Catch

The begin re-begins

Please don't cry
One tear for me
I'm not afraid of
What I have to say
This is my one and
Only voice
So listen close, it's
Only for today

Shinedown, Second Chance

 

A l'approche de Tough Enough, et la WWE ayant eu de gros soucis pour mettre en route la Saison 5 telle qu'elle l'espérait (sans que l'on sache d'ailleurs exactement à quoi elle pensait), la rumeur courait depuis quelques temps: cette Saison 5 allait être un bouche-trou. A-t-elle pour autant pris soin d'assurer, dans la continuité de la Saison 4? C'est la question que se pose lecharentais aujourd'hui.

 

 

My name is… Chavo Guerrero!

But you already know that!

Pourquoi ça marcherait pas avec moi?

 

 

Nalyse de NXT du 8 mars

 

 

Je dis non. D'entrée, paf, comme ça. Non. Après une saison 4 vraiment intéressante, ayant révélé nombre de talents dont on peut espérer qu'ils aient un avenir dans la Fédération, la Saison 5 n'avait pas le droit de partir sur des bases branlantes. Et pourtant, c'est non sans horreur que ce mardi nous découvrions le roster de cette saison 5, censée faire le lien entre le Saison 4 et la Saison 6 et surtout limiter la casse au moment du lancement de Tough Enough. Faire le lien à tel point d'ailleurs que le gagnant de cette Saison 5 aura le plaisir et le privilège de faire partie… de la Saison 6. « Bien joué mon gars, vous revenez en seconde semaine »… Il a souvent été évoqué, dans ces colonnes, de quelle manière les « gains » de NXT avaient été foulés aux pieds par la suite, mais celui-ci ressemble totalement à un immense foutage de gueule.

 

Ce roster, donc, quel est-il? Et bien, tout simplement, il se compose de recalés des saisons précédentes. Oui, je sais, ça a l'air complétement con écrit comme ça, et d'ailleurs, étonnant, ça l'est. S'ils ont perdu (en particulier certains), ce n'est sans doute pas pour rien. Et cette émission aura été l'occasion de voir pourquoi certains avaient perdu… Mais aussi, soyons parfaitement honnêtes, de rappeler à notre bon souvenir d'autres qui ont laissé passer leur chance. Passé donc le mouvement d'humeur vif qui me saisissait à l'annonce de ce roster, qui me conduisit à descendre plusieurs packs de Foster (oui, j'ai des goûts de camionneur australien) plutôt que d'éviscérer la peluche de Randy Orton trônant sur mon bureau, passé donc ce mouvement d'humeur, il convenait quand même de faire montre d'une curiosité minime pour voir comment la WWE allait s'en sortir.

 

Évacuons tout de suite les nouvelles règles: plus d'immunité, mais des points de rédemption, qui permettront lors de l'élimination de départager d'éventuels ex-aequo. Bon, donc ça, on sait déjà que ça servira. Redemption, d'ailleurs, c'est le sous-titre de cette Saison, si avec on n'a toujours pas compris que ça allait servir…

 

Par ailleurs, un nouveau commentateur fera ses débuts aux côtés de Todd Grisham, et il s'agit de William Regal, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, tant l'Anglais n'est pas avare de bons mots.

 

 

– Ca vous dirait de m'accompagner sous la douche, là-bas?

– Huhuhu…

 

 

Plus consternant, Maryse devient le guest-host de l'émission. Je passe, sinon je vais encore être désagréable. Heureusement, ils m'ont laissé mon Striker (oui, il est à moi), c'est une consolation.

 

Des recalés? Bigre! Qui allait-on avoir? De la Saison 1, pas grand monde, puisque tous ont intégré le Nexus ou fait carrière ensuite de leur côté… Ah si, tiens, Darren Young, résident de Raw abonné à Superstars, qui fait donc un magnifique saut en arrière, avec au passage un grand tour de faux-cul de la WWE qui l'a retiré en douce du roster du show du lundi, mais aussi une tignasse tondue, sans doute pour ressembler encore davantage au Marine. Autant dire que s'il ne gagne pas, il peut aller chercher du boulot à la TNA. Il hérite comme Pro d'un Chavo sous acide, ravi de son rôle et au bord du face-turn…

 

 

Et puis lui, au moins, n'a pas de t-shirt violet

 

 

La Saison 2 maintenant: excluons évidemment le laquais du Miz, et les deux molosses du New Nexus. Il reste donc Percy Watson, qui ne fera pas partie de l'aventure, sans doute du fait de l'éclosion de Byron Saxton. Eli Cottonwood non plus ne sera pas de la partie, et c'est regrettable, tant j'avais trouvé son profil intéressant lors de la Saison 2. Il reste donc Lucky Cannon, oubliable et oublié, qui revient avec un heel-turn transparent, et… Titus o'Neil. La plus vaste blague de NXT, toutes saisons confondues, qui a droit à une deuxième chance…

 

Lucky Cannon, dorénavant nanti d'un gimmick qu'on dirait issu du Rocky Horror Picture Show, aura Tyson Kidd comme Pro, et Tintin ne cache pas son plaisir de faire partie de l'aventure en tant que meilleur Pro (et étant donné le niveau des autres, il n'en est pas loin). D'ailleurs, j'en profite pour vous annoncer la création d'une pétition « abattons Lucky Cannon à vue ». En plus, en tant que travelo, il fait déjà double emploi avec le Taker.

 

 

No comment.

 

 

Quant à O'Neil, sa seconde chance est pour ainsi dire déjà fichue, puisqu'il aura Hornswoggle comme Pro. Relisez cette dernière phrase et poursuivons. Hornswoggle. Comme Pro. Ce qui veut donc dire qu'O'Neill peut apprendre du nain attardé. Pardon, de la personne de petite taille avec un léger déficit neuronal. De deux choses l'une: ou on décide de faire une Saison de la deuxième chance (et je n'ai rien contre), mais dans ce cas-là on ne colle PAS Horny comme Pro, ou on annonce carrément que ça sera la Saison de la Bourrée auvergnate et de la Budweiser.

 

Bref.

 

O'Neil ne s'y est d'ailleurs pas trompé.

 

 

Saison 3, évidemment personne, c'était celle des Divas, mais après Hornswoggle on aurait pu avoir Aloisia déguisée en homme, qui sait.

 

Saison 4, maintenant. Difficile, elle vient juste de s'achever. On pourrait donc se demander s'il est bien légitime de les remettre tout de suite sous les projecteurs, et la réponse serait plutôt oui: passée cette impression de redite, il faut quand même dire que les bougres avaient du talent, et que c'est toujours mieux pour tirer le niveau vers le haut. Ah, tiens, j'oubliais Jacob Novak… Pas grave, il aura JTG comme Pro, ça vous plombe un homme les YOYOYO. Oublions donc Jacob Novak (c'est un conseil), mais aussi Clay, officiellement devenu bodyguard de Del Rio (pourvu que ce soit une première marche vers la brillante carrière solo qu'il mérite), et Bateman, blessé depuis la fin de la Saison 4. Curtis, même ayant gagné la saison précédente, aurait pu venir réviser ses gammes, mais hélas ce ne sera pas le cas, et ce sont donc Byron Saxton et Connor O'Brian qui compléteront le roster.

 

Byron Saxton aura Yoshi Tatsu comme Pro (ça promet, entre un fort en gueule et un pokemon), et O'Brian recevra les conseils de Kozlov (tout en anglo-russe, là encore, ça promet).

 

 

I demand better redemption!

 

 

Et j'en profite pour avoir un petit mot pour le t-shirt de Saxton, comme la première midinette venue: « back to the Saxton II », sur le modèle de « Back to the Future », c'est la grande classe.

 

Petit récapitulatif, pour ceux qui ne tremblent pas encore d'horreur:

 

Darren Young w/ Chavo Guerrero

Lucky Cannon w/ Tyson Kidd

Titus O'Neil w/ Hornswoggle

Byron Saxton w/ Yoshi Tatsu

Jacob Novak w/ JTG

Conor O'Brian w/ Vladimir Kozlov

 

On notera d'ailleurs un commentaire exquis de Grisham qui note la diversité ethnique représentée à NXT. So charming, darling.

 

Aussi sec, premier match de la soirée, entre Young et Novak, aka le seul mec qui pourrait partir avant O'Neill.

 

Le match était beaucoup trop court, mais ce n'était pas gênant, pour une raison inattendue: Young a fait beaucoup de progrès, notamment lors de matchs intéressants contre Regal, justement, à Superstars (ce que n'a pas manqué de relever l'homme qui a volé la robe de chambre de ma grand-mère). En revanche, Novak est toujours parfaitement et totalement nul. Donc, Young a rapidement placé deux ou trois moves efficaces après avoir subi les « assauts » de son adversaire, lequel n'avait pas besoin de temps pour s'exprimer: pour exprimer QUOI? Victoire facile, qui confirme que Young est favori, aux dépens il est vrai d'un adversaire aux carences criantes.

 

 

Jacob vous m'entendez? Ah merde, il est encore en mort cérébrale.

 

 

Le segment suivant se déroulait en coulisses, et Tatsu s'apprêtait manifestement à déclarer sa flamme à Maryse, lorsque Saxton déboulait pour s'entretenir avec son Pro. Maryse s'éclipsait discrètement, et Tatsu reprochait à son Rookie un timing déficient, le genre de timing qui vous fait rater une ouverture quoi. Le segment était sympathique, en ce qu'il mêlait un peu la comédie de mœurs à l'américaine et un côté un peu décalé qui lui, pour le coup, est typiquement japonais. En revanche, il faudra rappeler à la WWE qu'un Japonais ne déclare pas sa flamme, surtout pas comme ça: tout plutôt que de risquer d'embarrasser l'objet de son désir, donc jamais il n'aurait dû faire ça, surtout quand l'objet du désir en question n'a pas l'air exactement réceptif… Bon, c'est un détail (Spanish, si tu lis cet article, je te salue), mais si la WWE ambitionne de conquérir le marché japonais, il lui faudra être un peu plus précise… Pour en revenir au sujet premier, je me demande un peu comment fonctionnera le duo de Tatsu et Saxton: Byron a vraiment beaucoup d'aisance au micro, et en promo, alors que Tatsu manie encore un anglais très clairement hésitant, et il ne faudrait pas que les limites du Pro pénalisent exagérément un Rookie qui avait laissé une image plutôt positive à l'issue de la Saison 4.

 

Suivait l'habituel tunnel d'auto-promo/rewind/slam of the week/resucée de la veille, et l'on pouvait découvrir la nouvelle vidéo d'O'Brian. Exercice plus intéressant qu'il n'y paraît, dans la mesure où tous ces Rookies ont déjà eu des vidéos à leur gloire, mais celle-ci devait tourner autour de la Rédemption.

 

Or la vidéo d'O'Brian m'a mis assez mal à l'aise. On y voyait un lutteur qui se félicitait de pouvoir être enfin lui-même, sous-entendu débarrassé du gimmick du rat totalement débile et libéré, également, de l'oppressante présence de Del Rio. Il évoquait ensuite son enfance, abandonné par son père, forcé de lutter pour survivre, habitant dans les poubelles, ce qui avait pu inspirer ce fameux gimmick, le tout en pleurant à chaudes larmes. D'une manière générale, je ne suis pas très client lorsque l'on essaie de me vendre de l'émotion à tout prix. Or là, d'une part on ne peut pas savoir si tout cela est vrai ou s'il s'agit d'un montage immonde de la WWE, qui ne recule pas devant grand-chose (remember la mère de Lawler, la promo de Cole et la fin de celle du Miz), et dans tous les cas ça ressemble quand même à une tentative assez impudique d'attirer les suffrages. Je suis sans doute un peu trop glacial, mais ce genre de stratagème a le don de me mettre les nerfs en pelote.

 

 

Je suis super légitime, j'ai déjà sucé trois candidats, calice!

 

 

Avec dans la foulée un nouveau rappel du Raw de la veille durant près de 10 minutes, j'étais carrément en ébullition.

 

Dans ces conditions, je préfère préciser tout de suite que j'accueillais l'annonce de la première épreuve de cette Saison 5 avec la bienveillance d'une tarentule pour un mulot apathique. Quand on annonçait une course d'obstacles «Boot camp », du nom des maisons de redressement pour les délinquants juvéniles, surfant sur le concept de Rédemption avec la délicatesse d'Axl dans un lycée de jeunes filles, je jubilais à l'idée de déverser des torrents d'horreur sur cette épreuve. Mais NXT est décidément une émission pleine de surprises, et pour tout dire j'ai vraiment apprécié cette épreuve. Physique, assez exigeante, elle se concluait comme il se doit par la victoire de Young (d'ailleurs, il faut vraiment être vicieux pour mettre une épreuve physique après un match), et étant donné un format très rapide, était très agréable à suivre. Mention négative, en revanche, à Cannon qui pour faire exister son personnage de heel précieux a refusé de participer, arguant que le public était stupide de croire qu'il le ferait, et que ses victoires lors de NXT Saison 2 ne l'avaient pas sauvé de l'élimination. Il convient alors de rappeler un détail à Cannon: il est très difficile d'être crédible en heel lorsque l'on porte un slip rose et une robe de chambre violette transparente au milieu (je n'invente rien).

 

 

N'insistez pas, j'ai dit "no comment".

 

 

Nouvelle vidéo de promo, pour Saxton, qui ne lui apporte que peu; il est toujours un heel arrogant, mais qui semble avoir pris un peu de plomb dans la cervelle. La Saison 5, saison de la maturité? A voir, mais les deux premières vidéos semblaient aller dans ce sens. Cela dit, cette vidéo met quand même en avant le talent de Saxton en ce que, même en alignant les clichés plus sûrement qu'un discours de la Marine, il arrive à être tout à fait crédible, grâce à sa bonne maitrise du verbe et de l'intonation. Un bon orateur, vraiment, qui ne sera sans doute jamais une immense Superstar, mais mérite largement une place à la table des commentateurs.

 

 

Bordel, un AA, c'est quand même pas compliqué! Tu veux que je te montre?

 

 

Enfin, le show présentait sa seconde affiche: Titus O'Neil contre Lucky Cannon. Et c'est peu dire que d'affirmer que le match a été pénible. D'un côté, O'Neil a une puissance considérable, il est d'ailleurs peut-être le plus athlétique de la Saison comme le relevait Striker, mais il est beaucoup trop statique pour espérer faire vibrer les foules, comme s'il était stressé. Il a néanmoins tenu la dragée haute à un Cannon aussi insipide hors du ring que dessus: on en a vu qui avaient des gimmicks pitoyables mais qui assuraient dans le ring, et c'est très loin d'être le cas avec Cannon. On sent qu'il fait ce qu'il peut pour paraître très très méchant, houlala, mais en dehors de la petite Sally, 4 ans, je doute que la mayonnaise prenne.

 

Quoi qu'il en soit, c'est O'Neil qui l'emporte, suite à une intervention de Horny en deux temps: provocation de Kidd, qui monte sur le ring pour, je cite approximativement, « coller une paire de claques au nabot », et assaut discret sur Cannon pendant que l'arbitre a le dos tourné. Heureusement qu'il y a eu ce passage, qu'on l'apprécie ou pas, sinon ce match n'aurait strictement rien eu à offrir…

 

 

Et hop, fini les nains à la con, à moi la liberté!

 

 

C'est toujours très difficile de juger NXT: par expérience, après trois saisons aux manettes, il est clair que le premier épisode ne donne pas nécessairement le « la » de la suite de la compétition. Du reste, ce numéro n'était pas totalement raté: le segment en coulisses était valable, les vidéos de promo ont un intérêt plus ou moins marqué mais la thématique de la seconde chance est une bonne occasion de montrer son talent au micro, tant il est vrai que l'originalité s'y remarque tout de suite, et Regal aux commentaires est une excellente surprise. Reste le niveau in ring, indigne de catcheurs qui aspirent à atteindre les sommets, surtout après avoir tous bénéficié des conseils de Pros, à l'exception de Young, dont le cas est particulier: s'il venait à perdre, cela reviendrait à dire que la WWE s'est trompée en lui donnant l'occasion de bien figurer à Superstars. Autant dire que la fin de Saison, qui devrait d'ailleurs être assez courte, ne devrait pas recéler une immense surprise, mais sait-on jamais.

 

 

Pour davantage de ressemblance, Young s'est fait greffer deux pastèques.

 

 

Un petit show sympathique, tout de même, et une fois débarrassés de Cannon, Novak et O'Neil, je reste convaincu que le niveau franchira un cap instantanément, de quoi motiver à suivre les prochains épisodes. Et puis, quand un catcheur sur deux est bon, c'est un moindre mal.

 

Prochains épisodes lors desquels, comme vous le savez, ou pas, j'aurai le plaisir de partager le travail avec les nouvelles recrues, Julius Ostermark et Kovax, brillants finalistes de CDC NXT, qui pourront apporter leur regard neuf d'anciens rookies eux-même, et je suis convaincu qu'ils produiront un excellent boulot! Bon courage les gars!

 

 

Julius et Kovax se demandant dans quel pétrin ils se sont fourrés.

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut