Catch

La rupture (des groupes) dans la continuité (des storylines)

C’est toujours sur une démission collective que les tyrans fondent leur puissance
Maurice Druon


À l’heure où les juillettistes, nostalgiques de leurs vacances à Arcachon, et où les aoûtiens, entre le cours d’aquagym et le jeu apéro du club de Palavas-les-Flots, s’accordent une pause café, vous avez choisi de prendre une pause "coffee in the bank" avec cette review de RAW. En effet, en pleine tourmente juridico-politico-financière, Axl Woerth, Liliane McOcee et François-Marie Silvernights m’ont fait comprendre que si je ne faisais pas cette review, les lecteurs seraient très tristes, l’audience atteindrait les ratings de la TNA, la publicité nous lâcherait, et par conséquent, le site fermerait. Ne souhaitant pas mettre à la retraite nos  Cahiers (de vacances, spéciale cassdédi à Jeffroy Le Hardy) préférés, je me suis arraché de mon transat, annulé mon goûter d’anniversaire, et vous propose cette nalyse de RAW. Un RAW qui annonce continuer les précédents épisodes, basés sur deux storylines majeures (Nexus vs WWE et le WWE title).

 

 


Allez, mon petit CITB, on garde le sourire quoiqu’il arrive.

 


Nalyse de RAW du lundi 2 aout

 


La galanterie, c’est mettre une femme en valeur.


Etant un homme galant, je commencerai par parler des Divas. D’un côté, une team face composée d’Eve Torres, Gail Kim et Natalya (ce qui mettait déjà de très bonne humeur Jerry Lawler). De l’autre, Jillian Hall, Tamina et Alicia Fox. Autant vous le dire de suite, ni Gail Kim, ni Tamina n’ont participé au match. Leur seul présence est justifiée par le speech d’Alicia Fox qui venait après le match. Un match plutôt correct, du moins supérieur aux autres matches de Divas proposés jusque là, et ce en grande partie grâce au travail de Natalya, même si cette dernière subira le tombé d’Alicia Fox.

 

 


Suite de notre grand jeu de l’été: sauras-tu trouver où se cache la meilleure catcheuse de la WWE?

 


Ensuite, la championne des Divas prit le micro pour nous offrir un bijou de discours heel, à base de «I can beat all of you», s’adressant autant à ses adversaires qu'à ses coéquipières d’un soir. La pauvre Jillian Hall, en était toute chamboulée, ne sachant plus à quelle paire de seins se vouer. On se posait la question la semaine dernière, cette fois-ci, c’est confirmé: Alicia Fox est une heel. C’est lorsqu’elle a fini de parler que l’on avait droit à une jolie surprise, dans le sens où aucune rumeur sur Internet ne s’en était échappé: LE RETOUR DE MELINA! La femme-élastique de la WWE fonça vers le ring, qu'Alicia Fox essaya bien de quitter. Mais Jillian, restée comme les autres Divas aux abords du ring en mode lumberjill, l’a remis Manu le militaire dans le ring, où elle finit par se manger la prise de finition de Melina. Près de sept mois après sa blessure, l’une des plus talentueuses Divas revient relever le niveau, et que pour une fois, même si ce n’était pas le match of the year, le trois contre trois, suivi d’un bon speech, fut très correct. Voilà ce qu’on pouvait retenir du segment Divas


Ah et pour les Blowjo…. les Bella Twins, elles étaient selon vous:
1) avec le guest
2) avec les guests hosts
3) elles n’ont pas pu venir au show, du coup on a fait péter le mousseux
4) on s’en fout.

 

 


Je sais je sais! C’est la réponse 2!

 


Bravo au monsieur torse nu au pantalon rouge, qui remporte un magnifique grille-pain. En effet, on a eu le droit à une double dose de guests hosts ce soir: le duo d’acteurs à l’affiche d’un nouveau navet, the Others Guys, où joue également The Rock. Je vous épargnerai le segment encore une fois inutile (pour info, les Bella Twins repartent avec un seul mec), si ce n’est pour vous dire que, contrairement à ce que disait Silvernights la semaine dernière, le système des guests hosts repart de plus belle et ça, ça fait pas plaisir.

 

 


The Miz, on dit que les Guests Hosts vont à nouveau envahir RAW. Un commentaire?

 


Le Bon (vraiment très bon), la Brute (pas si brut que ça) et le Truand (pouvant truander à tout moment)


Voilà, les gonzesses, c’est fait. Comme ça, elles pourront retourner plus vite à leurs maquillages et autres activités ménagères. On va enchaîner avec l’histoire autour de la ceinture. Dès le début de RAW, on annonce le main-event Orton-The Miz, qui en ferait baver plus d’un.

 

 


Euh, Josh, quand je disais de faire baver, c’était une expression, hein. Allez, ravale ta salive, ça fait pas propre. Et ne t’essuies pas avec ta cravate.

 


Et pour sa part, Sheamus affrontera…. Goldust?! Hey, les gars, Sheamus est censé un champion de la plus grande fédération de catch au monde, un sanguinaire et violent Irlandais, pas une grand-mère estropiée! Mais pourquoi un low-carder pour affronter le champion? Pourquoi pas R-Truth ou Morrison, qui n’ont pas catché. Pourquoi pas un des Hart Dynasty, que l’on n’a même pas vu ce soir. La semaine prochaine, vous lui ferez affronter un lutteur local.

 

 


OK pour un jobbeur local. Mais pas trop gros, hein! Maximum trente kilos, sinon j’ai peur de me casser un ongle.

 


La déception passée, vous avez à peine le temps de lire ces lignes que Sheamus fait le tombé sur Goldmember, s’empare d’un micro et demande au public quelles différences ils ont vu (en référence à la vidéo récapitulant la feud entre les mêmes protagonistes de l’année dernière à feu la ECW). Ben, la seule différence, c’est que t’as su jouer de tes relations pour bénéficier de tels pushes. Ensuite, t’es toujours le même, sauf que t’as une ceinture, que tu sais parler dans un micro et que ta prise de finition, le Celtic Cross, est devenu le Razor Edge.


Pour finir, Blanche-Neige nous dit qu’il a adoré détruire Triple H, et qu’il fera la même chose à Randy Orton. Ca, ça sent un retour de Triple H très proche, aux alentours de Summerslam. Imaginons un peu: Randy Orton ou le Miz remporte la ceinture au Summerfest, Sheamus fait jouer sa clause de rematch le lendemain. Tout le monde s’attend à entendre la musique du mec qui est génial et qui était venu pour jouer, ou celle du mec qui entend des voix dans sa tête. Et bah, paf! Il est temps de jouer au jeu, et on aura une feud Sheamus-HHH, associée ou non à la feud RKO-Miz.

 

 


Moi, tant que je massacre tout le monde avec mon spledgehammer, ça me va!

 


Interviewé en backstage, Randy Orton rétorque par un splendide «il va voir ce qu’il va voir, ce soir, je vais dégommer le Miz», suivi d’un non moins magnifique «j’ai deux nouvelles pour lui, une bonne et une mauvaise. Je commence par laquelle?». La bonne nouvelle est que le Miz pourra casher sa mallette. La mauvaise est que c’est la fin de Sheamus. The Miz, juste avant son match, allait aussi de son petit speech, disant que Randy a fait une conneMiz (traduction foireuse de « Miztake » je sais), la semaine dernière, ce qui mérite une grosse correction ce soir. Et dans deux semaines, le meilleur scenario pour Randy sera de battre Sheamus, avant que le Miz ne cashe sa mallette pour devenir champion. Un joli discours ponctué d’une jolie heel heat. Il est marrant de constater qu’il y a un an seulement, Miz affrontait Cena dans une feud peu éclatante, et que tout le monde voyait déjà l’ex-membre du Dirt Sheet comme un talent gâché. Et à la vue du match, on se dit que le Miz mérite tout à fait une place dans le main-event et qu’il la mériterai encore plus s’il se débarrassait de cette ceinture des USA qu’il traîne comme Ziggler traîne Vickie.

 

Le match en lui-même fut bon, bien que commençant sur un rythme très lent, me faisant craindre le pire. Mais il fut même agréable à regarder lorsque Randy Orton décida d’accélérer le match. De nombreuses prises raviront les fans de catch technique. On retiendra notamment le big boot du Miz, le powerslam de la Vipère, le coup de la guillotine porté sur le Miz qui s’en étouffera, le DDT entre les deux cordes contré par le Miz, et même le RKO come from nowhere qui met un terme à ce combat. En fait, seul le résultat me dérange. Le Legend Killer, depuis trois semaines désormais, se Cenaïse en enchaînant les RKO et les positions dominantes. Le lendemain de MITB: deux RKO sur Jericho et Edge; la semaine dernière: trois RKO sur Jey Uso, Sheamus et The Miz en moins de trois minutes montre en main. Aujourd’hui, il RKOe (du verbe RKOer, 1er groupe) à nouveau Mr. Coffee in… Money In The Bank et fait peur à Sheamus. En effet, assistant au match depuis la scène, il voulait casser du Randy Orton ce soir, pour montrer que "bon, c’est pas parce que j’affronte des mecs habitués aux openers de Superstars que j’en suis pas moins champion, et que euh… non mais Randy, fais pas le con, je déconnais, je voulais pas rentrer dans ce ring, et arrête de préparer ton RKO, ça se voit pas mais je suis blanc de peur".

 

Ainsi finissait ce RAW et pour en finir avec cette analyse sur le WWE title, au niveau de la crédibilité, Miz après un tel match, n’en a pas pour autant perdu, Orton en gagne, au détriment de Sheamus. Malgré tout, booké super-héros comme il est, Randy devrait perdre au PPV et Miz ne devrait pas casher. C’est lorsqu’on évoque le moins souvent qu’on a la mallette qu’on a le plus de chance de réussir son coup.

 

 


Hein, quoi? J’ai pas entendu, qu’est-ce qu’il a dit?

 


AGM: Attention, Génie Malfaisant ou Absolu Générateur de Merdier?


Passons à la grosse feud du moment. Celle qui chauffe les cerveaux des bookers comme d’autres se font chauffer les fesses au Soleil en bronzant en string. C’était clairement le fil rouge de cet épisode. Et ce fil rouge commence très fort avec Edge qui débarque micro en main, sous les sifflets de certains et les applaudissements des autres. Il déclare n’avoir aucune confiance en la team (je le comprends, catcher avec Khali et Bret Hart, ça doit foutre les jetons) et qu'il veut affronter Wade Barrett en un contre un, "juste toi et moi, et j’en veux pas un qui intervient, que ce soit un mec de Nexus ou de la team Cena, comme un bonhomme"! Pas la peine de vous dire qu’il décroche là une très belle pop, à tel point qu'on croyait qu’Edge était redevenu face. Arriva alors R-Truth, affublé non pas de sa classique chemise ouverte, mais d’un t-shirt tout ce qu’il y a de plus sobre; décidément, ce garçon n’a aucune notion de marketing. Son discours est assez gnan-gnan: "non, ne te la joues pas solo, pense à l’équipe d’abord". C’est beau comme du Domenech parlant à Anelka avant France-Mexique. Mais ça déclenche une réaction de la foule encore plus chaleureuse que celle qu’a reçu Edge. Et ça réveille surtout l’AGM qui autorise Edge à affronter l’ex-vainqueur de NXT, «and that match is next», cite Michael Cole. A priori, l’envoyeur d’emails aime les jeux de mots à deux balles, on est en droit de se demander si Doink the Clown, voire Jeffroy le Hardy ne seraient pas des AGM potentiels.

 

 


En plus, pour programmer un Sheamus-Goldust, il faut avoir beaucoup d’humour.

 


Le match Edge-Barrett fut très sympa à regarder, Edge ayant eu la bonne idée de rajeunir de vingt ans pour l’occasion. La Superstar classée R, déterminée comme pas deux, domina le début de ce match, jusqu’à ce spear porté sur Barrett, accoudé dans le coin, déboucha sur un tombé cassé à… 0,1. Ce fut, à mon sens, la seule erreur de ce match. Il aurait mieux fallu casser le tombé à 2,99999 en mettant le pied de l'anglais sur la corde. À la suite de quoi, Barrett, toujours aussi vicieux mena la danse. Le match se poursuivit jusqu’à ce double coup de la corde à linge que se portent mutuellement les acteurs de la rencontre. Cela fait changer les mouches d’âne, Edge re-dominant ce match, la fin eut lieu quand le Canadien, qui était monté sur la troisième corde, s’extirpa des épaules de l’Anglais, par un Edgecution des familles. Edge se relève le premier, prêt à en découdre avec son spear. Mais le Barrett est prévoyant, et se trainant en-dehors du ring, il fit un signe, probablement un pari avec un célèbre Mexicain. Ceci eut pour effet de voir venir les autres membres de Nexus. À leur vue, Edge préféra se barrer via le public.

 

 


Hou, Wade Barrett, ta ta ta!

 


On retrouve Edge engueulant Cena, ne comprenant pas pourquoi personne n’est venu l’aider. John lui rappelle qu’il n’avait demandé aucune aide, aucune intervention pour ce match, alors pouêt-pouêt camembert ! Edge, grave vénère, démissionna de l’équipe WWE. Le Canadien partant, un autre arrive aux côtés de Cena: Jericho lui fit savoir que le problème de l’équipe, c’était lui (Cena). Les deux hommes s’affrontent plus tard dans la soirée dans un «loser leaves team WWE» match. Et ce match fut sûrement le plus beau de la soirée. Même si on connaissait sans l’ombre d’un doute le vainqueur de ce match, on ne peut qu’apprécier le catch déployé par Y2J et Cena. Quand les deux se rencontrent, voir les matches qu’ils produisent est presque aussi beau que de faire l’amour avec une femme.

 

 


Avec Une femme, je veux bien te croire. Mais avec un homme, ça se joue.

 


Souvenez-vous de ce précédent match. L’alchimie entre les deux est parfaite. Le match de ce soir n’a pas succombé à la règle. Dominée en grande partie par Jericho, Cena l’emporte par un STF. Après cela, Cena propose à Jericho de revenir dans la team, mais non sans hésitations, Jericho dit non. Que retenir de ce match? Tout! L’intensité, les moves proposés par les deux protagonistes, le lionsault réussi par Jericho (!). Je ne vous en dirai pas plus. Car si vous êtes amateurs de catch technique, de contres contrés ou tout simplement de spectacle, perdez quelques minutes de votre vie, filez votre carte bleue à votre femme, foutez vos gosses chez Papi Jean, prenez une bière et regardez ce mini-PPV.

 

 


Ah et mettez un froc aussi.

 


Par la suite, on retrouve Jericho et Edge dans les vestiaires et s’accordent à dire que si Cena avait besoin d’eux, eux n’ont pas besoin de lui. Ils laissent subodorer l’idée de s’allier pour affronter eux-même Nexus. Faut-il y voir une team WWE face vs Nexus vs une team WWE heel (mené par Y2J et Edge) prochainement? Cette team WWE heel aura-t-elle d’autres membres  (Ted DiBiase? Zack Ryder? Des membres de Smackdown!?). Aurons nous droit à cette fameuse Team Ego, cette équipe qui avait remporté les ceintures au Night of Champions 2009? Cette alliance, c’est clarinette, remet de l’huile sur le feu dans cette storyline, qui n’en demandait pas tant.

 

 


– Félicitations, cher collègue, on a encore réussi à mélanger leurs esprits! Ces abrutis de smarts ne comprennent plus rien à nos plans!
– Oui! Et pour les faire chercher encore plus, je vais lancer une rumeur sur mon twitter comme quoi Bryan Danielson et Shane MacMahon sont les co-AGM!

 


En tout cas, ça inspire notre AGM qui ordonne la semaine prochaine un match Edge et Chris Jericho contre Cena et Bret Hart (!). Et pour enjoliver le tout, les sept membres de Nexus seront les lumberjacks de ce tag team match (!!). Je suis prêt à parier ma collection de timbres (!!!) que Nexus va intervenir. Donc l’AGM a organisé ce match pour tabasser quatre catcheurs prêts à tout pour nuire à la bande à Barrett. Ce qui accentue l’idée que l’AGM soit pro-Nexus

 

 


Élémentaire, mon cher Watson.

 

 


Bon sang, mais c’est bien sur !

 

 


Quand je vais dire ça à ma femme.

 


Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. N’hésitez pas à laisser vos commentaires. Je remercie SpanishAnnouncedTable d’avoir traduit certains passages en anglais que mes oreilles et mon cortex refusaient de comprendre. On se quitte av…

 

 


-Bwaaa? Bwaa bwaaaa!
-Le Great Khali a dit : «et moi, alors? Je sens le pâté? Honorables NespressoBoys, allez dire à votre maître CITB de parler de moi!»

 


Ah oui, je l’avais oublié. Après que Cena soit défié par Jericho, Michael Tarver et David Otunga re-proposèrent à l’Indien de rejoindre Nexus, alors que Ranjin Singh s’était planqué derrière son frangin. Le match qui opposait le géant à Ted DiBiase Junior était évidemment un squash, bien que le gosse de riche travailla sur le genou fragile de l’amateur des Disney’s. En effet, avant ce match, Khali, en coulisses, a montré toute sa culture cinématographique en citant «Blanche-Neige et les sept nains», alors que John Morisson lui parlait des «sept mercenaires», des «sept samouraïs». Le seul intérêt du match fut l'arrivée ringside de Wade Barrett et de Skip Sheffield, perturbant le Million Dollars Son, ce qui lui coûta le match. Khali quitta le ring tout interloqué par la venue de ses étranges supporters.

 

 


Bwa?! (traduction simultanée: messieurs, votre présence auprès du ring m’honore tout particulièrement, mais pourriez-vous, je vous prie, me donner une explication valable quant au fait que vous et vos homologues persévérez pour me suivre partout où mon honnête personne se rend?)

 

 


– Il…il dit quoi, là, Wade?
– Je sais pas mais ça me fout les boules! Cassons-nous!

 

 


-BWAAAAAAAA!!! (Mais enfin, messieurs les gentilshommes, revenez!).

 


En conclusion, ce RAW a très bien avancé sur la feud avec le Nexus. Personnellement j’ai hâte de connaître la suite du plan de Jericho et de Edge, de savoir quel est cette histoire avec le Great Khali, et quels membres Cena va prendre pour compléter son équipe (Evan Bourne?). Et à coté de ça, la question sur l’identité de l’AGM est toujours d’actualité. Dans la division féminine, le retour de Melina permettra de nouvelles rivalités pour la ceinture des Divas. Et si en plus de ça, Natalya continue à catcher comme ça, ce sera parfait. Pour la ceinture WWE, la feud continue tranquillement son bonhomme de chemin. Cela dit, aucune évolution dans la feud Hart Dynasty-Uso Bro, ni en ce qui concerne un possible heel turn de Morrison, ni en ce qui concerne l’agression de R-Truth sur le Miz, il y a deux semaines.

 

 


Oh putain, le con! J’avais oublié que j’avais une rivalité avec lui! Bon, du coup, au lieu de défendre la WWE face à Nexus, je vais tenter de conquérir sa ceinture US! Je suis génial!

 


Voilà, c’est fois-ci, c’est vraiment tout pour aujourd’hui. N’hésitez pas à laisser vos commentaires. Je remercie SpanishAnnouncedTable de m’avoir traduit certains passages en anglais. On se quitte avec les rubriques et la citation hebdomadaire.

 


Les gestes de la semaine


• Le lionsault réussi de Chris Jericho, et le Jericho-Cena en général.
• Le fait que le Miz ait réussi à contrer le DDT, et le main-event en général.
• Les nombreux contrés de Edge et de Wade Barrett, et l’opener en général.
• Le retour de Melina, sept mois après.
• Natalya, qui avait l’air plus déterminée que Tyson Kidd et DH Smith quand ils défendent leurs ceintures.

 


Les anti-gestes de la semaine


• Sheamus, le seul champion du monde qui n’affronte que des low-carders (SpanishAnnouncedTable).
• Gail Kim et Tamina qui ne catchent pas. Et c’est bien dommage.
• Le lionsault de Jericho certes réussi, mais réussi dans les jambes. Quand ça veut pas…

 


Les questions/ observations de la semaine


• Et merde, mais qui a laissé ouverte la porte de la cage des Bella Twins ?
• Et merde, mais qui a laissé ouverte la porte de la cage des Guests Hosts ?
• Dans son prochain film «Legendary», John Cena ne sera pas un Marine. Mais ce sera sûrement un nouveau navet.
• Sinon, quelqu’un a des nouvelles de la ceinture US?
• Aujourd’hui, j’ai voulu serrer deux hôtesses jumelles lorsque j’ai présenté mon film avec un autre acteur. Tous les autres qui les ont croisés m’ont dit que c’étaient deux vraies chaudasses. Manque de pot, elles ont préféré mon pote. Moi, je reste là sur une chaise en attendant qu’ils aient fini. VDM
• Alors, Evan Bourne, c’est fait. Goldust, c’est fait. Pour choisir Santino Marella comme nouveau whack-a-lowcarder, tapez 1. Pour Kozlov, tapez 2. Pour Mark Henry, tapez 3.
• Appeler une équipe «Team WWE», alors qu’elle est composée de 6 mecs de RAW et d’un Hall of Famer qui ne catche plus qu’à RAW, ce serait pas mieux de la rebaptiser « team RAW »?

 


La citation de la semaine et de Yoshi Tatsu:

 

 


-Retiens ceci, jeune ninja: si la rivière est trop pourpre, n’hésite pas à emprunter le chemin boueux.

21 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut