Catch

Clobber report, #7

Djobi, Jobber
Cada dia te quiero ma’
Djobi Djobi, Djobi Jobber
Cada dia yo te quiero ma’
Djobi Djobi, Djobi Jobber
Cada dia yo te quiero ma’

 

Vous aussi, marchez dans la lumière des Gipsy Kings, visionnaires troubadours qui chantaient les louanges de votre serviteur bien avant que Rey Mysterio ne tente de se faire passer pour ce coquin de Zed (Pulp Fiction). Comment? En lisant la septième édition du Clobber Report, consacrée aux shows hebdomadaires de la semaine du 22 février.

 

 


Il est l’heure de foutre en laine (ben ouais c’est l’hiver et il fait froid)!

 

 

Clobber Report, semaine du 22 février

 

Yatta! (Raw) : Vous en avez rêvé, ils l’ont fait: mettre dans une même équipe Yoshi Tatsu et le Chevalier Pégase, Evan Bourne dans le civil. Oui, ça fait un bail qu’il a ses nouvelles jambières, mais le voir ainsi associé à un japonais m’a rendu leur vision encore plus embarrassante que d’habitude. Bon, pas aussi embarrassante que le crossbody no sense de Gail Kim, mais pas loin.

 

 


Athéna de nouveau sauvée par les chevaliers de bronze qui célèbrent leur victoire!

 

 

Total Nonstop Adibou (iMPACT) : Eric Bischoff qui se gausse des Guest Hosts débauchés par Vince McMahon, Rob Terry qui maitrise pour seule prise le finisher du British Bulldog, Daffney qui nous donne sa vision de la Kid’s Era en mettant des coups de pelle en plastique dans un poteau (non parce que les cuisseaux d’ODB, impossible de les manquer), Jeff Jarrett cuisinant des steaks comme un vulgaire Heartbreak Kid sur le retour… Tout cela m’évoque l’analogie suivante : comme Brice de Nice, certains vieillards soit-disant providentiels feraient mieux de bosser leur sujet plutôt que leurs vannes.

 

 


And if you’re not done with that…

 

 

It’s clobbering time!

 

Et après? (NXT) : Aucun doute possible, la surprise de la semaine, c’est le premier épisode rafraichissant de NXT. Au-delà de tout ce qui a été loué par mes pairs, j’en retiens quatre bons souvenirs : les attachants bégaiements de Danielson, bien raccords avec la réalisation indie inaugurée par la WWE ; les coups de poing d’Otunga, aussi crédibles que ceux de Vader en leur temps (on ne peut pas en dire autant de son spinebuster) ; la chouette voix de baryton de Wade Barrett et enfin le look pas possible de Darren Young, qu’on croirait sorti d’un vieux jeu de baston sur Neo Geo.

 

 


Awesome! Pas aw-awe-awesome! C’est quand même pas compliqué!

 

 

Ceinture? Non, ceintures! (iMPACT!) : Si, avant la lecture de ces lignes, vous étiez toujours à la recherche d’une qualité à mettre au crédit de cette calamiteuse édition d’iMPACT, ne cherchez plus, je l’ai trouvée : le retour sous les feux des projecteurs du Global Championship. Plus qu’à espérer que les bookers fassent honneur à la définition qu’en a donné Eric Young. Puis mine de rien, sur 11 petites minutes de catch, on a eu du Global, de la X Div, du Knockout et du Tag Team. Ouais, on se console comme on peut.

 

 


Bah tiens, v’là qu’ils ont débauché Melina maintenant.

 

 

Ainsi s’achève ce septième numéro, merci à vous de l’avoir lu jusqu’au bout. Le Clobber Report ne serait toutefois pas complet sans une intervention de l’un de nos plus fidèles lecteurs, l’irritant Edge.

 

 


Spear! Spear! Spear! Spear! Spear!

 

 


Je dirais même plus, s’d’pire en pire

 

 

Ah ben non, c’est le très lucide Randy Orton qui a eu le dernier mot.

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut