Catch

Enfin DEUX la continuité totale …

I can't believe I still have fans! Let's face it my character was pretty lame for the past couple of years.

Carlito, Sur son compte Twitter

 

Bonjour à toutes et tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où je vous annonce que John Morrison et MVP sont d'ores et déjà abonnés au Twitter de Carlito.

 

 


C'est l'été: pour fêter ça, la WWE a décidé d'emmener les rookies à la fête foraine.

 

 

Nalyse de NXT du 10 août

 

 

L'une des caractéristiques principales de NXT depuis le début du show résidait dans le fait que c'était un show complètement indépendant de tout ce qui pouvait se passait par ailleurs à la WWE. Bien sûr, il y a eu parfois des passerelles lancées entre un show et ce qui se passe à NXT mais jamais un show intégralement basé sur la continuité de storylines développées ailleurs.

 

Et pourtant cette semaine, ce fut différent. Le premier match était un rematch de l'affrontement de la veille à RAW, avec les mêmes équipes (on notera d'ailleurs que MMGC a travaillé deux fois dans l'équipe de heels). Personnellement, je l'ai trouvé moins bon en terme d'éxécution mais mieux booké, car plus long. Tout le monde a eu l'occasion de montrer ce qu'il savait faire dans le ring, ça n'a pas été parfait, notamment la manière dont Alex Riley a dû quitter le ring dans la séquence finale. Un mauvais timing, lui a fait faire un pas en avant puis deux pas en arrière avant de pouvoir enfin croiser la clotheline qui l'envoyait à l'extérieur. Et puis le résultat était intéressant avec un Kaval qui fait le tombé sur MMGC. Donner une belle victoire bien nette de celui qui a eu une sorte de loosing streak sur celui qui a eu une grosse série d'invicibilité, c'est malin et surtout ça relance la compétition, ce qui tombe bien puisqu'on est à quelques semaines de la fin du show.

 

 


Franchement, le concours de bite, comme épreuve cette semaine, je suis pas sûr que c'était une bonne idée …

 

 

D'ailleurs pour bien faire sentir que la fin est proche la WWE a décidé de passer la surmultipliée. L'épreuve à la con (toujours aussi peu intéressante mais assez brève) avait cette semaine un vrai enjeu (Alex Riley a gagné le droit d'avoir un match en un contre un à RAW). L'élimination de Lucky Cannon (qui n'entraîna ni cris de surprises ni lamentations de désespoirs dans le public) n'était pas le vrai événement de la fin du show puisque Matt Striker a annoncé qu'il y aurait la semaine prochaine deux éliminés. De quoi largement augmenter le suspense, donc …

 

Et, en plus, de tout ça, on a eu un main-event qui poursuivait la storyline commencée à RAW : The Miz, toujours postulant légitime pour une place dans l'équipe qui affrontera le Nexus, était opposé à John Morrison, déjà membre de celle-ci. Les deux hommes se connaissant bien, l'histoire faisait sens, surtout vu leur passé chargé. Et le match était à la hauteur.

 

 

He's the shaman of sexy, the gourou of greatness, Job Morrison

 

 

On pourra toujours épiloguer sur l'opportunité de faire le main-event d'un show destiné à mettre over de nouvelles têtes avec deux membres de l'upcard de RAW, mais moi, ça ne me pose pas de problème. D'abord parce que c'était un cas exceptionnel, tout à fait légitimé par une storyline à la veille d'un des plus gros PPVs de l'année, et ensuite parce que la tentative de main-event avec le Miz la semaine dernière avait montré toutes les limites du concept. Pour le Miz, qui est à peu de choses près, la chose la plus over avec le public de la WWE, squasher un rookie, même le mieux buildé, ce n'est plus suffisant. Le joli job de Morrison en main-event ce soir était l'occasion rêvée pour la WWE de réparer ça.

 

 


Il a fallu en faire des choses, quand même, pour qu'enfin Michael Cole et le public de la WWE tombent d'accord sur un truc.

 

 

Voilà donc un show joliment conclu et conçu pour finir le build-up de Summerslam (on notera par exemple l'absence de Mark Henry, blessé in kayfabe) sans pour autant éclipser les péripéties des rookies de NXT. Le build-up et le classement final de ceux-ci laisse de plus en plus d'incertitudes sur l'identité du vainqueur (même si je persiste à croire que Husky Harris a le profil idéal d'un vainqueur). Et, pour résumer, on va dire que la WWE continue sa série de shows qui, en ce qui concerne NXT, alternent le pire et le meilleur. Toujours de quoi méditer donc sur l'avenir d'un concept sans chaîne officielle pour le diffuser dans quelques mois et à propos duquel circulent déjà des rumeurs sur une éventuelle troisième saison : on parle de 4 rookies et d'autant de rookettes puisque le réservoir que constitue la FCW commence à se tarir au niveau masculin.

 

 

Le booking pour les nuls: si vous faites un classement «qui tient compte du vote du public», surtout mettez les babyfaces en première place.

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut