Catch

NXT: baisser de rideau

I want it all,

I want it all,

I want it all,

And I want it NOW!

Queen, I want it all

 

Après avoir bien débourré (les urnes du Concours de Popularité, comme il se doit), il est temps de passer aux choses sérieuses. Non, pas le retour de Cena en tant que Gudrun Cena, catcheuse scandinave. Ni le titre de champion WHC d'Alex Riley (après tout, avec The Miz champion, on peut s'attendre à tout). Il s'agit bien sûr, de la grande finale de NXT Saison 3, avec de la poitrine opulente dedans!

 

 

Et j'espère que ma victoire servira de leçon à Aloisia, que j'ai remplacée au pied levé car elle avait fait des photo shoots de lingerie, cette pouffiasse.

 

 

Nalyse de NXT du 30 novembre

 

 

La grande nouvelle de la semaine dernière, c'est donc l'élimination d'AJ. Et je cite, derechef, l'homme qui apprend à analyser en suivant NXT avec moi: « A près réflexion, j'ai trouvé cette élimination logique ».

 

Bravo champion! Petite précision: quand on a une star qui truste la pop à ce point, non, elle ne gagne pas car oui, ça ne sert à rien, sa place dans un roster est déjà assurée (en l'occurrence, semble-t-il, celui de Raw, pour suivre son mentor). Ce qui est frappant, c'est qu'il t'ai fallu « réflexion » pour en arriver à une conclusion aussi évidente, ce qui en dit long sur ta profondeur de vue, cette même profondeur qui te fait préférer The Miz à Mick Foley, mais bon…

 

 

Lui, en tous cas, il en a un bon, de point de vue.

 

 

Il suffisait pour y penser de se rappeler les trajectoires de Bryan et de Kaval: Bryan a récolté une pop incroyable dès ses débuts, il n'a donc pas continué longtemps à se griller les ailes, avant d'être intégré au Nexus, puis licencié kayfabe (j'en suis sûr), bref, le terreau était déjà fertile. AJ était un peu dans cette logique-là: il s'est vu, très tôt, qu'elle écrasait littéralement la concurrence. Par conséquent, il n'était pas besoin de la mener à la victoire.

 

Le cas de Kaval est un peu différent, pour faire une petite digression: ancien Low-Ki et Senshi, il traînait un boulet: la TNA. Accessoirement, sa pop était moins évidente. On en donc fait un vainqueur, pour ensuite le booker beaucoup moins fort que Bryan et lui faire parcourir une losing streak qui tend à se calmer, mais qui ressemble quand même beaucoup au chemin de croix du pénitent… En tout cas, le sort d'AJ ne laissait pas beaucoup de part au doute.

 

 

Aucune part au doute, en vérité.

 

 

Je passerai sur le « calvaire » infligé à Kovax (boire de l'alcool en matant Derrick, trop kikoolol quoi), sur le « la meilleure au micro parmi les rookettes restantes » (ah ça t'a fait mal Maxine hein?), car on m'a toujours dit qu'il ne fallait pas tirer sur les ambulances, même quand c'est tentant.

 

Quant à Kovax, et bien il aura été la victime collatérale d'un nalyste multiclassé, ni heel ni face, même pas tweener, il faut du talent pour ça. Je salue donc un courageux nalyste tombé au champ d'honneur des mains d'un rigolo, tant il est préférable d'avoir pour adversaire un face classe qu'un wannabe arrogant.

 

 

TDS

 

 

Kovax

 

 

Néanmoins, je vais t'accorder un point, qui là encore en dit long sur cette magistrale puissance d'analyse: oui, le AJ/Naomi de la semaine dernière était vraiment le meilleur match de la saison, montrait le potentiel des deux lutteuses, et mérite, largement, d'être vu.

* *

*

Arrive donc, en ce froid mardi d'automne, la finale de cette saison 3. Le petit comique s'étonnait de l’annonce de la tenue d'une saison 4, mais j'y reviendrai en fin de review.

 

Et avant tout chose, au début de ce show, il convenait, car c'est un peu le jeu finalement, de désigner la gagnante potentielle. Naomi a déjà tout d'une grande, comme dirait l'autre. Pour elle aussi, en dehors de la pop éventuelle, il n'y a rien à gagner à remporter ce programme. J'irai même plus loin: il y a en fait beaucoup à perdre à gagner un programme aussi méprisant pour son staff.

 

Si l'on ajoute à cela que Kaitlyn a une feud avec Vickie, feud que rééquilibrerait ce premier « titre », et que son personnage est beaucoup plus proche du fond comique de ce show, pour moi, Kaitlyn se devait de l'emporter, ceci d'autant plus que si vraiment Finlay a repris en main l'entraînement des Divas, il est possible qu'elle progresse.

 

 

Tu vas bosser feignasse!

 

 

En tous cas, le show commence sur Cole, qui revient sur l'incident de la veille: pour mémoire, il a permis au Miz de conserver son titre contre Lawler en empêchant The King de s'en emparer. Je passerai sur la douleur que m'inspire de voir le Miz porter la ceinture, tant il aurait pu être le destinataire du Piper's Pit destiné à Barrett il y a peu, mais j'étais tout de même curieux d'avoir l'explication de Cole. Et elle a été laconique: « Euh ben chais pas, je vous en parlerai lundi ». Lire: « Les créatifs planchent encore dessus, pour l'instant il est question que je fasse mon coming out, mais je ne suis pas chaud-chaud ».

 

Sur ces passionnantes entrefaites, Striker annonce la première pro, Vickie. Et tenez-vous bien: elle a encore dit pis que pendre de sa protégée: elle ne serait pas là sans moi, etc. Bon, comme l'a relevé l'excellentissime Dauntless, de loin le meilleur rookie de NXT-CDC, Vickie excelle dans l'exercice, mais c'est un peu comme l'entrecôte, ça a beau être très bon, à forte dose, c'est l'écœurement garanti. Toujours est-il que cela fait de plus en plus de Kaitlyn une martyr de la Cruella du Sud, et que tout cela, victoire ou non, devrait se conclure à Smackdown.

 

Quant à Naomi, sa pro n'est pas là, elle est à Tribute to the Troops, ce qui en dit long, encore une fois, sur l'intérêt de la WWE pour ce show. Mais peu importe, K² délivre un long message très « girly »: ma chérie tu es formidable, tu es une grande championne – mais non, je ne serais rien sans toi ma pro qui m'a donné tant de bons conseils. Ecoeurant, bien sûr, mais surtout j'avoue que l'idée de voir K² donner des conseils à Naomi m'a doucement fait rire, un peu comme si TDS écrivait une histoire du catch.

 

 

Tiens, avant de t'y mettre, un peu de lecture.

 

 

Ensuite, Kaitlyn aurait dû pouvoir remercier sa pro, ce que Vickie empêche, expliquant que si Kaitlyn est là, c'est uniquement parce que Vickie l'a choisie (ce qui est vraie, rappelez-vous, Kaitlyn a remplacé Aloisia au débotté), et elle rajoute en substance que sa rookie est une odieuse roulure. Kaitlyn reprendra quand même la main, refusant de voir la finale gâchée par la mère maquerelle, avant de l'envoyer sèchement au sol.

 

A posteriori, cette feud restera sans doute le point fort de NXT, en dehors du talent de Naomi et d'AJ, qui lui, est appelé à faire date. Car à l'heure du bilan, il faut quand même avouer que si le show est une grande farce, les amateurs de catch sont grosjean comme devant: le niveau moyen n'était tout de même pas stratosphérique, et je ne vilipenderai jamais assez Cole et Matthews pour leur jeu de massacre systématique. Cole est bien connu de nos services, mais si je trouve que Matthews est très bien pour des segments courts en backstage, je pense en revanche qu'il n'a le charisme, ni l'aura, ni la verve nécessaires pour être un bon commentateur. Peut-être employé de banque. Mais si TDS, le grand champion autoproclamé du micskill, affirme qu'il est bon, je dois me tromper. Ou pas.

 

Séquence Backstage: un R-Truth dansant (et parfaitement ridicule) introduit son rookie, Johnny Curtis. Tiens, R-Truth à nouveau pro? Otunga ne lui a pas suffi? Il n'y a pas assez de catcheurs à la WWE pour en trouver d'autres? Le Curtis en question, en tous cas, est un ancien top-model, qui a obtenu deux titres Tags à la FCW avec Derek Bateman et Tyler Reks, et il semble être un habitué des House-Shows.

 

Vient ensuite la grande surprise de la soirée: le retour de toutes les rookettes. Quelle créativité. On n'aura donc pas eu à pleurer AJ trop longtemps, voilà qui est parfait. Quant aux autres, c'est l'indifférence, tant Maxine et Aksana n'auront sans doute pas marqué grand monde.

 

Le match qui s'ensuit, du même coup, met aux prises AJ et les Twins d'un côté, et Maxine, Aksana et Alicia Fox de l'autre.

 

J'en profite pour revenir un instant sur cette marotte selon laquelle les Bella auraient progressé. C'est vrai, personne ne peut le nier, et la heel Nikki capitalise au mieux sur son turn, ce qu'elle fait fort bien. Néanmoins, il faut toujours se garder d'analyses précipitées: quand il s'agit d'évaluer un progrès, et au risque d'émettre une lapalissade, on part évidemment du point de départ du catcheur concerné. Or, les Bella Twins étaient quand même vues il y a encore peu de temps comme des catcheuses médiocres, destinées à des Guest Hosts pervers (je suis un pervers, appelez-moi!). Progresser par rapport au désastre de départ n'a donc rien de spécialement extraordinaire, et leur niveau actuel, s'il est meilleur, n'est toujours pas vraiment satisfaisant.

 

 

Exclu! Brie Bella jouera dans  « Twilight 4: Exaspération »!

 

 

En revanche, et cela rend d'autant plus regrettable le naufrage de la section Divas, j'ai l'impression, à tort peut-être, que les progrès sont généraux. Depuis le départ de Jillian Hall, la rumeur veut donc, comme je l'évoquais précédemment, que ce soit Finlay qui s'occupe de ces dames. Si c'est le résultat que nous voyons depuis quelques matchs, où même l'haïssable Layla arrive à faire quelque chose dans un ring, espérons que la WWE s'en aperçoive, car il y a vraiment quelque chose à en tirer.

 

Revenons au match. Il a été plaisant, avec une AJ, faisant le tombé, qui a clairement écrasé une concurrence il est vrai assez faible: les Twins ont leur limites, Aksana et Maxine… bon Aksana et Maxine quoi, il n'y avait donc guère qu'Alicia Fox, qui a livré un bon match, mais en dessous de celui de la rookette éconduite. Si je suis parfaitement honnête, je dois quand même admettre que Nikki a fait un bon boulot en terme d'agressivité. Bref, un match dans la bonne moyenne, agréable à suivre, un de ces matchs qui remplit son objectif en établissant une hiérarchie de facto et qui contribue à créer des relations entre les Divas. Bon boulot, donc.

 

A noter, quand même, qu'AJ a nettoyé les amygdales de son Jo-Wilfried Tsonga de Pro: le détail pourrait être oubliable, mais il pourrait être maladroit: AJ s'est construite sur son personnage de geekette célibataire, la fille avec laquelle le gros Américain ado devant son poste voudrait sortir. En succombant au charme de Primo, elle risque de perdre beaucoup de son attrait pour ses suiveurs. C'est un détail, encore une fois, mais c'est sans doute à la gestion des détails que tient en partie un parcours.

 

 

Je te hais! Cloporte! J'espère que tu seras le 14 au Royal Rumble!

 

 

Nouveau futur Rookie, et c'est cette fois Chris Masters, ex-midcarder déchu et grand chorégraphe de pectoraux devant l'Eternel, qui introduit son poulain, Byron Saxton. Masters a mis un je-ne-sais-quoi, pas vraiment de la dérision mais une espèce de légèreté dans sa présentation, qui me fait regretter de ne pas l'entendre plus souvent. Quant à Byron Saxton,  vous l'avez peut-être vu commenter à la ECW ou à la FCW, et il semble en tous cas qu'il y aura donc un candidat pourvu d'un bon micskill (même s'il a fait ses classes avec Washington…). En revanche, son niveau in-ring semble très limité, en particulier parce qu'il catche finalement assez peu. Il n'y a d'ailleurs aucune image image in-ring dans sa promo… En vérité, en étant acide, il semble destiné à jouer les bouche-trous…

 

Nouveau Pro et nouveau rookie: DiBiase et Maryse présentent Brodus Clay, « The Mastadont of Mayhem ». Peu d'infos sur le bestiau, mais son physique n'est pas sans rappeler le regretté Umaga, et il se définit lui-même comme une machine à Suplex. Après tout, depuis le départ d'Umaga, et Harris tardant à prendre sa place, il y a peut-être un créneau pour ce colosse?

 

S'ensuit l'inévitable face à face, au micro: Kaitlyn vs Naomi. Kaitlyn congratule son adversaire, disant qu'elle est sans doute la fille plus athlétique qu'elle ait jamais connue, qu'elle a prouvé immédiatement son talent, tandis qu'elle-même n'est arrivée qu'à la dernière minute, et a livré son premier match à cette occasion… Cependant, quand Naomi arrivait au sommet et stagnait, Kaitlyn, elle, grimpait chaque marche une par une. Et surtout, elle a de la personnalité, ce qui manque à son adversaire.

 

 

Ah bon?

 

 

Et Naomi s'empresse de confirmer, avec une promo lamentable: « C'est un rêve, c'est génial, c'est mon moment, je donne tout au WWE Universe ».

 

Était-ce voulu, difficile à dire. Reste que Kaitlyn a fait une promo correcte, sur des thèmes qui peuvent beaucoup plaire aux Nord-Américains (la récompense du mérite et de la ténacité), tandis que Naomi a été clairement en dessous de tout. Elle n'a jamais brillé au micro (pas moins que les Flawless, quand même, n'exagérons rien) mais de là à servir cette soupe insipide…

 

Enfin, le moment attendu, le match: et conformément aux attentes, entre les deux finalistes de cette saison, il a été NUL. Lent, mou, aucune des deux catcheuses ne sachant, ou ne pouvant, prendre le match à son compte, aucune des deux n'étant en harmonie avec l'autre, le résultat a été parfaitement infect. Pour un dernier match de la saison, une réussite totale… Vous comprendrez donc que je ne m'étende pas dessus. Kaitlyn obtient le tombé, mais Vickie interrompt la célébration, nouvelle petite brimade gratuite: Dolph Ziggler s'annonce, et vient présenter son rookie.

 

Jacob Novak a une liste d'échecs sur le chemin du titre FCW aussi impressionnante que la consommation quotidienne d'herbe d'Axl. Quant à sa gimmick, c'est le heel arrogant de base, vaguement élégant, un genre de Curt Hawkins croisé avec Wade Barrett (et beaucoup de lubrifiant).

 

« Hein? Quoi? Il reste deux rookies à présenter et on est déjà au moment des votes? Dépêchez-vous les gars, on va les coller à toute vitesse! » (cette incursion dans l'esprit des créatifs de NXT vous était offerte par lecharentais Airlines, merci à vous de nous avoir choisis).

 

 

Tu sais qu'en prison, tu serais mon esclave?

 

 

Daniel Bryan, promu pro, vient à son tour annoncer un rookie. La boucle est bouclée, pourrait-on dire, mais quand on voit, pour y revenir, les sorts comparés de Kaval et de Bryan, on voit bien que l'un des deux ne vient pas de la TNA: un titre, Pro à NXT… Et son poulain est  Derek Bateman. Il a donc remporté le FCW Tag avec Johnny Curtis, et son profil semble en faire un Sheffield: la montagne de muscles, pas tout à fait transcendante au micro.

 

Striker est à présent avec les recalées, y compris Jamie, virée de la WWE il y a peu, pour la question fatidique dont tout le monde se cogne: qui doit gagner? Deux voix pour Naomi, une pour Kaitlyn (venue d'AJ, dont on apprend qu'elle est sa BFE, comme c'est fascinant). Aksana vote pour elle-même, demande à Striker s'il est célibataire, bref, du grand n'importe quoi, certes, mais de l'Est.

 

Il reste un pro. Mais quel pro. La essencia de la Testicula. La plus grande paire au nord du Rio Grande, et même au sud. Le McOcee de la WWE (en moins velu): Alberrrrrrrrrrrrrrrrto del Riiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiio! D'ores et déjà, bien du plaisir au rookie de Dos Caras Jr, qui va peiner pour exister. Et qui est-il, d'ailleurs ce rookie? Il s'agit de Conor O'Brian. Son parcours est assez atypique: il a catché au Guam et en Corée, il est reconnu pour un style très hardcore, et il est déjà passé par la WWE autrefois, avant que des soucis familiaux le contraignent à prendre une semi-retraite.

 

 

Moi, Alberto del Rio, j'ai deux grosses burnes: une qui s'appelle Ricardo, et l'autre Conor.

 

 

Maintenant que nous connaissons tous les rookies, et pour moi aussi faire durer le « suspense », restons un peu sur la saison 4. Premier constat: pas de « superstar » parmi les rookies. Ni Bryan, ni Kaval, ni AJ, rien de ce genre. Beaucoup pensaient que la saison 4 servirait de tremplin pour Tyler Black, ancienne gloire de la ROH (et de la TNA, CQFD), arrivé il y a peu à la FCW sous le nom de Seth Rollins. Fera-t-il partie d'un éventuel futur Tough Enough, difficile à dire.

 

Ensuite, une question: quel sera le positionnement de la WWE? Après une saison passée à dénigrer le produit, il est vrai laissé à ces êtres inférieurs quoique hautement divertissants, c'est-à-dire les femmes, NXT va-t-il rester un vaste foutoir avec Cole et Matthews en roue libre? Ou, revenu aux lutteurs masculins, le show va-t-il redevenir raisonnablement sérieux (si l'on peut dire)? La question reste entière car dans la seconde hypothèse, il est impossible, à mon sens, de construire une Superstar avec dans sa besace un handicap pareil.

 

Enfin, les recalés de ce futur NXT serviront-ils à grossir les rangs du Nexus, ce qui est quand même l'utilité première de NXT ces derniers temps?

 

Quoi qu'il en soit, voici venu le temps de voir proclamée la gagnante: Kaitlyn! Sans surprise, donc: bonne storyline, et elle a bien davantage que Naomi besoin d'un coup de turbo.

 

Naomi parle de sa sensation douce-amère, Kaitlyn remercie tout le monde y compris Vickie, qui pourtant fait sa tête des bons soirs, puis tente de lancer un « You suck Aksana » sans aucun succès, avant de se mettre à pleurer, n'en jetez plus!

 

 

Hep, le technicien? EXCUSE ME? Are you single? Une roulure va me gauler mon mec.

 

 

Je serais bien en peine pour conclure sur cette saison… Malgré son côté grotesque, voire pathétique, force est d'admettre qu'elle a révélé deux grandes championnes en puissance, et mis en place une storyline distrayante à défaut d'être original. Mais le mépris total affiché par la Fédération pour le show, et donc indirectement pour ses suiveurs, en particulier ceux qui auraient espéré un peu plus de catch, vient ternir un tableau qui aurait pu, sans cela, être bien meilleur. J'espérais vraiment que ce show pourrait être le précurseur d'un retour au premier plan des Divas, mais je crains qu'il n'en soit rien: de plus en plus, elles ne sont plus que des escort-girls, ou des enjeux entre mâles dominants. Dommage.

 

La semaine prochaine, enfin débarrassé de mes deux boulets, j'aurai le plaisir, que dis-je, VOUS aurez le plaisir de me retrouver, moi le Tuesday Night Delight, pour cette saison 4 de NXT. Et peut-être que j'aurai la délirante clémence, à l'occasion, de laisser quelques lignes à mon Rookie, Dauntless, pour qu'il bosse un peu. Il faut tout leur apprendre, à ces jeunes.

 

 

N'est-ce pas Daunt? Brave petite.

 

 

PS: allez, je brise le kayfabe, merci à Kovax et TDS pour cette feud qui aura sans doute plus fait pour le succès de cette review que la qualité du show. Nice job pals!

 

 

Allez, on leur dit maintenant, que la feud était kayfabe?

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut