Catch

TNA: journée de transition

Mais merde, où sont-ils?!
Tu devrais plutôt demander: "mais merde, quand sont-ils?!"

Retour vers le futur


Alors que ces derniers jours les coureurs du Tour de France assumaient leur transition des pavés aux Alpes, les lutteurs de la TNA étaient aussi dans une période transitoire vers Victory Road. Mais si les cyclistes savent que suivront les Pyrénées, il est actuellement impossible d'imaginer l'avenir de la fédération d'Orlando. Au choix, on pourrait être dans un retour à ce qu'elle était en 2004, 2007, ou même début d'année, à défaut de vraiment faire dans l'innovation.

 

 


Donc j'ai droit à une 873ème chance ou pas ?

 

 

Review d'Xplosion et d'iMPACT du 8 juillet

 


Review de Xplosion


A propos du show en général, on avait jusqu'au mois dernier dans Xplosion un simple résumé d'Impact, accompagnés d'interviews et d'un match bonus, qu'on retrouvait hebdomadairement dans "TNA Today" et en "Weekly Web Match" via le compte YouTube de la TNA.
Depuis, TNA Today est passé quotidiennement, TNA Reaction contient les interviews et surtout Xplosion a gagné une diffusion sur Spike TV, devenant ainsi un réel B-Show et gagnant plus de temps de lutte. Paradoxalement, les matches y sont plus longs que certains d'Impact.

 

 


Et comme pour Impact, le rated-PG n'est pas imaginable.

 


Après quelques interviews rapides (les quatre participants des matches du show se succèdent en moins de trois minutes), on enchaine sur un rappel tout aussi long des matches par Taz et JB. Pour ceux qui n'auraient pas suivi les "premiers" épisodes de Xplosion (en réalité, depuis le 300ème), Mike Tenay n'est en effet plus à la table des commentateurs et ne peut plus être présenté comme celui qui a participé à tous les shows de la TNA depuis sa création. JB n'est pas pour autant mauvais sur la table des commentateurs, mais parle plus que Tenay, ce qui rappelle la paire Tenay-West, qui ne s'arrêtait jamais de l'ouverture à la fin des shows. Pour finir de présenter le show, l'annonce in-ring est faite par SoCal Val, récupérant ainsi un job plus consistant que de simplement porter les tenues d'entrées des lutteurs et transporter les ceintures vers la table des commentateurs avant les matches.


A propos des matches, on débute avec les Knock-Out et Taylor Wilde contre Rosie Lotta Love. Si Taylor nous montre toujours autant d'aisance in-ring, ce n'est pas le cas pour la dernière recrue de la TNA, qui n'a pour elle que l'originalité de son gimmick qui a séduit le public de l'Impact Zone. Mais ses talents limités à son imposant physique sans aucune capacité in-ring font qu'une lassitude arrivera très vite. Cela aurait été suffisant il y a vingt-cinq ans ou à la WWE actuelle pour son gimmick original, mais à la TNA, même d'Hogan et Bischoff, elle ne laissera pas une grande trace. Cela serait surprenant de la voir encore présente d'ici Bound for Glory. Sur le match en lui-même, rien de spécial jusqu'à l'intervention de Sarita, en plein heel turn amorcé dans les précédents Xplosion et lors du dernier Impact. L'équipe Sarita-Taylor est définitivement terminée. Il ne reste plus d'autre équipe que les BP et le titre Knock-Out Tag Team sera certainement désactivé officiellement très prochainement. Officieusement, cela semble déjà être le cas. Pour l'angle en question, on reste dans la rupture d'équipe traditionnelle, mais avec en bonus le jeu des sept erreurs de réalisation. J'en ai déjà trois avec la tenue de Sarita, simplement un soutif et une ceinture sur le ventre pour le haut, la sécurité qui sait venir à bout d'un Samoa Joe, mais qui ne savent pas retenir Sarita et Taylor, puis qui les ramènent en backstage tout en ne laissant jamais plus de 2,50 mètres d'écart entre les deux. Ainsi, en backstage, face à face et tenues par la sécurité qui les a fait quitter le ring, Taylor challenge Sarita pour un match la semaine prochaine à Xplosion, ce qui pourrait donner le meilleur match Knock-Out depuis plusieurs mois.


On enchaine ensuite avec Magnus contre Matt Jackson, et forcément un mauvais a priori, de voir opposés un entertainer sans réel talent in-ring et un habitué des spotfests. Heureusement on sera surpris….

 

 


Passer de gladiateur squasheur, aux titres mondiaux par équipes, à jobber pour stéroïde-man, le mental a dû mal à suivre.

 


Le public réagit dès le début par des chants "USA", montrant bien que la réaction est surtout contre Magnus et pas pour l'ainé des Bucks. Le match est entrainant, entre un Max Buck (aka. Matt Jackson, pour ceux qui comme moi auraient du mal avec ce pseudonyme) moins dans les spots qu'habituellement et un Magnus qui a profité de son absence des rings pour s'améliorer techniquement. Sa prolongation de contrat devient plus justifiée: avec une telle évolution en si peu de temps, à même pas 24 ans, Magnus pourrait finalement être une valeur sûre de la TNA dans le futur, même s'il reste du travail. Magnus remporte logiquement ce match, ce qui lui permet d'appeler Rob Terry pour un challenge au titre Global, et le retour à la rivalité d'il y a quelques mois, stoppée puis reprise sans réelle logique. A noter que Terry arrive directement torse nu ceinture en main au bout de 3", donc soit c'est une autre erreur de réalisation, soit on accepte qu'in-kayfabe, Terry se balade à moitié à poil avec son titre en main dans les coulisses de l'Impact Zone alors qu'il n'a rien de spécial à faire. En plus de ça, il arrive même à nous faire un botch lorsque le discours s'envenime entre les deux, contrant une attaque de Magnus alors qu'elle n'est même pas commencée d'être portée. Le show se termine avec un autre auto-booking de la part des catcheurs avec Terry qui annonce la défense de son titre la semaine prochaine à Xplosion.

 


Enfin, si on peut parler le fin de show, car pour les téléspectateurs US, Impact débute dans la foulée.

 


Review d'Impact


Mr. Anderson est le premier à l'image après une vidéo rappelant son "assholinness" de ces derniers mois. Il se présente dans le ring chaise en main, en rapport avec son "attaque" sur Hardy la semaine dernière. Il appelle immédiatement Hardy, qui nous présente une coupe de cheveux différente chaque semaine, soit dans la couleur, soit dans la disposition des cheveux

 

 


Un deal avec les coiffeurs de Caroline du Nord, la coupe gratuite contre une douzaine de pilules de Vicodin.

 


Anderson évoque le fait d'avoir tapé Hardy dans le dos avec une chaise, mais dit ne pas l'avoir fait volontairement, sinon il serait en train de s'en vanter. Il dit ensuite que les deux ont un match ce soir et qu'il amènera la chaise, ainsi, s'il a un problème avec Hardy, ça sera révélé par l'utilisation de la chaise.


On enchaine avec un match entre Kazarian et AJ Styles, les rivaux pour faire partie de Fortune. Un bon match, qui aurait mérité d'être à Victory Road et d'avoir plus de temps d'exposition. Au lieu de cela, simplement six minutes (certes très bonnes) et une fin par double décompte à l'extérieur. A noter aussi le bon goût de la TNA de mettre systématiquement Earl Hebner arbitre des matches aux fins houleuses de ce genre. Flair intervient pour calmer Kaz et AJ et dit que les deux sont des lutteurs parmi les meilleurs en vie, mais ne les veux que s'ils coexistent. Il annonce un curieux match à Victory Road entre AJ et Kaz contre une équipe mystérieuse. Donc Flair, en rivalité avec la direction depuis des mois, a la liberté de faire les matches qu'il veut en PPV et même de se permettre de garder le mystère sur une des équipes participantes. Je tiens aussi à préciser que ces dernières semaines, AJ et Kaz sont présentés comme le futur proche de la TNA, mais que si on remonte à 7 ans en arrière, AJ était déjà champion du monde et Kazarian surnommé "The Future".


On annonce ensuite un match entre Angelina Love et Daffney. A noter qu'Angelina a fait son entrée sur le ring de manière complètement identique à l'époque où elle était la meneuse des Beautiful People (beaucoup de choses imaginables à ce sujet) et que Daffney est de retour en tant que face. Elle a déjà eu ce rôle la semaine précédente à Xplosion. Mais pas de grand rôle dans l'immédiat pour Daffney, simplement limitée à un rôle de jobbeuse, avec une victoire sans problème pour la #1 contender au titre Knock-Out

 

 


Il faut dire que sa préparation avait été très intense.

 


Elle appelle ensuite Rayne, qui arrive. S'en suit un dialogue assez soporifique rythmé par les voix irritantes des deux "Divas-KnockOut". En résumé, on a l'ajout d'une stipulation pour Victory Road: le match devient un Title vs Carreer comme pour Tara et Roxxi, mais si Velvet ou Lacey apparaissent, peu importe la manière, Madison Rayne sera disqualifiée. Cela a pour mérite de rappeler la règle spéciale, bien que peu utilisée, qu'à la TNA, un titre peu changer sur une disqualification.


On passe à la storyline entre le Team 3D et Jesse Neal, qui mine de rien, si on englobe la totalité, dure depuis huit mois (dont quatre rien que pour la rivalité). Devon essaie de jouer un rôle de médiateur vain entre Bubba Ray qui reste complètement heel et Neal complètement face, avec évoqué le passé à la Navy pour donner de la compassion et augmenter les supports pour Neal. Bubba enchaine avec l'annonce au PPV d'un match contre Neal et Devon "3-Way Dance". Pas de détail supplémentaire. Cependant, cette stipulation fait réfléchir par rapport à la ECW qui l'avait créé. Normalement, cela inclus la règle d'un match à élimination, mais on pense tout autant, sinon plus, aux éventuelles implications de la Team 3D. Que ce soit en partie, en tag team, voire même en entier avec Runt/Spike dans le clan qui se crée autour de Raven, Rhino, Richards et Dreamer. Beaucoup de questions se présentent, dont on espère une partie des réponses dès ce dimanche.

Passage immédiat à un match entre Joe et RVD, avec la raison de ce match donnée rapidement par Mike Tenay: Joe est challenger numéro six. Sting (numéro cinq) est absent et Joe a battu AJ (challenger quatre) la semaine dernière. Comme les trois premiers challengers sont ex-aequo et ont leur title shot à Victory Road, il serait le meilleur challenger potentiel pour la suite, donc on lui donne un non-title match dès cette semaine.

 

 


Quoi? C'est simple pourtant!

 


Pour une fois, RVD ne domine pas et fait son numéro moins de fois et moins longtemps. Le public est partagé. On assiste même à une scène assez originale, où le champion top face subi un suicide dive du tweener-heel, avec comme réaction des spectateurs au premier rang devant l'action qui reprennent en chœur "Joe's gonna kill you". Autre moment remarquable, l'arrivée hebdomadaire de Raven, Stevie Richards, Rhino et Tommy Dreamer, accueillis par des "ECW" de la foule, qui supportera ensuite RVD avec ces chants "ECW". Le doute s'installant un peu plus sur la situation de cette stable, entre regroupement d'ex-ECW ou groupe opposé à la TNA, et sur les liens qui se feraient avec RVD ou avec Abyss. Quant au match, RVD arrive à faire pivoter Joe pendant qu'il applique une prise de soumission mettant les épaules de Joe au sol, ceci pouvant être comptabilisé comme un tombé. Après cette bonne dizaine de minutes, aucun ne sort décrédibilisé, ce qui n'est pas le cas de l'après match où Joe reste dans un coin du ring à voir RVD lever sa ceinture pendant de longs moments, avant de reprendre de l'importance en appliquant son Muscle Buster sur Jamie Tucker, l'arbitre du match. Entre ça, le pseudo-enlèvement et les attaques aléatoires, Joe semble être utilisé comme bouche-trou, en attendant d'avoir quelque chose de sérieux.

 

 


La semaine prochaine, roll-up d'Orlando Jordan et Muscle Buster sur Matt Morgan.
Comment ça, déjà fait?

 


Il reste quand même le fait qu'Angle monte petit à petit dans le classement des challengers et que plus discrètement, Joe en fait autant. Un affrontement entre les deux aura lieu dans les prochains mois, et il n'est pas impossible de l'avoir sous la forme d'un "Title vs Carreer" à Bound for Glory.


Retour d'un match "WTF?!" comme Vince Russo ne nous avait plus fait crédit depuis bien longtemps. Le champion de la X-Division affronte Jeremy Buck (aka. Nick Jackson), actuel jobber de la Tag Team Division, dans un non-title ladder match. Certes le contenu a été bon, avec plusieurs bons spots, mais ce match et cette stipulation n'ont aucune logique à se retrouver là, ni un Ladder Match en show weekly, et encore moins pour le faire durer juste 5 minutes. Et le résultat n'est pas le moindre, avec la victoire du cadet est Bucks. Cela sert à mettre en avant une sorte de vertige de la part de Doug Williams avant l'Ultimate X de dimanche, mais si on part du principe que Kendrick est challenger légitime au titre X-Division après un roll-up 3 semaines auparavant sur le champion dans un non-title match, là, on devrait directement faire basculer le match en 3-Way. A préciser que séparément dans la même soirée, les Bucks affrontent Williams et Magnus, signe éventuel d'une réunification de la British Invasion. Les deux ayant toujours ce thème, la rumeur de leur reformation circulant et Russo étant un habitué de ce genre de message subliminal.

 

 


Et puis ce n'est pas ça qui évitera la comparaison entre les Bucks et les Hardy Boyz.

 


La TNA diffuse ensuite les images d'un house show dans un petit stade en plein air à New York, record d'affluence de la TNA aux USA, mais derrière celui de Londres en janvier dernier. Suit une vidéo datant de deux mois, mais utilisée pour présenter le match entre Beer Money et les MCMG pour le titre à Victory Road. Elle ne sert pas à grand chose, mais comme elle est hilarante, je n'hésite pas à vous en mettre le lien ici.

 

Ensuite, on a un six-man tag pour présenter deux matchs du PPV à venir: entre Hernandez et Morgan ainsi que celui pour le titre tag. Niveau apparence, à signaler depuis la semaine dernière la coupe de cheveux de Chris Sabin empruntée à Darren Tullett et le style d'Hernandez toujours dans le genre "LAX", même si cela reste moins flagrant qu'à la =AAA= où il a sur ce même pantalon, la tête du Che, le logo LAX, et le thème de LAX. Pour le PPV, Hernandez affrontera Morgan dans un match en cage. Ils ne pourront ainsi pas se cacher ni s'éloigner, donc pour bien évoquer cela, Hernandez pourchasse Morgan vers le backstage en plein match, laissant la situation en un simple tag team match. A l'image de Joe vs RVD, tout est fait pour garder une crédibilité dans les deux camps: les MCMG dominent, mais Beer Money gagne après un roll-up, précisant ensuite qu'ils sont plus malins et seront champions pour la quatrième fois.


Angle Lethal-Flair, dans le but aussi de faire l'hype du PPV, même si cela traine depuis l'exceptionnel segment d'il y a quelques semaines. Rien de spécial à préciser à propos de cet angle, suivi de l'annonce de la carte du PPV par Tenay et Taz, soit en quelque sorte un résumé de l'Impact de ce soir.


Place ensuite au main event. Comme toujours, il ne reste que sept minutes en tout une fois les entrées finies. Malgré l'opening de la soirée, aucun changement n'a lieu, personne ne trahit l'autre, ce qui reste logique à trois jours d'un PPV. Anderson donne quand même quelques signes d'un possible changement, perdant sur une kenton bomb esquivée, puis enchainée par un twist of fate de Jeff. Les deux n'ont pas le temps d'en discuter qu'Abyss arrive avec sa nouvelle arme. Aux sacs de punaises et de verre pilé, succède cette planche armée de dizaines et dizaines de clous. Sans l'utiliser, il a le dessus, mais RVD arrive en sauveur. Ejecté en un contre un, il revient fort allié à Hardy et Anderson.


Drôle de présentation pour un 4-way avec trois membres unis. Anderson prévient Hardy pour éviter de le frapper à nouveau, ils tiennent ensuite la chaise pour un Van Daminator. Tout est trop parfait et un parfum de trahison se fait sentir, à moins qu'une entente cordiale finisse par être décidée pour contrer l'envahissement du show par Abyss et "ceux" qui lui ont parlé. Selon toute vraisemblance, il s'agit de Raven, Rhino, Richards et Dreamer, avec Foley pas bien loin, voire même éventuellement Sting, ces deux derniers devant revenir fin juillet ou début août.

 


En résumé, un assez bon Impact. Les matches et les angles se sont bien enchainé, mais on peut reprocher une logique discutable sur plusieurs choses, ce qui soulève autant d'attentes que de craintes pour l'avenir. Victory Road est parfaitement amené, contrairement aux précédents PPV, tous les matches ont une logique storylinesque, et ce PPV pourrait être le début d'un renouveau pour la TNA. On ne sait pas encore comment sera cet avenir, qui peut être exceptionnel, comme catastrophique. Mais après le début d'année, cela reste un excellent espoir, auquel on est prêt à s'accrocher à tout prix. J'encourage donc très fortement à regarder Victory Road ce dimanche, qui pourrait être un des meilleurs PPV depuis le début de l'année.


PS: pour mon pseudo, à prononcer lettre par lettre à la manière d'un fan bourré du Hammerstein Ballroom, soit "Hey Kiou Deub"

 

 


C'est pourtant pas compliqué…

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut