Clobber Report

Clobber report, #22

Djobi, Jobber
Cada dia te quiero ma’
Djobi Djobi, Djobi Jobber
Cada dia yo te quiero ma’
Djobi Djobi, Djobi Jobber
Cada dia yo te quiero ma’

Vous aussi, marchez dans la lumière des Gipsy Kings, visionnaires troubadours qui chantaient les louanges de votre serviteur bien avant qu’Eric Bischoff change les règles de son Top 10 du public en cours de route. Comment? En lisant la vingt-deuxième édition du Clobber Report, consacrée aux shows hebdomadaires de la semaine du 10 mai. Oui, OK, ça remonte un tout petit peu.

Il est temps de foutre un Report en ligne!

Clobber report, semaine du 10 mai

Il est temps de foutre!

Welcome to monday night flaw (Raw): Je vais m’abaisser à une pratique aussi vile que la cheap heat en fustigeant une fois de plus Michael Cole, mais ce raciste refoulé le mérite amplement. Oui oui, raciste. En témoignent le choix de ses mots au moment où Ted DiBiase paye les frangins Colon (pourquoi une green card? Pourquoi pas un faire-part de mariage ou une photo dédicacée?) et le fait qu’il ait appelé Carlito Carlo (le jour où il appellera John Cena Joe, les poules danseront la carioca). Remarquez, c’est peut-être juste qu’il est pas drôle et incompétent.

– Tu viens de dire quoi là?

– Que je me taperais bien une petite négresse… J’ai gaffé?

Non-smoking Guns (iMPACT!) : à quoi reconnaît-on que le public de la TNA a changé? Au fait que les prouesses des Motor City Machineguns sont désormais applaudies par trois pékins alors que les « creatures of the night » et jets de t-shirt du plus jeune des frères Hardy déclenchent une crise d’hystérie collective. Y a pas à dire, c’était mieux avant.

Bon, OK il a pas compris que le Sharpshooter se portait avec les deux jambes d’une même personne, mai c’est pas une raison.

It’s clobbering time!

Dresseur d’URSS: En plus d’être franchement poilants, les segments impliquant Kozlov et Santino font renaître un espoir que je nourris depuis les débuts de l’Italien à la WWE: qu’il reprenne la gimmick de technicien bi-classé brute épaisse qu’il utilisait à la OVW sous le nom de Boris Alexiev. Maintenant que Kozlov a un physique plus athlétique qu’au moment de sa streak, ces deux-là feraient une équipe du tonnerre.

– I demand better competition.

– Enchanté, moi c’est I demand better gimmick, je crois qu’on va bien s’entendre.

To be the man, you gotta mute the man: Incroyable révélation cette semaine à Orlando: Ric Flair sait parler de manière intelligible, il suffit qu’il le fasse à un volume normal. Dommage que dès qu’il est en public, il ressente le besoin de s’égosiller comme un condamné à mort sur une chaise électrique défectueuse.

Même l’équipe technique est surprise.

Ainsi s’achève ce vingt-deuxième numéro, merci à vous de l’avoir lu jusqu’au bout. Le Clobber Report ne serait toutefois pas complet sans une intervention de l’un de ses plus fidèles lecteurs, l’homme de la situation, Lou Albano.

Often immitated, but never duplicated!

C’est compris Hogan? Lâche l’affaire.

2 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut