Catch

Ô sombre Raw de l’amer!

Je n'ai pas aimé la pièce, mais les conditions ne s'y prêtaient pas: le rideau était levé.
Groucho Marx

 

Malheur. Trois mois après lui avoir confié la rédaction d'une review de Smackdown qui fit date, nous avons demandé, une fois de plus, à notre atrabilaire ami Djipi Bag O'Shit de se jeter dans le grand bain de la WWE à l'occasion du dernier Raw, espérant que la qualité actuelle du show rouge le pousserait à abandonner son dédain pour notre divertissement favori. Comme vous allez le découvrir à la lecture de son article, notre calcul s'est révélé quelque peu erroné.

 

 


And I quote: "Ce show, c'est de la merde!"

 

 

Contre-nalyse de Raw du 18 octobre

 

 

Faible esprit que le mien. Je m'étais bien juré, sur la tombe de mon idole Gérard Languedepute, de ne plus jamais poser mes chastes yeux sur le déplorable spectacle intitulé "catch professionnel". Ma première immersion dans cet univers vulgaire, fait de bruit, de fureur et de silicone, m'avait laissé pantelant, déprimé pour de longues semaines. J'ai eu beau me rincer la cervelle au Château des Rentiers, rien ne pouvait effacer les terribles images gravées dans ma rétine: le regard vide d'un bibendum nommé Matt Hardy, l'expression de profonde débilité arborée par une femme en plastique répondant au nom de Rosa Mendes tandis qu'elle sautait par-dessus une corde tenue par deux abrutis se proclamant "Dudebusters", le clip consternant promouvant le charisme de VRP de Province d'un certain Alberto del Rio, vague sosie de l'acteur de seconde zone Sergi Lopez… Jamais plus, me promis-je alors, ne me laisserai-je embarquer dans un visionnage de ces émissions intellectocides!

 

 


Et figurez-vous que les CDC ne m'ont même pas remboursé mon ordinateur après m'avoir forcé à regarder Smackdown!

 

 

Mais mes amis des Cahiers du Catch ne voulaient rien entendre. D'après eux, je n'avais pas su appréhender sous le bon angle ce formidable reflet de la vie qu'est le monde selon la WWE. Je devais, juraient-ils en vidant ma cave à vin, suspendre mon incrédulité au lustre de leur enthousiasme! Un homme comme moi, féru de culture, de géopolitique et de réalisme social ne pouvait décemment pas passer à côté d'un phénomène d'une telle ampleur! Je tins bon, au début. Mais les mois passant, leur insistance ne faiblissait pas. Entre les péroraisons de Spanish sur la correspondance entre code chromatique et comportement humain, les larmes de Silvernights m'entretenant, tremblant, du terrible destin de son idole John Cena aux mains d'une version américaine du gang des barbares, les poses plastiques d'Axl imitant Randy Orton en se juchant sur un tabouret et le seyant petit top "Flawless" de McOcee, les raisons de donner une seconde chance à la WWE s'accumulaient et finirent par faire céder la digue de ma résolution. Raw, m'expliquaient-ils, était bien meilleur que Smackdown, surtout en ce moment où les histoires poignantes s'enchevêtrent aussi sûrement que dans Guerre et Paix. Ce mardi, donc, dûment instruit des derniers événements en date, je pris une profonde inspiration et la clé USB apportée par mes camarades, l'insérai dans mon Minitel vintage et regardai, d'une traite, le dernier épisode de Monday Night Raw.

 

 


14 millions d'Américains, et moi et moi et moi.

 

 

Dieux! Que n'avais-je suivi mon instinct?! Car cet épisode, loin de m'inciter à remettre en cause mon rejet initial, ne fit que corroborer, et de quelle façon, le sentiment de dégoût que j'avais éprouvé en juillet dernier devant un Smackdown cataclysmique. Si je prends la plume une fois de plus, c'est pour vous adresser, nubiles et innocents lecteurs, cet appel que je lance d'une voix brisée: arrêtez de regarder ces horreurs avant qu'il ne soit trop tard!

 

 


Pour eux, c'est trop tard, mais les plus jeunes peuvent encore être sauvés!

 

 

Les raisons de mon courroux (coucou) sont innombrables. La WWE semble avoir lancé un assaut brutal à l'encontre de la logique la plus élémentaire. De ce choc frontal ne peut résulter que l'abrogation de la cohérence, la disparition de la relation de cause à effet, le triomphe de l'anarchie! Des ruines du monde de la raison naîtra le monde des aveugles, où les borgnes (Kane, Snake Plissken, Jean-Marie Le Pen) seront rois!

 

Chaque séquence a été l'occasion, pour les auteurs de ce carnage cognitif, de porter un coup de bélier à l'intelligence. Dès le départ, le triste sire qui officie en tant que "General Manager" (je suppose que le français est une langue trop noble pour traduire cette formule barbare) de Smackdown prenait possession des lieux au nom de son émission, et se retrouvait à palabrer avec l'insupportable Michael Cole, serviteur zélé du McMahonisme, et avec un ordinateur possédant l'extraordinaire faculté de faire clignoter l'éclairage du stade à chaque réception d'email! Cela dit, je comprends bien que l'homologue Rawien de Theodore Long tienne à conserver l'anonymat: moi-même, si, à Dieu ne plaise, je me retrouvais à gérer cet odieux barnum, je chercherais à dissimuler mon identité, de honte!

 

Quoi qu'il en soit, les rôles sont clairement distincts: Long est un "babyface" (faisandé, le bébé, soit dit en passant), tandis que l'ordinateur suprême évadé de 2001, l'Odyssée de l'espace, et son porte-voix Cole, sont "heels", à savoir qu'ils incarnent le Mal. Pourtant, tout au long de ce dialogue (comme toujours à la WWE, hurlé dans des micros alors même que les interlocuteurs se trouvent à 50 centimètres l'un de l'autre), la foule huera consciencieusement le gentil Long et saluera Cole, qui lui tient tête. Au nom de quoi, me demanderez-vous? Eh bien, au nom d'un stupide instinct grégaire dont je croyais l'humanité débarrassée au moins depuis la remise en question des fondements du nationalisme par Ernest Gellner! La foule réunie dans ce stade canadien, puisqu'elle était venue assister à un épisode de Raw, se rangea moutonnement sous la bannière de l'émission du soir, alors même que ces mêmes Calgariens paieront sans doute leur billet au même prix fort le jour où Smackdown sera enregistré dans leur hideuse cité, et se sentiront alors citoyens d'honneur de Smackdownland, le temps d'une soirée. Ah, la théorie post-moderniste et son concept d'"appartenances flottantes" était encore bien en-deça de la vérité!

 

 


– J'ai fait un rêve… J'ai rêvé qu'un jour les enfants de Raw et les enfants de Smackdown puissent s'asseoir ensemble à la grande table de la frater…
– Ouais, ben rentre chez toi, sale vendredi!

 

 

La formule "appartenances flottantes" continua de me trotter à l'esprit quand l'équipe de Smackdown fit irruption à son tour. Heureusement, ses membres étaient déguisés en t-shirts corporate; car figurez-vous que pas moins de trois d'entre eux, sur sept, étaient l'année précédente dans l'équipe d'en face! Et les voilà portant haut le panache bleu, avec le même opportunisme que les pires mercenaires de cette autre vilenie qu'est le football moderne enfilent le maillot de leur nouveau club. Dire que la charmante mais écervelée McOcee s'appuie sur l'exemple footballistique pour défendre cette indignité… Bien au contraire, si le catch ressemble au football actuel, alors tout est à sceller dans un conteneur et à envoyer sur l'orbite de Neptune.

 

La majeure partie de la soirée fut dédiée à convaincre les gogos pas encore entièrement ruinés par la crise financière de dépenser une cinquantaine de dollars (une somme qu'ils pourraient employer bien plus utilement en achetant, soyons fous, une dizaine de livres, une veste en tweed, du tabac de Virginie pour leur pipe ou encore des billets pour l'opéra) pour bénéficier du douteux privilège d'assister en direct, dimanche soir, au "payer-pour-voir" intitulé "Bragging Rights", fondé sur cette opposition Raw / Smackdown qui, hélas, fait office moderne de rivalité Montaigu / Capulet… On vit donc un homme au gabarit tellement grotesque que tout nom humain lui a été retiré, s'il en a jamais possédé un, surnommé "The Big Show", présentement "capitaine" de l'équipe Smackdown (accessoirement, ce titre de capitaine n'a aucune incidence sur son rôle lors du combat prévu dimanche), défier une espèce de crapaud lui aussi dénué de nom humain et appelé "The Miz", capitaine de l'escouade adverse. Mais point, ici, de duel de gentilshommes à la Trois Mousquetaires! Lorsque la confrontation survint enfin, elle dégénéra immédiatement en une insupportable mêlée, qui eut sans doute horrifié nos ancêtres adeptes de la soule, d'autant qu'elle fut commentée par un nain trisomique.

 

 


Ca a au moins eu le mérite de me rappeler les parties de Stratego de ma jeunesse.

 

 

Toute la soirée fut émaillée de ces atteintes à la logique. Ainsi de la présentation de l'équipe Raw par son capitaine (équipe d'ailleurs amputée cette semaine de R-Truth, criminel endurci dont le casier judiciaire est si lourd que le Canada refuse de le voir sur son territoire; mais, étrangement, les commentateurs préférèrent passer cette information sous silence, ne mentionnant à aucun moment l'absence de l'ancien pensionnaire d'Alcatraz). La semaine précédente, ai-je lu sur les CDC, six membres de l'équipe Raw sur sept avaient été déterminés, laissant planer un suspense insoutenable, digne des meilleurs dénouements d'Agatha Christie, sur l'identité du septième sbire.

 

 


Le colonel Moutarde, dans le salon, avec un tisonnier!

 

 

Mes amis des CDC avaient d'ailleurs passé la semaine à échafauder les théories sur ce point capital. Pour l'un, le septième homme serait Triple H (encore un nom accessible à la génération SMS), pour l'autre ce devait être le maléfique Vince McMahon en personne, d'autres encore avançant des options différentes… Quoi qu'il en soit, la divulgation de ce secret constituait, à l'évidence, un élément fondamental de la construction dramatique, et n'importe quel metteur en scène de pièce de fin d'année en CE2 aurait compris que, au moment de présenter sa troupe, capitaine Miz aurait dû, d'abord, faire entrer tous les noms déjà connus puis, après un silence théâtral, et dans un grand roulement de tambour, annoncer enfin le septième et dernier mystérieux personnage. Mais il apparaît que les auteurs de Raw ne maîtrisent pas ce BA-ba scénaristique. Le nouveau venu, l'homme décisif dont la révélation avait été décalée d'une semaine pour faire monter la pression — une insulte à la génétique nommée Ezekiel Jackson — a été présenté en avant-dernière position, avant le translucide Sheamus! Au temps pour l'apothéose du suspense!

 

 


L'homme mystère a pour prénom Ezekiel et pour nom Jackson, allez-vous deviner de qui il s'agit?

 

 

Je jetterai un voile pudique sur les quelques minutes réglementaires censées émoustiller tout mâle à sang chaud en lui mettant sous les yeux plusieurs femelles atteintes d'hypertrophie mammaire. Je serai d'autant plus enclin à me montrer magnanime à cet égard que le responsable de l'habillement a eu le bon goût d'ordonner à certaines des jeunes filles en question d'exhiber, encore une fois au mépris de toute logique, leurs pieds nus — spectacle qui ne lasse de me faire frissonner l'esthète que je suis de plaisir, de la colonne vertébrale au cerveau reptilien.

 

 


En vérité, quand ils virent qu'ils étaient nus, Adam et Eve auraient dû se couvrir les pieds, et non les organes génitaux.

 

 

Je crus également voir, un instant, un gigantesque insecte noir et jaune se tortiller sur le ring, mais j'attribue cette vision à l'effet de l'absinthe dont j'absorbai de grandes quantités tout au long de cette épreuve pour tenir le coup.

 

S'il est un catcheur dont j'attendais l'arrivée avec quelque intérêt, c'est ce Daniel Bryan (ou Daniel Bryanson, je m'y perds) dont on me rebat les oreilles depuis des mois. Un homme au gabarit normal, combattant hors pair, spectacle garanti, hululaient mes amis! Eh bien… Il donna une claque à un type dont le nom résonne étrangement comme celui du peintre favori d'Hitler, puis s'assit dessus au pied du ring et tenta de l'étrangler. Pour voir de telles scènes, nul besoin de regarder la WWE. Il me suffit de jeter par la fenêtre une pièce d'un euro à la petite meute de clochards agglutinés sur le trottoir. Ensuite, le héros du jour remonta dans le ring pour effectuer, en compagnie de quelques donzelles ne présentant aucun intérêt car nulle d'entre elles n'était pieds nus (et qui venaient à mon grand dam de chasser une charmante matrone en lui lançant maladroitement un seau plein de confettis), une chorégraphie qui leur aurait sans doute valu d'être expulsés pour laideur du Club Med cher aux Bronzés.

 

 


Claude François et les Claudettes se retournent dans leur fosse commune.

 

 

L'autre grand moment attendu, du moins par l'ami Silvernights qui n'en dormait plus la nuit (et venait m'en causer dans ma chambre à coucher jusqu'à pas d'heure, ne voyant manifestement pas que je tombais de sommeil dans mon peignoir aux armes de la maison des Grimaldi), était le nouveau développement de la servitude infligée au musculeux John Cena par un groupe de malfaiteurs tirant leur nom d'un roman licencieux d'Henry Miller.

 

Ayant lu le livre (comme tous les autres, et la chair est triste), je m'attendais à voir le bovin Cena subir les pires outrages, ce qui excitait quelque peu ma curiosité, pour ne rien dire de ma libido. En guise d'outrages sadiens, il prit un verre d'eau dans la figure (ce qui m'arrive fréquemment quand je compte fleurette dans les cafés), gagna, en compagnie du sculptural et inexpressif champion en titre, un match contre deux inconnus (dont un obèse) et dut assister sans intervenir au tabassage dudit champion. Celui-ci avait passé l'année précédente à le mutiler et avait même en son temps, comme me l'apprit un Axl particulièrement excité au moment de me montrer la vidéo, tenté de décapiter le père de Cena d'un coup de pied dans la tempe. On se serait donc attendu à ce que Cena jubile en le voyant se faire massacrer. Mais non, bien au contraire: avec un art de la tragédie à faire passer Vincent Lagaf pour Louis Jouvet, le héros américain fondit pratiquement en larmes, d'impuissance. Aussi crédible qu'imaginer George W. Bush se mordant les poings lors de l'exécution de Saddam Hussein.

 

 


Pour prendre cet air abattu, John a un truc: il imagine le drapeau américain foulé aux pieds lors d'une manifestation de sales gauchistes.

 

 

Un mot sur l'atrocité nommée Bobb. E. J. Thompson, présent à deux reprises durant cette soirée et que le pertinent Reune Jacquot a eu parfaitement raison de comparer à un croisement de l'immonde Arnold et du cauchemardesque Horsnwoggle. Oh et puis non. Je me contenterai de regretter que le Big Show ne l'ait pas confondu avec le succulent Floyd Mayweather, avec qui il avait eu maille à partir il y a quelque temps, et ne l'ait pas tué d'un coup de poing.

 

Enfin, le clou de la soirée aura été pour moi cet interminable panégyrique lacrymal qui nous a été infligé — enfin, la cible première était sans doute l'électorat hésitant du Connecticut — pour chanter la gloire de la WWE au moment où sa mère maquerelle porte haut les couleurs du parti de Sarah Palin aux sénatoriales américaines. Attaquée à juste titre par ses adversaires démocrates pour l'hallucinant écart existant entre, d'une part, son discours bon chic bon genre de conservatrice propre sur soi et, de l'autre, son œuvre en tant que grande prêtresse de la maison close du catch mondial (violence insoutenable, sexualité exacerbée, vulgarité à tous les étages, scato et nécrophilie, j'en passe et des meilleures), la sémillante Linda se défend en diffusant à cette heure de grande écoute un clip déguisé à sa gloire, conclu par l'appel martial de ces grands leaders d'opinion que sont le sodomite pédophile Jerry Lawler et le fonctionnaire kafkaïen Michael Cole à "se lever pour la WWE" — comprenez, à "défendre" la fédération via le site Internet de la corporation.

 

 


Les soldats américains ayant perdu leurs deux jambes en Irak peuvent se contenter d'agiter leurs béquilles.

 

 

Tout dans ce clip promotionnel fut aussi vomitif qu'une profession de foi de Paul Wolfowitz. Il faudrait avoir été, dans son enfance, frappé à la tête par une mule pour ne pas comprendre que toutes les actions de charité entreprises par la WWE répondent à un objectif purement publicitaire. Je le sais pour avoir étudié les fascinantes pages Wikipédia consacrées à la question: entre ses catcheurs morts à un âge où les humains normaux finissent à peine leurs études, la promotion d'un modèle de comportement fondé exclusivement sur l'intimidation et la violence, une misogynie à faire passer un spectacle de Jean-Marie Bigard pour un congrès du MLF et une tendance répétée à se fourvoyer dans les pires stéréotypes raciaux et sociétaux, la WWE traîne plus de casseroles que McOcee revenant des soldes chez Moulinex.

 

Dès lors, comme toute organisation dont le succès dépend en large part de l'image, elle multiplie les contre-feux: partenariat avec diverses associations caritatives, programmes consensuels tels "Smackdown your vote" (dont j'ai appris l'existence grâce à ce travail très complet du célèbre chercheur Reune Jacquot), "Reading challenge" à l'occasion de Wrestlemania (il faut bien apprendre à lire à la génération de demain, sinon elle n'achètera pas WWE Magazine) et invitations multiples lancées à des personnalités plus ou moins reconnues, afin de conférer à la WWE une image de produit acceptable pour tous les publics. Il n'en est que plus risible de voir mis en avant un modèle de droiture comme le violeur Mike Tyson: même quand elle essaie de passer pour une entité bienfaisante, l'Etoile Noire de Stamford laisse inconsciemment sa vraie nature affleurer à la surface.

 

 


Et n'oubliez pas, les enfants: si vous brisez la nuque à une femme, elle reste chaude pendant encore quatre heures! A bon entendeur…

 

 

Le vaisseau amiral de l'opération de relations publiques de la WWE est bien évidemment la mascarade guerrière baptisée "Tribute to the Troops", qui voit nos propagandistes du coup de poing dans la figure présenter leurs pitreries à la chair à canon américaine stationnée en Irak. L'édition 2009 de cette fête morbide avait été évoquée sur ces pages, mais les auteurs avaient opté pour un ton sarcastique alors que j'estime, pour ma part, que ces navrantes bacchanales, reflet déformé de l'effarant Festin pendant la peste narré par le grand Pouchkine, ne méritent que l'imprécation la plus sérieuse!

 

La WWE, me suis-je dit en contemplant, ébahi, ce clip que l'on aurait dit tourné par Captain America, paraît bloquée en 2003, à l'heure du bushisme triomphant et pressé d'instaurer une démocratie cousue main dans ce Moyen-Orient décidément rétif aux Lumières venues de Crawford, Texas. L'armée américaine déployée en Mésopotamie, nous certifie-t-on à la WWE, "défend notre liberté" et est constituée à 100% d'"héros" qui se sacrifient pour nous et auxquels, entre deux attaques suicides et trois opérations de ratissage, nos catcheurs — pour l'occasion habillés de kaki et de bannières étoilées — viennent transmettre les salutations de la nation reconnaissante, se plaçant ainsi dans la continuité des saltimbanques distrayant les troupes lors de la Seconde Guerre mondiale ou des guerres de Corée et du Vietnam.

 

Et voilà donc que les spectateurs du show sont embarqués (embedded?) malgré eux dans le soutien du Pentagone de Stamford à cette intervention militaire sans queue ni tête et qui va, d'ailleurs, prendre piteusement fin d'ici quelques mois. Voilà que les catcheurs, gentils comme méchants, s'affichent aux côtés des militaires (forcément babyfaces) tout sourire patriotique dehors.

 

Dans l'esprit des spin doctors de Linda, droits dans leurs bottes, le rappel de ces activités cocardières ne saurait que générer aux yeux des fans un appui total à la WWE, prétendument désintéressée au moment de fournir quelques instants de gaieté aux combattants de la liberté, et, partant, à la matriarche des McMahon dans sa conquête d'un strapontin sénatorial. Propagande particulièrement grossière que celle-ci, spécialement à l'heure où l'intervention prend piteusement fin tandis que le pays est toujours en proie au cycle infernal attentats / représailles, où la guerre d'Irak est enfin critiquée par une majorité de l'opinion américaine et, accessoirement, où la législature irakienne sortie du scrutin bancal de mars dernier vient de battre le record mondial de durée de non-constitution de gouvernement, à cause de profonds désaccords ethno-confessionnels qui aboutiront probablement à l'instauration à Bagdad d'un régime autoritaire faisant la part belle à l'islamisme politique et infiltré par l'Iran, grand garant de la démocratie made in USA s'il en est.

 

 


La liberté, ça s'administre à grands coups de torpilles.

 

 

Guerre aux résultats douteux, au bilan humain très élevé, aux justifications officielles mensongères et aux bavures multiples, l'opération "Iraqi Freedom" est présentée par la WWE sous l'angle unique de l'héroïsme absolu d'un contingent quasi-adolescent et qui s'est retrouvé sur place bien plus par attrait pour la sécurité de l'emploi et la rétribution offerts par une carrière dans l'armée que par idéalisme. Peu importe, whatever works, comme disait Woody Allen dans une récente satire. Organisé aux alentours de Noël, le Tribute to the Troops offre de touchantes photos de soldats et catcheurs entrelacés, déguisés en Santa Claus (même ce CM Punk qui arbore pourtant un tatouage de Pepsi Cola, ennemi juré du sponsor maillot du Père Noël US) et assoit auprès de son public cible l'image d'une WWE aux valeurs "saines". Le tout présenté, encore une fois, comme une opération désintéressée…

 

 


Et pendant ce temps-là, l'adversaire démocrate de Linda McMahon se débat dans ses déclarations contradictoires sur sa participation à la guerre du Vietnam il y a quarante ans. Saleté de hippie.

 

 

J'ai donc visionné à mon corps défendant un épisode censément marquant qui, loin de me convaincre de virer ma cuti et de courir chez le premier couturier venu pour rapiécer ma redingote en tunique de catch, m'a plus que jamais confirmé dans mon effarement initial. Paresse scénaristique (introduction de Jackson), suivisme consternant du public (prenant fait et cause pour Raw car les auteurs en avaient décidé ainsi), invité "de marque" irritant et doublement publicitaire (pour l'apocalyptique film Knucklehead et pour un énième jeu vidéo abrutissant), utilisation à contre-emploi du prétendu meilleur catcheur actuel Daniel Bryan, humiliation de John Cena relevant davantage d'aimables plaisanteries de colonie de vacances que de lavage de cerveau à la Le Zéro et l'Infini et, cerise sur l'indigeste gâteau, propagande rance pour la candidature de maîtresse Linda au Sénat, où elle pourra continuer d'exercer son magistère moral sur une jeunesse déboussolée… Enfants, détournez-vous de cette abomination avant que vos jeunes âmes ne soient définitivement corrompues. Quant à moi, je pars illico en cure, dans un sanatorium suisse loin du bruit du monde, où je pourrai enfin, inhalant l'air pur des alpages de mes poumons viciés, m'adonner aux joies de la culture en relisant quelque radieux ouvrage de Joris-Karl Huysmans, si je ne trouve rien qui aiguiserait ma curiosité sur la liste des best-sellers du New York Times

 

 


Tiens, les résultats du Reading Challenge se font déjà sentir.

 

25 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut