Catch

NXT: Houba houba!

Rebondir (verbe du deuxième groupe): faire un ou plusieurs bonds après avoir heurté un obstacle.

Dictionnaire Petit Robert 2011

 

Ainsi que pronostiqué par le sémillant charentais la semaine dernière, NXT renaît une nouvelle fois de ses cendres… Comme à chaque fois qu'une élimination clôture le show hebdomadaire. C'est donc avec l'excitation d'un chihuahua qui découvre sa première jambe droite qu'il nous livre son ressenti hebdomadaire!

 

 

Mes pectoraux n'ont pas besoin d'heurter un obstacle pour rebondir!

 

 

Nalyse de NXT du 18 janvier

 

 

La semaine dernière, le spectacle fourni par NXT avait rappelé d'entre les morts la médiocrité coutumière des saisons passées. Je ne referai pas le détail de cette grande déception, mais il était évident que la barre devait être redressée sans délai. Ainsi qu'il est de coutume chaque semaine à enjeu fait l'objet d'un traitement tout à fait différent parce que beaucoup plus soigné, et même si tout ne fut pas parfait, il faut admettre que le show de cette semaine aura été singulièrement plus réjouissant, d'où cette métaphore du Marsupilami que les plus fins lettrés d'entre vous auront saisie.

 

Première étape, avant d'entrer dans le vif du sujet: pour parfaitement jouer le jeu, je tiens à ce que vous sachiez que ce paragraphe a été rédigé avant que je prenne connaissance du show, puis habilement introduit dans sa structure. Comme évoqué quelques lignes plus haut, cette semaine était celle de l'élimination, il s'agit donc de prendre les rookies un par un puis de tâcher de voir qui sera la victime du soir.

 

  • Brodus Clay: clairement la star du show, et même s'il est notoire que les stars désignées ne gagnent pas, il semble qu'il soit trop tard pour qu'il quitte NXT.

  •  

  • Derrick Bateman: son cas est un peu plus délicat: le duo qu'il forme avec Bryan ressuscite les grands duos comiques américains, avec l'imperturbable et le cinglé. Seulement, c'est méconnaitre ses qualités inring, et l'on peut craindre que la WWE ne commette une erreur dans l'utilisation de ce Rookie. Toutefois, il ne paraît pas destiné à prendre la porte.

  •  

  • Byron Saxton: inutile d'en rajouter sur la médiocrité de son niveau, mais il n'en demeure pas moins que le virer reviendrait à virer le rookie de Dolph pour la seconde fois consécutive, ce qui ne serait pas bon pour le booking du gigolo.

  •  

  • Johnny Curtis est souvent décrié dans vos commentaires, dans lesquels vous lui reprochez un manque flagrant de charisme. J'objecterai que c'est un bon soldat de la WWE, que son niveau inring est très satisfaisant, et qu'il ne faut pas oublier qu'il a été booké très fort pendant certaines épreuves physiques.

  •  

  • – Vous l'aurez compris, mon éliminé de la semaine sera Conor O'Brian: il a une gimmick, indiscutablement, mais intenable sur le long terme, et il faudra bien que sa rivalité avec Ricardo Rodriguez s'achève d'une manière ou d'une autre, or NXT a d'autres chats à fouetter. Par ailleurs, même si son catch colle parfaitement à son totem du rat, je doute que le public suive, à terme.

  •  

  •  

  • Skwik skwigur skwikik!

 

 

L'une des constantes de cette saison aura été la place donnée aux rapports entre les Rookies et leurs Pros. Non pas qu'elle n'ait jamais existé auparavant dans NXT (il suffit de se rappeler Bryan/Miz ou Vickie/Kaitlyn), mais elle semble, plus que jamais, au coeur du show pour cette saison 4: Bryan et Bateman, Dolph et son changement de rookie, Maryse et Ted qui se déchirent autour de Brodus, et Conor O'Brian qui entretient les relations les plus houleuses avec l'annonceur de son Pro, Ricardo Rodriguez.

 

C'est précisément cette rivalité qui sera au cœur d'un match programmé ce soir: la semaine dernière, RR manigançait de se ddddébarrasser de cet encombrant rival, faisant de Rodriguez une espèce de Smithers désireux de séduire son Montgomery Burns de patron. Ce soir, donc, O'Brien tombait dans un piège tendu par l'odieux Mexicain en suivant une trace de fromage (authentique), les deux hommes en venaient aux mains, et Del Rio interrompait le combat en suggérant qu'ils en finissent… dans le ring.

 

 

Raussrez-vous, il n'y a eu qu'une seule victime: le bon goût.

 

 

Deux aspects m'ont laissé un peu perplexe dans ce segment: le piège (qui établit donc pour de bon qu'O'Brian est un rat géant, ce qui a dû beaucoup amuser les enfants, mais pas le trentenaire qu'est votre humble serviteur) et l'intervention de Del Rio, qui propose à ses sbires de régler le problème honorablement: ça me pose toujours un problème, en terme de narration, qu'un personnage qui n'a pas un échantillon de produit sur lui vienne en vendre, le produit étant ici l'honneur. Il n'empêche que, au moins, la feud se poursuivait et prenait de la consistance, et on allait donc voir RR dans le ring.

 

Comme on peut s'en douter, le match a été assez médiocre, d'un point de vue technique: de par sa gimmick, O'Brian ne peut pas porter un match sur ses épaules, et il va sans dire que RR en était encore moins capable. Mais les bookers ont eu la sagesse d'en faire un pur « comedy match », et contre toute attente le produit final fut plutôt réjouissant: Rodriguez s'est annoncé lui-même, a évidemment subi pendant l'essentiel du match, survendant à l'extrême chaque impact comme peut le faire un Santino, avant qu'à l'issue d'une esquive astucieuse de Rodriguez, O'Brian n'aille expédier un coup de boule dans le turnbuckle, s'assommant tout seul, et s'exposant au splash victorieux de RR… Une victoire de RR, donc, sous les yeux d'un pro amusé. A posteriori, le match était même plutôt bon: dans un affrontement comme celui-ci, il serait grotesque d'attendre un niveau élevé; le prendre donc comme un pur moment amusant, avec toutefois quelques moves sympathiques d'un O'Brian agressif au possible, était la seule bonne option, et un calcul judicieux de la part de la WWE.

 

Autre segment mettant en rapport un Rookie et son Pro, mais moins heureux cette fois, avec Curtis qui s'est mis à danser devant son Pro R-Truth: mal amené, assez grotesque, le segment n'avait manifestement pour seul but que de montrer les deux catcheurs, qui n'étaient pas sur le ring ce soir.

 

En revanche, NXT a continué à poser les jalons de la relation tendue qu'entretiennent Brodus Clay et ses Pros. En coulisse, juste avant le match entre Clay et son Pro DiBiase face à Bateman et Bryan, Clay annonçait d'avance une écrasante victoire… à peu près aussi écrasante que celle que DiBiase aurait pu obtenir la semaine passée si son rookie était venu l'aider, devait répliquer DiBiase. Grosse tension entre les deux hommes, donc, mais qui se conclut à l'avantage du Pro lorsqu'il intime l'ordre à son rookie d'écouter davantage, et que celui-ci semble faire amende honorable. Quant au rôle de Maryse… quel rôle? On entend parfois dire que Maryse ne pense à peu près qu'à elle, dans le travail, en tous cas c'est clairement ce que son rôle actuel semble démontrer…

 

 

Ca, les progrès de la chirurgie esthétique et la place fondamentale de l'éternel féminin à la WWE.

 

 

Le match, d'ailleurs, fut comme on pouvait s'y attendre tout à fait remarquable, avec pour commencer un rappel, fait par les commentateurs: Bryan n'a jamais gagné un match à NXT! Vérification faite, c'est absolument exact, et cela donnait un enjeu supplémentaire à un match qui n'en manquait pas. Ainsi, Bryan faisait comme à son habitude un excellent match, Clay se montrant réellement dangereux à de nombreuses reprises, et Bateman livrant lui aussi une prestation notable, avec notamment un temps fort à la fin, mais je vais y revenir: Clay faisait donc mieux que résister sous les assauts de Bryan, rendant à l'occasion quelques coups qui font que l'on est vraiment ravi d'être dans son fauteuil plutôt que sur un ring, le tout sous les hurlements de son Pro. Ce qui devait arriver arriva, alors que DiBiase voulait faire le tag, Clay quittait benoitement le ring, laissant son Pro entre les mains de Bateman, qui enchainait dropkicks et cordes à linge, faisant finalement le tombé.

 

A l'heure du bilan de ce match, qu'avons-nous? D'abord, Bryan qui remporte une première victoire avec la manière, avec son chien fou de Rookie qui fait des progrès spectaculaires sous sa férule. Ensuite, Clay et Bateman qui ont tous les deux, contre les Pros ou entre eux, livré une prestation de premier choix, avec notamment un Suplex de Clay absolument magnifique. Enfin, la feud entre Clay et DiBiase qui se repait de ces nouveaux rebondissements. A une époque, les Pros de NXT emmenaient leurs rookies au bord du ring dans les autres shows pour décorer. Ce n'est plus le cas, mais en compensation leurs rapports sont bien davantage creusés, et ce n'est pas un mal, loin s'en faut.

 

En revanche, j'aurai encore un commentaire amer pour DiBiase, qui subit donc le tombé de la part d'un Rookie, et même dans de telles circonstances, c'est très très préoccupant pour sa place dans le roster. Oh, certes, il n'a eu de cesse que de décevoir les attentes des quelques fans qui voulaient bien en placer en lui, mais sa chute depuis la fin de Legacy semble ne jamais devoir s'arrêter…

 

 

– Tu sers vraiment à rien Maryse, bordel! T'aurais pu m'aider!

– Mais…

– Ta gueule, connasse!

 

 

Le dernier match que j'évoquerai, mais le premier de la soirée, opposait Saxton à son ancien Pro, Masters. Leurs rapports étaient fort difficiles à l'époque, et il est bienvenu, là encore, que ce contentieux se règle sur le ring, car l'objectif était double. Mine de rien, Masters est sûrement l'un des catcheurs les plus sous-évalués de la WWE: sans atteindre des sommets, son niveau devrait lui permettre d'être un peu plus haut dans la carte, et ce ne sont pas ses matchs récents, tous excellents, qui pourront me démentir. Un peu Big Man, un peu technicien adepte de la soumission, Masters a un vrai potentiel, et encore l'âge pour en profiter.

 

 

Voici les images de la prochaine gimmick de Masters.

 

 

En face, Saxton est parti de si bas que le moindre progrès apparaitra comme cosmique. Le match a tout à fait rempli ces deux objectifs: si Masters a dominé les débats sans difficulté, et bien entendu remporté le match, Saxton a clairement étoffé son moveset, gagné un peu en épaisseur dans le ring, et surtout, les deux catcheurs ont montré une certaine « intelligence catchesque », pour inventer un terme. En effet, avec Masters, le risque était réel que le match ait beaucoup de temps morts, comme souvent dans les matchs mettant en scène un champion de la soumission. Il n'était pas certain que Saxton saurait redonner du tempo au match quand il en aurait l'occasion. Et pourtant, les deux hommes ont bien accordé leurs violons, et leur match, sans être digne de figurer au panthéon du catch moderne, a été aussi rafraichissant que bien mené, et je vous invite à jeter un œil à ce que NXT peut donner quand le concept est suivi avec méthode: un Pro talentueux, et un Rookie en plein progrès, qui se donnent au maximum dans le ring. Disons que le tag-team match de la soirée méritait les honneurs, celui-ci mérite les accessits.

 

« Mais alors, vous demandez-vous, il n'y a pas eu d'épreuve cette semaine? Il va encore l'évacuer avec pertes et fracas en l'inondant d'un mépris total? Alors que ces épreuves m'inspirent autant de plaisir que les diffusions d'Intervilles que je ne rate jamais (ce dernier commentaire étant réservé à Kovax)? ».

 

 

A y est, je me suis télépathiquement branché sur l'esprit de mon pro, mais il ne pense que "What's up!"…

 

 

Bien sûr, il y a eu une épreuve. Une seule, d'ailleurs, ce qui n'est pas plus mal, et en tout début de show qui plus est, ce qui limitait la casse si elle était nulle. Elle n'était pas physique, mais valait quand même 4 points. Nous dirons que puisqu'elle mettait en jeu les rapports entre le Pro et son Rookie, et que les deux obtiendront un Tag Team Match pour le titre, c'est plutôt pertinent. En étant plus mesquin, on peut aussi dire qu'on adapte les barèmes pour être sûr de faire gagner celui que l'on veut faire gagner, et l'immuniser aussitôt.

 

Et attention, l'épreuve fut bonne. Et même drôle parfois. Elle consistait, selon le modèle vu et revu, pour le Pro a écrire une réponse à une question, ou la fin d'une phrase, et le Rookie devait deviner ce qu'avait inscrit son Pro. Classique dans la forme, il était perceptible qu'avec Saxton, Clay ou Bateman, il y aurait quelques morceaux de bravoure.

 

Premier point: les réponses de Bryan et Bateman. Toujours rigoureusement identiques et totalement délirantes, comme si les deux devaient devenir, à terme, un duo comique à la Pierre Richard et Depardieu. Ainsi donc, Bryan trouve que son Rookie est Tulsa Oklahoma, qu'il ferait une bonne carrière à la Steve Blackman (les amateurs apprécieront), et qu'il devrait s'améliorer à propos des filles et de l'Amérique. Si vous pensez que cela ne veut rien dire, vous avez parfaitement raison, mais le côté « tricherie assumée » de l'épreuve, couplé à l'espèce de folie contagieuse de Bateman a rendu l'ensemble tellement surréaliste que cela finissait par être drôle.

 

Pousser le mimétisme jusque dans les gestes, c'est très fort.

 

 

Les autres candidats ont été plus sérieux et plus appliqués, malgré quelques dérapages. Ainsi, quand Dolph a vu son Rookie pour la première fois, il a pensé qu'il était Carlton du Prince de Bel-Air (et j'avoue que cette image m'a hanté toute la soirée, je voyais Saxton danser sur Tom Jones), O'Brian et Del Rio ont systématiquement fourni des réponses autour du rat ou du talent et de la destinée de Del Rio. Dans le sens inverse, Clay et DiBiase ont livré des réponses assez amères, parfois sèches, Curtis a stigmatisé lui-même son manque de charisme, ce qui est assez rare pour être souligné, et prouve que la WWE sait très bien ce qu'elle fait.

 

Enfin, last but not least, le show s'achevait donc sur une élimination, et conformément aux calculs, c'est O'Brian qui quittait l'aventure. Évidemment, Rodriguez ne manquait pas de venir appuyer sur la plaie, le Rat chassant immédiatement l'importun, avant d'affirmer que tout le public puait et de se glisser sous le ring. Il y a donc un énorme rat sous le ring, on le saura.

 

 

Cet organisateur de combats d'animaux a une idée pour le prochain adversaire de l'Invincible Chihuahua.

 

 

Signe que la WWE ne se trompe tout de même que peu, l'élimination d'O'Brian, si elle était prévisible, est tout de même regrettable, comme aurait pu l'être celle d'à peu près chacun des Rookies, signe que le roster est homogène qualitativement. A cet égard, après avoir été parfois si déçu, et pas plus tard que la semaine dernière, il est plus que plaisant de pouvoir accorder un bon point, et même un très bon point, à NXT pour ce show rythmé, riche en catch et en construction de background et, pour ne rien vous cacher, j'attends la semaine prochaine avec une certaine impatience!

 

 

i Es la essencia de excellencia ! i Es un

hombre de valor y de honor !

i El Charrrrrrrrrentes!

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut