Catch

Les Tag Teams à l’ honneur

No, I won't shed a tear
Just as long as you stand
Stand by me

Ben E. King, Stand by Me

 

Après la période de Final Battle (ou avant, le cours du temps ayant une façon un peu particulière de se dérouler à la ROH), l'Ursidé Volant revient avec sa grâce coutumière sur les deux derniers épisodes de la plus grosse fédération indy d'Amérique. Le tout dans un épisode mettant largement en valeur les tag teams.

 

 

Les Tag Teams ROH ?

Tu peux pas test' !

 

 

Nalyse ROH du 10 et du 17 janvier

 

 

Bonjour et bienvenue à toutes et tous à la Panda Announce Table pour cette nouvelle nalyse ROH portant sur les deux derniers shows. Au menu: sept combats dont deux par équipes et un féminin, ainsi que deux  catcheurs faisant leurs débuts et une annonce tant attendue qui faisait frétiller d'avance.

 

 

Quand je disais "frétiller" c'était pas

de ça que je parlais.

 

 

Etant donné que j'ai basé le titre de la nalyse sur les Tag Teams, on va d'abord parler de ça. On va donc commencer avec le match entre Adam Cole et Kyle O'Reilly qui squashèrent Mike Posey et Corey Holis.

 

Les deux jeunes en slips verts et blancs  sont vraiment deux très bons espoirs. Ils avaient déjà fait une bonne performance à Final Battle contre les All Night Express malgré la défaite. Et ils furent encore impressionnant ce soir-là en dominant complètement leurs adversaires.  Les fans de high-flying peuvent être comblés avec eux.

 

 

En revanche pour le look on repassera.

 

 

Je n'aime pas les comparaisons foireuses mais ils ressemblent quelque peu aux Motor City Machine Guns. Comme eux, ils ont un style assez nerveux et aggressif. Aussi ils aiment bien faire des combinaisons rapides se finissant par un dropkick. De plus, ils travaillent beaucoup ensemble, multipliant les tags et ils dégagent une énergie intense dans le ring. Ce qui rend leurs matchs très attractifs et assez spectaculaires. J'en veux pour exemple qu'ils n'hésitent pas à se jeter littéralement sur leurs opposants à l'extérieur du ring  après les y avoir envoyés.
 

 

Et Bim !

 

 

Autre match, autre squash, avec les Briscoe Brothers qui massacrèrent The Elite (Ted McNaler & Adam Revolver) qui n'eut d'Elite que le nom pour le coup.

 

 

Mais on a des slips violets super classe !

 

 

Les Briscoes furent vraiment en forme et se baladèrent sur le ring. Après avoir joué avec leurs adversaires, les frères obtinrent la victoire avec le Doomsday (un des Briscoe tient l'opposant sur ses épaules pendant que l'autre lui saute dessus depuis la troisième corde).


Victoire logique donc, vu qu'il s'agit d'une des meilleures équipes de la fédération. Et ils ne purent s'empêcher d'intervenir lorsque plus tard, Jim Cornette introduisit Shelton Benjamin et Charlie Haas qui se présentent comme la World Greatest Tag Team depuis quelques temps déjà. Les Briscoe défièrent alors la WGTT après avoir soutenu le fait que si cette appelation se justifiait pour "l'autre show du lundi soir"  (comprenez Raw) comme le dit l'un des deux frères, ici à la ROH, la division tag-team est quelque peu plus performante. Et on ne peut guère leur donner tort.

 

 

Cela dit, ils ne sont pas touchés

par la grâce pour autant.

 


Cornette annonça ensuite un match entre les deux équipes pour déterminer le prétendant au titre par équipes. Ce match aura lieu le 26 Février lors du PPV 9th Anniversary. Autant dire que cette affiche enverra du lourd. Haas et Benjamin font toujours plaisir à voir sur un ring et les Briscoes sont l'équipe en forme du moment.

 

Et inutile de dire que la possibilité de devenir challenger pour les ceintures par équipes peut servir de motivation suplémentaire. Surtout que les Briscoes ont battu les champions King of Wrestling  il y a un mois.

 

 

Ouais mais attend mec, ils avaient

leur vieux avec eux.

 

 

Les champions justement, ont les retrouva lors d'une promo avec leurs challengers, Rhett Titus et Kenny King des All Night Express, ainsi que l'inusable Jim Cornette.

 

Le manager des champions par équipes Hagadorn affirma que les KOW sont la meilleure équipe car ils ont battu tout le monde à la ROH. Ce qui n'est pas entièrement faux: Chris Hero et Claudio Castagnoli détiennent les ceintures depuis près de trois cent jours (pour onze défenses) ce qui est un record à la ROH.

 

Cependant Cornett mit un bémol à cette affirmation, car les ANE n'ont pas encore affrontés les KOW et donc n'ont pû tenter leur chance.

 

 

Ben oui quoi !

 


On est dans le cadre classique où les champions prennent un peu de haut leurs opposants en soulignant leur inexpérience pour les matchs à enjeu. Les KOW sont dangereux car ils ont défendu leurs titres n'importe où alors que les ANE sont encore de jeunes loups, aux dents longues certes, mais jeunes et donc inexpérimentés.

 

Quoiqu'il en soit, il s'agit là encore d'un bel affrontement en perspective, qui aura lieu à 9th Anniversary, entre les champions sûrs de leur force et les jeunes ambitieux.

 

 

Allez les gars. Si on se faisait

un barbecue en attendant ?

 


La division tag team est donc au beau fixe. Des équipes solides et ambitieuses, des jeunes talentueux et des matchs à venir plus qu'intéressant. Forcément ça change un peu de Kozlov et Santino.

 

En parlant de Santino, évoquons le cas Mike Bennett. Après quelques apparitions dans le public et deux-trois vidéos où le prodigy (rigolez pas, c'est comme ça qu'il se surnomme) annonça son arrivée prochaine, le protégé de Brutal Bob (le vieux pervers avec son cigard) débuta enfin.

 

 

Nan mais franchement il m'inquiète

de plus en plus ce Brutal Bob.

 

 

Son adversaire, Nick Dinsmore, ne vous dit peut-être rien, mais si je vous dit qu'il s'agit de l'ancien Eugene, ça vous parlera peut-être. Mais si! Eugene, le Bozo du catch qui faisait des People Elbow et qui fut champion Tag-Team avec William Regal. Ce même Eugene qui fut renvoyé de la WWE une première fois en 2007 a cause d'un contrôle anti-dopage positif (oui vous avez bien lu), puis une seconde en 2009.

 

 

Là. Vous le remettez maintenant ?

 


Le-voici donc à la ROH sous son vrai nom et dans une gimmick moins fantaisiste. Fini le côté clown, on passe aux choses sérieuses. Et il faut avouer que l'ex-comique en a sous la pédale. Citons quelques projections et un Fisherman Suplex bien exécuté qui faillit lui apporter la victoire.

 

Il montra ainsi plusieurs choses intéressantes.  Beaucoup plus en  tous cas que son pédant adversaire qui ne fit rien de particulier. Mis à part le spinebuster finale qui lui donna la victoire après que Dinsmore se soit retrouvé le pied bloqué dans les cordes.

 

 

Bon, il a encore un petit côté Eugene, je vous l'accorde.

 


En somme un petit opener sympa (celui du 10 janvier), bien que décevant en regard de tout ce qu'on nous avait annoncé concernant le si talentueux Mike Bennett.
 

De l'opener du 10 Janvier, passons au main event de ce même show avec non-title match entre Colt Cabana et le champion ROH Roderick Strong, toujours accompagné par son mentor Truth Martini.

 

Je ne sais toujours pas s'il détient vraiment la Vérité ni s'il boit du Martini (encore que quand on voit on visage rougeaud, on peut s'en douter), mais il faut avouer qu'il ajoute de temps en temps un petit quelque chose de comique. Son look polnareffien peut faire sourire certaines tout comme ses larges sourires quand il ouvre la bouche comme une baleine.

 

 

J'ai un sourire de baleine moi ?

Viens m'le dire en face !


Ici, il se distinga en tendant un message à l'annonceur, car insatisfait du travail de celui-ci. L'annonceur lut alors le mot écrit qui annonçait Martini en des termes assez élogieux. Ce qui provoqua l'intervention de Cabana qui prit le message des mains de l'annonceur avant de tourner Truth en ridicule.

 

 

Ça y est les gars. On tient notre animateur

pour Question pour un Champion special catch.

 


Petit segment comique donc, fourni par l'amuseur traditionel de la ROH qui permit d'attaquer ce match dans de bonnes dispositions. Au passage "Boom boom" récupéra une nouvelle fois une bonne pop, qui réveilla une foule quelque peu endormie.


Cabana est vraiment la star de la ROH. C'est plus qu'un simple amuseur de foule, car au delà de tourner en dérision son adversaire et de jouer avec le public, il détient un vrai talent. Ce serait sympa un jour de le revoir à la WWE en tag-team avec CM Punk, en train de mettre le show sans-dessus dessous. Un peu à la The Acolytes ou à la Edge and Christian.

 

 

Surtout que les autres refusent de

lui fairent le tag.

 

 

Strong l'emporta sur une série de superkick menant au Sick Kick final (un running single leg  dropkick si vous préférez) mais il lui fallut une bonne douzaine de minutes pour se défaire de son adversaire.
 

 

Donne moi ta main. Et prend la mienne.

Mais oui mais oui. Le match est fini.

 

 

Et puisqu'on parle de main event, évoquons rapidement celui du 17. L'affiche consistait en un affrontement entre Christopher Daniels et Chris Hero. Ce match étant pour désigner le challenger pour le titre TV.

 

Je ne vais donc pas trop revenir dessus. Pourquoi? Et bien je vous rappelle qu'on sait depuis Final Battle que Daniels a récupéré la ceinture, puisqu'on le vit avec lors de son match contre Homicide. Signalons que, à l'inverse de Shane Hagadorn et Sara Del Rey, Claudio Castagnoli ne fut pas présent.


Le Fallen Angel remporta donc le match, malgré les distractions de la Queen of Wrestling et d'Hagadorn. Hero tenta bien d'en finir en s'armant d'une coudière en metal mais rien n'y fit.

 

 

Pour casser la coque de l'oeuf, une cuillère

c'est mieux que le poing de l'arbitre.

 

 

J'ai déjà souligné le botch temporel au cours de ma précédente nalyse donc je n'y reviendrai pas. Mais c'est amusant de constater que la ROH continue de faire comme si personne n'avait remarqué que Daniels avait la ceinture TV à Final Battle.

 

Parlons enfin du dernier match, à savoir un combat féminin avec deux demoiselles issues de la SHIMMER, lé fédération 100% féminine qui prète ses catcheuses à la ROH de temps en temps.

 

On retrouve ainsi la petite Dayzee Haze, qui cette fois affronte l'ancienne championne de la SHIMMER MsChif (qui détint la ceinture pendant près de 2 ans!)

 

 

McOcee, quand elle n'a pas eu son café du matin.

Allégorie…

 


En plus d'hurler plus fort que son adversaire (ce qui est une performance) MsChif remporta le combat suite à un Desecrator (une variante du DDT assez impressionnante).

 

Comme dit lors de précédentes nalyses sur la ROH, un match féminin de la Ring Of Honor vaut tous les meilleures matchs féminins en Mainstream. Ce fut encore confirmé, et fun de voir la petite Dayzee faire une german suplex sur une adversaire qui la dépasse bien d'une tête. Malheureusement, on n'eut pas le droit à une Hurricanrana car MsChif la contra avant de détruire son opposante avec un Running Knee qui finit contre le turnbuckle.

 

 

Le Body painting, c'est plus ce que c'était.

 

Après le match, Hayze voulut serrer la main de son adversaire mais elle se prit un vent. Toute colère, elle voulut obtenir quelques explications de la fan de St Etienne (ben quoi? elle est toute vêtue de vert, je ne sais pas ce qu'il vous faut) mais elle ne récolta qu'un  brouillard verdâtre aveuglant.


Sympa.

 

 

SaRaH Gatinah après une soirée en boite un peu trop arrosée.

Allégorie…

 

Deux petits shows biens sympatiques donc. L'avantage avec les shows ROH, c'est qu'ils durent moins d'une heure, donc ça se regarde assez facilement. Certains regretteront l'absence de néons, mais je rétorquerai qu'on ne peut pas tout avoir dans la vie.

 

J'en profite au passage pour vous confier une petite news au cas où certains ne seraient pas au courant. Le contrat entre la Ring of Honor et HDNet se termine en Avril prochain, mettant ainsi terme à une association qui durait depuis Mars 2009.

 

Signalons juste que la volonté de ne pas renouveler le contrat provient de la ROH elle-même. Espérons que la fédération ait en fait trouvé un diffuseur plus important, parce que sinon, ils l'auront dans le c…

 

 

On se retrouve donc dans une quinzaine

de jours. Et d'ici là, mefiez-vous de tout.

8 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut