Catch

Le tube de l’été

We walk alone in the unknown
We live to win another victory
We are the young, dying sons
We live to change the face of history

Twelve Stones, We are one.


Malgré une carte de seulement six matchs, ce Summerslam a déclenché de nombreuses passions et moultes spéculations. Nous étions nombreux à l'attendre, avec chacun notre petite prédiction de scénario sur le déroulement de la soirée. Et si on n'a pas vu de surprise inattendue, tout s'est mis en place avec beaucoup de cohérence, ce qui n'est pas le moindre des mérites de la WWE. Si ce PPV répond à de nombreuses questions, il en soulève encore plus, ce qui à mon avis suffit à dire que le show était globalement réussi. Passage en revue de cette soirée pleine d'enthousiasme, de frustrations et de surprises.

 

 


Par exemple le fait que Superman ait un nouvel uniforme!

 


Nalyse de Summerslam

 


Assez curieusement, il me semble que ce Summerslam a fonctionné exactement sur le même principe que le dernier Wrestlemania. Je vous avais expliqué dans une review de l'époque ma vision des choses: en résumé tout était fait pour mettre en valeur le main event. On avait un joyau avec pour écrin le PPV, et tout dans ce PPV concourrait pour nous amener au main event. Ce fut encore plus vrai et plus flagrant ce soir. A commencer par l'opener qui mettait les choses au point.

 

 


Voire voulez dire "qui mettait les choses au poing".

 


Comme prévu, le match pour la ceinture Intercontinentale ouvrait la soirée. Certains voyaient dans ce match un potentiel showstealer, et sans aller jusque là vu le main event, je pensais que ce combat avec une douzaine de minutes pourrait vraiment lancer le PPV sur des bases élevées. Tout se déroulait comme prévu dans un début de match agréable sans être mémorable, mais alors que les choses commençaient à devenir sérieuses, le Nexus intervenait, à la surprise générale! Après avoir sorti sans ménagement Dolph du ring, les sept samouraïs distribuaient un des beatdowns qui font leur signature sur le pauvre Kofi qui n'avait rien demandé à personne. Et pour conclure la séquence, l'hypnotique Barrett prenait le micro et expliquait dans une promo basique, mais efficace que le Nexus était une vraie équipe, et allait atomiser la team WWE en fin de soirée.

 

 


Ils sont sept, jaunes et ambitieux, mais surtout ils ont la haiNe.

 


Ce match proposait une première surprise: pourquoi diable le Nexus intervenait-il dans un match de Smackdown!? Evidemment cela permettait de ne décrédibiliser ni Kofi, ni Dolph, et de faire un premier teaser pour le main event. Mais il y a forcément un autre intérêt, et à ce moment de l'émission, je voyais cela comme un signe qu'après la victoire du Nexus contre RAW, SD! serait la cible suivante. Ou pourquoi pas la ceinture IC elle même? Bref cette intervention surprenante soulevait beaucoup de questions, et mettait ce PPV sur le rail prévisible que le main event accaparerait l'intérêt en cette soirée. Le match IC a clairement été sacrifié, et vu le potentiel qu'il avait, cela parait un choix de poids.


Après cette première intervention du Nexus, la team WWE avait droit à son segment. Jericho et Edge tentaient de convaincre Miz de rejoindre l'équipe, ce qui était assez amusant. Entre Miz qui faisait sa diva, Edge qui mâchouillait un bâton de Slim Jim et Jericho qui s'enflammait dans un discours encore une fois très intéressant, le segment était divertissant malgré le fait qu'il n'aboutisse à rien, et il remettait bien au centre des débats cette "septième place" dans la team WWE. Quand pour convaincre Mr. Awesome, Jericho lançait "it'll be bigger than Titanic", j'y voyais une allusion au naufrage à venir en main event. Et encore une fois on a un signe que la WWE joue à la perfection avec les rumeurs internet et les smarts qui se tortillent l'esprit pour analyser chaque détail.

 

 


Mon dieu, mais Edge mange de la junk food, c'est un signe que Matt Hardy devrait être le septième homme!

 


Suivait le match Diva de la soirée, avec la féline championne Alicia Fox qui était défiée par la revenante Melina. Cette dernière faisait son apparition dans un déguisement digne du carnaval de Rio, faisant passer le retour de Maryse il y a quelques mois dans le costume de Gobbledy Gooker pour une idée pleine de sobriété. Melina enlevait la majorité de ses plumes pour dévoiler son pantalon couleur chaire avec des motifs assez curieusement placés, et donnant une impression étrange. Si on passe sur ces détails d'ordre esthétique, le match m'a paru très agréable, quoique étrange. J'avais oublié à quel point Melina apporte de la fraicheur et de l'innovation dans le ring, et si on passe sa fausse (?) blessure au genou (moment assez étrange, pour lequel je me demande encore si on était dans le kayfabe ou dans la réalité), la prestation de la femme élastique méritait le résultat final. En effet, Melina retrouvait "sa" ceinture après un match un peu décousu, mais sympathique. Alicia Fox n'aura été qu'une championne de transition, et la ceinture lui a probablement été donnée pour services rendus (comme ce fut le cas pour Eve).

 

Plus étrange encore fut l'intervention suivante: Laycool coupait l'interview post match de la championne par un Josh Matthews qui n'arrivera décidément pas à conclure. Les deux chipies commençaient leur cirque habituel, avant que Melina ne s'énerve (un peu comme nous en fait, à part que casser notre écran n'aurait pas résolu grand chose) et ne se mette à frapper les Flawless. Mais les deux co-championnes reprenaient le dessus, étant même aidées par Alicia, cette dernière se faisant quand même allumer par LayCool qui ne semblaient pas d'avis de partager ce beatdown avec qui que ce soit. Ces dernières quittaient le ring dominatrices, ouvrant vue la situation à SD! sur une possible unification des ceintures féminines à Night of Champion (un four-way Layla-McCool-Melina-Alicia? une battle royale?). Cette option ne parait pas totalement stupide, tant les Divas voient leur nombre et leur place dans les shows réduits à peau de chagrin. Sans compter que ça enlève un match de la carte de NOC, ce qui ne sera pas du luxe, tout en augmentant largement l'intérêt du match restant.

 

 


Au pire la WWE organisera un service où pour 5000$ lors de votre anniversaire, elle vous enverra une Diva couverte de plumes à effeuiller.

 


Puis retentissait après le rappel rapide de leur feud le thème song de CM Punk, ce dernier arrivant bien sur avec la Straight Edge Society. L'immense Big Show dont la popularité toute aussi massive fait partie des choses qui m'impressionnent toujours à la WWE, débarquait ensuite. Quelques fioritures (le temps de couper l'attelle du Big Show, qui visiblement avait simulé une blessure à la main, et était en pleine possession de ses moyens) et le match pouvait commencer! Je passerai sur le contenu du match qui fut rapide, et que je résumerai par une petite maxime de mon cru: "à géant pas content, géant violent (et SES violée)". CM Punk n'était évidemment pas à cent pourcents, et on le vit fuir avec Serena quand les choses tournaient mal, laissant au Big Show l'opportunité de placer un KO punch mal filmé et un chokeslam qui concluait ce match d'un point d'exclamation.

 

 


Pour faciliter le rangement du matériel Straight Edge, le Big Show n'a pas hésité à empiler quelques bibelots, quitte à "forcer un peu" pour que ça s'encastre.

 


Que dire de ce résultat? Et bien comme d'habitude, j'ai envie de dire "c'est bien dommage pour Punk, mais au moins sa situation va bouger". Et comme d'habitude elle mettra encore plusieurs mois avant de bouger. Il suffit de se rappeler de la destruction de la Legacy pour voir que la WWE prend toujours un temps énorme pour détruire ses stables. Dans le cas présent, on a un germe de plus de discorde planté dans la pomme straight edge. Mercury et Gallows ont été une fois de plus abandonnés, cela débouchera inévitablement sur une rupture et une feud entre membres de la SES, mais ne rêvons pas, ça n'est pas pour tout de suite, loin de là. A court terme (pour Hell in a Cell début octobre?), je vois plutôt un duel entre un CM Punk de retour à cent pourcents et un Big Show voulant se venger définitivement. Et là encore, Punk perdra, suite à une défaillance de la SES, et on aura fait un pas de plus vers la scission du groupe… Amis amoureux de la SES, courage, les temps sont durs, prenez bien vos vitamines et votre jus de betterave, vous allez en avoir besoin.

 

 


Ou alors consolez vous avec la poitrine de… Punk, et son nouveau superbe tatouage.

 


A ce moment du show, la moitié des matchs sont passés en seulement 48 minutes, il reste trois combats pour plus de deux heures, même si il y aura de nombreuses promos d'ici la fin de soirée. Et c'est par deux d'entre elles que la soirée s'est continuée. Tout d'abord un curieux échange entre Kane et Sheamus. Les deux heels tentaient de s'impressionner mutuellement, et mis à part le côté toujours sympathique de voir deux champions face à face, on se demande si cette promo avait un but ultérieur? Après l'intervention du Nexus dans le match IC de SD!, après la confrontation Divas Championships/Women Championships, ce dialogue continue de brouiller les cartes (au point que j'imaginais à ce moment de la soirée une victoire du Nexus débouchant sur le chaos général). Bref encore des questions.


La promo suivante par contre apporta des réponses, et quelle promo! Sans doute le joyau micro de la soirée, signé The Miz (qui pour le détail était censé être banni à vie du Staple Center qui accueillait la soirée, suite à une défaite contre John Cena en 2009 lors d'un RAW guest-hosté par Jeremy Piven), avec un Michael Colle qui se faisait dessus de bonheur pendant ce temps. Dans une salle que j'ai trouvée "difficile" et assez peu bruyante, il a joué un récital micro à la limite de la perfection. En débutant sa promotion directement en s'adressant à la foule, il captait leur attention. Puis il récoltait de la heat avec un speech plein de mépris et d'égocentrisme, dans lequel il énonçait abusivement que chacun des membres de la team WWE était venu le supplier de la manière la plus extravagante possible. Le fil rouge de la promo était la réponse du Miz quand à l'invitation de Cena pour prendre le septième slot de la team WWE, et Miz fit planer un suspense rondement mené, avec toujours autant d'humour. Quand il donnait enfin sa réponse, tous les spectateurs étaient suspendus à ses lèvres, et la réponse fut positive! Sa justification fut brillante (tout était une question d'égo) et l'énoncé final de sa catchphrase fut encore un grand moment de jeu avec la foule. Ces huit minutes furent d'une intensité rare, et comme TDS le faisait remarquer dans sa superbe chronique sur le sujet, le Miz a un des micskills les plus innovants de la WWE, et un des plus attractifs. Entre son body language, ses déplacements, son humour, ses intonations et l'utilisation des silences, il maitrise largement son sujet. L'enthousiasme de Cole après cette promo (et Striker lui tendant une bouteille d'eau à ce moment, de manière hilarante) était contagieux, et cette doublette Miz-Cole sur laquelle il y aura bien des choses à dire, promet aussi pas mal.

 

 


Si le Miz essaye de retourner la fédération de VKM comme ce micro, c'est pour en faire la MME: Mike the Miz Entertainment!

 


On avait là le premier gros hit de la soirée, et qui aurait un impact fort sur deux des trois matchs à suivre, à commencer par celui qui arrivait: le match pour le titre WWE entre Randy Orton et Sheamus. Vous le savez, je ne suis pas fan de Randy Orton. J'avais d'ailleurs un à priori assez négatif sur ce match. Pendant le direct, je n'ai pas aimé ce match. En le revoyant en partie, je dois reconnaitre qu'il n'est quand même pas si mauvais. Les deux athlètes ont donné une prestation de vingt minutes, qui sans être mémorable, fut solide, et je dois reconnaitre un sens du timing remarquable pour Randy. Il nous a déjà montré par le passé ce talent très au dessus de la moyenne (pour mémoire le Air Bourne contré en RKO) et sur un nombre de petits détails (les nearfalls, les esquives de moment importants ou les enchainements de coups), il est toujours dans le meilleur des tempos. Cela participe grandement au suspense du match et n'est pas anecdotique dans le talent d'un lutteur.

 

Sheamus de son côté n'a pas reproduit une prestation du niveau de celle fournie au dernier Wrestlemania, et force est de reconnaitre que son alchimie avec HHH n'a pas trouvé d'équivalent avec Cena ou Orton. Si au final le niveau du match a été correct, je ne peux pas dire la même chose du booking et du finish. Franchement c'est trop demander de faire gagner Sheamus clean? Les stipulations autour de ce match n'ont aucun sens a postériori (intervention interdite sous peine de suspension définitive et défaite de Randy qui le priverait de nouvelle chance) et voir Sheamus se faire disqualifier volontairement avant de prendre un beatdown était ridicule. Non seulement il perd, mais en plus il se fait humilier. Ok, il garde la ceinture, mais c'est bien la seule chose… Le Celtic Warrior laissé brisé et inconscient au sol par Randy, c'était le moment rêvé pour le Miz de cash in sa mallette… et la perdre. Si "i came to play" avait retenti, il aurait été évident que la mallette était perdu car le Nexus n'aurait pas laissé faire. En conséquence je trouve que la non intervention du Miz est très bien pensée. A l'opposé de l'humiliation de Sheamus… Franchement j'ai peur pour son titre à Night of Champions.

 

 


Sheamus vient de voir son booking pour Night of Champions.

 


Avant dernier match avant le main event, le duel pour le WHC nous proposait une confrontation moyennement alléchante avec une surprise évidente à venir concernant le retour de l'Undertaker. Alors oui, ce match fut un peu court (douze minutes) et loin d'être fantastique, mais au moins au contraire des autres, sa conclusion fut une réussite! Le contenu du match lui même fut solide, entre deux types habitués des prestations de bon niveau, mais sans réels éclats. Ces derniers étaient pour le segment post match. Comme prévu, Kane conservait son titre. Le cercueil qu'il avait amené était en ringside, et il avait été ouvert et fermé à plusieurs reprises (histoire de monter qu'il était bien vide). Après une petite bataille post match en vue d'enfermer Rey dans le cercueil (se concluant par deux chokeslam et un tombstone, ce dernier étant excessivement bien filmé après celui de MITB, plutôt raté), Kane ré-ouvrait le cercueil, et surprise, le Taker s'en relevait! Tellement attendu, mais tellement efficace! Au passage, je sais qu'il y a des trappes partout et que la WWE est coutumière de ce genre de choses, mais les apparitions/disparitions de catcheurs dans ce style, j'adhère toujours autant à leur réalisation qui m'évoque une forme de magie qu'on retrouve dans les cirques, me rappelant un peu mon enfance.

 

 


Et comme dans mon enfance, les clowns font peur aussi à la WWE…

 


Mais revenons au Taker: ce dernier est de retour, mais contrairement à l'année dernière qui voyait un Dead Man hyper dominateur chokeslammer CM Punk, on avait cette année un catcheur harassé. Se relevant péniblement du cercueil, il échangeait quelques mots très intéressants avec Rey Mysterio, toussotant avant de se redresser. Puis il se tournait vers son frère, Kane, pointant vers lui un doigt accusateur avec un foule qui se régaler à hurler "you"! Il saisissait le Big Red Monster à la gorge, mais ce dernier résistait, avant de sourire se rendant compte qu'il était le plus fort des deux, de saisir à son tour le Taker à la gorge, d'écarter le bras du Dead Man, et de simplement placer un tombstone à son phénoménal frère. Rien que ça! Kane partait victorieux et plus over qu'il ne l'a jamais été dans toute sa carrière. Si ce run est son dernier comme tout semble le faire penser, la WWE fait vraiment bien les choses, et la suite sera excessivement intéressante! On voit une complicité entre le Dead Man et Rey Mysterio, qui ouvre de nombreuses portes. J'attends un triple threat, voire un match à quatre à NOC, entre Kane, Rey, le Taker, et soit Drew McIntyre, soit… Wade Barrett.

 

 


Cest ça être mis over, mais c'est génial en fait!

 


Le main event pouvait commencer, tout était en place. Le Miz en septième homme, ou potentiellement toujours remplaçable, les catcheurs du Nexus sûrs d'eux, la team WWE soudée autant qu'elle puisse l'être. Le Nexus ouvrai le bal avec son entrée qui fait partie des choses qui me font vibrer ces dernières semaines. Voir ces sept jeunes heels avancer cote à cote vers le main event de Summerslam, après les avoir suivi plus de trois mois à nXt, et avoir accroché avec la plupart, ça tient du rêve américain (et en cadeau pour ceux qui comme moi sont fans de leur themesong, le karaoke de cette dernière, comme ça et à l'image de ce que je fais, vous pourrez chanter à tue-tête les bras levés vers le ciel à chacune de leurs entrées, et vous verrez que les paroles sont comme toujours super bien trouvées). Du côté de la WWE, c'est captain Cena qui ouvrait le bal, suivi d'Edge, R-Truth, Y2J, JoMo et Bret. "I came to play" commençait, et le Miz apparaissait quand le "wow wow wow" de Cena retentirent, faisant taire la themesong. A ce moment précis, on savait qu'on aurait notre grosse surprise, Cena faisait durer le plaisir juste ce qu'il faut, avant d'annoncer… Daniel Bryan!!!

 

Le Miz en restait bouche bée, le public réagissait un peu, mais pas excessivement, mais du côté des smarts, c'était l'explosion de joie! D'ailleurs je profite de ce message pour m'excuser vis à vis de mes voisins du bruit occasionné et du cri poussé à ce moment. Un Bryan plus déterminé que jamais apparaissait, passait à côté du Miz sans même un regard, et était le premier à se ruer sur le ring pour une brawl avec ses anciens coéquipiers du Nexus! Les sept rookies étaient virés proprement du caré de vérité, et les sept catcheurs de RAW contenaient une rage sur le point d'être libérée. La séquence qui voyait Barrett remettre ses troupes d'applomb peut sembler insignifiante, mais elle est une fois de plus remarquable. Wade commençait par littéralement arracher Slater d'une agression verbale envers l'American Dragon (annoncé comme cela au passage par les commentateurs) avant de remotiver chacun des membres de son équipe. En bon leader avec du sang froid, autant qu'au micro, Barrett est remarquable. Ce rôle est vraiment fait sur mesure pour lui, ce type est fait pour mener une stable.

 

 


Justin, ramène moi mes pantoufles, David, je veux mon thé, quant à toi Darren, tartine mon omelette de confiture de menthe!

 


Le match commençait par une élimination record du pauvre Darren Young pour lequel il y a du souci à se faire, sur une soumission de Bryan. La séquence suivant était vraiment intense (avec entre autre ce très réussi shotgun stunner de R-Truth sur Gabriel) et amenait l'élimination de Michael Tarver sur un starship pain de John Morrison qui touchait sa cible à la perfection. Déjà deux élimination, et Barrett nous ressortait un dantesque numéro de coach, remotivant tout le monde et renvoyant sur le ring un Skip Sheffield chaud bouillant! Ce dernier éliminait JoMo (sur une clotheline après intervention de Gabriel) et R-Truth (clotheline encore suite à l'esquive du ciseau du rappeur). Il égalisait les compteurs, mais il ne restait aucun maillon faible dans la team WWE. Bret Hart s'éliminait lui même sur une DQ assez bien réalisée et bien pensée vu qu'il n'y avait pas énormément d'autres moyens de le sortir de ce match. Sheffield se faisait éliminer sur un codebreaker suivi d'un spear, et le Nexus perdait son enforcer alors que le match était maintenant un quatre contre quatre. Après une nouvelle belle participation de Gabriel qui fut indispensable à ce match côté Nexus de par sa maitrise du travail de base sur un ring, Chris Jericho entrait face à Otunga. Dans une séquence courte, mais ô combien marquante, on vit à quel point un Jericho face pourrait faire des trucs fantastiques. Débordant d'enthousiasme et à une vitesse bien plus élevée que d'habitude (pour ce qui pourrait être son dernier PPV au passage…), il nous sortit tout un arsenal de coups ultra-spectaculaire dignes d'un top face, conclus par un lionsault qui touchait sa cible, et des walls (qui partaient en liontamer avant d'être basculés en walls suite à une petite erreur) qui obtenaient enfin un abandon en PPV!

 

 


Jericho qui ne supporte pas Otunga a subtilement fait semblant de rater sa prise pour mettre en grand coup de genou sur la nuque du rookie.

 


Un énième basculement avait lieu quand Jericho percutait Cena et se déconcentrait. L'opportuniste Slater et son regard de fouine n'en attendaient pas tant et plaçait un finisher dont la réalisation télévisés fut malheureusement botchée (sans doute son neckbreaker), mais permettant d'éliminer Jericho. Edge s'énervait de la tournure des évènement et Heath testait son roll-up, longuement travaillé à nXt (au point qu'on en faisant son unique finisher) sur la Rated-R Superstar pour donner un avantage important à son équipe! Cena et Bryan se retrouvaient face aux trois rookies que je trouve les plus doués dans le ring, Slater étant assez sous-estimé et Sheffield l'étant peut être un peu (même si il est loin d'être mauvais). Dans la foulée, on avait presque dix minutes de statu quo, avec Cena jouant le face en péril une bonne moitié de ce temps, avec que le show Bryan n'ait lieu. L'American Dragon éclaboussait le staple Center de toute sa classe, déroulant une partie des plus belles pièces de son moveset (suicide dive, salto sur le turnbuckel, kick bien stiff, german suplex, dropkicks). Le finisher était superbement amené (esquive de coups par slater qui place un rollup, que Bryan retourne en soumission) et ramenait les équipe à égalité. Chose qui fut de courte durée, le Miz vexé apparaissait et donnait un coup de mallette à Bryan pendant que l'arbitre avait les yeux tournés, permettant à Barrett d'obtenir un pin facile. Pendant ce temps, John Cena était toujours étendu dans le coin du ring, suite à sa séquence "face en péril".

 

 


– Il a bien dit qu'il était pas Superman, mais seulement Clark "Cena" Kent, on est deux et il est au sol, on devrait gagner non?
– Putain Gabriel…

 


Et ce qui devait arriver arriva, défiant les statistiques et toutes les oppositions, John Cena prenait une avalanche de coups (dont ce DDT de Barrett qui se cassait le dos en aplatissant la face de Cena sur le béton habituellement recouvert par les tapis en ringside), mais se relevait au moment crucial alors que Gabriel amorçait son 450 splash, et il éliminait le Sud-Africain de manière opportuniste. Le reste durait vingt-huit secondes exactement, ne me laissant que mes yeux pour pleurer: Barrett entrait sur le ring, Cena plaçait son STF et pliait ce match qui dira quand même 35 minutes et fut franchement un bon match, avec du suspense, de belles séquences et un build aussi réussi qu'indécis. Bon, vous connaissez mon attachement pour Cena, mais franchement j'aurais tellement aimé que le Nexus l'emporte! Malgré tout, je vais essayer de faire un peu le point sur ce que ce match entraine, à commencer par la place de chaque catcheur dans la carte, et par rapport à sa prestation. Du côté WWE d'abord, Daniel Bryan fut le grand bonhomme de cette soirée. Cena était incontournable, mais il ne fit rien d'extra-ordinaire. Jericho me semble celui qui a le mieux réussi son match après Brian, et tout est en place pour l'explication avec Cena. Les quatre autres ont finalement peu brillé, et leur prestation malgré quelques points intéressants seront vites oubliées.

 

Chez le Nexus, je retiendrai principalement la prestation de Gabriel, parmi les deux derniers survivants, et tenant la plus grosse partie du match sur ses épaules. Je connaissais ses capacités par quelques prestations à la FCW, et j'espérais qu'on lui ferait confiance, c'est chose faire en ME de PPV majeur, et il a assuré! Barrett fut remarquable en leader, mais assez neutre dans le ring. Sheffield fit un impact monstre et son booking est vraiment réussi. Heath Slatter en fouine opportuniste avec un bagage in ring me plait bien sans pour autant être très hors du lot, et les trois derniers (l'horrible Otunga, Tarver et ce pauvre Young pour qui on peut se faire du soucis tant il peine à trouver sa place) n'ont rien fait de très marquant. Mais c'est avant tout comme une entité que Nexus sort grandi de ce match, parce que regardons les choses en face, passée la déception de les voir s'incliner: ils ont sacrément assuré! Pas de trahison (Edge et Jericho ont été éliminés par opportunisme plus que par trahison), ce qui rend leur prestation solide. Tous sont apparus au pire comme de solides midcarters, au mieux en capacité de lutter contre des top stars de la WWE, voire d'en éliminer! Le groupe ne sort pas affaibli de ce main event, juste plus expérimenté, et franchement j'attends la suite avec impatience!

 

 


♫ We are one! We are one! ♫
♫ We will stand together! ♫
♫ Number one! Number one! ♫
♫ The chosen ones! ♫

 


En bilan ce PPV m'a laissé une grosse frustration, comme la majorité d'entre vous je pense: voir le Nexus perdre et Cena ressortir son habit se Superman aux couleurs locales des Lakers. La victoire d'Orton laissant la même impression, combinée à la frustration de voir encore la SES s'enfoncer ou encore le match pour l'IC, on a de quoi grincer des dents. Mais histoire de compenser tout cela, je vous propose de regarder les choses avec un peu moins de passion et plus de recul. Déjà au niveau des choses positives, le retour du Taker fut très bien fait, et les smarts que nous sommes apprécieront le build actuel de Kane. Ensuite il faut admettre qu'on est sacrément gourmands avec le Nexus: c'est leur premier coup d'arrêt alors qu'on parle de types qu'on ne connaissais même pas il y a six mois, et qui ont déjà eu trois mois de run fabuleux. Attendons de voir si ils ont un rebond, de mon côté je pense qu'on va les voir faire quelque chose d'intéressant ce soir à RAW… ou vendredi à SD! Enfin, la promo du Miz et surtout le retour de Daniel Bryan, franchement, ça n'a pas de prix. Si la WWE continue avec des promos shoot pour lui, et conserve un booking aussi intéressant qu'à Summerslam, c'est une sacré satisfaction et ça promet une feud du feu de Dieu!


Voilà enfin quelques pistes de ce qu'on pourrait attendre des semaines à venir, et une partie des questions soulevées. Déjà, il semble certain que Daniel Bryan et Miz vont feuder. Très probablement pour l'IC, mais certaines discussions qui disent que Bryan pourrait essayer de récupérer la mallette méritent d'y réfléchir un peu (même si je n'y crois pas). Entre son intervention lors du combat pour l'IC, l'échec de RAW et le passage imminent de SD! sur SyFy, je pense qu'une invasion de la brand bleue par le Nexus s'impose. Si c'était le cas, voir Wade Barrett dans la title picture assez vite (un ME à NOC en four way avec Taker, Kane, Rey et Barrett?) ne serait pas incongrue. Idem pour une doublette (Sheffield Gabriel, à moins qu'on ait besoin de catcheurs solos pour l'IC?) qui pourrait fort bien aller chercher les titres par équipe. Bref, malgré sa défaite, le Nexus reste crédible et a de nombreuses possibilités. La grande question pour moi reste: "comment inclure Cena à NOC?" Va-t-on simplement le voir ajouté dans un match pour le titre WWE? Ca me paraitrait étrange alors que je vois plutôt une feud Jericho-Cena avoir lieu, ou pourquoi pas Cena-Bourne vs Jericho-Edge (qui pourquoi pas aboutirait fin septembre à un match loser leave RAW, avec le départ de Chris et le draft d'Edge à SD!). En bref malgré quelques déceptions, ce PPV fut très attendu, bien construit et distrayant avec quelques grands moments!

 

 


En tous cas la petite teuf à venir entre champions et challengers mi septembre, ça a l'air bien fun.

52 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut