Catch

L’Honneur prend un stage (partie tou)

Aimer, c'est doubler son regard.

Natalie Clifford Barney

 

Après un premier article qui présente le show de vendredi de la ROH lors de la Wrestlemania week, voilà le second papier qui clos le diptyque. Flying Panda nous parle ici de fantastiques matchs tag team, de combats à couper le souffle, mais aussi de la fin d'une ère.

 

 

Une seconde partie ? Wooo !

 

 

Nalyse de Honor Takes Center Stage

du samedi 2 avril

 

 

 

La seconde partie du PPV débuta avec un match entre l’équipe composée de Kyle O’Reilly et Adam Cole contre les champions déchus Claudio Castagnoli et Chris Hero.

 

Les Kings of Wrestling ont perdu leurs ceintures après un an de règne dominateur. C'est le genre de truc qui peut agacer quelqu'un; du coup ils grimacèrent quelque peu à l'heure de monter sur le ring.

 

 

Groumpf

 

 

Evidemment lorsqu'on perd un titre il faut trouver le moyen de se reconcentrer et de se remotiver. Et quoi de mieux qu'un match dès le lendemain de leur défaite contre l'une des équipes montantes pour retrouver la flamme.

 

Pour mieux illustrer cette rage, Shane Hagadorn réquisitionna le casque de Dave Prazack afin de nous sortir un speech typiquement heel dans lequel il affirma que les rois du ring méritaient un title shot pour les ceintures (ce qui est logique en soi puisque tout champion déchu à logiquement droit à un re-match).

 

 

Demander un title-shot très bien.

Mais vous êtes vraiment sûr pour le jus de pommes?

 

 

On pouvait donc penser que les jeunes loups allaient se contenter de faire le job mais il en fut heureusement autrement. O'Reilly joua au face en péril en début de match mais son coéquipier remit l'équipe sur de bons rails en multipliant les figures de style à l'adresse de ses adversaires. Ce qui permit à Cole de coincer Castagnoli dans un étranglement qui faillit bien être fatal mais le Suisse ayant déjà tapé la vieille, ça aurait été un gros coup porté à la réputation du natif de Lucerne s'il avait dû abandonner une nouvelle fois.

 

Qu'on se rassure, les anciens champions ont bien remporté le match grâce à un double kick sur ce pauvre O'Reilly. Evidemment si ça avait été en weekly il y a fort à parier que les jeunes se seraient fait squasher (mais à mon humble avis la chair à canons aurait été constitué par les Bravados Brothers plutôt qu’une jeune équipe en devenir). Mais dans un PPV de la ROH ils eurent quand même droit à un temps fort.

 

 

Really ?

 

 

Cette victoire sur une bonne équipe sert surtout à redonner un peu de crédit aux anciens détenteurs des ceintures tag team qui ont quand même perdu sur une soumission. Il y avait donc un besoin urgent de montrer qu'il ne s'agissait là que d'un accident.

 

Avant le second match, The Embassy entra sur le ring. Prince Nana prit la parole est introduisit un nouveau membre pour sa stable à savoir le vétéran Dave Taylor. Curieux choix que de prendre un lutteur âgé de plus de cinquante ans, passé par la WCW et la WWE notamment et dont le thème est celui du British Bulldog (à moins que ce soit le grand Davey Boy qui l’avait repris à l’époque. Ne connaissant pas la carrière de Dave Taylor si quelqu’un pouvait préciser, ce serait chou de sa part).

 

 

Purée mais c'est qui ce vieux ?

 

Ciampa ayant déjà perdu la veille (même s'il n'a pas subi le tombé), il semblait logique que Taylor s'impose afin que the Ambassy ne rentre pas bredouille de ce double PPV. Le seul problème était que devant lui se dressait un obstacle considérable en la personne de Colt Cabana. Et si Boom Boom veut bien jobber contre les main eventer, il pose un peu plus de problème aux membres les moins élevés de la carte. Ce qui tend à expliquer pourquoi il s'imposa sur un simple roll up après un combat manquant de rythme.

 

Manque de rythme dû au grand âge de Taylor qui, même s'il a quelques beaux restes, a quand même dépassé le demi-siècle. Très énervé par cette défaite, le vieil homme s'en alla prestement vers le vestiaire laissant son boss en proie à une infinie Mellon-Colie (and the Infinite Sadness) après cette nouvelle défaite pour son clan.

 

 

– Ouah l'autre hé. Comme il place trop mal

sa référence musicale pourri.

– Mais grave !

 

Cependant tout n'était pas encore perdu puisque Tommaso Ciampa avait un match juste après. Allait-il sauver l'honneur de la stable? C'est une bonne question. Dans tous les cas Ciampa allait en baver pour obtenir la victoire étant donné que son adversaire n'était autre qu’Homicide.

 

Baver il dut, mais la victoire il finit par obtenir. Pas de manière clean bien entendu, on est heel ou on ne l'est pas. Il dut son salut à plusieurs interventions de The Embassy, et principalement lorsque Princess Mia tenta de distraire Homicide alors que celui-ci allait porter le Cut Killer final.

 

 

Prince Nana et Homicide dans un remake de "La Création"

 

 

Ciampa sauva donc l'honneur de la stable (qui évita ainsi de passer pour le Corre de la ROH) mais sans avoir montré grand-chose. Il a une grosse force physique, ce qui est normal vu son gabarit, mais il ressemble plus à un gros bourrin mal dégrossi qu'à un catcheur accomplit. L'expérience aidant, le temps fera peut-être son affaire.

 

Concernant son adversaire, il fut un tantinet vexé (encore que tantinet avec Homicide ça reste relatif). Il alla donc chercher une chaise afin d'occire l'avocat de the Embassy avant de tenter d'empoigner Princess Mia avec un large sourire. Mais Nana sauva sa charmante donzelle in-extremis avant de s'enfuir vers les backstages.

 

 

Allez viens choupinette.

Nous n'avons plus rien à faire ici.

 

Et puisqu'on parle de stable, le match suivant mettait aux prises Michael Elgin à Christopher Daniels. Un gros match test en somme pour le dernier arrivant de la House of Truth qui s'attaque à une autre légende de la fédération après El Generico. C'est dire les espoirs fondés en lui par les dirigeants.

 

Et on ne fut pas déçu puisqu'Elgin étoffa quelque peu son moveset avec une exploration du turnbuckle qui souleva les foules. On le vit ainsi faire un saut depuis la troisième corde ainsi qu'un Moosault (que le Fallen Angel esquiva) et même réaliser une Boston Crab depuis le turnbuckle! Mais l'arbitre l'obligea à casser la prise.

 

 

Alors qu'en fait il ne faisait que lui étirer les jambes.

 

 

De son côté, Daniels avait amorcé un heel turn après sa défaite contre Eddie Edwards pour le ROH WHC en refusant de lui serrer la main. Le heel turn fut cependant mis entre parenthèse étant donné la nature de son adversaire mais il resta dans les plans du lutteur. Cela permettra à la fédération de disposer d'un top heel un brin plus charismatique que Roderick Strong.

 

Concernant le combat, le Fallen Angel ne fit pas grand-chose, laissant le soin à son adversaire le gros du boulot, se contentant juste d'un Best Moosault Ever pour remporter la victoire. N'oublions pas que Daniels détient toujours le TV Title (ceinture qui n'était pas en jeu lors de ce combat) et que s'il peut perdre contre le champion du monde, il faut quand même qu'il gagne quelques matchs afin de rester un champion crédible.

 

 

Crédible moi ? Tant que j'ai pas ce costume rouge

débile qu'on tente de me refourguer à Orlando, ça va.

 

 

Mais au vu de la physionomie du match on peut retenir qu'il s'agit ici d'une belle mise en valeur pour Elgin qui apparait de plus en plus comme le monster heel de la fédération.

 

On atteignit l'heure de show et les quatre premiers matchs étaient déjà passés. Et après quatre matchs solos on eut enfin droit à un match par équipes. Et pas n'importe lequel puisqu'il s'agissait de la première défense du titre par équipes de la SHIMMER dans un show estampillé ROH.

 

 

Apparemment Nakagawa a vu les couilles de Del Rio.

 

 

Impressionnantes après leur victoire obtenue la veille contre Sara Del Rey et Serena Deeb, Hiroyo Matsumoto et Ayumi Kurihara remettaient le couvert avec les ceintures détenues par Dayzee Haze et Tomoka Nakagawa en ligne de mire. Haze et Nakagawa détiennent le titre depuis le 27 Mars et l'ont remporté lors de SHIMMER vol. 40 contre les Seven Star Sisters composées de Misaki Ohata et Hiroyo Matsumoto. Cette dernière sait donc à quoi s'attendre de la part de ses adversaires du jour.

 

Avant d'aller plus en avant et d'évoquer le match, je voudrais remarquer une petite chose. Lors de leur entrée, les championnes sont apparues sous le thème de Dayzee Haze. Jusque-là rien de bien choquant puisqu'à la différence de sa coéquipière, la petite blonde est bien connue du public de la ROH. Cependant elle a toujours son thème "reggae style". Enfin reggae du pauvre servant de thème d'entrée dans une fédération de catch. En somme ce n’est pas du Bob Marley ou du Jimmy Cliff vous m'avez compris. Or si ce thème est sympathique, il colle mal pour une équipe qui est censée être heel. Sans aller vers le metal extrême ils auraient au moins pu choisir quelque chose de plus punchy ou plus sombre.

 

 

Ou bien une musique de l'Arc-en-Ciel.

 

 

Enfin tout ceci est sans importance puisque ce qui nous intéresse principalement c'est le combat en lui-même. Et comme on pouvait s'y attendre, ce fut un match bien rythmé, dynamique, avec beaucoup d'interventions de la part des heels. Heels qui remportèrent la partie après une Tiger Suplex de Haze sur Matsumoto après que celle-ci ait encaissée un Enzuigiri de la part de Nakagawa.

 

Espérons que l'expérience soit renouvelée car il est toujours distrayant de voir du vrai catch féminin. Ces matchs sont souvent sans temps morts et ont le mérite de réveiller la salle. De plus la SHIMMER bénéficie d'une vraie exposition en s'associant à une fédération plus en vue. Et ça permet à la ROH de se doter d'un vrai roster féminin (les Women of Honor).

 

 

En plus elles sont souriantes.

 

 

Restons dans la division tag-team mais masculine cette fois-ci avec l'affrontement entre les All Night Express et les frangins Briscoe. Les deux équipes avaient enfin l'occasion de régler les comptes et on peut dire qu'ils étaient pressés puisque les ANX eurent à peine le temps de grimper sur le ring que leurs adversaires leur tombèrent dessus.

 

Le combat débuta sur ce brawl et il faudra l’intervention d’un second arbitre pour calmer un peu les esprits et faire en sorte que ce match ne ressemble pas à un combat de rue. La suite est plus classique avec une domination des deux frères qui réduisirent le visage de Rhett Titus en sang. Ce denier joua le face en péril pendant un bon moment, encaissant les coups de butoir de ses adversaires avant de parvenir à faire le tag après avoir repoussé un des Briscoe depuis le turnbuckle.

 

 

Il semblerait que l'arbitre ait vu aussi les couilles

de Del Rio. Mais il aurait une autre version sur la taille.

 

 

L’entrée de King redonna logiquement un peu de rythme et de suspens au combat. Mais le OMG moment du match fut à mettre au crédit de son coéquipier qui écrasa littéralement Jay Briscoe sur la table des annonceurs. Normalement après un coup pareil on ne devrait pas revoir les deux lutteurs avant un moment mais le no-selling à la ROH est une vérité qui pèse lourdement sur la fédération (une vérité dure à accepter il est vrai, mais c’est la réalité, ne nous voilons pas la face).

 

Titus et Jay Briscoe revinrent donc sur le ring une trentaine de secondes seulement après leur action en ringside. Même pas une minute! Logiquement quand vous passez à travers une table vous restez un moment inconscient histoire de vendre le choc. En plus on avait là l’occasion d’assister à un duel entre Mark Brisoe et Kenny King avant qu’un coéquipier ne revienne au dernier moment pour aider son partenaire.

 

 

Gah.

 

 

A la place on eut droit au retour express de Titus vite suivi par Jay Briscoe qui l’expulsa du ring avant d’aller assommer Kenny King avec une clothesline! Avouons que ça défie toute logique de voir revenir au bout de trente secondes. Imaginez le gars qui vient de se faire exploser le visage sur une table revenir assommer le mec le plus en forme des quatre lutteurs avec une simple clothesline (bien stiff certes, mais effectuée par un homme censé être diminué physiquement).

 

Ce no-selling est regrettable car il nous prive d’une opposition en simple entre deux très bons lutteurs. Mais surtout le retour express de Titus et Jay se fait trop rapidement pour qu’on puisse l’apprécier à sa  juste valeur. On est encore sous le choc du coup de la table et on commence à peine à se demander qui va prendre l’avantage entre Mark Briscoe et Kenny King que ce dernier se retrouve envoyé au sol par Jay. Tout cela va beaucoup trop vite pour qu’on ait le temps d’apprécier la situation.

 

 

Tellement vite que Jay nous fit une rupture d'anévrisme.

 

 

Malgré ce bémol, le match fut intéressant pour qui aime les bons gros brawl. Et voir Jay Briscoe et Rhett Titus se faire face le visage ensanglanté a quelque chose d’apocalyptique qui sied bien à la situation. L’affrontement au centre du ring entre les deux fut assez fun. Et au final ce sont les frangins qui s’imposèrent suite au Jay-Driller’s de l’aîné des Briscoe sur Kenny King.

 

En résumé ce match fut plus un défouloir qu’autre chose. Un bon moyen de se vider la tête en regardant quatre bonshommes se mettre des gnons afin de pouvoir mieux apprécier la performance artistique du Dream Tag Team Match entre les American Wolves (qui se retrouvent pour la première fois depuis février 2010) et les nouveaux champions ROH de la World Greatest Tag Team.

 

 

Ouais !

 

 

Mais avant cela on eut droit à un autre match d’esthètes entre El Generico et Roderick Strong.

 

 

Bouh !

 

 

Après son double face-à-face avec Elgin, le générique s’attaqua à un autre membre de la House of Truth. En dehors du fait qu’on allait en avoir plein les yeux, la question était de savoir si l’homme masqué allait réapparaitre afin de gêner le luchador (à moins que cet homme fut Strong lui-même, auquel cas je le vois mal aller s’absenter pendant le match pour revenir masqué et s’agripper à la jambe de son adversaire. Même si cela apporterait un nouvel angle à son personnage, ça resterait très très louche).

 

L’ancien champion apporta un côté comique au match. Pas du comedy wrestling, mais quelques mimiques intéressantes comme de faire du charme à une spectatrice (ou un spectateur; après tout la caméra était braqué sur lui) avant de poser sa tête sur le turnbuckle en mimant une douleur horrible. Ce qui permit à Martini d’attirer El Generico en ringside et de lui distribuer quelques gifles avant de le renvoyer séance tenante dans la zone de vérité. Strong, enfin, se permit même le luxe de faire une Silvernights (envoyer du Martini sur son adversaire) ce qui montra une belle coopération entre un lutteur et son manager. Limite émouvant.

 

 

Ce qui mit El Generico sur le cul.

 

 

Strong ne reçut pas uniquement le soutien de son mentor puisqu’Elgin tenta de lui filer un coup de main, mais il en fut quitte pour une Hurricanrana et un Big Boot. Merci d’être venu, c’est toujours sympa de tenter de mettre un coup de pompe ou deux pour pas laisser un copain dans la merde.

 

Tout ce soutien de la House of Truth ne fut pas suffisant pour vaincre le luchador Canadien de Tijuana. El Generico prit donc sa revanche sur la Maison de la Vérité, mais vu le beatdown qu’il subit après le match de la part d’Elgin et de Martini, ça m’étonnerait qu’il en ait totalement fini avec eux.

 

 

Mais pourquoi tant de haine?

 

 

Les choses s’emballèrent alors car Colt Cabana vint porter secours au luchador. Le meilleur pote de CM Punk n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà secouru El Generico contre Kevin Steen et Steve Corino l’année dernière. On pensait alors que Boom Boom allait bouter la House of Truth hors du ring lorsque Christopher Daniels fit irruption avec le Book Of Truth dans les mains.

 

Le Fallen Angel profita de l’occasion pour entériner son heel turn en frappant El Generico avec le livre. En parallèle cela donne sûrement la réponse sur l’identité de l’homme masqué qui avait gêné le rouquin masqué la veille lors de son match contre Elgin.

 

 

Book of Truth.

Le poids des mots le choc des photos   

 

 

Avec Daniels dans la House of Truth, c’est le statut de Roderick Strong au sein de la stable qui en prend un coup. Daniels, même s’il n’a jamais été champion du monde à la ROH, est plus charismatique, plus impressionnant.

 

Si les deux lutteurs se sont fixés du regard pendant un moment (sous l’œil approbateur de Martini qui encouragea Elgin à ne rien faire et à observer attentivement) avant de sourire, l’entente ne devrait pas durer éternellement. Et il y a fort à parier que le jour où la stable éclatera, ce sera suite à un désaccord entre les deux. En attendant le clan parait plus menaçant que jamais avec ce nouveau renfort. Et avec le Fallen Angel, elle récupère le titre TV.

 

 

Ah oui tiens. J'avais oublié ce détail.

 

 

Enfin vint l’heure du main-event devant opposer la meilleure équipe du monde aux loups Américains. Auparavant Richards avait déclaré à Jim Cornette que tant qu’Edwards serait champion il renonçait à concourir pour le titre, malgré que Cornette lui offrait la possibilité d’un title-shot. Edwards tenta bien de le convaincre d’accepter mais Davey préféra affirmer qu’il fallait plutôt se concentrer sur le match à venir contre les nouveaux champions par équipes de la fédération.

 

Ce n’était qu’un match exhibition mais ça n’empêcha pas les deux équipes de tout donner pour décrocher la victoire. Les American Wolves faillirent même faire taper les champions en titres lorsqu’Edwards et Richards appliquèrent en même temps le Achille’s Lock à leur rivaux. Ce qui niveau crédibilité eut été moyen pour les champions d’abandonner sur soumission le lendemain de leur victoire.

 

 

Soumissions, tombés,…

Les American Wolves font tout ensemble.

Y compris aller aux toilettes.

 

 

La World Greatest Tag-Team s’imposa finalement grâce à Shelton Benjamin qui fit le tombé sur Richards. Une belle victoire après un match solide qui build les champions comme quasi-invincibles.

 

Concernant les American Wolves ils eurent une longue discussion après le départ de leurs adversaires. Richards était très remonté mais je ne sais pas si c’était à cause de la défaite, de la ceinture que détenait son ami ou du choix du restaurant pour après le show. En tout cas si on a une feud entre Edwards et Richards pour le titre, ça promet de longs matchs intenses.

 

 

Mais qu'est-ce qui lui fait penser ça?

 

 

Deux jours et un WrestleMania plus tard eut lieu le dernier show de la ROH retransmis sur HDNet. Il n’y a pas grand-chose à dire sur cet épisode qui fut surtout un long récapitulatif des évènements marquants de la fédération lors de son passage sur la chaîne.

 

Un match à trois contre trois eut lieu tout de même entre les Briscoe et Richards d’un côté, contre Strong et les Kings of Wrestlings de l’autre. Le match se conclut par une victoire des premiers nommés après que Richards ait fait abandonner son ancien rival avec l’Achille’s Lock.

 

C’est donc la fin d’une ère pour la ROH qui quitte HDNet après avoir décidé de ne pas renouveler le contrat. Ce qui est dommage à la vu des bonnes audiences que réalisait le show. Peut-être est-ce parce que la fédération a réussi à trouver un plus gros diffuseur? D’ici là j’essaierai de vous tenir informé des évolutions de la fédération sur le forum (mais ça va être dure de nalyser sans vidéos).

 

 

En attendant je retourne manger du bambou.

2 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut