Catch

Actes manqués et actes réussis

La déformation qui constitue un lapsus a un sens.

Sigmund Freud

 

La mécanique parfaitement huilée de la WWE a connu quelques petits ratés ce lundi… et bizarrement, le show n’en a été que plus agréable. Derrière les bêtes de scène, on a vu apparaître des humains friables, et on en a conçu pour eux une sympathie nouvelle.

 

 

I am the Miz and j'aime ce micro car sa forme phallique me permet d'exprimer mon homosexualité latente dont j'ai pris conscience le jour où je suis entré pour la première fois dans un vestiaire de la W… heu, j'en dis un peu trop, là, non?

 

 

Nalyse de Raw du 6 septembre

 

 

C’est le paradoxe de ce Raw: l'épisode a été enlevé, cohérent et parfois volontairement hilarant, et on a passé au total une très bonne soirée; pourtant, il a été émaillé de plusieurs botchs plutôt rares… et ceux-ci ont éclairé notre grand Barnum préféré d'un jour nouveau. En effet, ces quelques erreurs en promo — couplées à l'arbitrage incompréhensible de l'un des matchs — ont fait flotter sur le show comme un léger parfum d'amateurisme rafraîchissant, car ils ont trahi la fébrilité des catcheurs, ce qui tend à faire ressentir que, comme nous, ils sont parfois sujets au trac ou à de simples confusions. Comme nous, ils peuvent dérailler, se planter, buter sur un mot… Sous la carapace body-buildée, de petits cœurs battent follement comme des colibris coincés dans un aquarium!

 

 

Derrière le sourire crispé, un ado mal dans sa peau qui se scarifie dans sa chambre avec son compas pour se débarrasser de ses pensées impures.

 

 

Des trois erreurs notables répertoriées, la plus surprenante est celle du Miz. Lui qui s'est imposé depuis un an comme l'un des tout meilleurs orateurs de la WWE a pondu en ring une très grosse promo, proche du shoot intégral, avec une émotion que l'on veut croire non feinte et qui explique sans doute une étourderie très inhabituelle chez lui: en s'adressant à Daniel Bryan, il lui a reproché de lui avoir pris sa place à… Smackdown, et non pas à Summerslam (peut-être parce qu'il avait mentionné quelques instants plus tôt son bref run en tant qu'host de Smackdown). Survenant au cœur d'une promo rageuse — le Miz, se présentant pour la première fois depuis des années sous son vrai nom, Mike Mizanin, et rappelant à quel point son accession au top de la WWE a été un long chemin semé d'embûches —, l'erreur ne le rend que plus sympathique: il était tellement à fond dans son texte sincère qu'il s'en est pris les pieds dans le tapis. Chez un tel pro du speech, c'est rare et, dans ces circonstances, quasiment touchant.

 

 

Merde! Me suis gouré! Je voulais dire Summerfest!

 

 

L'erreur d'Alicia Fox, elle, relève d'une autre catégorie. En employant le premier mot venu à son esprit pour désigner la future ceinture unifiée des Divas (undefined au lieu de undisputed), la bombe black a incidemment révélé à quel point ce titre, cette unification et à vrai dire toute cette division tenaient de la farce complètement secondaire dans le monde de la WWE. Si même l'une des Divas ne sait pas prononcer correctement le nom de la ceinture à laquelle elle prétend, pourquoi le bon peuple devrait-il en avoir quoi que ce soit à faire? De ce point de vue, merci à Alicia, qui exprime tout haut ce que tout le monde sait depuis des lustres: les nanas, à la WWE, on s'en cogne magistralement, même si la prochaine saison de NXT pourrait enfin changer la donne. Et puis, comme il n'allait pas y avoir de gros botch net dans le combat plutôt dynamique subséquent entre Fox et la championne Melina (un match pour le titre, d'ailleurs, apprit-on au passage, sans que la raison du title shot de Fox ait été donnée), il fallait bien que les Divas fassent au moins une connerie pour être dignes de leur légende…

 

 

– Alicia, rends-moi ça tout de suite, tu vas encore dire une connerie!

Mais lâche-moi, je suis une grande fille! Alors voilà: je vais devenir la Girls Champion à Night of Winners! Ah ça t'en bouche un coin, hein?

 

 

L'erreur du Miz n'avait pas été relevée par les commentateurs, au contraire de celle de Fox, longuement discutée avec ironie par un Jerry Lawler plus en verve que son habitude. Ce même King (à moins que ce soit Cole?) allait carrément se déchaîner plus tard dans la soirée, et à bon escient. Edge affrontait le Great Khali dans un match dont l'enjeu était élevé, puisqu'en cas de défaite, le Canadien serait exclu du match pour le titre à Night of Champions, décision du General Manager prise suite à la disqualification volontaire d'Edge une semaine plus tôt face au Nexus. Edge, qui avait un peu plus tôt retrouvé dans les coulisses son ancien esclave Zack Ryder dans le vestiaire et claqué en sa compagnie une promo proprement hilarante, espérait rencontrer ce même Ryder, qu'il était certain de battre. A la place, il eut droit à Khali. Après avoir hésité à démonter l'ordi de l'AGM à coups de poings ou de spears, Rated-R, décidément d'humeur badine, décida de se foutre de la gueule de Khali en défilant autour du ring au pas de l'oie, en battant des bras, le regard vide. Effet comique garanti, fureur de Khali, qui sort du ring, et Edge gagne naturellement par (Roy) countout en revenant entre les cordes au dernier moment.

 

 

Ici, Edge mime le Great Khali au bordel.

 

 

Manque de pot, l'AGM ne l'entend pas de cette oreille et ordonne que le match recommence, sous la forme d'un "Over the Top Rope Challenge". Edge, furieux, sort de nouveau du ring (en se glissant sous la première corde), et ce demeuré de Khali le suit… en enjambant les cordes. Ce véritable suicide sportif constitue une subtile indication de la part du colosse qu'il en a marre, qu'il ne veut plus prendre de bumps, qu'il veut qu'on le laisse se barrer, qu'il veut retourner casser des pierres dans son village natal… Une fois le béhémot à l'extérieur, on s'attend évidemment à ce qu'il soit déclaré perdant: il vient de sortir du ring par-dessus la troisième corde. Mais non, le match continue comme si de rien n'était! Joies du direct: Lawler (ou Cole?) ne peut pas s'empêcher de s'exclamer que Khali devrait avoir match perdu, et continue de le répéter pendant les instants suivants, jusqu'à ce qu'Edge finisse par tirer à l'extérieur Khali qui venait de revenir dans le ring, le faisant une fois de plus passer par-dessus la troisième corde, et obtenir enfin une victoire accordée par le corps arbitral (on peut donc lui compter trois victoires sur le génie du Pendjab en une seule soirée). Merci au King de ne pas nous avoir pris pour des cons sur ce coup-là, et merci aux aléas du direct pour ce moment de flottement plutôt fendard!

 

 

Le GM dit: "Edge, t'as cinq minutes pour faire le con avec l'Indien, lâche-toi."

 

 

Au-delà de ces trois actes manqués qui ne sont pas sans rappeler le fameux "déjà vu" de Matrix, le show a été très bon, faisant progresser le buildup de NOC, offrant un développement inattendu à la nouvelle storyline autour du possible départ prochain de Chris Jericho et entérinant enfin un très attendu Miz-Daniel Bryan pour le titre US à Night of Champions. Encore une fois, il n'y eut pas de guest host, pas de segment "arf arf arf" avec des lowcarders, et globalement, il n'y eut pas de temps perdu pour des conneries.

 

Avant d'en venir aux principaux événements, évacuons rapidement les regrets qu'a suscités la soirée, car il y en a eu quelques-uns. Tout d'abord, il est pour le moins frustrant que pas un mot n'ait été dit de la title picture concernant le titre par équipes. Une semaine plus tôt, pourtant, on avait vu un first contenders match entre Morritruth et Chosen Ones, achevé en double DQ au bout de trente secondes; on pouvait donc légitimement s'attendre à une évolution de la situation. Mais rien, pas un mot, comme si cette ceinture, qui sera pourtant forcément défendue au pay-per-view, n'existait pas.

 

 

– Bon, vu qu'on n'a rien à faire à Night of Champions, on a pensé défier la Hart Dynasty pour ses ceintures! Mais non, je déconne, on est comme tout le monde, on s'en branle de ces titres à la con!

– Haha, Justin, toujours le mot pour rire!

 

 

La Hart Dynasty n'a plus été vue en action depuis des lustres, si l'on excepte les quelques secondes qui leur ont été accordées il y a une semaine pour se faire massacrer par Kane. Les autres équipes ne semblent nullement pressées de récupérer les titres, et la WWE ne fait rien pour susciter notre intérêt… On avait pensé à la possibilité de la formation d'une tag team issue du Nexus, par exemple, mais rien n'indique qu'on aille par là (même s'il reste encore un Raw d'ici le ppv). La situation se décantera peut-être à Smackdown, mais il n'aurait pas été superflu de caler ce lundi au moins une interview backstage des champions histoire de rappeler qu'ils existent.

 

 

On y a pensé, mais finalement on a préféré passer cinq minutes de promo de mon nouveau chef d'œuvre.

 

 

Les équipes de Raw ne sont pas les seules à être sous-exposées en ce moment: le build constant — et justifié — du Nexus prend énormément de temps d'antenne, et ce sont naturellement les midcarders qui en pâtissent. On le constate à chaque nouveau classement Powerslam: tous les lundi, une dizaine de catcheurs de Raw restent dans les coulisses. On ne peut pas tout avoir, naturellement, et la puissance de la storyline du Nexus vaut bien qu'on casse quelques œufs pour faire cette belle omelette, mais les Bourne (où est passé son push?), Henry, Regal, R-Truth et autres Tatsu, Primo etc doivent se les bouffer en voyant des Heath Slater et même des Michael Tarver et David Otunga leur bouffer la laine sur le dos.

 

 

Evan Bourne, quand ta meuf ça sera pas la coiffeuse du coin mais une star d'Hollywood, tu pourras parler, péquenot.

 

 

Ted DiBiase s'en sort un peu mieux, à la fois grâce à son pedigree qui, vraisemblablement, le protège d'un sort funeste, et grâce à son association récente avec Maryse, que la WWE veut montrer à l'antenne pour des raisons phéromonales évidentes. Résultat, ce lundi, une séquence backstage pas trop mauvaise, au charme un peu fifties vu l'accoutrement des deux tourtereaux et leur conversation sortie tout droit d'un Billy Wilder, Maryse croyant d'abord que Ted parlait au téléphone à quelque catin alors qu'il était en ligne avec sa maman, avant qu'une note trouvée dans les affaires du millionnaire et au contenu étonnamment explicite pour l'ère PG — "JE VEUX TE NIQUER PUTAIN RHAAAA!" — ne soit prétexte à un quiproquo à l'ancienne et à une gueulante en québecois. Bon, tout ça, c'est très bien, mais le problème, c'est que le couple n'a pas été beaucoup exposé jusqu'ici et qu'il sera difficile d'intéresser le public à son éventuelle implosion…

 

 

Oui moi aussi je veux te revoir. Oui, et refaire tous ces trucs qu'on faisait quand on était ensemble…

T'parles à qui là, mon cheum, calice d'hostie?

A Virgil.

Ah, scuse moué.

 

 

Passons enfin aux choses sérieuses, et la chose la plus sérieuse, c'est incontestablement le sort de Chris Jericho, qui avait déclaré la semaine dernière qu'il se casserait définitivement s'il ne réussissait pas à reconquérir le titre WWE à Night of Champions. Mais comme il avait ensuite laissé ses partenaires en plan face au Nexus, le GM le soumit, comme Edge, à la règle du "gagne ton match ce soir ou dégage de la card de NOC". Adversaire désigné: John Morrison, pour ce qui ressemble drôlement à un dream match pour l'auteur de ces lignes. Le suspense paraissait nul: Jericho devait forcément gagner et se refaire au passage une crédibilité en vue de Night of Champions, pour qu'on croie à sa victoire au ppv. Mais le spectacle, se disait-on, serait tout de même au rendez-vous. Eh bien on eut raison sur le second point et tort sur le premier: après plusieurs minutes enthousiasmantes entre ces deux workers spectaculaires, Morrison, qui avait résisté à toutes les attaques de Y2J, envoyait l'un de ses plus beaux Starship Pain pour une victoire sidérante!

 

 

I am the best in the world at what I do, et là je réhabilite le sang à la WWE: je saigne de la gueule si discrètement que même le site officiel ne passera pas cette image en noir et blanc.

 

 

Le Shaman parti se défoncer au Palace of Wisdom, Chris resta longtemps prostré au milieu du ring, hagard, avant de chanceler, voûté, vers les coulisses, sous des chants "Y2J!" qui ressemblaient à un adieu… à tort, espérons-le! Car si la WWE avait eu l'intention de vraiment ne pas re-signer l'Ayatollah, dont le contrat expire à la fin du mois, elle l'aurait probablement laissé aller à Night of Champions et profité de sa défaite pour lui dire nananana heyhey goodbye. Alors que maintenant, une nouvelle storyline se profile peut-être! Enfin, ça, c'est la version optimiste. La pessimiste, c'est que Jericho n'ayant pas re-signé, on ait décidé en haut lieu de ne même plus l'envoyer au ppv (et peut-être d'y envoyer Morrison à sa place, à suivre)… Wait and see, mais cette défaite est finalement porteuse de plus d'espoirs que de craintes. On retrouvait Jericho plus tard, en coulisse, toujours aussi abattu, ne répondant pas un mot à Josh Matthews et laissant ensuite un John Morrison moqueur se foutre un peu de sa gueule, avec sur le visage une sublime expression de dégoût. Ne pars pas, Chris, personne ne possède ces mimiques!

 

 

Ecoute, le Miz ne me prend même plus au téléphone, mais toi, maintenant que tu vas avoir du temps libre, tu veux pas recréer le Dirt Sheet avec moi? J'ai déjà pensé à un sketch à base de pets pour se moquer des Dudebusters!

 

 

Mais si Jericho finit par quitter la fed, son remplaçant, au moins pour le surnom, est tout trouvé, puisque Daniel Bryan est dans la place! On le savait excellent catcheur, on l'a découvert bien à l'aise au micro, quand bien même ce ne sera jamais son point fort (il devrait commencer par se débarrasser de ces "I mean" qui émaillent ses phrases un peu comme les "putain de sa race" constellent celles de McOcee). Bryan fut le parfait pendant de la promo quasi-shoot du Miz, lequel s'enorgueillissait de faire la une de WWE Magazine après des années à être pris pour quantité négligeable par les fans et par ses propres collègues. Bryan en est à peu près là où le Miz a commencé, surtout grâce aux commentaires persifleurs de Michael Cole à son égard (car question niveau in ring, personne ne met ses capacités en doute). Et avec un franc sourire sur le visage, il se moqua de sa musique d'entrée pourrie, de sa coupe à dix dollars et du fait que les vigiles ne le reconnaissent pas… La vie est un éternel recommencement, à la WWE plus qu'ailleurs où les cycles "arrivée d'un inconnu – route pavée d'embûches – consécration" se perpétuent depuis des décennies. Bryan, avec sa barbe et son regard pétillant, fut en plus ce soir le sosie parfait du seul rôle potable de Stephen Baldwin, l'inoubliable McManus d'Usual Suspects.

 

 

Il a eu Keizer Soeze sous le nez sans jamais se douter de son identité…

 

 

… alors que c'était Michael Cole!

 

 

Que demander de plus? Un brawl remporté par l'American Dragon sur le Miz et son sbire Riley, qui traîne donc toujours dans le coin malgré sa défaite à NXT? No problemo. Le tout fut couronné d'un plan de caméra qui aurait sans doute été édité si le show n'avait pas été live: le Miz laissant tomber sa mallette de Money in the Bank, qui s'ouvrit quand il la reprit, découvrant un contenu parfaitement vide.

 

 

Au tour de la mallette d'y aller de son lapsus révélateur: il n'y a pas de contrat dedans, donc Miz ne gagnera pas le titre en la cashant!

 

 

Quant à la storyline principale de Raw depuis maintenant plusieurs mois, elle a continué de se développer harmonieusement. Le show avait débuté par une promo solide du Nexus, montage habile à l'appui, permettant de valoriser les succès du gang la semaine précédente. Ce genre de séquence est toujours utile pour ces jeunes catcheurs méconnus, Slater et Gabriel obtenant là l'occasion de rouler des mécaniques après leurs pins sur Sheamus et Cena le lundi précédent, sans même parler de leur beatdown sur l'Undertaker, et Barrett ne ratant pas l'occasion de rappeler qu'il avait dégommé la Vipère. L'arrivée d'Orton et les mails de l'AGM fixèrent la suite: on évite sagement de faire catcher Otunga et Tarver (mais aussi Slater), et on organise un Cena-Gabriel et un Orton-Barrett histoire de voir ce que les hommes au N ont dans le ventre en un contre un. L'idée est bonne, si bonne qu'elle avait déjà été employée deux semaines plus tôt (quand tous les matchs avaient concerné les mecs du Nexus en individuel, à l'exception d'un tag team Otunga-Sheffield), mais peu importe, la soirée promettait un peu d'originalité.

 

 

Je peux pas catcher en ce moment, je suis en train de me transformer en licorne, ça prend quelques semaines.

 

 

Face à Cena, Gabriel confirma tout le bien qu'on pensait de lui: manœuvres originales et variées (ce Plancha Moonsault, tudieu!), concentration sans faille, catch au sol de bon niveau… Avec sa belle gueule et son style flamboyant, on tient sans doute un tout bon du futur, s'il progresse au micro. Sous la traditionnelle alternance des chants "Let's go Cena" / "Cena sucks", le combat fut très agréable, et on entend déjà d'ici les Silvernights de tout poil s'esbaudir de la capacité de Cena à mettre over un adversaire méconnu. Et il est vrai que le Marine a bien crédibilisé Justin, en le laissant obtenir plusieurs nearfalls crédibles. Mais le problème, c'est qu'une bonne partie des matchs de Cena répond au même mécanisme: Cena est dominé, encaisse, subit des nearfalls, puis "hulks up", enchaîne ses cinq mouvements de la mort qui tue et gagne. Du coup, un match comme ça ne sort pas spécialement du rang. Mais je chipote, d'autant qu'il faut souligner que Gabriel échappa à la première tentative d'AA et qu'il fallut un AA maousse depuis la deuxième corde pour en venir à bout. Quoi qu'il en soit, l'ange sud-africain apparut vaillant dans cette défaite logique, et se positionne clairement comme un vrai atout du Nexus dans le ring.

 

 

Sous vos yeux émerveillés, John Cena va maintenant battre le record du monde de distance parcourue sur un filin avec un poids de cent kilos sur les épaules!

 

 

Orton et Barrett avaient la responsabilité de conclure la soirée, et quand on vit les trois autres candidats au désormais Five-Pack-Challenge (Sheamus, Edge et Cena) installés à la table des commentateurs, on se dit que l'issue était écrite d'avance: les deux hommes officiels  emmèneraient le match à l'extérieur, vers leurs concurrents de NOC, et le match s'achèverait par un gros brawl collectif plein de finishers. Surprise, cependant: après quelques minutes d'un combat correct enflammé par séquences par un Orton plus expressif qu'auparavant, et alors que la réalisation ne savait pas trop si elle devait filmer le match où la table des commentateurs à laquelle les trois invités rivalisaient de "Fella", Barrett propulsait Orton à l'extérieur et était interrompu par une musique inconnue… celle de Darren Young, dites donc! Il n'est pas mort! Mieux: il est tout furieux de s'être fait tej du Nexus et entend bien démontrer à son ex-leader qu'il n'est pas le "maillon faible" mais le "chaînon manquant" (un surnom qu'on aurait plutôt attribué au Great Khali). Naturellement, Wade se tourna vers lui et le regarda looongtemps avec colère, suffisamment pour qu'Orton se glisse derrière lui et lui porte un RKO fatal. Toujours fascinant, cette tendance des catcheurs à rester dos tourné à leur adversaire parce qu'un pitre leur fait des grimaces depuis l'extérieur du ring…

 

 

Wade, regarde-moi! Ne regarde pas derrière toi! Il y a personne derrière toi! Orton n'est pas en train d'armer un RKO! Promis! Regarde-moi Wade! Youhou!

 

 

Dans la foulée, Orton, se marrant comme une baleine, convia Young dans le ring pour un RKO réglementaire, puis Edge et Sheamus tentaient leur chance sur Orton et se mangeaient un RKO chacun, avant que le show se close sur un face à face "on se touche qu'avec les yeux" entre Orton et Cena, qui s'affronteront la semaine prochaine. Il y aura sans doute du monde pour s'exaspérer de l'enchaînement de RKO final, d'autant que ce n'est pas la première fois qu'on y a droit, mais force est de constater que le but est atteint: le move est désormais indiscutablement la manœuvre la plus over de la WWE, Orton, avec sa capacité à le distribuer en rafale, prend de plus en plus des airs de Stone Cold époque Stunners à volonté, et accessoirement il apparaît comme le favori du match de NOC, ce qui promet une alliance des heels face à lui au ppv (d'autant plus que la semaine prochaine, il est probable que le match Orton-Cena soit déjà interrompu par les trois méchants pas beaux).

 

 

RKO!

 

RKO!!

 

RKO!!!

 

 

– RKO!!!!

Oui, ça va les voix, c'est bon, j'ai compris, là.

 

 

Quant à Darren Young, il n'a toujours pas donné de raisons particulières de s'intéresser à son cas, mais son histoire est suffisamment prenante pour qu'on ait hâte de le revoir. Doté de sa propre musique et de son propre Titantron, il est là pour un petit moment au moins. Peut-être pour réintégrer le Nexus dès la semaine prochaine, histoire de compenser l'absence longue durée de Sheffield?

 

 

Heu, merci mais lol, on préfère encore avoir Sheffield avec une jambe dans le plâtre!

 

 

Finalement, un show qu'on n'a pas vu passer, qui a atteint ses buts et, comme dit en intro, touché à l'émotion pure grâce à ses erreurs révélatrices. Terminons sur quelque chose qui ne fut pas une erreur mais n'en fut pas moins extrêmement révélateur: le choix de parler des débuts de Monday Nitro, l'émission de la WCW, dans la rubrique "this week in WWE history". Voilà qui, en creux, en dit long sur l'assurance de la WWE dans sa confrontation avec la TNA. Rappelons que, jusqu'à il y a peu, la WWE menait envers la TNA une politique inspirée des préceptes du Fight Club: on n'en parle pas, on n'en parle pas, on n'en parle pas. Et non seulement on n'en parle pas, mais on fait comme si toutes les ex-stars de la WWE qui y cachetonnent n'ont jamais existé. La voix de Hogan avait été effacée du générique, et toute mention des Angle, Jeff Hardy et autres Lashley ou Flair quasi-proscrite. Cette ligne dure a été remise en cause ces derniers temps.

 

 

Aaah, Nash et Hall à la WCW! Ils étaient pas mal à l'époque! Qu'est-ce qu'ils deviennent, d'ailleurs, ces bons vieux Outsiders?

 

 

Certes, on ne parle toujours pas ouvertement de la féd d'Orlando, mais on permet à Kaval de placer "Total Nonstop Action" dans une promo à NXT, on remontre Jeff Hardy dans des vidéos, on reparle d'Hogan et de Flair… et cette semaine, donc, on rappelle sarcastiquement le lancement en fanfare de la dernière émission qui voulait faire pièce à Monday Night Raw jusqu'à en piquer phonétiquement le nom.

 

 

Ils avaient d'abord cherché un truc ressemblant phonétiquement à Smackdown, mais ils avaient rien trouvé du tout.

 

 

Oh oui, ç'a été énorme, pensez! Ils avaient Hogan en personne et de gros transfuges en provenance de Stamford, et ils avaient aussi la tête pensante Eric Bischoff, et ils appartenaient à un milliardaire, et même qu'ils nous ont bien emmerdés un moment… mais on a fini par les défoncer, les acheter et en faire nos biatchs! Le message à l'adresse d'Orlando est transparent: on ne vous prend même pas assez au sérieux pour vous battre froid, vous êtes comiques, tiens on va vous vanner discretos, hahaha, allez les clowns, tous en posture de soumission et Triple H va tous vous refaire le fondement à coups de sledgehammer! Ah, on est loin de ce lundi 4 janvier dernier où la WWE rappelait en catastrophe Bret Hart pour contrer l'effet de l'arrivée d'Hogan à la TNA pour un Impact diffusé ce même soir… La WWE toise sa concurrente de très haut, et laisse clairement entrevoir que si la WCW, avec son énorme starpower et ses énormes moyens, avait échoué, c'est pas la TNA qui va réussir… De là à annoncer une OPA prochaine sur Orlando, il y a un pas qu'on se gardera bien de franchir, mais vous ne me ferez pas croire, mon petit Jean-Mimi, que ce rappel de la guerre livrée et perdue par la WCW était innocent.

 

 

Laissez venir à moi les petites Beautiful People…

 

 

La WWE est donc sûre d'elle, et force est de constater que son produit, quoique friable et perfectible (qui n'échangerait pas la division par équipe de la WWE contre celle de la TNA?) est d'une solidité à toute épreuve. La preuve: même ses failles, comme celles de ce soir, apparaissent comme dignes d'intérêt. Ou alors, l'autre option, c'est que la WWE nous a lobotomisés, c'est pas à exclure non plus.

 

 

Gné?

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut