Catch

TNA: qui seront les sacrifiés?

Un grand sacrifice est aisé, mais ce sont les petits sacrifices continuels qui sont durs.
Johann Wolfgang von Goethe, les affinités électives.

 

La période n'est pas rose à la TNA: après beaucoup d'espoirs et un étalage d'ambitions importantes, les résultats à court terme sont décevants, et on a un retour en arrière. Il va falloir reconquérir les audiences, avec sans doute de nombreux licenciements et recadrages à venir. Hasard du calendrier, la fédération de Dixie Carter nous propose son PPV Sacrifice: voyons voir si le show a tenu ses promesses.

 

 


Visiblement il a tenu certaines promesses…

 


Nalyse de l'iMPACT du 13 Mai 2010 et de Sacrifice

 


Bischoff face, ça manque totalement de crédibilité in kayfabe et hors kayfabe. Il est copain avec tout le monde, et présente à RVD son challenger du soir, choisi grâce au système le plus bidesque de l'histoire. Hardy a été désigné par le peuple pour se faire squasher, euh je veux dire, avoir un match de championnat à iMPACT. Malheureusement, Jeff Hardy est  "introuvable" selon Bischoff. AJ se ramène et veut affronter RVD ce soir (bonne promo heel d'AJ, à croire que lorsque Flair n'est pas à coté de lui, c'est mieux). Jeff Hardy finit par arriver (il n'était visiblement pas bien loin) et demande son match contre RVD. AJ refuse, et RVD règle ça par un triple threat. Un bon segment d'intro qui donne envie de voir le reste du show, c'est suffisamment rare pour être signalé. Le match prend place en main event, AJ s'engueule avec un fan ringside ressemblant un peu à Austin, les deux face s'accordent dès le début à s'occuper prioritairement d'AJ, mais une tentative de tomber d'Hardy contrée par RVD lance les hostilités entre les deux alliés. Les prises s'enchainent sans grande cohérence, mais AJ finit par mettre de l'ordre dans ce gros bazar en prenant l'avantage sur ses deux adversaires. Hardy est projeté à l'extérieur du ring, et Anderson sort de nul part pour l'attaquer. L'arbitre est mis KO, RVD vient aider Hardy, et AJ Styles place sa sommersault sur les trois hommes. RVD vend un DDT comme personne sur le sol, AJ le ramène sur le ring et fait le tomber en s'aidant des cordes. L'arbitre était encore groggy effectue le compte de trois sans apercevoir la triche du contender au titre. Un match assez bon malgré un début un peu brouillon, et Hardy n'en a pas assez et challenge Anderson. Ken refuse, évidemment, mais Hogan arrive et envoie Anderson vers Hardy manu militari. Les deux anciens de la WWE se battent près de la table des commentateurs, et Jeff place une table juste sous celle-ci. La Charismatic Enigma monte sur a "TNAannounceTable" et place sa swanton sur son adversaire de dimanche soir.

 

 


Toute la beauté du move est basée sur l’expression et le regard de l’arbitre.

 


Vengeance verbale d’Anderson à Sacrifice qui nous fait une très bonne promo dans laquelle il se fout de la gueule des fans de Hardy et du public de la TNA en général en imitant les "this is awesome", il conclut qu'il ne pourra jamais être un fan d'Hardy, car il est un "Asshole". Il a même son public: les Anderson's Assholes, et ils battront les "Creatures of the night" à l'applaudimètre. Le public reprend  le "Misteeeeer Anderson", l'intéressé remercie ses Assholes, avant d'assourdir Hemme en revenant quelques secondes plus tard pour gueuler son second "Anderson", mon Dieu qu'il est énorme au micro!

 

 


Normal, je suis inspiré par les dieux.

 


Le match commence, des chants "I am an asshole", "We are assholes" se font entendre. Anderson vend sa blessure aux cotes reçue lors de la Swanton de Jeff au dernier iMPACT. Anderson est agressif, malin, il esquive brillamment certains coups d'Hardy, et explose le Face à l'applaudimètre. Hardy parlons-en, il arbore de magnifiques cheveux verts, comme il y a fort longtemps à la WWE. Les chants commencent à varier, on a maintenant des "Let's go Asshole", grosse ambiance pour ce match qui rappelons le, remplace celui prévu initialement entre le Pope et Anderson, Dinero étant blessé à l'épaule. A défaut d'être un adepte du catch champagne, Anderson joue très bien avec le public, ses contres et prises sont bien amenés, et Hardy est dominé pendant toute la première partie du match. Premier espoir pour le Rainbow Haired Warrior qui place un beau surpassement, Anderson s'écrase sur la rampe du ring. Jeff sort une chaise et abat son poetry in motion sur Anderson, les deux hommes retombent sur le ring. Hardy domine la suite du match, le public est toujours bien dedans, le rythme est bon, et Anderson profite du moindre moment de faiblesse de son adversaire pour placer ses signatures moves, et notamment un mic check suivi d'une tentative de tombé avortée à deux. Le face reprend le contrôle du match, petit moment d'hésitation lorsqu'il monte sur les cordes avant de finalement redescendre pour placer un twist of fate. La deuxième fois où il tente de monter sur les cordes, Anderson se rue vers lui et tente de placer son green day plunge, mais Hardy contre, et place un swanton sur Anderson, couché sur le ventre. Hardy fait le tombé pour la victoire. Troisième défaite de rang pour Anderson en PPV, on fait gagner Hardy alors qu'il a un avenir incertain, c'est un des seuls défauts que je trouve à ce match vraiment sympa. Anderson propose un hand check à Hardy, mais ce dernier refuse. Nul doute qu'Anderson rebondira sur ça, et avec talent.

 

 


Bon, rends moi-mes bandages, je sais que tu vas essayer de les rouler pour les fumer avec Moore sur le parking de l’impact zone.

 


Le duel pour le World Heavyweight Championship oppose AJ Styles à RVD. Van Dam se proclame Mister TNA, au moins sa gimmick respecte sa personnalité égomaniaque, et il dit qu'il va botter le cul d'AJ, rien de surprenant. RVD détruit une lampe pendant son entrée, il est à fond, le public aussi. Le match commence par un concours de pop', quelques esquives, c'est marrant mais un peu long. Tout finit par se lancer lorsque les deux hommes sortent du ring, RVD évite un moonsault d'AJ et en profite pour en placer un à son tour. Flair vient gêner Van Dam, mais Hebner le vire et lui met même un coup d'épaule pour l'éjecter, VINTAGE EARL HEBNER! Flair ne part pas bien loin et se rue à la table des commentateurs. AJ profite de la confusion créée par son mentor et place sa sommersault. Le heel domine le combat à partir de ce point, plaçant un beau tornado DDT au passage. RVD revient dans le combat avec quelques beaux kicks, mais AJ parvient à esquiver une partie d'entre eux. Van Dam rate son frog splash, AJ le frappe de la springboard forearm shot, mais Mr Monday, euh… Thursday Night se dégage à deux. Esquive de Splash pour le face, qui enchaine avec une belle northern light suplex, puis AJ place un petit paquet, les deux se rendent coups pour coups à ce moment là. AJ utilise un Torture Rack, Tenay dit ne jamais avoir vu AJ faire ça, j'en ai immédiatement un qui m'est venu à l'esprit, contre Samoa Joe. Succession de nearfall sur des roll up, mais RVD et AJ s'annihilent mutuellement avec une double clothesline. Strike battle, le public ne réagit pas, comme pendant tout le combat ai-je envie de dire. Backflip inverted DDT pour AJ, mais RVD se relève encore. Le challenger se lance dans son springboard 450; mais le Whole FN Show esquive. Flair sort de la table des commentateurs et va vers le ring, mais Jay Lethal, sur son ancienne musique, débarque pour stopper le Nature Boy. Dans une imitation toujours parfaite de Ric Flair, l'ex Black Machismo place une série d'atémis, puis un figure four sur la Légende. RVD et AJ sont sur le turnbuckle, ils tombent sur une corde et AJ s'écroule sur le ring, apparemment pris en "guillotine" avec la troisième corde, même si c'était assez botché visuellement. RVD place le frog splash et gagne. La fin fait un peu cheap, il n'y a pas eu d'accélération du combat, le public n'a pas été bon, l'avant-dernier move est un peu raté, mais ça reste un bon combat, sans hésitation.

 

 


Soit RVD a une sale gueule, soit il vient de sortir au grand jour une partie de son anatomie, mais la réaction d’AJ n’est pas normale.

 


Chez les Knockout, Rayne hype son match de dimanche face à Tara, Velvet commence à en avoir marre de LVE, qui se retenait d'aller aux toilettes; la routine quoi. Wilde est opposée à Tara, surement le dernier combat à iMPACT pour l'ex championne, et c'est peut-être la même chose pour Wilde qui est convoitée par la WWE. Tara joue la carte du "I'm sorry" avant de prendre en traitre son adversaire. Autre effet du heel turn: elle rate ses signature move, on va appeler ça le "Lionsault Effect". Wilde tente une crossbody mais Tara l'intercepte avec un kick plus ou moins raté. Quoi qu'il en soit, ça suffit à la Spiderwoman pour gagner par pinfall (même Tazz a l'air surpris). Deux  minutes de match, ça fait court… Tara se lance dans un tabassage de Wilde, mais Sarita la sauve. Quelques dizaines de minutes plus tard, Bischoff renvoie Tara sur le ring affronter Sarita. La Mexicaine se montre plus agressive que sa partenaire et attaque Tara sur la rampe d'entrée. Sarita tente de retirer la protection du genou de Tara, l'arbitre essaye de l'arrêter mais se prend un coup de coude involontaire de  la Mexicaine. Tara en profite pour la frapper avec cette même protection et gagne le match par pinfall. La TNA tente de la mettre over avant son match de dimanche, malgré un résultat déjà connu.

 

 


Putain on m'a refusé mon augmentation!

 


Le seul match reflétant le Sacrifice oppose donc Madison Rayne (c) à Tara, avec en jeu le KnockOut Championship, et si Tara perd, la fin de sa carrière. Dans cette opposition heel contre heel, les pops sont partagées mais Tara a un peu d'avantage. Le match est plutôt bon, la challengeuse porte évidemment le match, mais Rayne s'en sort plus que bien sur ses moves et son selling. Beau moonsault de Tara, mais Madison se dégage au tout dernier moment. Nouveau moonsault, mais la championne se dégage et place son finish, le même que celui de Zack Ryder, victoire de Rayne (ah ah Tenay qui parle de "Major Upset").


A cause de cette défaite, Tara doit quitter l'impact zone après quelques derniers saluts vers le public, "Victoria" s'en va vers le MMA sous les chants "Thank you Tara".

 

 


Bon c’est mon dernier combat à la TNA, qu’est-ce que je peux faire pour laisser au public une impression positive? Je sais! Je vais briser les cervicales de cette sous-catcheuse qu’est Madison Rayne.

 


Pour la X Division, on voit d'abord à iMPACT un duel entre Doug Williams (heel) et Brian Kendrick (heel et mauvais). On aurait pu trouver mieux comme opposition. Williams qui choisit de ne pas mettre en jeu son titre alors qu'il n'est pas champion officiellement, c'était assez marrant. Kaz se ramène pour commenter le match mais finit par se diriger vers le ring pour récupérer sa ceinture. Williams est distrait, Kendrick en profite pour placer un petit paquet (qu'il n'a pas botché!) et gagne le match.


Dimanche soir, le duel entre Kaz et Doug Williams a lieu, avec le X Division Championship on the line! Sir Douglas arrive avec la ceinture, Kaz avec le titre officiel de X Division Champ'. Le british pose la ceinture sous son coin (ah ok, l'arbitre ou un officiel ne vient même pas la retirer), petit jeu de mots de Tenay qui parle de Kaz en disant qu'il a "Suicidé" sa carrière en partant de la TNA il y a deux ans (pour mémoire c'était pour enfiler le costume de Suicide), et on peut commencer. Les deux hommes enchainent des moves de mat wrestling, le public ne répond pas assez, y compris sur deux beaux moves en slingshot de Kaz. Williams fait tomber son adversaire du haut du turnbuckle, le public commence à se réveiller, ça encourage Kaz et hue Williams, le heel fait tout ce qu'il peut pour contrôler Kaz sans prendre trop de risques, mais il finit par être contré et se retrouve à l'extérieur du ring. Kaz enchaine avec une slingshot crossbody, les deux hommes sont comptés à l'extérieur mais parviennent à revenir, bigre, que le public est silencieux. Le match commence à s'accélérer sous la domination du champion, notamment un très beau contre de la rolling suplex de Williams en roll up. Grosse powerbomb de Williams, Kaz atterrit dans le coin, l'Anglais poursuit avec une sorte de Suplex avec atterrissage de la nuque de Kaz sur son genou. Le champion tente de revenir, mais sa tentative d'electric chair est contrée en Chaos Theory, pour une victoire du challenger!  J'ai aimé ce match, et je pense que la froideur du public est due à la direction que prend la TNA depuis le 4 janvier: des matchs plus "WWisés", non seulement c'est plus posé, mais les heels deviennent des heels made in WWE. On fait moins de moves spectaculaires, on se concentre plus sur le gain de heat, et ce changement de booking est accentué par la situation de Douglas: l'Anglais se refuse à toute manœuvre aérienne alors qu'il est dans la X Division, ça peut perturber le fragile public de l'impact zone.

 

 


Depuis l’arrivée d’Hogan, certaines pratiques sont vraiment… douteuses.

 


Jeudi Morgan squash les Generation Me et, comme il l'avait promis à Hogan, se prépare à les envoyer à l'hôpital avec son kick contre le poteau. Samoa Joe se ramène et démonte Morgan avec un Muscle Buster des plus épiques! Ca c'est cool, on ne sait pas où ça va, mais c'est cool! Par contre la suite l'est moins. La musique de la Band retentit, Nash a sa mallette à la main, pour un title shot pour le titre tag team… Big Sexy a juste besoin de faire le tombé pour gagner les ceintures (ouais, le terrible DNA of TNA est KO depuis trois minutes, ça le fait pour un big man heel). Scott Hall avec une ceinture, merde quoi… C'est une sous-loque, une épave… Et comme pour enfoncer le clou, le match qui suit est un Beer Money vs Ink Inc vs 3D vs MCMG, comme pour montrer à quel point donner les ceintures à la Band était logique tant les autres teams de la TNA sont mauvaises. Pour l'anecdote, les Ink Inc sont en backstage et parlent de leurs nouveaux adversaires à Sacrifice: la Band. Seul problème, on entend en bruit de fond la musique d'entrée de Williams, c'est à dire 15 minutes avant que la Band ne gagne le titre. Petit détail certes, mais ça n'est pas la première fois que la réalisation de la TNA se plante. Le match tag team fatal four way n'est pas mauvais (surprenant non, c'est pas comme si on avait des bonnes team dans le ring). C'est dynamique, les Guns nous offrent quelques pirouettes alors que la Beer Money et les Dudley tournent sur un bon rythme, les Ink Inc semble être un peu en dessous malgré leur statut de contender #1. Le public semble très intéressé et scande des "we want Chelsea" pendant le combat. Les Guns se jettent sur la Beer Money et font parler la poudre, mais ils s'écartent du ring à cause de leurs manœuvres aériennes. 3D et Ink Inc sont sur le ring, Neal se prend une bonne claque de Ray après avoir attaqué D-Von d'une manière légèrement dérobée, mais ça ne calme pas les deux jeunes qui parviennent à battre les Dudley sur un Spear de Neal en plain dans le gros Ray.

 

 


Je suis pas gros, j'ai les os lourds, putain!

 


Le match pour le contendership à Sacrifice voit opposées Team 3D, MCMG et Beer Money. Un opener qui se voit bridé par cette agaçante stipulation limitant à 2 le nombre de catcheurs sur le ring… Grosse pop pour les Guns qui ont dominé la Beer Money au début du combat, avant que Bubba Ray ne fasse le blind tag sur James Storm. La différence de poids se fait sentir et la légendaire équipe parvient à maitriser sans grand problème les ardeurs des deux kids de Detroit. Les heels de la Beer Money reviennent dans le combat en profitant de l'épuisement des deux teams face, avant de faire leur taunt "Beer!… MONEYYY!!!" repris en cœur par tout le public, il faudra expliquer à Russo et Bischoff que le but d'un heel n'est pas d'être applaudi. Sabin parvient à s'occuper des deux riches alcooliques à lui tout seul, mais la team 3D intervient sur une tentative de tombé. A partir de ce moment, c'est le chaos: 3D raté, jet de bière dans les yeux, spinebuster de Roode sur Ray, mais ce sont les Guns qui parviennent à tirer leur épingle du jeu en gagnant grâce à leur Crossbody/Neckbreaker. MCMG new Contenders! Youpi! Mais quand on voit comment sont expediés les title shots à la TNA, ça compte pour du beurre.


La promo de la Band est menée par Eric Young qui a de la gueule en heel. Le trio de "cool guys" annonce qu'ils appliquent la règle "freebirds", c'est à dire que les trois sont officiellement champions et qu'ils peuvent choisir lesquels d'entre eux défendent les titres. Ink Inc. fait son entrée (mon Dieu, que c'est laid), la Band fait la sienne (mon Dieu, que c'est vieux), Nash et Hall sont prêts, outsiders style baby! Tony Montana 2.0 balance son cure-dents dans les yeux de Moore et essaye de le décoiffer tout en travaillant son bras. Hall se révèle forme, on sent qu'il a travaillé physiquement lors de ces trois derniers mois.  C'est au tour de Nash et Neal d'entrer en jeu, le public est plus bruyant que pendant le match X Division (bon, il y a beaucoup de chants "that's not wrestling" dans le lot). Les deux jeunes parviennent à prendre l'avantage sur le groupe troisième age; mais Nash esquive un spear que l'arbitre encaisse. Young se ramène et lance un kendo stick à Nash, mais Neal parvient à éviter un coup fatal. Brother Ray arrive à fond la caisse sur la rampe et détruit Eric Young, avant s'assener un coup de kendo stick à Jesse Neal. Bravo, c'est le 53ème turn de la Team 3D depuis début 2009. La Band gagne le match par pinfall. Bon, le match n'était pas dégueu, l'important est que ça soit fini.

 

 


Grace au modèle «TNAWTTCW», vous pourrez facilement cacher vos rondeurs et gainer votre silhouette. En vente uniquement sur TNAShop.com.

 


A Sacrifice, Jarrett affronte Sting. La musique du King Of The Mountain résonne dans l'iMPACT zone, mais il ne vient pas. Il est en train de se faire tabasser en backstage par Sting, son visage est en sang (ouais c'était bizarre, il n'y avait pas encore eu de sang au bout de deux heures de show). Ca n'est pas si surprenant que ça, on sait que le Stinger est blessé à l'épaule, et il ne peut pas faire un match normal. En parlant d'épaule, c'est cette partie du corps que JJ se fait malmener pendant une dizaine de minutes, avant que les deux ne montent sur le ring et que le combat commence enfin. Scorpion Death Drop, tombé, 1 2 3, victoire de Sting en cinq secondes… Jarrett s'en prend plein la gueule depuis quatre mois, et pas une seule victoire ou un espoir. Ca n'est pas comme ça qu'on traite un babyface historique. Si la TNA voulait le rendre populaire, c'est fait depuis deux mois, là ça ne sert à rien sauf occuper du temps d'antenne dans les shows. Heureusement le Father de tous les Brother est là: Hulk Hogan arrive et protège Jarrett des quelques tentatives sadiques de Sting pour le blesser encore plus.


Retour et panique à iMPACT: on retrouve Wolfe et Chelsea en backstage, la situation est confuse, elle aurait été agressée, et la divine Hemme nous informe que les premières rumeurs sont assez stupéfiantes. Si elles s'avèrent, les conséquences seront mémorables, miam, on a hâte de savoir ce qu'il s'est passé!

 

 


Je me suis cassé un ongle.

 


Pendant ce temps, le global championship est mis en jeu entre Terry et Abyss (n'oublions pas que les deux hommes n'ont rien à voir et qu'ils ont une feud chacun de leur coté). Le monstre Abyss n'arrive pas, et une caméra backstage le retrouve: il est arrêté par la police, et serait donc l'agresseur de Chelsea… Desmond Wolfe tente de l'attaquer, il est repoussé par la sécurité alors qu'Abyss clame son innocence. Hogan arrive et calme Abyss qui finit par monter dans la voiture de police. Chose surprenante: Hogan retire le masque du monstre avant de lui mettre sa capuche, Bref on n'a pas vu son visage, mais ça pourrait être une idée plus ou moins mauvaise de la créative Team.


Lacey von Erich trouve Hogan dans l'iMPACT zone et lui montre une vidéo sur son iPhone: on y voit Desmond Wolfe et Chelsea préparer une fausse agression, Abyss a été piégé, le show se finit sur cette image brother!


On retrouve ces personnages quelques jours plus tard en PPV: Chelsea est vraiment excellente au micro, elle exprime son inquiétude à Wolfe au sujet de leur complot découvert et du risque qu'Abyss puisse littéralement la "gagner".


Desmond a laissé le pyjama aux vestiaires et arbore désormais une magnifique robe de chambre grise. Il laisse Chelsea sur la rampe où un fauteuil l'attend, mais Abyss surgit de nulle part et attaque Wolfe par derrière. Les deux hommes se battent près des barrières, Abyss revient sur le ring mais une distraction de Chelsea permet à Wolfe de ramener les hostilités hors du ring, où il s'attaque au bras du monstre en le fracassant contre un des poteaux du ring. Le Brit' profite de cette prise pour prendre l'avantage lorsqu'ils reviennent (et cette fois-ci longtemps) dans le ring, où il faudra toute la force du géant et les encouragements du public pour qu'il puisse renverser la tendance. Abyss ne domine pas longtemps, mais les coups de Wolfe font très peu d'effet, il se montre même fou furieux envers Chelsea. Le monstre passe en mode tremblante-du-mouton-Hogan-style-brother, et un gros Black Hole Slam rive les épaules de Wolfe au sol, victoire d'Abyss, qui ne repart pas les mains vides: il a officiellement un droit de possession sur Chelsea, qui est emmenée en backstage par la sécurité. Un match qui m'a surpris tant les deux catcheurs ont un profil opposé.

 

 


Parce que je le vaux bien.

 


La question que vous vous posez tous: qu’est-il advenu de Terry qui devait combattre Abyss à iMPACT avant que celui-ci soit arrêté? Et bien Rob Terroïde attend sur le ring, et OJ vêtu d'un magnifique boxer rose attaque le Freak par derrière. Un low blow et un coup de tuyau (pas de mauvais jeu de mot) dans le dos plus tard, Terry est KO. OJ lui déverse un jeu de cartes dessus, une des cartes comporte l'inscription "wild card". Jordan prend le micro, se fait huer, et lance un open challenge. Tyson Tomko accepte (ah il est encore là lui?) et fait voler son adversaire dans les airs à plusieurs reprises mais OJ prend le dessus après un beau dropkick. Deux nearfall pour les deux hommes, OJ parvient à placer un choke sur Tomko et, à la surprise générale, gagne par arrêt de l'arbitre. Un match assez bon entre les deux hommes, pour une agréable surprise.


L'inévitable arriva, l'horrible se glissa sur Spike TV, avec un OJ vs Rob Terry pour le Global Championship à Sacrifice. Bigre, on se croirait à la WWF du milieu des 90's avec son flot de gimmicks bien bidesques. Jordan arrive par le toit, suspendu à des bandeaux roses, arborant de magnifiques équipements couleur cuivre. Terry ne tarde pas à arriver, il est la pour détruire OJ. Il enchaine de beaux moves de force, les 120kg d'OJ sont balancés dans les 4 coins du ring, puis sur la rampe d'accès. Jordan tente de s'enfuir, mais il est rattrapé par Terry qui lui applique son running powerslam. Tentative de tombé, simplement deux (devant l'indifférence totale du public). Le challenger parvient à mettre à terre le colosse en s'attaquant à son genou (bigre, toujours aucun bruit dans l'impact zone), et il faut bien une minute de beatdown pour que le public commence enfin à timidement encourager Terry. OJ travaille le genou du champ' depuis au mois cinq minutes, c'est chiant, même Taz et Tenay ont l'air de s'ennuyer, c'est horrible, on a l'impression que le temps s'est arrêté à Orlando ("avec Orlando", ça marche aussi), le bougre dessine un "O" et un "J" dans le vide, il monte sur la seconde corde, attend au moins quinze secondes (ai-je précisé à quel point c'était soporifique?) et rate une sorte de knee drop. Terry se relève et claque un gros chokeslam out of nowhere. Victoire du champ qui repart lentement du ring, avant de se faire attaquer par derrière par OJ, qui lui détruit le genou avec le Global Title (waouh, OJ vient de découvrir une utilité à ce titre: frapper les gens avec). Bon, la mauvaise nouvelle est que la feud semble se continuer. La bonne… Bah il n'y en a pas.

 

 


Eric Young est d'accord avec moi, cette feud pour le global title pue.

 


En conclusion il y a eu du bon: le match pour le WHC était sympa, Anderson/Hardy également. Mais il y a eu du mauvais, beaucoup de mauvais. Au final ces deux shows n’étaient pas désagréables à suivre, mais on sent que ça se joue à peu de choses. Et ces choses s’appellent Mr Anderson, AJ Styles, D’Angelo Dinero, Jay Lethal, Jeff Hardy, MCMG. Ca va mal à la TNA, les finances seraient dans le rouge, des gars vont se faire virer, et je prie pour que Dixie (qui a le contrôle des licenciements) se rende compte qu’il y a quelques types qui prennent beaucoup de fric pour un apport médiocre à la compagnie.

 

 


– Papa?!
– OH NON PAS ENCORE!

5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut