Clobber Report

Clobber Report, #27

Djobi, Jobber
Cada dia te quiero ma’
Djobi Djobi, Djobi Jobber
Cada dia yo te quiero ma’
Djobi Djobi, Djobi Jobber
Cada dia yo te quiero ma’

Vous aussi, marchez dans la lumière des Gipsy Kings, visionnaires troubadours qui chantaient les louanges de votre serviteur bien avant que John Cena n’emboîte le pas de Triple H en faisant d’Evan Bourne son sidekick. Comment? En lisant la vingt-septième édition du Clobber Report, consacrée aux shows hebdomadaires de la semaine du 31 mai.

Il est temps de foutre des copyrights partout, parce que merde à la fin!

Clobber Report, semaine du 31 mai

Il est temps de foutre!

Le crime paie (Raw): Je vous le dis tout de go, ces petits Usos, ils me plaisent bien. Il m’est du coup d’autant plus pénible de constater que les officiels de la WWE en ont fait des néo-Cryme Tyme. Certes, le Samoan sauvage ne fait plus recette, certes ils sont moins caricaturaux et plus recommandables sur le plan vestimentaire que JTG et Shad, mais quand même, un peu d’imagination, c’est trop demander?

La femme qui murmurait à l’oreille des chevaux, bientôt sur vos écrans.

Roule ma grosse poule (iMPACT!): Je vous le dis tout de go une nouvelle fois, elle me plait bien la Rosie Lottalove, notamment parce qu’elle me rappelle la non moins charnue et non moins pétulante Bertha Faye. Par contre, qu’une crevette comme Roxxi la batte sur un roll-up, non quoi, ça défie toutes les lois de la physique.

Vous êtes en 1995, vous regardez la WWF, bonsoir.

It’s clobbering time!

English touch (NXT): J’ai beaucoup de respect pour le meuble espagnol qui me sert de collègue. Vraiment. Mais là, je suis totalement en désaccord avec son bilan du season finale de NXT: non seulement je l’ai trouvé épique, mais en plus je considère Wade Barrett comme son vainqueur légitime. La raison de mon enthousiasme tient en un mot: Angleterre. Car l’Anglais, voyez-vous, est tel le whisky, il vieillit très bien. Aussi, vu le potentiel de Barrett (niveau mic skill et charisme, il a purement et simplement humilié Otunga, sur le ring j’en parle même pas), il ne m’étonnerait pas qu’il nous fasse un jour un sketch d’anthologie à la William Regal, c’est-à-dire en un seul segment appeler Matt Hardy Eugene, Christian Benjamin Button et avouer à Chris Jericho qu’il a toujours eu beaucoup de respect pour ses two moves.

Delirious, sois gentil, t’en mêle pas!

En avoir dans le ventre (iMPACT!): Il en est un qui vieillit très mal en revanche, c’est Jeff Hardy: en un an, il a pris presque autant de bidoche que son frère aimé et son visage, au naturel, ressemble à un mugshot permanent. Ravages de la drogue? Abus de chocolat causé par le stress de son procès à rallonge? Peu importe, l’essentiel est que ce déclin physique nous libèrera peut-être à moyen terme de son envahissante présence. D’ailleurs, s’il pouvait partager ses secrets rondeur avec RVD…

I’m (not) too sexy for my shirt.

Ainsi s’achève ce vingt-septième numéro, merci à vous de l’avoir lu jusqu’au bout. Le Clobber Report ne serait toutefois pas complet sans une intervention de l’un de nos plus lecteurs, le très calé en stylisme Roddy Piper.

Real men wear kilts.

3 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut