Catch

It’s time for Reality Era

Oh it's real, it's damn real!
Kurt Angle.


Après avoir posé deux storylines majeures (l'invasion des rookies et la vengeance de Kane) et dans une période assez floue où la barrière entre le kayfabe et la réalité n'a jamais été aussi fine (Daniel Bryan renvoyé? Matt Hardy qui se plaint de Vince sur Twitter? Cena qui tance les rookies sur Twitter également?), nous avons droit à un Smackdown! de développement. Pas de grand chamboulements, on avance juste avec talent ce qui a été posé récemment. Revue d'épisode, et hypothèse de décryptage sur la stratégie WWE.

 

 


La fin de la Kidz Era est amorcée, les kids commencent déjà à se désintégrer!

 


Real-nalyse du Smackdown! du 11 juin

 


Comme il se doit, l'épisode s'ouvrait sur un rappel de la promo fabuleuse de Kane de la semaine dernière, et une fois encore, on savait que la vengeance du Big Red Monster serait le fil rouge sang de la soirée. Ainsi SD! commençait par l'annonce de deux matchs de hauts niveau entre les quatre protagonistes du fatal four way de la brand bleue. On voyait les quatre catcheurs concernés débarquer l'un après l'autre dans des promos classiques, mais toutes solides. Rey d'abord dans une promo agréable (lui à qui on reproche régulièrement son mic skill, a fourni une prestation solide), puis Swagger suivi de Punk avant que le Big Show ne vienne donner son avis. Les thèmes abordés ont été ceux attendus, chacun expliquant pourquoi il gagnerait le titre dans dix jours, puis la discussion dérivant sur le masque de Punk et le fait qu'il soit chauve. Un peu de teasing pour le moment où son masque sera arraché ne fait pas de mal.

 

 


Ma, impossiblo! Chez nous, au Mexique, c'est una honta de plou avoir son masque!

 


Toujours est-il que plutôt que de faire virer cet échange à la baston générale comme cela arrive souvent (faire ressortir le Big Show triomphant avec tous les autres massacrés aurait été classique et efficace), ce segment fut interrompu par Kane, les éclairages rouges baignant la salle d'une lueur de sang, et la plongeant dans un silence religieux. Kane sortait une nouvelle promo très convaincante ("peut être qu'il y a plusieurs coupables? Peut être vous tous?") ponctuée par sa nouvelle catchphrase "there will be vengeance". La place de cette promo est très importante: elle coupe le build pour le fatal four way, et se place donc de facto au dessus de la feud pour le titre. Dans la tête des bookers au cas où certains en doutaient, l'angle mettant en scène Kane est donc voué à être le plus important de SD!, et passera au dessus de toutes les autres feuds. Miam!

 

 


Le mort a fugué cette nuit et n'est pas dans son lit au petit matin, le monstre rouge n'est pas content…

 


Le premier match de cette soirée pouvait commencer entre Rey Mysterio et le champion Jack Swagger. Ca fait un petit peu mal de constater que ce match n'est pas le main event, mais les considérations ci-dessus prennent le pas sur la logique de la carte. Le match fut le plus long de la soirée et fut intéressant, même si à titre personnel j'attendais plus. Il faut dire que les deux coupures publicitaires séparées par quelques minutes ne mettent malheureusement pas le catch en valeur. Mais ne faisons pas la fine bouche, on a eu droit à de bonnes idées comme ce début qui opposait le grappling et la technique de Swagger à la vivacité et au lucha libre style du Mexicain. Le belly to belly supplex de Swagger depuis le turnbuckle nous en a mis plein la vue, et le finisher avec un double 619 était suffisant pour nous satisfaire quand même malgré quelques botchs. L'énième défaite clean de Swagger par contre soulève beaucoup de questions. Je ne comprends pas où la WWE veut en venir avec Jack.

 

 


Bravo M. Swagger, depuis votre prise de titre vous en êtes à deux victoires pour treize défaites.

 


Swagger prenait un peu de heat en attaquant Mysterio après le match, mais on retiendra surtout la prévisible intervention de Kane qui chokeslammait les deux participants. Il est dangereux, il est énervé, et tout le monde va prendre.


Les divas avaient la lourde tâche d'enchainer avec un match entre Layla et Tiffany. Sans être un squash match, on eu droit à moins de deux minutes de catch pour trois minutes d'entrées et de promos, ce qui en dis long sur ce qu'on attends de nos sexys demoiselles. Malgré le botch, j'aime beaucoup le finisher de Layla, et je n'ai rien de plus à dire sur le match. En dehors, deux choses ont attiré mon attention. D'abord le lien entre les deux championnes et Kaval, leur rookie. Ce dernier sert de porte manteau à Laycool, et se fait complètement étouffer. Si ce ménage à trois a du potentiel par son originalité, je dois avouer qu'il me laisse perplexe, et j'ai peur qu'il n'étouffe plus Kaval qu'autre chose. Deuxièmement, le but de la WWE avec Laycool est de faire un clone PG des Beautiful People de la TNA, à savoir deux chipies méprisantes. Je comprends l'intérêt et il y a surement un public pour cette approche, mais à titre personnel ça m'agace plus qu'autre chose de voir deux gamines faire des sketchs. Enfin, ça leur fait surement de la heat, ce qui est bon à prendre, mais dans ce cas, je m'interroge sur le fait de montrer papa et maman McCool, qui est plutôt une option qui ajoute de la sympathie au catcheur.

 

 


– Chéri, ta fille vient de dire que toute la salle est remplie d'horreurs?
– Pas exactement mon ange, TA fille a plutôt dit que les gens étaient horribles et qu'on allait vite partir avant de se faire démonter…

 

 

Les quatorze minutes consacrées à l'angle de l'invasion des rookies qui a eu lieu lundi situent bien l'importance de cette storyline actuellement. La même chose avait eu lieu à nXt, soit presque un tiers du show consacré à ce rappel. Même pour SD!, le temps investi est énorme. Bref on sent que la WWE joue gros sur cette storyline. Fait très important, quelques heures après la diffusion du show bleu, la fédération de VKM annonçait la release de Daniel Bryan. Coup de tonnerre ou coup de pub? Certains disent que l'étranglement de Justin Roberts était vraiment abusif, et que pour donner l'exemple la WWE a renvoyé Danielson, quitte à le réengager plus tard. Quelques voix et non des moindres comme celles de Kevin Eck ou Gabe Sapolsky penchent pour un fait réel et non un work. Personnellement je pense qu'il s'agit d'un fake, mais j'y reviendrai plus bas.

 

 


Tu sais mon petit Daniel, la limite des promos shoot, c'est le shoot dans le cul pour le licenciement.

 


Difficile de maintenir l'intensité par la suite malgré un bon segment entre Christian, Dolph et Vickie. Joindre Vickie à Dolph pour qu'il ait de la heat me semble une des meilleures associations possible, entre un jeune heel talentueux, mais en manque de heat, et une référence du côté obscur de la force qui se cherche quand même une storyline à sa pointure. A noter que j'ai trouvé Vickie plutôt plus séduisante que d'habitude avec sa nouvelle coiffure, de là à dire qu'une femme amoureuse prends plus soin d'elle et que cela ajoute à la crédibilité de la storyline, il n'y a qu'un pas que je franchis sans hésiter: la WWE excelle dans la maitrise de ce genre de détails. Le match en lui même fut bien trop court, mais très correct avec un rythme de combat élevé. Je retiendrai le dropkick du Canadien qui a décroché les dents de Dolph, et le finisher sur sunset flip après une séquence de contres (killswitch contré en sleeperhold lui même retourné par une projection dans le turncuckle). Il est très judicieux de faire gagner un match de temps en temps sur des moves autres que les finishers classiques, ça crédibilise le tout et rend les matchs plus intéressants à suivre. En tous cas quand on voit leur alchimie et leur talent, on croise les doigts pour que ces deux aient un match de PPV à F4W, avec si possible un minimum de dix minutes pour nous régaler.

 

 


Incroyable, c'est un mec qui pue encore plus la lose que moi en face!

 


Le match se terminait sur une attaque des Gate Crashers (il parait que c'est le nom de la team Archer Hawkins) qui faisait leur impact hebdomadaire, sur Christian cette fois. Cela permettait à Dolph de se venger de sa défaite et de faire un peu de heat, en appliquant un sleeperhold sur le Canadien déjà inerte. Le tout se concluait par un câlin entre le heel et la cougar montée féliciter son champion.


Suivait une nouvelle promo de Kane, et encore une fois un segment démentiel. Dans une ambiance assez terrifiante (teintes rouges, violettes et noires) et avec un visuel qui l'était tout autant (cercueil, couronne noire, bougies, musique inquiétante) le monstre rouge qui marche sur l'eau en ce moment nous a gratifié d'un nouveau speech proprement hallucinant. Le contenu est toujours le même (la vengeance), mais la forme adoptée pourrait difficilement être plus réussie. Le truquage sonore de la voix de Kane sur les derniers mots poussait la logique du montage à fond: certains vont peut être trouver cela too much, je trouve ça simplement parfait.

 

 


*discussion des bookers*
– Putain, comment on va faire pour monter un échelon après ça?
– Je sais pas, on pourrait tenter une scène avec Kane qui poignarde Rey Mysterio dans sa douche sur des violons stridents?
– Pas con…

 


Suivait la storyline mettant en scène Drew, et qui tourne un peu en rond. Heureusement il semble que la fin arrive. Drew convoquait une énième fois Teddy Long, l'humiliait un énième fois devant la foule, et se faisait une énième fois sauver par un catcheur qui faisait fermer sa gueule au chosen one. Kofi débarquait en effet pour dire que l'Ecossais commençait à énerver tout le monde (c'est ça de ne pas se détendre avec un petit join quotidien!), et lui fermait proprement le clapet d'un trouble in paradise. Par la suite, Drew venait voir Teddy Long, et annonçait que la semaine prochaine un match opposerait McIntyre à Long. Si le GM ne vient pas dans le ring, il sera viré. Tout cela accrédite de plus en plus l'hypothèse que Drew ment depuis le départ. Pour la semaine prochaine, je m'attends à voire VKM débarquer et McIntyre prendre l'humiliation de sa vie, avec le retour d'un Matt réhabilité.

 

 


M. McMahon a bien précisé que tu devais venir sur le ring habillé en canard, et que j'aurai droit à un fusil.

 


Le main event du soir opposait le Big Show à CM Punk. On ne peut pas réellement parler de match, tant Punk a fui la confrontation. L'acting du gourou straight edge était vraiment très amusant, avec des mimiques que Jericho n'aurait pas reniées. Alors que le Big Show, sous les hourras de la foule, tentait d'arracher le masque de Punk, la straight edge society (masked man inclus) intervenait, provoquant la disqualification de leur leader. Seul contre quatre, le géant prenait une pile, avant que sans surprise, Kane n'intervienne. Gallows et le masked man se faisaient chokeslammer, Serena et Punk arrivant à s'échapper. Et quand dans le ring les deux big men se firent face, on se demandait ce que Kane ferait. La réponse fut la plus simple possible: un chokeslam de 220 kg. La soirée se concluait sur le thème song du vengeur depuis longtemps démasqué, le Big Show au sol et Punk se massant le cou le regard inquiet.

 

 


Ne m'enlevez pas mon masque, j'ai un petit mal de gorge en ce moment, je ne voudrais pas attraper froid…

 


Au final un show solide, mais prévisible et pauvre en catch avec moins de 19 minutes (ce qui peut s'expliquer pas le très long flashback du RAW de lundi dernier). Tous les segments mettant Kane en scène sont démentiels, et apportent une vraie plus-value au show du vendredi. La feud entre Christian et Dolph a un gros potentiel, la storyline de Drew arrive à un tournant, et le four way de F4W est intrigant tant il propose de possibilités. D'ailleurs, cela semble aussi faire partie de la stratégie actuelle globale. La communication de la WWE s'étend bien au delà des shows eux même, et commence à changer. Il est tout à fait anormal de ne pas avoir de carte de PPV quasi complète une semaine avant l'évènement à la WWE. Or actuellement on a juste deux matchs annoncés, et encore on n'est pas sur à 100% des participants de ces matchs!

 

 


En effet l'intérêt n'est peut être pas là où on croit…

 


Après plusieurs années de ronronnement et de baisse des audiences, la WWE réagit. Ca faisait une éternité qu'on n'avais pas un angle aussi fort que l'invasion des rookies. La storyline de Kane semble plus classique et moins préparée (seulement suscitée suite à la blessure du Dead Man, pour récupérer le coup à l'arrache), mais à très fort potentiel. Qui sait ou tout cela va nous mener? Toujours est il qu'en parallèle, on assiste à un autre changement, peut être moins visible, mais bien plus crucial. Ces dernières semaines, la WWE s'est totalement tournée vers l'internet (avec nXt en fait). Twitter et Facebook ont pris une importance cruciale, au point d'être régulièrement cités à l'antenne et même de faire partie intégrantes de storylines. La direction de la fédération a demandé à ses catcheurs de faire plus de kayfabe dans leurs communications, et en contrepartie on a vu le kayfabe se rapprocher de la réalité à de nombreuses reprises (spécialement avec Daniel Bryan). Le communiqué annonçant la libération de Daniel Bryan se pose soit en limite de cette stratégie, soit (et ça me parait plus probable) elle fait partie d'un work, symbole du virage actuel de la WWE, qui passerait de la kidz era à ce que j'appelle la "reality era".

 

 


– Le micro n'est pas réel Neo, tu peux le tordre avec ton esprit.
– Arrête tes conneries Morpheus…

 


En effet dans les années 80 et 90, les médias n'avaient pas la vitesse de réaction actuelle. Il était possible de faire une storyline à suspense et à succès, sans que cela ne s'ébruite. La storyline de naissance de la NWO est un exemple parfait pour illustrer cela. Avec l'explosion de l'internet, tout a changé. La WWE a pris pour politique celle du secret avec un certain succès: en gardant les surprises cachées assez longtemps, on arrive quand même à des résultats surprenants (pour ne citer que les plus récents, le Taker qui revient à la fin de Summerslam, le retour d'Edge au Rumble ou Tista prenant la ceinture à Cena après l'EC n'apparaissaient pas sur les sites spécialisés comme une info ayant filtré). Et bien il se pourrait bien que tout cela bascule: dans ma théorie, la WWE inverse le processus: plutôt que de cacher les choses, elle va intégrer le kayfabe dans sa communication. Les storylines ne se suivront plus seulement devant la télé, mais aussi directement sur internet. Il existe un monde entre communiquer par internet et intégrer totalement ce média dans son fonctionnement, peu d'entités le font de peur de perdre une partie de leur auditoire. Or il se pourrait que la WWE tente cette révolution: le catch devenant plus grand que ce qu'il est actuellement, un simple show télé. Et si les storylines se poursuivaient sur le web? Et si les feuds se construisaient sur Twitter? Et si les communiqués de wwe.com étaient aussi fakes que réels? Et si les house shows ou la FCW amenaient des développements de feuds, laissant la part belle aux compte rendus de spectateurs sur internet et aux milliers de sites spécialisés? Et si le kayfabe s'atténuait lentement? A ce moment là, la WWE ne se suivrait plus seulement lors de shows hebdomadaires aux horaires restreints, mais 24/7 sur le net. On serait plus sur un format général télé réalité, avec des émissions hebdomadaires faisant offices de résumés et présentant les faits principaux, d'une actualité qui évoluerait en permanence. Tout cela donne le tournis? Effectivement, mais c'est peut être ça, la nouvelle révolution du catch. En attendant, tout peut basculer avec cette news du renvoi de Daniel Bryan. Verra-t-on Brian Danielson débarquer à F4W dans une storyline de feu? Wait and see, mais ça chauffe à la WWE…

 

 


Et la température n'est pas prête de retomber…

32 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut