Catch

L’école de la deuxième chance

Indeed, I did have a relationship with Miss Lewinsky that was not appropriate. In fact, it was wrong. It constituted a critical lapse in judgment and a personal failure on my part for which I am solely and completely responsible.
Bill Clinton

 

 

Parmi les stéréotypes-un-peu-vrais sur nos amis américains, leur foi inébranlable en la rédemption figure en bonne place. La WWE le sait bien, et utilise son show jaune pour montrer qu’au pays de l’oncle Vince tout le monde a droit à une deuxième chance.
 
 
 
Et une troisième chance, c’est possible ? Non ?
 

Analyse de NXT du 15 mars

 

Pour ma première semaine comme rédacteur aux Cahiers du Catch on peut dire que j’ai été servi. D’abord un PPV ruiné par un ancien catcheur devenu toxicomane et une bande d’escrocs qui se font passer pour des pros du booking, et ensuite cette review du deuxième épisode de la cinquième saison de NXT dont le casting donne envie de passer ses mardis soirs aux réunions des amis de Jean Lecanuet à la salle polyvalente de Vierzon.
 
Mais, bon, après tout j’ai signé et parmi les multiples clauses de mon contrat faustien avec la rédaction quadricéphale figure aussi le passage en revue des épisodes de NXT. Fichus petits caractères. Je me suis donc attelé à la tâche et c’est les mains tremblantes que j’ai introduit la K7 vidéo que la WWE nous envoie chaque semaine dans mon magnétoscope. Et croyez-le ou pas, c’était pas si mal.
 
Entendons-nous bien : pas mal par rapport à mes attentes, légitimement assez basses. Et le show a eu son lot de scories évidemment, et ce dès le début. La séance initiale nous apprit en effet que le vainqueur de la saison, dont on savait depuis une semaine qu’il gagnerait le droit de replonger une troisième fois dans la marmite NXT lors de la saison 6, aurait en plus le droit de choisir son pro. Mais, semble-t-il, parmi les pros de cette saison 5, soit pour rappel : Yoshi Tatsu, Chavo Guerrero, Tyson Kidd, JTG, Vladimir Kozlov ou Hornswoggle. Pas de quoi grimper aux rideaux, et on sait bien que l’enjeu réel est pour les participants de ne pas effectuer un nouveau retour sans doute définitif à la case FCW.
 
 
Ne passez pas par la case départ et ne touchez pas 20 000 francs.
 

Matt Striker est assisté à la présentation de cette saison par Maryse, qui bénéficie d’un statut de « host ». Quand j’avais appris ce choix je m’étais dit que ça pouvait être une bonne idée : malgré son niveau épouvantable dans un ring Maryse bénéficie (bénéficiait, du moins) auprès du public d’une heat appréciable pour une diva, et un duo clairement face/heel entre Striker et elle aurait pu donner de bonnes choses. Hélas ce n’est pas le choix qui a été fait et Maryse est juste une co-présentatrice un peu fade qui sert surtout d’outil scénaristique, en l’occurrence d’objet de séduction pour certains candidats, nous y reviendrons. Dommage, il y avait mieux à faire.
 
La première épreuve fut un défi Talk the Talk, où les rookies devaient se présenter en 45 secondes. J’aime bien cette catégorie de défis : savoir parler au micro est une vraie composante du métier de catcheur à la WWE et c’est bien normal que des rookies s’exercent dans ce domaine. C’est Jacob Novak qui a ouvert le bal avec un genre de rap, raté, qui lui a valu de beaux sifflets de la foule. En fait il s’est fait siffler dès qu’il a pris le micro : comme William Regal l’a rappelé de son poste de commentateur la seule chose que provoque ce type c’est l’envie de lui coller des baffes. A quoi pensait la WWE en le repêchant après son bide de la saison 4 ? J’imagine vraiment mal Novak rejoindre un des rosters principaux et je l’aurais volontiers échangé contre un Eli Cottonwood par exemple.
 
Darren Young lui ne s’est pas fait siffler. Il faut dire qu’il a tout fait pour amadouer la foule, descendant du ring pour, selon lui, être plus proche du WWE Universe. Mouais, ai-je pensé et le public présent dans la salle aussi puisque Young n’a guère déclenché de réaction. Idem pour Conor O’Brian qui a poursuivi sur le thème entamé la semaine précédente du type normal qui tente de vivre son rêve (rappelons que lors de la saison 4 O’Brian était un rat et qu’il avait joué son rôle jusqu’à se réfugier sous le ring après son élimination). J’aime bien O’Brian mais je le vois mal aller loin dans cette saison avec un personnage devenu bien trop plat. C’est un peu la même chose pour Byron Saxton qui a certes commencé en vannant Lucky Cannon mais qui lui aussi se la joue « j’ai changé, je vais saisir cette deuxième chance ». J’espère que la WWE va faire évoluer tout ce petit monde au fil des semaines parce que là c’est un peu Oui-Oui fait du catch et ce n’est pas très drôle.
 
Le cinquième participant de ce challenge lui par contre se démarqua du lot puisqu’il s’agit, pour l’instant, du seul heel de cette saison : Lucky Cannon. Il joue à fond le rôle de heel arrogant version bourreau des cœurs et pour tout dire c’est lui ma plus grosse surprise lors de cette soirée. Ce type, un des rookies les plus transparents des quatre premières saisons, arrive maintenant à être intéressant ! Il y a un vrai problème de costume, ça c’est sûr, mais ça se corrige. Il a obtenu une belle heat de la part du public ce qui est assez encourageant.
 
 
 
Et puis les costumes dans le catch c’est vachement subjectif quand même.
 

Le concours se termina avec Titus O’Neil, qui a la particularité d’avoir comme pro Hornswoggle. Introduire le Little Bastard dans ce rôle aurait pu se justifier, dans un registre comique, avec un rookie très doué, façon Laycool/Kaval pendant la saison 2. Rien de tel ici avec O’Neil évidemment… Ce dernier s’est pris un bide pendant son speech… jusqu’à ce qu’il cite le nom de son pro, qui a bénéficié de la plus belle pop de la soirée ! Conséquence logique, c’est O’Neil qui a remporté l’épreuve, avec un applaudimètre à peu près similaire à celui de Darren Young mais sans que Striker juge utile de faire revoter le public… Titus resta mis en avant après le concours avec sa vidéo de présentation, qui nous remontra ses multiples ratés lors de sa première tentative à NXT mais où on apprit que, bien sûr, cette fois il est prêt.
 
Passons au premier match de la soirée, qui opposa Conor O’Brian à Darren Young. Le match fut court, trois minutes, et après un début de match assez stiff de Conor qui envoya violemment Young contre un des poteaux du ring c’est le plus expérimenté des deux combattants qui s’imposa assez facilement. Sans être génial Young a acquis une sacrée expérience avec son parcours dans les shows principaux et cela se voit, il est sans aucun doute, des six rookies en lice, le plus à l’aise dans le ring.
 
Le segment suivant nous montra, comme la semaine précédente, Yoshi Tatsu en train de tenter maladroitement de séduire la belle Maryse. Le duo fut vite rejoint par Lucky Cannon qui à son tour tenta de faire bonne figure auprès de la blonde. Cette dernière partie Cannon, comme tout grand fauve en rut qui se respecte, se mit à pisser partout pour marquer son territoire – ou plutôt, parce qu’on est quand même classé PG, se contenta de faire comprendre qui était le maître à un Yoshi qui s’en montra fort marri. Et une storyline qui démarre, une !
 
 
J’ai une storyline ! J’ai une storyline !
 

Nouvelle vidéo, consacrée à Jacob Novak. Il n’y a vraiment rien à tirer de ce segment au point que je n’ai dû qu’à un sens du devoir exacerbé de ne pas utiliser l’avance rapide sur mon ordinateur. Oui, mon ordi ; vous n’aviez pas vraiment cru que la WWE nous envoyait des VHS n’est-ce pas ? Elle envoie des Blu-ray, on est en 2011 que diable.
 
On enchaîna avec le second match du soir, un match par équipe opposant Yoshi Tatsu & Byron Saxton à Tyson Kidd & Lucky Cannon. Entre faces et heels ce match de quatre minutes connut un scénario classique mais efficace. Tatsu domina le début du match contre Kidd jusqu’à un cheap shot de Cannon ; le Japonais joua alors le face en péril maltraité par les heels jusqu’à un hot tag avec Saxton. Le match se termina grâce à Cannon qui forca le tag avec Kidd et porta à Saxton ce qui doit être son finisher (un slam-quelque chose je suppose), plutôt sympathique. Victoire des heels et bonne impression laissée par les deux rookies.
 
Et pour finir en beauté et pour célébrer comme il se devait la Saint Patrick les rookies eurent droit à une épreuve spéciale : porter un fût de bière autour du ring ! Oui, c’est bien le Keg Carry qui fait partie des classiques de NXT mais dans sa version celte puisqu’il y avait des petits drapeaux irlandais autour du ring, ça change tout. Je me moque mais c’est loin d’être la pire épreuve de NXT, ne serait-ce que parce qu’elle a le bon goût de ne pas être trop longue. Et ce mardi elle a bénéficié d’une scénarisation assez intéressante.
 
Avant l’épreuve elle-même on revit, pour la deuxième fois de la soirée donc, le raté de Titus à cette épreuve il y a quelques mois (il avait lâché le fût et chuté piteusement après trois mètres). Titus rit volontiers de cette petite pique, après tout il est là pour se rédempter n’est-ce pas ? Début de l’épreuve, l’ordre de passage fut le même que lors du Talk the Talk et après les quatre premiers passages c’est O’Brian qui sortit en tête.
 
 
Eh ouais, c’est que ça court vite ces petites bêtes !
 

Vint le tour de Cannon, qui avait la semaine précédente refusé de participer au parcours du combattant. Coup de buzzer, et à nouveau Cannon refusa l’épreuve et préféra réciter à Maryse un poème en français. Enfin, je suppose que c’était sensé être du français mais, sans doute appris très vite en phonétique, le texte était en réalité incompréhensible à part une vague rime en « moi ». A nouveau une belle heat pour Cannon en tout cas, qui s’attira aussi l’ire de sa belle qui finit par le gifler… ce qui sembla réjouir le poète en herbe qui expliqua la main sur le cœur qu’on ne l’avait jamais traité comme ça et qu’il était amoureux. Pour la deuxième fois de la soirée Cannon sortait du lot de ses adversaires et je dois dire que j’accroche plutôt, aussi étonnant que ça puisse paraître.
 
Fin de l’épreuve avec Titus qui devait donc, encore plus que les autres, racheter ses fautes et que croyez-vous qu’il advint ? Il l’emporta bien sûr, illustrant à merveille cette fameuse rédemption qui est au cœur de cette saison. Pour ce genre d’épreuves je ne sais pas trop comment c’est géré, ça me semble difficile pour les participants de faire exactement le temps prévu au dixième de seconde près mais en même temps il n’y a pas de raison pour que ces segments ne soient pas bookés comme les autres, je penche donc pour une utilisation habile du chrono qui ne semble pas toujours raccord avec le franchissement de la ligne. Car la victoire de Titus, comme l’épreuve au micro, fait indéniablement de lui un des favoris de cette saison, porté par la popularité de son pro.
 
Au vu des deux premiers épisodes une hiérarchie commence à se dessiner. Saxton, O’Brian et Novak semblent loin de la victoire, englués dans des discours trop similaires sur leur rédemption. Young se distingue par son niveau dans le ring et son expérience. Cannon est le seul heel du lot et s’en sort plutôt bien, bien mieux en tout cas que ce qu’on pouvait attendre. Et Titus joue la carte du soutien populaire et semble bénéficier d’un booking pour le moins favorable. Bien sûr on ne sait toujours pas combien de temps durera cette saison et les choses peuvent encore changer, et je continuerai moi à l’occasion à passer en revue certains épisodes de cette saison qui partait sur de mauvaises bases mais qui pourrait réserver quelques bonnes surprises.
  
 
Surprise !
11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut