Catch

Time for a revolution

Tout homme blessé est contraint à la métamorphose.
Fabienne Rubert, La vie est là, simplement.


Je ne vais pas tourner longtemps autour du pot, soyons clair tout de suite: cet épisode de RAW fut un des meilleurs de l'année, sans doute le meilleur depuis les adieux de HBK. En vrac, on y a vu deux des storylines mystérieuses (le Nexus et le nouveau GM) avancer, plusieurs speechs de très bon niveau, un cutting edge à pleurer, un match de grande classe et un aspect de John Cena qui soulève de nombreuses questions et autant d'espoirs. Revue d'un épisode jouissif à souhait…

 

 


En parlant de jouissance, Tamina, on sait que la concurrence utilise les initiales BP pour une équipe, mais que signifie l'acronyme DP dans votre propre stable?

 


Nalyse de RAW du 5 juillet

 

 

Bien sur tout ne fut pas parfait lors de cet épisode. Mais force est aussi de constater qu'on a évité les catastrophes très prononcées. On a vu environ vingt minutes de catch ce qui est peu, mais la qualité du seul vrai match de la soirée atténue la critique. Bien sur l'association du Great Khali avec William Regal peut laisser perplexe, encore plus quand c'est pour que le géant ne rentre sur le ring qu'une fois le combat fini, pour achever son partenaire du soir (quid du craquage de Ranjin la semaine dernière?). Mais pour donner une victoire à l'équipe Santinov (ou Vladino, je vous laisse voter…), ça semble un bon début. Enfin, voir un rematch pour un titre durer moins de cent secondes, fut-ce le titre féminin, c'est du foutage de gueule. Spécialement avec le scénario du match incluant une simulation de blessure. Mais avec si peu de temps, scénariser le résultat de cette façon me semble mieux qu'un squash "classique" et l'interview pré-match de la championne fut correcte et pas loin de la promo shoot.

 

 


La ceinture Diva a également une double fonction oreiller-baladeur numérique.

 


Maintenant que le pire est évacué, on peut se concentrer sur le plus intéressant. On va aller progressivement dans ce sens pour éviter tout claquage. La soirée devait nous présenter des matchs entre heels et faces du MITB à venir, et le premier opposait Ted Dibiase à John Morrison. Sans être désagréable, le match fut un peu court. La principale attraction du combat fut naturellement Maryse, la nouvelle girlfriend de Ted, qui joignit les commentateurs à leur table. La blonde Canadienne est parfaite dans son rôle de diva (dans cette phrase là, ça n'est pas au sens de catcheuse…) et elle a permis par son intervention à Ted de l'emporter, assurant aussi son rôle de valet. Cette utilisation de Maryse me parait excellente, dans un rôle de pimbêche au sex appeal énorme pour lequel son air méprisant colle tout à fait.

 

 


*souris bêtement et ne pense à rien, rappelle toi que tu es en slip, putain, ne pense à rien, surtout…*

 


Le combat entre Miz et Truth bien que n'ayant pas lieu, fut excessivement intéressant. Ces dernières semaines le petit roquet m'avait assez déçu, et j'attendais un sursaut de sa part. Force est de reconnaitre qu'il a bien réussi son coup en faisant un bel impact dans une séquence de seulement six minutes! On le vit donc entrer sur le themesong de Truth dont il parodiait les paroles pour se mettre en avant. Ce coup-ci la surprise fut moindre qu'à F4W, mais ce coup-ci il n'oublia pas une partie des paroles. Une fois dans le ring, il attaqua un R-Truth encore rigolard, et le punit douloureusement en travaillant son bras gauche. Au point que le rappeur dut quitter le ring soutenu par plusieurs techniciens, et qu'il se retrouve même retiré du match de MITB. Est-ce un changement de stratégie des bookers? Une punition pour Truth? A t'il une blessure legit? Une suspension à masquer? Est ce que Vince l'a sanctionné à cause de sa nouvelle coiffure? Mystère, mais toujours est-il qu'une place se libère, et qu'elle siérait à merveille à un membre du Nexus. Miz de son côté clôtura la séquence sur sa catchphrase, mais énoncée lentement et doucement. Cette façon de faire lui donne l'air encore plus cruel, accentuant encore le beatdown qu'il a distribué. Bref, c'est une réussite, qui donne un air franchement dangereux a Mr Awesome.

 

 


La prochaine production de la WWE? Le silence des ânes.

 


Autre membre et accessoirement favori du MITB à venir, Edge nous proposait un cutting edge dans lequel il invitait Evan Bourne. Surprise, c'est Chris Jericho qui débarquait, et la confrontation entre les deux heels pouvait laisser perplexe. On assista à un échange de haut vol, que je situe au delà de tous les échanges qu'ils ont pu avoir lors de leur feud de début d'année. Le sujet principal fut bien entendu le Nexus, à cause d'une altercation sur laquelle je reviendrai plus tard. Edge se proposait d'abord comme conseiller au Nexus, vendant son CV dans un exercice proche de la candidature spontanée. Chris débarquait et rappelait son lien privilégié avec Wade Barrett, justifiant qu'il serait le meilleur dans le rôle. L'argumentation virait à la bataille d'égo, puis au pugilat. Alors que Y2J plaçait ses walls, faisant hurler la foule, Evan Bourne intervenait. Le face bondissant distribuait quelques coups et évitait les agressions avant de s'échapper avec grâce du ring, et l'AGM (le fameux Anonymous General Manager) en profitait pour booker un match tag team entre les deux Canadiens et Bourne qui obtenait un renfort de poids en la personne de Randy Orton.

 

 


C'est vrai qu'il a pris de la brioche, le Randy…

 


Le match fut réellement très bon, avec plusieurs séquences bien réalisées, voire même originales comme cette parade d'Edge sur un des coups de pied de Bourne, et qui se retourna en edge-o-matic. Bourne joua le face en péril avec réussite, Orton le face d'expérience, les deux heels jouèrent une très belle partition, et comme de bien entendu se déchirèrent sur la fin. Chris sur un changement hurla longuement sur Edge, qui n'appréciant pas le lui fait savoir d'un spear avant de quitter le ring. Bourne profitait de l'aubaine pour l'emporter après un shooting star press, et Randy restait modéré dans sa célébration avant de placer un RKO sur son partenaire du soir. Le message est clair: à MITB, ça sera chacun pour sa peau, et si Randy n'est plus le heel sadique d'il y a quelques mois, il reste un tweener imprévisible et dangereux. Tout ceci est parfaitement mené et bien malin celui qui pourra trouver le vainqueur de ce match.

 

 


Il est d'un naïf ce rédacteur, que c'est mignon…

 


Mais la storyline principale actuellement reste celle du Nexus, qui aura une nouvelle fois trusté tous les moments clés du show (opener, ending, vidéos de rappel, interview et segment backstage) et quasiment la moitié du temps total de ce RAW. Ainsi l'épisode du soir s'ouvrait sur une image réconfortante: les sept membres du Nexus étaient au milieu du ring. Barrett était donc de retour, et je dois admettre qu'un grand sourire éclaira mon visage sur cette toute première image. Barrett nous expliquait que le Nexus a un plan, une logique qu'ils ne peuvent pas expliquer pour l'instant. Il cédait le micro à Skip Sheffield qui nous servait une très belle promo heel méprisante pour Steamboat, crédible quand il disait que l'agression du Nexus sur le Dragon était la meilleure chose qui puisse arriver pour promouvoir son DVD. L'AGM intervenait pour dire qu'à cause de leurs actions, aucun membre du Nexus n'aurait de title shot jusqu'à nouvel ordre et que la règle pour interdire les contacts entre Nexus et superstars de RAW était levée. John Cena intervenait alors, accompagné de six autres faces (la HD et les quatre du MITB) pour régler leur compte au Nexus. De manière surprenante après les dernières semaines, sept heels (Sheamus, les Uso et les quatre du MITB) intervenaient pour agresser les faces, permettant au Nexus de s'échapper. L'explication qui venait ensuite lors d'une promo de Sheamus et du cutting edge dont j'ai parlé précédemment était convaincante: les heels espérant avoir le Nexus de leur côté comme une aide pour atteindre leurs propres buts, ou n'en ayant pas peur dans le cas du champion. Toujours est-il que cette intervention permettait à l'AGM de booker les matchs du soir dont on a parlé plus haut, ainsi qu'une rencontre dans le ring entre Cena et Barrett pour faire une "trêve". Le dernier mail de l'AGM se finissait par une des catchphrases de Austin, ce qui faisait hurler la foule…

 

 


*la semaine suivante*
And i quote: "if it smells what the GM is cooking…"

 


L'indice semble trop évident et donné trop tôt, à moins qu'Austin ne débarque dès la semaine prochaine. Si ça ne devait pas être le cas, deux grande options se détachent: soit le GM est un heel de petite envergure qui se moque de tout le monde (prototype: Abraham Washington), soit c'est un ancien catcheur qui a légitimité pour charrier Stone Cold (prototype: le Rock). Si le second cas est bien plus sexy et a une certaine crédibilité (cf la théorie très solide de antitna51, en commentaire de la review du 21 juin), les sites de news semblent dire que le premier cas est le favori. Wait and see donc, mais clairement le mystère de cette storyline suscite beaucoup d'intérêt.

 

 


*deux semaines après*
And i quote: "Suck it because i'm a sexy boy"

 


Mais revenons en au Nexus: Jery Lawler nous servait un joli speech les mettant bien en valeur au sujet de la blessure de Ricky Steamboat, actuellement réellement hospitalisé. Arn Anderson en remettait une couche avec beaucoup de talent, avant d'être interrompu par Sheamus. S'en suivait une discussion entre les deux, le jeune champion arguant qu'il ne risquait rien et qu'il était très au dessus de tout risque. En face, l'ancien horseman était impressionnant en vieux sage parlant du péril dans lequel le Nexus mettait la WWE toute entière, donnant une crédibilité monstre au groupe de Wade Barrett! En bref, un super segment duquel tout le monde sortait gagnant.


Le Nexus de son côté, menait une politique de terreur sur les stars faces de RAW, les heels s'étant écarté de leur chemin. On voyait David Otunga accompagné de Heath Slater et Michael Tarver venir voir Randy Orton après son combat. Les trois ex-rookies faisaient clairement entendre à la vipère qu'il vallait mieux qu'il ne leur nuise pas, car leur action pouvait décider de tout au MITB et dans un cash in potentiel de mallette. En bon tweener, Randy envoyait balader le trio, ouvrant pas mal de possibilités pour la suite (j'imagine que vous me voyez déjà venir…). En tous cas le Nexus qui joue sur la corde de la menace, ça ajoute de l'épaisseur au groupe, même si c'était attendu.

 

 


– Randy, on peut jouer ça à pile ou face: pile tu perds, face on gagne.
– Vos propositions sont vraiment tentantes les gars…

 


Le segment final de la soirée voyait Barrett et Cena dans le même ring pour discuter d'une trêve. John était énervé, mais l'AGM avait précédemment très clairement fait étalage de son désir: Cena devait jouer le catcheur mature et être grand seigneur. Dès le début, Wade montrait que Nexus avait d'autres objectifs que Cena lui même, et voulait mettre le passé de côté. Le marine refusait, malgré un second round de menaces de la part de l'Anglais, et la rencontre virait au pugilat après que Cena ait annoncé qu'il allait détruire chaque membre du groupe l'un après l'autre. Le Nexus intervenait, puis d'autres catcheurs faces (notez bien que Bourne fut le premier, Morrison suivit, et enfin tous les jobbers faces et on ne vit jamais Randy) et on arrivait une nouvelle fois à une situation de statut quo, et une intervention d'un AGM mécontent qui demandait la paix. Cena s'acharnait sur le pauvre Darren Young resté étendu au milieu du ring, et l'AGM finissait par sanctionner John d'un match à handicape la semaine prochaine, contre l'ensemble du Nexus. Sanctionné pour sanctionné, Cena allait au bout de sa logique, il atomisait littéralement le pauvre Darren Young d'un beatdown mémorable et d'une rare violence. Je donne beaucoup de crédit à Young pour le beatdown qu'il a encaissé et superbement vendu, et à Cena pour l'intensité qu'il a mis. La foule était en fusion, on a vu un Cena faire une rare unanimité, pour mon plus grand bonheur.

 

 


Il… il… il saigne! Il est donc humain!!!

 


Arrêtons nous quelques secondes là dessus: c'est déjà un petit évènement, quasiment pour la première fois depuis son face turn en 2004, Cena fait une sorte d'unanimité. Le face lisse et agaçant qui hustle-loyalty-respect un peu trop a cédé la place à un vengeur destructeur sans aucun état d'âme. Est-ce ponctuel, temporaire, ou à durée indéterminée? On attendra la semaine prochaine et les suivantes pour le savoir (voire vendredi vu que RAW envahit SD!), mais il me semble qu'on tient une piste intéressante. Les bookers ont l'habitude de lancer des ballons d'essais, c'en est peut être un également. Toujours est-il qu'on pourrait presque imaginer qu'on assiste à un tweener turn. Si ça devait se confirmer, Orton et Cena se retrouvent quasiment dans le même profil, potentiellement avec les mêmes ennemis, tout en étant les deux catcheurs qu'on doit le plus éloigner du main event. Tout ça, ça commence à sentir fort l'Attitude RKO dans son emballage le plus sexy (la team de tweeners qui vont avoir le monde entier à dos in fine, et qui massacreront tout le monde sous un soutien inconditionnel de la foule).

 

 


Sarah Connor?

 


Quand je finis un show de catch debout sur ma chaise les bras en l'air en criant et en pleurant de joie, en général, c'est bon signe… Et ça doit tous nous rappeler qu'avant une bonne storyline, avant un beau combat, avant un bon speech, le catch c'est avant tout un spectacle irrationnel, dont la vraie valeur se sent dans la salle où a lieu le show, sur des critères d'émotion pure. Etre trop froid et analytique, c'est perdre l'intérêt premier de notre sport-spectacle préféré. Passé cet état d'euphorie qui permet de dire qu'on a eu un excellent RAW (oui je n'ai pas peur des mots), je rajouterai quelques conclusions plus froides. Peu de combat, mais le match de tag team fut d'un très bon niveau. Les segments micros ont été nombreux et très convaincants, et les storylines avancent avec consistance. Le nouveau manager (qui au passage a annoncé un match pour le titre tag team au prochain PPV, entre la HD et les Uso qui ont fait une belle promo) soulève beaucoup de questions de par son anonymat. Le Nexus aussi, tant par ses objectifs mystérieux que pour ses actions à venir. Enfin le statut de Cena à lui tout seul soulève une inconnue importante. Bref, ce show hype bien le PPV à venir, ainsi que les prochains épisodes de RAW, et c'est avec impatience qu'on attend la suite, en espérant autant d'enthousiasme à tous les niveaux.

43 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut