Catch

Powerslasemaine prochaine (Si Dieu le veut)

A la semaine prochaine, si Dieu le veut …


Eddy Carpentier

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et, où cette semaine, la table de commentaire est couverte d'un linceul noir …

 

 

Sans légende.

 

En effet, avant de passer au classement Powerslam qui fait suite aux deux dernières semaines, j'aimerais profiter de l'espace qui est habituellement dévolu à commenter les faits marquants du classement et parler de la plus grande légende du catch Made In France Edouard Carpentier, qui s'est éteint, il y a quelques jours.

 

Classement Powerslam, numéro 10

 

Si ce nom ne dit quasiment rien à la majorité d'entre vous, sachez tout d'abord qu'Edouard Carpentier fut le premier commentateur de la WWF en France et que c'est par sa voix que j'ai découvert la lutte professionnelle sur Canal Plus au temps de ma pré-adolescence. Mais ce que j'ignorais à l'époque, c'est à quel point il incarnait toute la tradition du catch hexagonal.

 

Athlète avant tout, ex-gymnaste d'un très bon niveau, Carpentier s'est décidé à devenir catcheur sur les conseils de Lino Ventura, l'acteur dont on oublie trop souvent qu'il a débuté dans un ring. Très vite remarqué pour ses prouesses entre les cordes, Carpentier sera le seul de sa génération à choisir d'aller travailler outre-atlantique plutôt que de céder aux sirènes du cinéma qui utilisait la scène encore dynamique du catch français comme un fantastique réservoir de cascadeurs.

 

 

Après la réussite de son opération, on ne doit désormais plus l'appeller que ce surnom : la grande faucheuse.

 

 

Ce qui faisait le talent réel de Carpentier, c'était ses qualités athlétiques hors du commun et ce n'est pas mentir que d'écrire que ce fut l'un des tous premiers lutteurs à développer dans un ring un style qui s'apparente beaucoup à celui de ceux qu'on qualifie aujourd'hui de high-flyers. Sans le travail d'un Edouard Carpentier , il n'y aurait pas aujourd'hui d'Evan Bourne, de Rey Mysterio, de Matt ou de Jeff Hardy.

 

Quant à son palmarès, il fait tout simplement rêver : même si son titre de champion du monde fut controversé (pour une histoire assez complexe de match 2 out of 3 falls où son adversaire a dû déclarer forfait avant la troisième manche), il a touché du doigt la victoire suprême d'alors le titre mondial de la NWA en battant le champion d'alors : Lou Thesz. Et croyez-moi : ce n'est pas rien de voler le titre de champion à un type qui, cinquante ans après, a laissé son nom à une prise. On notera aussi sa feud avec le légendaire Verne Gagne et celle avec le très rugueux catcheur Killer Kowalski, un grand luttteur qui fut intronisé très tôt au WWE Hall Of Fame sans doute parce que ce fut l'entraîneur de Triple H.

 

 

Message d'intérêt public : la police recherche cet individu.

Convaincu d'exhibitionnisme, il passerait sa vie à conduire divers véhicules automobiles vêtu d'un simple slip et d'une écharpe blanche. Forte récompense à quiconque donnerait des informations sur son identité.

 

Carpentier se reconvertira ensuite dans le commentaire (ce sera la première voix de la WWE sur Canal Plus) et dans l'entraînement (il formera ainsi notre Pierre Booster Fontaine national) mais il est aussi connu pour avoir permis d'accéder au business américain à un jeune français bien charpenté, André Roussimoff qui deviendra le Géant Ferré au Canada puis André le Géant pour nous tous.

 

Voilà qui est fait passons maintenant aux classemnts avec une petite nouveauté puisque les rosters féminins de RAW et Smackdown ont été fusionnés.

 

 

 

 

 

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut