne sa bague du Hall of Fame à Abyss sur fond de parodie du Seigneur des Anneaux, avec foutage de gueule du HoF de Vinnie au passage. Le géant masqué a enfin un push et surtout un retour probable en mode « destructeur » à venir, attention à tes fesses AJ…

 

 


Un Abyss sauce barbecue s’il vous plait.

 

 

Pour la première fois, Hogan et Bischoff ont une décision opposée, et pour la première fois les actes répréhensibles de Bischoff sont épinglés. Ca bouge enfin à la TNA, et c’était le moment ou jamais. D’autant plus que Easy E semble s’être définitivement tourné vers le coté obscur de la force : dans la foulée, Samoa Joe se fait enlever sur le parking par 5 hommes masqués (dont un qui porte un short comme Raven ou Rhyno). Aucune preuve de l’implication de Easy E, mais la pression d’Hogan pourrait causer ce genre d’actes.

 

Puis Kurt Angle squash un Daniels revenu aux affaires avant de claquer un discours titillant massivement la fibre patriotique. Pour nous Français, ça frise le ridicule, mais pour les Américains, ça marche bien, et même TRES bien. Les chants USA USA USA descendent des travées de l’impact zone, le tout redirigé sous forme de heat envers Mr Anderson qui débarque à ce moment. Tout comme l’opener, ce segment finit en brawl, également gagnée par le heel: Mister Andersonnn ! Anderson ! La feud entre les deux homme s’annonce prometteuse.

 

Ce segment pourrait indiquer pourquoi la TNA n’a pas diffusé le kiss d’Orlando Jordan : combinez bissexualité et « USA USA USA THEY TOOK HIS JOB » n’est pas la meilleur idée qui soit.

 

 


Kurt Angle en larmes, après être tombé par hasard sur une vidéos porno gay d’Orlando Jordan impliquant des militaires américains.

 

 

Après ça, on assiste au retour des Beer Money sur les écrans, qui sont opposés à une British Invasion inhabituelle : Brutus Magnus et le nouveau Global Champ, Rob Terry. Combat rapidement gagné par les Beer Money qui reviennent (d’après mes sources privées) dans la title picture directement. Comme les semaines (mois ?) passées, Magnus accuse Terry d’avoir fait perdre le combat. Mais c’est totalement faux cette fois là, et le Gallois décide enfin de réagir en défonçant Magnus sous les ovations du public. Ce face turn a le mérite d’être assez intéressant, on va voir ce que peut faire Terry qui était assez populaire ce jeudi soir, à ma grande surprise.

 

 


Tu m’as trompé avec Doug. Et Eric. Et Abdul. Et Kiyoshi. Et ça, c’est inacceptable.

 

 

S’enchaine un match X Division à quatre contre quatre, avec d’un côté les MCMG, Kendrick et Williams contre de l’autre Red, les Generation Me et Kaz! Frankie Kazarian est de retour! Bonne pop pour le revenant, qui s’impose comme un challenger n°1 en effectuant le tomber sur Williams, le champion. Le match fut court mais intense, on a enfin eu la preuve que le ring à 4 cotés n’empêchait pas les spot (je me demande encore comment certains ont pu penser ça…). Tout cela donne faim en vue de Destination X, où l’on aura probablement un match de championnat entre Kaz et Williams, ainsi qu’un #1 contender match Ultimate X avec les Bucks, les Guns, etc…

 

 


Moi aussi je peux revenir pour participer, du coup?

 

 

On finit sur les protagonistes qui concluent la majorité des shows depuis un moment de manière peu légitime : les Outsiders ! Cette fois ci, c’est Nash et Young qui prennent les devant, et les deux teams se battent sur le ring avant que la sécurité ne les sépare. On a enfin une storyline qui commence à se mettre en route, et m’est avis qu’un Pac-Young pourrait donner un grand match (si Pac vient sans alcool dans le sang).

 

Show clef pour la TNA, qui a su allier le divertissement au catch, mais surtout en y incluant des lancements de feuds ! Ca trainait en longueur avec un Bischoff que l’on savait vicieux, sans preuve de culpabilité, et un Hogan encore plus mystérieux. Mais là, enfin, ça bouge ! Je suis soulagé car ça devenait vital de mettre tout ça en route en vue de Lockdown.

 

 


COMME LE DIT LA FORMULE, IL ETAIT TEMPS DE FOUTRE!

 

 

17 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut