Catch

TNA: problèmes de continuité

On tourne souvent en rond avec les gens dont on a vite fait le tour.
Jean Delacour


La TNA nous propose comme souvent un contenu inégal, proposant son lot de choses intéressantes autant que de discutables, mais on déplorera un manque de suite dans les idées qui semble vraiment préjudiciable. Passage en revue de cet iMPACT.

 

 


Bon ok il y a quand même quelques trucs sur la durée.

 

Review de l'iMPACT du 27 mai

 


Ken Anderson s'explique auprès de Jeff Hardy sur son attitude des deux dernières semaines: il a ce comportement car il est un Asshole, tout simplement. Il parle des cheveux d'Hardy, de sa gestuelle, et dit que c'est aussi un Asshole. Nous sommes tous des Assholes! AJ Styles arrive, entouré par son clan. Le Phénoménal nous apprend qu'il a un match ce soir; et contre toute attente, il s'avère que son adversaire est Mr Anderson. AJ Styles insulte Ken Anderson qui a "osé" demander un match contre AJ Styles, il le traite grosso-modo de no-name. Anderson répond qu'il est Miiiister… le public se charge du reste, la pop d'Anderson est juste démente. Anderson est un tweener en pleine bourre, il ressemble un peu au Rock début 1999. On voit une vidéo "Backstage" assez intéressante dans laquelle Hogan parle à Anderson, lui disant qu'il s'est mis entre les deux camps, et que les babyfaces et les heels le détestent tous. Diantre: la TNA attaque le kayfabe! Hogan lui demande de faire un choix, et Anderson semble vouloir faire un face turn, ce qu'il prouvera ce soir face à AJ Styles.


Le match est le Main Event du show, Anderson a clairement les faveurs du public, les deux catcheurs se jaugent en ce début de combat. Anderson prend l'avantage avec un gros headlock (pas forcément malin vu qu'il est face dans ce combat). AJ se libère et les deux hommes se lancent dans des séries des ciseaux et headlocks au sol. Anderson punch, AJ "atémise", Anderson reçoit des "HEEEEY", AJ des "Houuu….", le public est réactif comme il faut. AJ tente de passer au dessus d'Anderson avec un grand écart; mais Ken l'attrape au vol et place le green bay punge. Anderson porte ensuite une belle crossbody sur AJ, tellement grosse que l'élan permet à AJ de repasser au dessus de son adversaire et de placer un tomber en s'aidant des cordes, et le heel l'emporte là dessus.


Anderson tend la main et reçoit son micro, parle assez calmement avec AJ, disant qu'il l'a battu à son propre jeu, et l'inévitable arrive: coup de micro dans le front d'AJ. La Beer Money arrive pour préter main forte au phenomenal one, mais Hardy débarque avec une chaise et chasse les heel. Hardy tend sa main vers Anderson, pour une poignée de main. Anderson face? Pas vraiment, la TNA ne fait pas l'erreur que la WWE a faite. On a plutôt affaire à un bon gros tweener, et ça c'est cool. Pour l'avenir, c'est flou, y aura-t-il un King of the mountain cette année? Pourquoi pas Hardy et Anderson en team? Comme d'habitude, ll faut attendre, mais Anderson est bien une des seules choses qui accorde du crédit à la TNA en ce moment.

 

 


Je sais pas ce que fait Matt en ce moment, j’ai entendu dire qu’il avait de nombreuses réunions avec Long, cool il doit avoir eu une promotion!

 


Car ce qui suit est démoralisant: la TNA est partenaire d'une fed de midget wrestling, pfff. Enfin, on a toujours aimé ça à la TNA, il y avait même un (horrible) combat de nains lors du premier show de la TNA en 2002. Le Midget venu présenter la fed ne part pas tout de suite et reste pour commenter le match des Knockout (allons jusqu'au bout du gore avec un commentateur possédant une gimmick de nain pervers).


En l'occurrence, le Knockout tag team titles is on the line: les Beautiful People sont opposées à la paire Sarita/Wilde. Ces dernières dominent sous l'indifférence du public (c'est vrai qu'il a changé le public de la TNA, j'en suis presque à regretter mes smarks anti-Morley). LVE fait son chokeslam botché sur Wilde pour conclure un match nase, pourri… pitié, supprimez ce titre qui ne sert à rien. Le nain vient célébrer la victoire des BP avant de claquer les fesses de Sky. Velvet réplique avec une claque et Rayne porte son DDT. CA C'EST DU HYPE, on sent qu'elles sont méchantes. Von Erich vient aider le nain-conscient (Inconscient, Nain-conscient, Nain-inconscient : Vintage Tsurugimi), il s'en suit un magnifique roulage de pelle entre ces deux erreurs de la nature.

 

 


Exclu PWInsider: la WWE annonce le départ d’Hornswoggle qui émet le désir d'aller à la TNA.

 


De son côté, Roxxi est à bloc: elle apprend qu'elle a un title shot contre Madison Rayne à Slamiversary. Roxxi joue très mal la surprise et la joie, mais ça n'est pas grave, ce qui est important, c'est qu'on a quasiment l'assurance d'avoir un bon match de Knockout au prochain PPV.


On sort des knockouts pour s'intéresser à la division tag team. Les Dudley semblent s'être rabibochés avec Ink Inc, et un match par équipe est dans la boite: 3D vs Ink Inc vs Band. Young est sur le ring, Nash et Hall dans le coin, apparemment la Band a le droit de garder secret jusqu'au dernier moment le nom de ses deux combattants (pour mémoire elle applique la règle freebird). Showtime Eric Young est malmené par Ink Inc, mais Ray finit par le "blind tagger". La différence de poids se fait sentir et Ray cloue au sol Jesse Neal. D-Von prend le relais de Ray, en blind tag, ce qui ne semble pas être du gout de ce dernier. Mieux encore, D-Von laisse Neal faire le changement avec Moore. Ray finit par revenir sur le ring et tente d'assommer Neal avec une chaise, mais D-Von l'en empêche, Neal en profite pour placer un spear, pour une victoire d'Ink Inc. Bubbah Ray est furieux contre son partenaire et challenge Neal en duel à Slammiversary. Une rivalité solo entre deux catcheurs faisant partie de deux team, mouais, ça sent de plus en plus mauvais tout ça.


Côté X-Division, on a eu droit à un Lethal vs Kaz, avec un public partagé. Le match se décante grâce à un gros enzuigiri de Lethal sur le nouveau disciple de Flair. Jay enchaine avec une figure 4, mais une distraction de Ric Flair himself permet à Kaz de gagner par petit paquet après s'être libéré de la soumission. Flair attaque lethal après le match (sous le regard d'un Kaz se tordant de douleur en se tenant le genou depuis trois minutes…), mais Lethal se ressaisit, enchaine à son tour les atémis, provoquant même un splendide un Flair Flop by the nature boy! AJ vient en aide à papy et tabasse l'ancien Black Machismo. Kaz l'arrête: il veut s'occuper de Lethal lui même (waouh, qu'est ce que ça fait vieux cliché de heels), le face en profite pour dégager les deux heel du ring. Cette dispute entre AJ et Flair, marque-t-elle le début de rupture?

 

 


Non, pas les tétons, Aïe !

 


Entre temps, Moore est retrouvé KO en backstage, une carte de jeu sur son dos…


Kurt Angle fait son entrée dans l'iMPACT zone, se dirigeant directement vers l'announce table. Il est la pour observer ses futur adversaires du Top 10 (pas un moment sur le classement cette semaine, que c'est bien géré…), précisément Jeff Hardy qu'on voit opposé à Desmond Wolfe. Les deux ont un profil très différent, mais ça se passe plutôt bien sur le ring, avec beaucoup d'esquives en ce début de match. Hardy éjecte son adversaire du ring et l'attaque par deux fois avec les cordes: un dropkick en se balançant avec la seconde corde, puis une slingshot crossbody plus conventionnelle. Une première tentative de twist of fate est contrée en un gros étirement du bras made in Desmond Wolfe, la seconde tentative par une autre attaque sur le bras d'Hardy. Problème: il est difficile de vendre une blessure au bras dans un match de Weekly estampillé sports entertainment… Un whisper in the wind  met l'arbitre KO, le troisième twist of fate passe, mais personne n'est là pour faire le tomber. Wolfe sort un petit sac et frappe Hardy au visage avec cet objet, l'arbitre se réveille à temps pour faire tomber et donner la victoire au heel.


Matt Morgan reçoit une grosse heat, et il parle de lui à la première personne du pluriel, la routine quoi. Morgan se plaint de ses dernières semaines, et rappelle qu'il doit sélectionner un partenaire pour son match contre Ink Inc à Slamiversary. Le blueprint demande à Angle (toujours à la table des commentateurs) de venir. Le little bald guy (comme l'appelle Morgan) arrive sur le ring. Angle se fait traiter de "Kid" par Morgan, mais le Héros Olympique rappelle que la dernière fois qu'ils ont été ensemble sur le ring, il l'avait battu. Morgan lui répond qu'il a un bon sens de l'humour; et lui demande si il veut être son partenaire à Slammiversary. Il n'attend même pas de réponses et frappe Angle. Samoa Joe débarque, Morgan s'enfuit, le sourire aux lèvres. Face à face visuel entre Angle et Joe, ça a de la gueule, le personnage de Morgan est également intéressant. Par contre le truc qui a beaucoup moins de gueule, c'est Mike Tenay qui annonce que le challenger n°1 au titre X Division est Brian Kendrick… Comment ce guignol peut être #1 Contender alors que d'une part, il catch comme si il était à un dark match de Saturday night Heat, et, d'autre part, il n'a aucune légitimité in-kayfabe pour être challenger?

 

 


Par contre pour le titre WHC, on fait gaffe à donner de la légitimité aux challengers. Ici, Angle affronte Joe dans un «celui qui cligne les yeux en dernier a un title shot».

 


On a également eu droit à un match entre Orlando Jordan et Abyss toujours accompagné fr Chelsea. Le premier a de la crème sur les tétons et la bouche, le second se prépare à se battre contre le midcarter qu'est Jordan après tout le temps passé autour de la hype de l'anneau du Hall Of Fame. OJ s'attaque au bras (blessé la semaine dernière par Desmond Wolfe) d'Abyss. Les semaines se suivent et se ressemblent, l'acharnement d'OJ sur le bras d'Abyss est du même genre que celui sur la jambe de Terry: chiant. Même Chelsea qui est en ringside semble s'emmerder. Heureusement ça s'accélère: OJ est propulsé hors du ring, Abyss le rejoint. Jordan esquive une charge du Monstre qui emboutit la douce Chelsea en fin de course. Le monstre au grand cœur se sent responsable et s'inquiète de la santé de sa manageuse, Wolfe en profite pour l'attaquer avec un tuyau en métal. OJ et Desmond Wolfe tabassent Abyss sur le ring, mais l'inévitable Rob Terry sauve le monstre, en ne vendant pas son "affreuse" blessure contractée au genou la semaine dernière. Abyss repart avec Chelsea inconsciente, dans ses bras, sous le regard nauséabond de Wolfe. Reste à savoir si ce regard est réel ou pas (bah ouais quoi, passer d'une feud contre Angle à une feud impliquant Abyss, Terry et OJ, c'est du push!).


RVD est également là, il sort son nez pour invoquer Sting. Van Dam veut des explications, et il les veut maintenant. La musique du Stinger retentit, mais il n'arrive pas. Par contre le titantron s'anime et montre des extraits du show où Sting avait, pendant de longues minutes, passé à tabac RVD avec sa batte de Baseball. La voix de Sting se fait entendre depuis les combles de l'arène, il ne veut pas de confrontation avant Slamiversary. Le segment était cool, mais n'a en rien fait avancer le Schmilblick.


Ce segment est très représentatif du problème de la TNA : il ne se passe rien à long terme, voire même à moyen terme. Wolfe aurait dû être challenger après sa feud contre Angle et sa victoire au premier Top 10, mais non, et là il est impliqué dans une story avec Abyss, Orlando Jordan  et Terry. Abyss aurait dû être main eventer après toute la hype faite autour de l’anneau, ces dizaines de minutes consacrées à son build pendant tous les shows du début de l’année, mais non, il est en midcard. La feud entre RVD et Sting repose sur le fait que le second a attaqué le premier il y a deux mois. Hormis ça, rien d’autre… A noter que Bischoff et Hogan apparaissent de moins en moins, il ne serait pas surprenant de les voir se barrer d’ici 3 mois.

 

 


Faites vos valises Miss Tessmacher, on rentre à Paris !

16 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut