Catch

Powerslam : Qui c’est le plus fort ?

Que la force soit avec toi …

Obiwan Kenobi

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où je vais commencer par vous avouer que je vous ai menti …

 

 

Ok, j'ai menti, mais c'est vraiment une raison pour m'envoyer dans le cercueil ?

 

 

En effet, j'avais dit lors du premier article analysant des résultats du Powerslam que "ce serait pas drôle de se contenter de répondre à des questions du style "Qui c'est le plus fort entre Triple H et John Cena ?".", alors qu'en fait, la question : "Qui c'est le plus fort ?" est assez amusante à poser quand on contemple le classement Powerslam.

 

Analyse de données du Powerslam : Episode 2

 

 

 

La première manière de déterminer quel catcheur est booké le plus fort est très simple : Il suffit de regarder le classement que votre serviteur met en ligne chaque semaine (sauf celles qui suivent un Pay Per View) et de regarder qui est en tête.

 

On obtient alors, après Night Of Champions, les cinq catcheurs bookés les plus forts :

 

 

Randy Orton (2573), Kane (2536), The Big Show (2380), Sheamus (2360), The Undertaker (2299)

 

Et, pour tout dire le résultat, est plutôt satisfaisant. On y trouve les deux champions en titre aux premières places, leurs contenders en bonne position et le gentil géant "présenté comme une attraction de foire et qui ne perd jamais" intercalé.

 

 

Le catch est un spectacle sortif qui se déroule dans un ring et, à la fin, c'est toujours le Big Show qui gagne …

 

 

Oui, mais voilà, le classement Powerslam changeant toutes les semaines, ce genre de petit top 5 ne suffit pas vraiment … Même si on peut déjà répertorier tous ceux qui y ont eu droit depuis le début du classement. Ce qui inclut donc les 21 semaines de shows depuis le draft et 5 Pay Per Views (Over The Limit, Fatal 4way, Money in The Bank,Summerslam, Night of champions) :

 

A la tête du Powerslam depuis le draft, on trouve alors :

Edge (6 fois), The Big Show (9 fois), Sheamus (1 fois), Randy Orton (5 fois), Kane (5 fois)

 

Et là, ça devient tout de suite plus intéressant, notamment parce qu'on se rend compte en croisant ces résultats avec un calendrier que le Top guy du classement Powerslam est rarement le champion de sa brand (7 fois seulement). On peut donc en déduire plus globalement  qu'un booking fort est en général utilisé pour :

  •  

  • souligner un turn (Ce fut le cas d'Edge qui fut d'abord buildé très fort en tant que babyface puis de nouveau en heel lors du draft, c'est aussi toujours le cas du Big Show, on pourra aussi citer Kane qui ne s'impose en tête du Powerslam qu'après Summerslam).

  •  

  • légitimer la position d'un athlète dans la carte en tant que champion ou plus souvent en number one contender (C'est le cas de Sheamus, celui du Big Show qui a squatté les sommets du Powerslam quand il était opposé à Jack Swagger, celui de Randy Orton en tant que Number One Contender)

 

 

Maintenant qu'il n'est plus Numéro Un du classement, Kane est forcé de manger des enfants pour être effrayant.

 

 

Regardons maintenant l'évolution du classement Powerslam de Randy Orton qui est à la fois le plus fort dans les esprits, le champion et le leader du classement Powerslam.

 

 

Si on constate qu'il a été l'objet d'un solide build-up, on remarque aussi qu'il a été très bas dans le classement et que, donc, le fait de ne prendre que le plus haut score pour déterminer qui est booké le plus fort n'est peut-être pas la meilleure solution.

 

L'étude est d'autant plus intéressante quand on compare le champion à son prédécesseur sur la période qui va du Draft à Night Of Champions.

 

 

Et quand on effectue la même comparaison entre les deux protagonistes de Nights Of Champion pour Smackdown, c'est encore plus intéressant :

 

 

Le cas de l'Undertaker et de Kane est symptomatique d'une feud où l'un et l'autre sont globalement au même niveau : l'un étant extrêmement constant et régulier (la période de blessure aide) et l'autre en pleine ascension. C'est même presque la caricature de la courbe précédente dont on aurait accentué les caractéristiques : un lutteur en ascension constante et l'autre dont le score minimum au Powerslam est très haut et qui a aussi un score moyen très élevé. Chaque courbe étant globalement autant en dessous de l'autre.

 

 

Et pendant ce temps, le Taker est au trente-sixième dessous.

 

 

Il ne serait donc pas totalement idiot de considérer les scores minimum et les scores moyens au Powerslam pour déterminer qui sont vraiment les "Top guys de la WWE" en ce moment.

 

Cela nous permet en croisant les deux listes (et en éliminant les doublons) d'obtenir une liste des lutteurs bookés les plus forts à la WWE.

 

Randy Orton, Big Show, Sheamus, Edge, Kane, John Cena, The Undertaker, Kofi Kingston, Rey Mysterio et Jack Swagger

 

 

Le Miz, terrifié de découvrir qu'il ne fait pas partie de la liste des dix Top Guys, malgré un long règne pour le titre US, alors que Kofi Kingston lui y figure …

 

 

Sur les quelques mois qui se sont écoulés, ce sont clairement les lutteurs qui ont bénéfécié d'un booking avantageux et constant en leur faveur. Les uns ou les autres ont pu se trouver plus ou moins haut dans un classement selon la manière qu'on a de répondre à la question "Qui est le plus fort ?" (en prenant le maximum, le minimum ou la moyenne de l'évolution du score Powerslam) mais c'est véritablement un Top ten assez significatif de la hiérarchie sur la période qui va du Draft à Night Of Champions (plus ou moins dans cet ordre-là). Il semblerait aussi qu'il soit majoritairement à l'avantage de Smackdown (compte tenu de la proportion) qui dispose d'un roster moins important que RAW.

5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut