Catch

Powerslam express, comme le build-up de Night of Champions

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux

La Boëtie

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où cette semaine le Powerslam est jaune puisqu'il est rédigé tandis que l'Espagne a décrété la grève générale …

 

 

C'est la lutte finale : CM Punk et Luke Gallows miment les grandes citations de la Boëtie.

 

 

On va examiner cette fois-ci les résultats de la semaine passée , celle qui suit le dernier Pay Per View Nights of Champions…

 

Classement Powerslam Semaine Six

 

Les losers :

 

Il y a eu dix-sept absents de l'antenne la semaine dernière :

– toujours en eaux troubles avec la fédération pour des raisons diverses : Matt Hardy & Tiffany

– retirés de l'antenne sans que la WWE ne donne une explication : Shad Gaspard, Ezekiel Jackson et Joseph Mercury (je dirais bien que ça sent la porte pour eux mais après leur fan club fait une manif en commentaires)

– Même pas foutus d'apparaître à l'antenne alors que les Dudebusters ont eu un segment à Smackdown : Jimmy & Jay Uso

– Délaissées comme le roster féminin de la WWE qui n'a plus de salut qu'à NXT (c'est dire) : Gail Kim, Jillian Hall, Tamina et Rosa Mendès

– Hors antenne : Evan Bourne, Mark Henry, The Great Khali, Darren Young & Yoshi Tatsu à RAW alors que seul Kofi Kingston est dans ce cas à Smackdown.

 

 

La loose absolue : ne même pas décrocher de temps d'antenne alors que Zack Ryder a eu sa part.

 

 

Les jobbers de la semaine :

 

 

Sérieusement, j'ai enlevé dix points à LayCool rien que pour les capuches

 

 

Michelle Mc Cool (- 35) : Une seule défaite, en tag-team à trois, certes mais contre des rookies, ça la fout mal pour la nouvelle co-championne ...

 

Chris Jericho (- 28) : L'angle de départ de Jericho se continue avec un booking où le meilleur du monde dans ce qu'il fait prouve son rang en mettant les jeunes over. Ah, si tout le monde était capable de faire comme lui …

 

Melina (-29) : A perine, sa ceinture perdue, elle aperdu son rematch contre Layla, le maillon faible du duo de la ceinture féminine.

 

Les petits joueurs de la semaine :

 

Kane (+ 1) : Gagner un match contre Chris Masters rapporte aussi peu de points pour Kane qu'un simple segment promo à l'antenne : rien d'étonnant pour un match Champion vs Jobber.

 

 

Classement PowerGrimace : Cette semaine, Chris Masters a gagné 97 points.

 

 

The Big Show (+ 4) : Un handicap match facilement gagné contre une tag-team de Midcard. La WWE continue sa stratègie avec le Big Show : en faire un babyface populaire et incontesté placé en réserve de la title picture au cas où un pépin surviendrait. Chiant à voir, mais assez prudent.

 

Les winners de la semaine :

 

The Undertaker (+ 40) : Le Taker semble retrouver de son pouvoir dans les parages de l'urne et immédiatement, il réduit l'écart avec Kane.

 

 

Quelqu'un peut lui dire qu'il n'est pas dans un ascenceur ?

 

 

John Cena (+ 30) : La victoire de John Cena dans un gauntlet match lui a permis d'enchaîner les victoires tout en faisant croire à la difficulté de combattre quatre adversaires différents à la suite. Bien joué dans l'interprétation in-ring : les trente points sont mérités.

 

Naomi (+ 33) : A NXT, la WWE continue de pusher celle qui a tout pour devenir la nouvelle Trish Stratus. Pas très étonnant.

 

 

La semaine prochaine, je veux un grudge match avec mon coiffeur parce que là c'est plus possible …

 

Allez hop, les classements :

 

 

Au-delà de la prise de pouvoir des Dashing Ones, on assiste à une sorte de depush de Archer & Hawkins.

 

 

Pour ce premier classement de NXT, il semblerait que la WWE nous donne déjà un indice quant aux filles qu'elle estime prêtes pour un plongeon dans le grand bain et les autres. A moins, d'une storyline impliquant une losing streak, A.J. Devrait assez vite passer devant Jamie.

 

Du côté des rosters féminins, par contre la WWE a réussi l'exploit de maintenir el status-quo presque parfait malgré l'unification des titres.

 

Et oui, je sais, il fallait placer la flèche verte en face du nom de Eve et celle rouge en face de celui de Maryse.

 

 

Passons maintenant à Smackdown, dont le roster est littéralement dépeuplé, puisque sur les 18 catcheurs recensés, on a un on-screen character (Hornswoggle), un athlète blessé (Christian) et Matt hardy (dont on se demande exactement où il en est dans sa vie, son contrat et ses relations avec la WWE).

 

 

 

 

A raw, en revanche, s'il y a une chose à noter c'est la suprématie absolue de Randy Orton sur ses concurrents. A peu de choses près, il y a autant d'écart entre le champion et son number one contender qu'entre Daniel Bryan (qui a fait un énorme saut depuis sa victoire pour le championnat US) et Yoshi Tatsu (ou Zack Ryder).

 

5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut