Catch

TNA: What’s up in Lockdown?

En chaque homme il y a le meilleur mais aussi le pire. Le problème, c'est de cultiver le meilleur et d'éliminer le pire.
Jacques Chirac.


En l'espace de deux jours, la TNA a soufflé le chaud et le froid, passant d'un extrême (l’incompréhension des bookings) à un autre (la grande qualité de nombreux points) avec une rapidité déconcertante. En résumé: de nouveaux champions, un match de l’année, mais aussi des trucs bien pourris.

 

 


Kurt a eu beau se fâcher jusqu'à s'en péter les veines du front, et même menacer de se casser si les bookings ne s'amélioraient pas, ça n'a pas suffit.

 


Review de Lockdown et de l'iMPACT du 19 avril

 

 

Commençons par le Beautiful People contre Tara/Love, match marqué par l’imprécision dans la carte (en fait il n’y avait que Rayne et Sky dans la cage, malgré le fait que l’équipe annoncée était «Beautiful People» et que les trois catcheuses, dont Lacey Von Erich, sont officiellement championnes). Tara et Love ont eu des problèmes de cohésion, c’était prévisible, mais ce qui l’était moins, c’est qu’elles se sont fait battre. Madison Rayne est la nouvelle championne Knockout, et Tara semble entamer un heel turn en agressant Love après le match. Le lendemain dans l’impact zone, les titres tag team ont été défendus par Sky et Von Erich contre Daffney et ODB, une intervention de Rayne permettant à sa team de gagner. A noter le double botch de la prod, non seulement LVE est annoncée en tant qu’accompagnatrice, mais en plus, un bandeau récapitulant les résultats de Lockdown indique que Kendrick a gagné le Xscape match.

 

 


Oh putain qu’est ce que je fous la, bon je vais sortir de la cage discretos et me faire un trois feuilles en backstage.

 


Ce qui est faux! La soirée fut mouvementée pour la X Division, l’absence du champion Doug Williams bloqué quelque part près du volcan a modifié les deux matchs de la carte. Le MCMG vs Homicide/Kendrick devient un Xscape match dont le gagnant rejoint Kaz et Moore dans un triple threat pour le titre rendu vacant. Kendrick et Homicide se mettent ensemble face aux Guns, le match est assez agréable malgré une utilisation de la cage trop réduite à mon gout (c’est d’ailleurs le problème de Lockdown tout entier). Au final Homicide parvient à se faire la malle sous le regard furieux de son partenaire d’un soir, Kendrick. Le Triple threat a lieu un peu plus tard dans la soirée, Moore et Kaz s’attaquent à Homicide, qui contre notamment une double suplex en un double cutter. Les trois hommes se lancent dans une succession de moves à trois, dont on retiendra particulièrement la northern light suplex de Kaz, simplement énorme… Homicide prépare le gringo killa sur Moore, mais Kaz l’arrête et place un reverse piledriver qui lui offre la victoire et le titre X Division. Beau match, aucune psychologie, mais vraiment un match agréable et de bonne qualité.


Le point gérontologie de la semaine concerne la Band qui avait deux matchs de prévu : Nash contre Young et Waltman/Pac opposés aux 3D. Malheureusement, Waltman a fait un no-show… Il aura quand même tenu 4 mois le bougre. Qui l’a remplacé? Kevin Nash, tout simplement! Big Sexy a gagné son combat contre Young et a annoncé qu’il ne laisserait pas tomber Hall. D’ailleurs je pense qu’il est possible que la victoire de Nash se soit décidée au dernier moment, pour le mettre over avant le second match de la soirée. Le vieux duo Nash/Hall contre les Dudley, ça peut faire peur, mais la TNA a eu la riche idée de changer le steel cage en street fight! Quelques minutes de brawl dans le public surchauffé de St Louis (qui a été très bon toute la soirée par ailleurs) dominées de bout en bout par la team 3D, on revient juste sur le ring pour placer un 3D avec table sur Hall. Ce match comme ceux de la X Division était bon compte tenu des circonstances spéciales, on peut dire que globalement la TNA s’en est plutôt bien sortie.

 

 


Et oui, je fais tellement chier le monde que j’ai volé les clefs de contact de Waltman ce matin.

 


Deux mois de feud désordonnée et une stip plus ou moins bizarre: nous avions des raisons de nous inquiéter pour ce match. Et bien cette ultime opposition entre Anderson et Angle fut énorme. La clef, que Mr Anderson a gagné dans un Ladder match, a été bien utilisée. Kurt Angle l’a évidemment récupérée et empêché toute sortie de son adversaire en jetant ce précieux morceau de métal hors de la cage. Anderson dominait avant ça, il a plusieurs fois tenté de sortir, et cette transmission de témoin fut le moment «clé» du match. Angle a enchainé avec 7 german suplex et un énorme moonsault, et quand je dis énorme, c’est un truc exceptionnel que l’on a vu dimanche soir. Les deux hommes sont ko, Angle pourrait demander à ce qu’on lui ouvre la cage, mais il décide de continuer le combat face à Anderson, et MIC CHECK FROW NOWHERE! Un arbitre ouvre la cage de l’extérieur, et Anderson rampe vers la sortie. Angle puise dans ses dernières forces et attrape la jambe d’Anderson alors que celui-ci est à moitié hors de la cage. L’Angle lock est placé, armé, serré, exécuté, et il ne sera relâché qu’à l’évanouissement du heel. Angle quitte la cage en enjambant son adversaire, concluant un très grand match, rempli de psychologie. Kurt annonce son départ pour quelques semaines, son corps (évidemment) a besoin de repos. Anderson quant à lui va surement rebondir, avec pourquoi pas une place dans le King of the Mountain qui aura lieu dans deux mois.


Le titre Heavyweight aura eu deux jours troublés. Le premier soir fut une hantise lorsque qu’AJ conserva son titre au terme d’un match trop court. Un très bon public qui a poussé les deux catcheurs, de beaux moves, un rythme correct, AJ qui s’écrase du haut de la cage, une belle nearfall après le «codebreaker» de Dinero, et malheureusement une fin qui arrive trop rapidement et qui est un peu pauvre: AJ blesse Dinero au visage avec un stylo volé au caméraman. L’avantage de combat est que l’on voit réapparaitre un AJ Styles en solo un peu moins «heel», dont le catch high flying commence à revenir. Et ça c’est confirmé le lendemain, avec la surprise du mois à la TNA: AJ a perdu son titre, RVD est le nouveau champion. Tout cela a commencé par le discours en solitaire d’AJ, plutôt bon, rejoint sur le ring par RVD et Jeff Hardy. La direction prend sa décision: nous aurons droit à un Hardy vs Van Dam pour être #1 contender dans un match le soir même !

 

 


Répétitions pour leur finish en tag team, le «assisted split legged moonsault».

 


RVD prend rapidement les choses en main et place sa traditionnelle legdrop sur la barrière de sécurité. Il enchaine avec une slingshot legdrop sur le bord du ring et attend que Hardy se relève pour faire une belle diving crossbody. Le bladejob d'hier se réouvre, et Hardy revient dans le combat avec un dropkick dans le genou, il enchaine avec sa combo legdrop/dropkick et contre un monkey flip avec une corde à linge. Hardy enchaine les tentatives de tombé , mais le Whole FN Show se dégage à 2 à chaque fois. Jeff fait l'erreur de monter sur le turnbuckle et Van Dam lui place un de ses coups de pied en pleine tête. Rolling splash de l'ancien champion ECW, mais dégagement de son adversaire. Split legged moonsault, mais Hardy parvient encore à contrer le compte de 3. Suplex ventrale, Hardy se prépare pour la swanton, mais Rob esquive, et a le champ libre pour le five star frogsplash qui donne la victoire à RVD. Les deux hommes se retrouvent dans une interview backstage et se complimentent, et bien moi aussi! Le match était de très bonne facture pour un weekly.


Le match pour le titre oppose donc le même soir AJ Styles et RVD, en Main Event bien sur. Le champion lance son manteau au visage du challenger pour le prendre par surprise, et il met au sol son adversaire déjà fatigué par le combat contre Hardy. Van Dam est éjecté du ring, et AJ place sa sommersault (la plus belle au monde, vous en conviendrez). Le heel assène un violent dropkick à Mr Monday Night et le garde au sol. Echange d'atémis et de droites, RVD prend l'avantage avec des clotheslines, un monkey flip réussi, le rolling thunder suit mais n'obtient qu'un nearfall. AJ se ressaisit et place la figure four leg lock, mais le challenger parvient à attraper les cordes. Le pélé kick d'AJ sèche littéralement RVD, mais celui ci parvient à contrer un Styles clash puis un hurricanra en powerbomb. Le second five stars frog splash de la soirée ramène une seconde victoire de RVD, nouveau champion du monde. Hardy et le Clan Hogan viennent féliciter RVD, les Dudley sont de la partie, Dixie et Bischoff aussi. Victoire qui sauve la TNA de critiques acerbes sur son booking (le règne d’AJ ne pouvait durer) mais on peut s’inquiéter du fait de voir RVD champion, n'étant pas le meilleur worker de l’histoire, loin de la.

 

 


Style de vie tumultueux et représentant d’une fed:  «le cul entre deux chaises» par RVD.

 


Vous me demanderez «pourquoi Bischoff est-il venu féliciter RVD?» Réponse dans le lethal lockdown, la veille. Cela commença par le victoire de ce même RVD dans l’opener face à James Storm pour avoir l’avantage dans l’arrivée des catcheurs dans le lethal lockdown. Match un peu trop long à mon gout, mais de bonne qualité. La team heel est donc en désavantage dans la cage, Roode se retrouve seul face à Abyss et RVD. L’arrivée de Wolfe permet à son équipier de se ressaisir et à la Team Flair de contrôler le match. Ainsi de suite jusqu’à l’arrivée d’Hardy, ou plutôt sa non-arrivée: Sting l’agresse en backstage avant de rentrer dans la cage. La Team Hogan est donc à trois contre quatre, dominée dans le four sided ring. Mais Hardy finit par arriver avec un kendo stick et défonce les Beer Money avec des coups horriblement mal portés dans les cotes et le visage. Les trois hommes montent sur la cage, et dans une pénible reconstitution d’un spot d’AJ Styles, Hardy fait son splash du haut d’une échelle sur son adversaire allongé sur une table. Flair galope dans la cage pour essayer d’arracher l’anneau du hall of fame des mains d’Abyss, mais le Hulkster arriver Brother! Face à face entre les deux légendes, et forcément, vu qu’à trois c’est mieux, Bischoff se joint à la fête, un poing américain dans la main. Poing qu’il donne à… Hogan. Enorme surprise, Bischoff est avec Hogan, Flair se prend des droites et atterrit sur un tas de punaises, Abyss place son black hole slam sur Wolfe, et la team Hogan gagne le match. Tout ça pour ça? Quatre mois de build up lent et laborieux pour arriver à Bischoff=face? A ce moment la, ma réaction était «RIP TNA». Mais l’impact du lendemain me rassura : le nouveau champion fut un signe, et la revanche du lethal lockdown en fut un autre.


Flair demande en effet un match retour. Abyss dit que la guerre est terminée depuis le PPV, mais que Jarrett et lui sont prêts à se charger du boulot. La Team Flair attaque et domine rapidement les deux hommes, mais Rob Terry vient aider les face. Deux botchs de Terry mais il fait le ménage. Bischoff officialise un rematch, et annonce un 4eme membre mystère pour la team Flair. Abyss prépare ses partenaires en backstage, et annonce que ce soir sera une totale annihilation de la Team Flair. Le match est un lethal lockdown sans cage (un tag team gauntlet quoi), les deux premiers participants sont JJ et Sting et ils n'attendent même pas le début du match pour se sauter à la gorge et se battre dans le public. Il n'y a pas de DQ et Sting en profite pour placer deux chair shot dans le dos de Jarrett. Double J parvient à prendre le dessus, mais Sting semble avoir le contrôle lorsque les deux hommes reviennent dans le ring. Une double corde à linge entraine malgré tout un ko des deux cotés, et le troisième participant fait son entrée en la personne de Desmond Wolfe. Il fait le tag avec Sting (ce n'est donc pas un tornado tag team match) et s'occupe assez facilement de Jarrett, épuisé par les 5 minutes de brawl contre Sting. JJ contre une tentative de tower of london, et au même moment le freak Rob Terry fait son entrée. Il catapulte Wolfe dans les airs et envoie Sting hors du ring. On retrouve le match après la coupure pub, Abyss et Roode ont fait leurs entrées, le premier domine le second et lui inflige même un chokeslam. Le dernier membre de la Team Flair arrive, et il entre directement dans le match en faisant le changement avec son partenaire. Jarrett fait le tag mais il se fait mettre au sol par trois de ses adversaires. Le dernier participant entre, et il s'agit de… Samoa Joe. EN BOXER NOIR ET BLANC, IL L'A REMIS! Il commence par un exploder suplex sur Wolfe, et enchaine par la destruction de toute la team adverse: ça fait du bien de revoir sa finesse sur le ring de la TNA. Le muscle buster sur Roode donne la victoire à la team Hogan, et Joe a littéralement squashé ses 4 adversaires. Le Samoan repart sans célébrer la victoire, il a l'air d'avoir perdu un peu de poids durant sa captivité. Au passage le match fut bien meilleur que le lethal lockdown de la veille.

 

 


-C’est qui ce mec dans la team face?
-Ah, ça, c’est Terry. Ya beaucoup de choses qui se sont passées pendant ton absence…

 


Nouveau champion, storyline avec la Band peut être annulée, Bischoff face, retour de Joe en mode «normal»: la TNA se rend peut être compte de certaines erreurs et tire un trait sur ce passé. Mais Flair lance un challenge à Abyss pour le prochain show, pour sa bague du HOF, et l’attitude de Joe laisse présager que l’on entendra parler de son enlèvement, dans lequel Bischoff n’est peut être pas tout blanc…

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut