Catch

Une sélection qui voit rouge

Un travail d'équipe, c'est un ensemble de gens qui font ce que je leur dis.
Michael Winner


Après les époustouflants derniers épisodes, on revient sur terre avec un RAW quand même très distrayant. La brand rouge nous proposait ainsi un show dont la structure était dans la lignée des précédentes: avec une storyline fleuve qui sert de fil rouge du début à la fin de l'épisode, et quelques segments de remplissages. Passage en revue de la soirée, des difficultés de la team RAW à la domination du Nexus, en passant par le très impressionnant mic skill de la nouvelle génération!

 

 


En même temps, quand on a cette gueule, il vaut mieux avoir un bon mic skill…

 


Nalyse de RAW du 26 juillet

 

 

Commençons par une grande nouvelle: jusqu'à octobre, il n'est pas prévu d'avoir la présence de nouveaux guest hosts! La WWE a donné plus d'une année de vie à ce concept, qui a quand même été très décrié, de manière un peu trop virulente à mes yeux. Je trouve le concept amusant. Si on inverse la situation, on est toujours content de voir les catcheurs intervenir sur d'autres média, par exemple l'an dernier quand Shawn Michaels avait un petit segment promotionnel sur un parquet de la NBA, ou quand ils interviennent dans les séries qu'on regarde. Bref, les guest host étaient là comme un clin d'oiel au public qui les connait, pour faire leurs promos bien sur (mais c'est de bonne guerre) et pour amener du monde au catch. Difficile de dire si ça a été une réussite, mais tout aussi difficile d'affirmer le contraire. In fine les guests host nous auront amené beaucoup de segments inutiles, un certains nombre de franchement débiles et quelques un marquants et très réussis. Je suis content que le concept s'arrête, sans pour autant affirmer que ce fut un échec.

 

 


Du coup à la place on va avoir des ghost hosts, ici Bret faisant la promo pour Owen qui viendra la semaine prochaine.

 


Dans la lignée de la semaine précédente, à l'exception du segment diva et d'un segment de rappel historique (Summerslam 1988, quand l'Ultimate Warrior a pris le titre IC au Honky Tonk Man), la totalité des angles de la soirée se sont référé soit à la feud pour le WHC, soir à la rivalité entre RAW et le Nexus. Le segment féminin était par contre tout à fait oubliable, et on y voyait Alicia Fox réaliser un énième squash contre une des deux Bella clones. Si il faut tirer quelque chose de ce segment, c'est le positionnement d'Alicia Fox. Jillian Hall est intervenue pendant le match pour empêcher les Bella de tricher, et a félicité Alicia. Certes elle a chanté pour cela, mais la Fox Lady a littéralement défoncée la heel. Et si Alicia Fox était présentée comme une tweener plus qu'une heel? Et si son personnage était travaillé pour aller dans ce sens, loin des clivages heels-faces? Je doute de cette option, parce que ça nécessiterait de l'investissement alors que RAW a spécialement peu de temps à gaspiller, pour un résultat plus qu'incertain. Mais ça n'empêche pas que trouve ce scénario séduisant.

 

 


Une femme avec des jambes d'1m20 et qui peut te les mettre dans la figure à n'importe quel moment à la vitesse de l'éclair, c'est forcément séduisant.

 


Cet intermède passé, tout le reste a donc concerné deux feuds, qui se fusionnaient dans le main event du soir. Si la storyline principale est indubitablement celle du Nexus, il semble que pour l'autre, la WWE ait donné carte blanche à trois jeunes en lesquels elle a toute confiance: Sheamus (31 ans), Orton (30 ans) et Miz (29 ans). Ainsi ce trio nous a régalé d'interactions les mettant tous les droit en valeur de la meilleure des façons possible, chacun semblant particulièrement fort, que ce soit au micro ou dans le ring. Sheamus est titulaire du titre et indubitablement le plus puissant, Orton est invincible et porté par le public et Miz avec son titre US et son MITB a un rôle indiscutable de joker. Ainsi le premier segment à mettre en scène le trio voyait d'a ord un squash de Jay Uso par un Randy Orton impérial. Sheamus à la table des commentateurs attendait la fin du match pour intervenir, mais tel est surpris qui croyait surprendre et le rouquin se trouvait envoyé au tapis d'un RKO. Le Miz intervenait pour cash in sa mallette (on va nous la faire toutes les semaines celle là?) et Orton l'atomisait d'un RKO également. Les choses sont donc claires: le RKO élimine n'importe qui en un coup et peut frapper à n'importe quel moment, bref le finisher est en plein push.

 

 


Bonjour, je m'appelle John, et je suis RKOlique. Avant j'en prenait souvent et je trouvais ça chouette, mais depuis quelques temps, je les vis beaucoup plus mal, et je me remets moins bien de chaque RKO.

 


Suivait une discussion entre les deux heels qui s'engueulaient, et dont l'AGM (Anonymous General Manager, pour mémoire) faisait une tag team pour le main event. Entre ce segment et la fin du show, on avait une autre très courte promo backstage entre Miz et Sheamus, de moins de deux minutes, mais quel promo encore une fois! Un modèle du genre dans un contexte hyper particulier "heel contre heel". Les deux athlètes affichaient une rage contrôlée et une forme de crainte masquée, l'un de rater son cash in, et l'autre de perdre son titre. Cette feud entre les deux est sincèrement ce qui me plait le plus dans leurs histoires respectives, c'est vraiment un délice. Orton n'étais pas en reste avec son interview backstage: Josh Matthews posait la question qui tue de savoir pourquoi Randy avait attaqué Miz (pour quelqu'un qui envisage d'être champion, éliminer la mallette, fusse-t-elle cash in avec succès, semble une bonne stratégie). Randy répondait simplement qu'il prendrait le titre d'un RKO. Si je trouve un peu stupide de la part de Randy d'empêcher le cash in qu'il devrait plutôt favoriser dans l'optique de la suite, j'apprécie son comportement de catcheur sur de sa force et qui ne doute de rien.

 

 


– Randy, Miz serait le chef caché du Nexus, et ils comptent tous vous attaquer après Summerslam si vous gagnez le titre, que comptez vous faire?
– 8 RKO pourquoi?

 


Le main event de la soirée voyait donc se croiser les deux storylines phares actuelles de RAW. Miz et Sheamus faisaient équipe de mauvaise grâce, et remportaient le match face à un duo encore plus improbable que le leur. Les deux heels faisaient un match correct en jouant une partition maitrisée, Sheamus en puissance et Miz en vice, jusqu'à ce que ce dernier obtienne le pin en étant un parfait opportuniste (tiens donc…). En bref la storyline autour du titre WWE est toujours aussi indécise et a trois possibilités équivalentes en terme d'intérêt pour l'avenir. L'autre grand axe de la soirée offre au moins autant de possibilités, et après un épisode de la semaine dernière qui voyait un Nexus reculer devant sept catcheurs triomphants de RAW, la fin de cet épisode était bien plus chaotique. Les perdants du main event n'étaient autres que John Cena et Chris Jericho, avec une trahison du Canadien en raison principale de la défaite, et une team RAW au bord de l'implosion à cause des dissensions. Comment en était-on arrivé là après la fin triomphante du show de semaine dernière? Tout l'épisode a consisté à expliquer cet état de fait.

 

 


La team RAW était unie jusqu'à ce qu'elle réalise que deux Bella, ça ne satisfait que six personnes…

 


Ainsi RAW commençait par une entrée qui se voulait triomphante de Cena devant un public Texan moins conquis que les autres spectateurs de ces dernières semaines. Cena récapitulait les dernières semaines dans une promo qui justifierait un clobber report à elle toute seule (Cena qui dit en clin d'oeil aux smarts "i'm not exactly Superman", ça n'a pas de prix), et qui ne rencontra pas la juste réaction du public à mes yeux. Ce segment micro était une énième promo cachée pro-Nexus (Cena à mon avis a logiquement fait autant au micro que Barret en faveur du Nexus, si ce n'est plus), et fut interrompu par le themesong de Jericho. Le Canadien nous sortait une prestation du même niveau et la tension montait entre les deux: Jericho ne lâchait rien dans sa quête du pouvoir que Cena lui abandonnait, avant que le Marine ne s'énerve et arrache le micro de Y2J. John accordait quand même que Chris était indispensable à l'équipe, mais le mal était fait. Jericho était parfait en heel trop gourmand et détestable, Cena tout autant en face qui fait un maximum d'efforts, mais ne veut pas céder devant l'essentiel. Le Lion finissait par dire qu'une fois que le Nexus serait éliminé, l'autre menace à RAW était Cena lui même, et qu'il l'éliminerait aussi. Un discours à la limite de la promo shoot par certains aspects, et qui servait de point de non retour. Alors qu'on allait en arriver aux mains, l'AGM plus ambigu que jamais annonçait que les deux catcheurs dans le ring catcheraient ensemble lors du main event du soir, et on sait comment cela a fini.

 

 


Sinon le Nexus a essayé d'envoyer une bombe atomique sur John Cena, mais ça n'a eu d'autre effet que d'améliorer son bronzage.

 


Autre duo explosif, Khali et Edge. La rated-R superstar a dénigré ouvertement le géant devant Ted Dibiase dans une promo là encore à la limite du shoot, souhaitant que le jeune milliardaire joigne la team Cena à sa place. Singh caché dans un coin entendait tout ça, et on avait assez vite une confrontation verbale entre les deux catcheurs. L'échange débouchait sur un match immédiat, pour lequel Edge disait que si Khali perdait, il serait remplacé. Peu importe que la menace soit justifié ou des mots en l'air, le match était interrompu par l'arrivée du Nexus et la fuite d'Edge. La bande de Wade Barrett cernait le géant, avant de lui permettre de fuir, la queue basse. J'ai lu pas mal de spéculations là dessus (le leader caché du Nexus ne serait-il pas Singh qui justement avait amorcé un turn récemment?), et il m'a simplement paru que le Nexus jouait la carte de l'intimidation pour montrer sa puissance. Avoir la force, c'est impressionnant, mais l'avoir et ne pas l'utiliser, c'est la plus grosse preuve de maitrise. Bref, je trouve tout cela bien joué.

 

 


Barrett, tel Midas, change en or tout ce qu'il touche. Il lui suffit de tendre un doigt vers la caméra pour provoquer une aurification des images.

 


Le Nexus de son côté ne montrait aucune faille. Les sept rookies étaient opposés dans un match test à sept jobbers et midcarters de RAW (dans l'ordre d'élimination Yoshi Tatsu, Jerry Lawler pendant la pause publicitaire, David Hart Smith, Goldust, Mark Henry, Tyson Kidd et Evan bourne). Le résultat fut sans appel: victoire du Nexus sept éliminations à zéro, avec un pin pour chaque catcheur sauf pour Gabriel, Slater ayant réalisé un doublet. Ni la Hart Dynasty pourtant détentrice des ceintures (et possiblement prochainement challengée par le Nexus) ne faisait illusion, ni le pauvre evan bourne dernier survivant, et subissant un beatdown en fin de match. En résumé le Nexus avait parfois plié (face à DHS ou Henry), mais s'en était toujours sorti, soit en se retrouvant pour mettre au point une stratégie, soit en trichant. La fin de match, outre le beatdown, était l'occasion d'entendre une nouvelle promo impressionnante de Barrett, suivie d'une prise de parole exceptionnellement ratée à mes yeux de Sheffield, et conclue par Tarver qui lui assurait son segment micro. Histoire de détailler un peu, si Sheffield bafouillait légèrement au départ ce qui lui couta cher (et provoqua une série de "what?" de la foule taquine), Tarver prenait ça en compte et demandait deux fois à la foule "you know what?" histoire de casser la dynamique. Mais rien de comparable avec le génial Barrett, qui définitivement a énormément appris de Jericho. La foule est définitivement absorbée par les discours de l'anglais, et lui la sent parfaitement, et utilise les silences à la perfection. A noter aussi le body langage général du Nexus, qui se soutien en permanence à coup de regards et de tape sur l'épaule. Quand Sheffield rate un petit peu son début de discours, Tarver hoche vigoureusement la tête pour l'encourager avant de taper son épaule, et à la fin Barrett lui tapote aussi l'épaule l'air de dire "c'st pas grave mon gars". Ces types donnent l'impression d'une vraie cohésion, et la WWE est réellement en train de réussir un pari démentiel quand on regarde bien. Le premier épisode de nXt était le 23 février, et en cinq mois, ils ont créé un groupe de types identifiés individuellement, utilisés dans une storyline majeure et qui débouchera sans doute sur au moins un main eventer et plusieurs bons midcarters.

 

 


Si c'est pas moi le main event, je me casse à la TNA…

 


Dernier duo foireux des RAW7, l'ancienne équipe Truth/Morrison. JoMo affrontait Ted dans un squash de deux minutes remporté par le heel, suite à une série d'interventions de Maryse et de Truth, alors que ce dernier était justement à la table des commentateurs en train de se faire chambrer par un Cole décidément excellent depuis plusieurs mois. Le rappeur et le rocker trouvaient enfin un sujet de désaccord et s'expliquaient vigoureusement sous le titantron, sous le regard désespéré de Cena via un écran de contrôle. Si ce segment hormis son but n'eut rien de majeur, je dois dire que Morrison avec un peu de barbe et un peu moins souriant, ça donne vraiment mieux. Est-ce le début d'un heel turn (quand même peu probable) ou juste une redéfinition lente de son personnage, l'avenir nous le dira, mais rendre son personnage un peu moins engageant et un peu plus brutal d'apparence, ça ne fait pas de mal.

 

 


Cena vient de réaliser que son équipe contient les deux types qu'il avait trouvé ridicules en opener de Wrestlemania XXVI.

 


Cet épisode avait donc un but principal, rééquilibrer les choses après le RAW de la semaine dernière: le Nexus reste une menace hyper dominatrice, l'enjeu est fort à Summerslam et la team RAW aura beaucoup de mal à s'unifier. D'ailleurs vu le déroulement et les informations non kayfabe qui existent (le RAW de la semaine prochaine a été tourné dans la foulée de celui là, sans Bret Hart qui était de Mariage ce WE), on peut penser que la semaine prochaine verra la même logique, avant un épisode la semaine suivante (six jours avant Summerslam) qui verra la team RAW recoller les morceaux grâce à la présence de Bret Hart. Toujours est il que la gestion de l'équilibre est bonne, et que l'équilibre de cette surprenante storyline est toujours aussi bon! Pas trop d'informations sur l'AGM, qui a utilisé la catchphrase de DX après celles d'Austin et de Roddy Piper. Pour moi cela réduit la possibilité que HHH soit AGM, et augmente celle de voir le Rock au poste. Wait and see… Et a propos de catchphrases, cet épisode a vu la curiosité d'un double vol, Cena demandant à Jericho "do you understand what i'm saying to you right now?" et Sheamus interrogeant Miz d'un "Really Miz, really?". Il me semble qu'avec le Nexus, les temps sont troublés. Beaucoup de choses ambigues se passent ces derniers temps comme cette feud entre heel (Sheamus/Miz) ou le comportement réellement à bout de Cena, et cet épisode ne dérogea pas à la règle: Jericho joua longtemps le face en péril et sortit de nombreux moves très spectaculaires, dignes d'un moveset de face. In fine tout cela participe à rends la période exaltante, car on a l'impression que tout est possible et que tout peut basculer à n'importe quel moment. Dans l'avenir que la WWE prépare toujours très en amont, on peut imaginer deux chose. La première peu évidente serait que le Nexus tente d'aller chercher les ceintures de la HD. La seconde plus précise est une feud à venir entre Jericho et Cena, dans laquelle un clin d'œil à 2005 serait un match "loser is fired", avec un nouveau départ de Y2J dû à Cena. Etant en différé, j'attends un niveau moindre de l'épisode de la semaine prochaine, surtout en terme d'avancées, mais le RAW dans deux semaines devrait avoir plus d'intérêt.

16 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut