Catch

Comme un retour de vacances

Il faut mettre un frein à l’immobilisme.
Raymond Barre

 

Wrestlemania est derrière nous, mais la WWE ne s'arrête jamais et déjà il est temps de préparer Extreme Rules. Mais vous savez ce que c'est, on revient de vacances, on a encore la tête ailleurs, alors on s'y remet doucement.
 
 
Ca ne dure jamais les amours de vacances.
 

Analyse de Smackdown du 8 avril

 

Depuis que j'ai l'honneur et le plaisir sans cesse renouvelé d'écrire des reviews pour les Cahiers je me rends compte que c'est parfois difficile de choisir le titre et le début de son papier. Faut-il privilégier le bon ou le mauvais, jouer les optimistes ou les pessimistes ? Cruel dilemme que je me garderai de trancher complètement cette semaine. Ce Smackdown fut bon et agréable à suivre, mais pas non plus transcendant et laissant quelques questions importantes sans réponse. Enfin, il y en aura trois autres d'ici le prochain PPV, on a le temps de voir venir.
 
S'il y a une chose sur laquelle tout le monde est d'accord à propos du dernier Wrestlemania, c'est que le titantron y était dantesque et que l'entrée d'Alberto Del Rio, en particulier, était très réussie. Cette semaine ce n'était que Smackdown mais l'arrivée du Mexicain, qui a ouvert le show, s'inspirait de celle de dimanche et était très bonne. Pour marquer le coup de la destruction de sa Rolls chérie par Edge c'est à pieds que Del Rio est arrivé, accompagné de Clay et de Rodriguez. La continuité OK, mais il est quand même censé posséder plus d'une voiture le millionnaire non? Passons ce détail car Del Rio est déjà sur le ring et reste sur le ton déterminé et agressif qu'il a adopté, et c'est tant mieux, depuis plusieurs semaines: d'accord il a perdu à Mania, mais il reste le plus fort et Edge et Christian n'ont qu'à bien se tenir.
 
 
 
 Je les ai à l’œil de toute façon.
 

Discours classique mais toujours efficace donc, qui de façon tout aussi classique et efficace fut interrompue par la musique du champion et l'arrivée… d'une dépanneuse, tirant ce qui reste de la belle Rolls de Del Rio. Christian au volant, Edge près de la Rolls, le face à face commence. Del Rio exige un rematch, demande immédiatement rejetée par Edge qui, après avoir taggué la Rolls histoire de, explique à son adversaire qu'il va devoir attendre parce qu'il y a un paquet de types talentueux qui attendent, Christian par exemple, qui a battu Del Rio à deux reprises avant Wrestlemania. On se dirige droit vers un affrontement et on sent venir le #1 Contender's Match, quand soudain tout ce petit monde est interrompu par le GM du show Teddy Long.
 
Au catch chacun a sa spécialité, il y a les petits agiles, les gros costauds. Pour les personnalités hors-ring aussi chacun a son petit truc à lui. Celui de Teddy, c'est d'annoncer les évidences; il nous l'a encore montré ce soir en annonçant à la foule éberluée… un #1 Contender's Match ! Sympa Teddy, on l'avait pas vue venir celle-là. Heureusement le boss ne s'en tint pas là et annonça aussi qu'à Extreme Rules le match de championnat entre Edge et son challenger serait un Ladder Match. Edge, Christian, Ladder Match sont des mots qui vont très bien ensemble, hein Michelle (mais non pas McCool, suivez un peu)?
 
Cet opener, classique donc, fut bien mené par tous les participants. Edge est toujours au top avec la foule qu'il fait réagir au quart de tour, Christian aussi a une belle pop de la part d'un public qui aimerait sans doute le voir s'installer durablement dans l'upcard. Quant à Del Rio il bénéficie maintenant clairement d'une belle heat qui fait honneur à son statut, ça n'est pas encore au top (il n'est jamais là que depuis six mois!) mais tout ça permet à cette feud de se dérouler au mieux.
 
 
Sérieux? Et pourquoi j’ai pas ça moi?
 

En milieu de show nous avons eu droit à une petite scène entre Edge et Christian au vestiaire. Complicité, amitié, t'es le meilleur, non c'est toi, j''espère que tu vas gagner ce soir… Des amabilités qui n'empêchent pas Christian de lorgner avec insistance et convoitise sur la ceinture de champion, ce que Edge ne manque pas de remarquer. Ces deux-là sont amis mais sont avant tout des compétiteurs et, c'est dingue, ils accordent de l'importance à cette belle ceinture de champion poids-lourds (la plus belle de la WWE je trouve): des rappels toujours utiles.
 
Passons donc à la fin du show et au main event, un match pour une place de challenger donc. Edge arriva (encore très applaudi) après les deux participants pour s'installer aux commentaires, où il fut très bon. Le match aussi le fut, peut-être pas assez pour se démarquer des deux affrontements précédents, sans enjeu, entre Del Rio et Christian, mais très dense et agréable à suivre. Chacun a eu ses périodes de domination et a placé de belles prises, on a eu plusieurs nearfalls, plusieurs esquives de finisher…
 
 
 
 Je ne sais pas si c’est une bonne idée ces nouvelles pauses syndicales pendant les matchs.
 

On a d'ailleurs pu penser à un draw ou à je ne sais quelle fin donnant lieu à un triple threat, hypothèse d'ailleurs évoquée dans le commentaire, mais en fait non on a bien eu une vraie fin. Clay fait mine de vouloir s'approcher de Christian mais Edge lui inflige immédiatement son Spear – quelques secondes de distraction qui suffisent à Del Rio qui inflige son toujours spectaculaire enzuigiri à un Christian en train de monter sur la troisième corde, 1, 2, 3 Del Rio a gagné et c'est lui qui affrontera le champion à Extreme Rules.
 
Pas la peine de tergiverser: ça donne grave envie ce match! Je ne sais pas ce qu'on aura dans le show rouge mais un Edge-Del Rio en Ladder Match pourrait sans peine avoir les honneurs d'un main event (au sens, restreint, de "dernier match", honneur auquel SD n'a plus eu droit depuis la feud Kane-Taker). D'un côté on a le spécialiste incontesté du genre, qui a habilement rappelé qu'il a disputé 19 matchs à l'échelle dans sa carrière et qu'il ne craint personne dans cet exercice; de l'autre on a le heel qui monte et qui le fait vite, et qui a certainement le physique et le style pour être lui-aussi à l'aise dans un Ladder Match. A TLC fin 2010 on avait d'ailleurs eu un aperçu du match avec le TLC 4-Way pour le titre, mais à l'époque Edge était surtout en feud avec Kane et Del Rio avec Mysterio. Vivement le 1er mai donc, on essaiera d'oublier que la fête du travail tombe un dimanche.
 
Reste néanmoins à savoir ce que devient Christian dans l'histoire. Le match va-t-il être modifié plus ou moins habilement en triple threat ? Christian va-t-il trahir son ami Edge ? Questions intéressantes… mais exactement les mêmes que celles qui ont nourri bien des discussions avant Mania ! On verra la semaine prochaine si la WWE nous ressert le même menu (un bon menu, mais le même) ou choisit d'occuper Christian avec une vraie feud bien à lui. Pourquoi pas contre Brodus Clay ? Il aurait bien sa place dans un Extreme Rules celui-là, mais il est peut-être encore un peu vert.
 
 

 Bon ok, c’est pas forcément un handicap.
 

En fait le sort de Christian dépend sans doute en partie du sort que vont connaître les membres du Corre et ceux de l'éphémère Air Trumpet Band (©Cannette) – éphémère parce que, c'est triste, ils n'ont pas joué de trompette ce soir. Mais le groupe était là, pour un remake du match à huit de Wrestlemania, qui n'avait duré qu'une minute et demie… Ce match illustre bien à mon avis les hésitations de booking de la WWE aux sujets de tout ce beau monde: qui doit affronter qui? Doit-on faire de vrais matchs ou favoriser la part de comédie? On a quand même là trois main eventers potentiels dont deux qui l'ont été pendant des mois il n'y pas si longtemps (Kane, Big Show, Barrett), deux aspirants sérieux à ce statut (Kingston, Jackson), deux solides midacrders (Gabriel, Slater); et Marella, oui, bon.
 
Ce remake, sous la forme d'un 2 Out of Three Falls (un match "au meilleur des trois tombés"… non, laissez tomber, il y a des choses qu'il vaut mieux laisser à la langue de Hornswoggle), fut plaisant et on y vit de bonnes choses. Alors que les faces dominent le début de match, Slater est sur le point de subir un tombé – mais non, l'un de ses comparses le tire hors du ring: le Corre est un groupe et agit de façon solidaire et intelligente, c'est bien de le rappeler. Après cela les quatre heels arrivent d'ailleurs à coincer dans leur coin Kane, dont ils s’occupent façon puzzle. Tenue par Jackson la Big Red Machine subit un dropkick de Gabriel depuis la troisième corde mais évite le tombé et, finalement, arrache un hot tag avec Kingston qui obtient le premier point par un tombé sur Gabriel.
 
 
 
 Les échasses, ne catchez pas sans elles!
 

Les faces semblent bien partis et Santino arme son fameux Cobra pour achever Slater, mais hélas pour lui sans voir les avertissements de ses potes: Barrett arrive et assène au vrai-faux Italien un big boot suivi d'un Wasteland qui permet au Corre d'égaliser. 1-1 partout balle au centre mais les méchants ont le dessus et Santino est sur le point de subir un nouveau tombé. Il réussit néanmoins à faire le tag, Kane entre en jeu, Jackson doit intervenir pour éviter un tombé sur Barrett et à ce moment-là ça part en vrille, tout le monde se bat en ringside, Kane prépare un chokeslam mais c'est alors l'ensemble du Corre qui lui tombe dessus, et l'arbitre fait sonner la cloche pour disqualification. Finalement les gentils, qui ont donc gagné, parviennent à se ressaisir et à faire le ménage sur le ring. Show et Kane préparent un double chokeslam sur Jackson et reçoivent le soutien de… Marella, dont le Cobra sert donc aussi à ça. Bon, sa main a eu du mal à atteindre la hauteur de celles de ses gros copains mais c'est un détail.
 
De bonnes choses, le Corre en partie recrédibilisé, mais en même temps un finish tout sauf clean et en forme de blague… Comme je le disais, les bookers ne savent pas trop comment répartir ces huit-là en storylines distinctes. J'espère qu'on n'aura pas cette même configuration 4vs4 à Extreme Rules, l'alliance des faces ne repose quand même pas sur grand chose et le Corre mérite mieux. Barrett devrait avoir une vraie story autour de sa ceinture intercontinentale, et il est temps de voir évoluer Jackson en solo, contre Show ou Kane par exemple. Sans oublier les champions par équipe… Eh oui, c'est compliqué à gérer une midcard ! C'est pourtant essentiel dans une fédération: c'est bien beau de s'intéresser au sommet de la pyramide, mais s'il n'y a rien en dessous ce sommet ne va pas monter très haut. Les habituels renvois post-WM ainsi que le draft devraient dessiner des cartes plus claires, avec peut-être plus de changements que d'autres années.
 
 

Bon, bah moi je reste, ma femme aussi. Les autres, faut qu’on discute.
 

Moins de tergiversations en revanche dans la feud entre Cody Rhodes et Rey Mysterio. Cody a maintenant une entrée très stylée, son masque qu'on devine à peine sous sa capuche rend très bien, quelque part entre le fantôme de l'opéra et Quasimodo. Ce soir il a quasi-squaché Trent Barreta (tiens il est face lui? J'avais oublié), qui ne fut sauvé des terribles coups de masque de son vainqueur que par l'intervention cavaleresque de Rey. Ce dernier tenta d'arracher le masque de Cody, qui a dû fuir.
 
Cette storyline continue donc, c'est logique après la victoire du heel à Mania. Extreme Rules peut être l'occasion d'une stipulation intéressante et originale entre ces deux-là, pas forcément un mask vs mask (le suspense étant dans ce cas très faible) mais… je ne sais pas, surprenez-nous! Il y a de quoi faire de nouveau un bon match en tout cas, comme à Mania.
 
 
Pour rester dans ma gimmick je propose un Last Vital Organ Match, ça va être génial.
 

La séquence suivante dans le show était la rediffusion du segment entre Cena et the Rock au dernier Raw. Tout le segment, un quart d'heure… A la limite en elle-même la rediffusion de ce segment ne me gêne pas, c'est quand même l'annonce d'un match un an à l'avance, ça compte. Ce qui me gêne en revanche c'est que cette rediffusion ait été "hypée" deux fois avant d'être proposée, comme si c'était un segment tout neuf ("Cena calls out the Rock, tonight on SD"). Va falloir arrêter ça hein, la Road est finie et si on se met à vendre de simples rediffusions de segments de Raw comme étant des éléments à part entière de Smackdown c'est mauvais signe.
 
SD a en effet ses propres arguments à faire valoir. Regardez ce match par équipes opposant LayCool à Kelly Kelly et Beth Phoenix par exemple… Bon ok, mauvais exemple. Encore un match féminin sans intérêt propre, ce soir il s'agissait d'ajouter une nouvelle pierre, la plus grosse à ce jour, au mur de la division entre les deux chipies sans défaut, Michelle McCool et Layla. On a donc eu une dispute au début du match pour savoir qui commencerait, ou plutôt ne commencerait pas, contre Beth; on a eu Michelle envoyant involontairement valdinguer hors du ring Layla, qui du coup n'était plus là pour le tag réclamé par sa copine; et on eu pour finir Layla cherchant le tag mais se heurtant à une Michelle simulant à son tour un coup pour tomber au bord du ring, Kelly Kelly réussissant ainsi le tombé.
 
C'est encore en se disputant que les flawless sont rentrées au vestiaire, avec une Michelle visiblement très énervée contre sa partenaire, expliquant en substance qu'elle en a marre de faire l'essentiel du boulot. Si on remonte un peu en arrière, ce n'était pas le plus important parmi les mille et une choses à analyser à Wrestlemania, mais on avait eu là aussi une dispute, Michelle poussant Layla pour s'imposer dans le ring. On l'a vu avec la Legacy ou la SES, la WWE peut prendre beaucoup, beaucoup de temps pour dissoudre une association. Mais, et c'est intéressant (enfin, un peu quoi), on a eu un segment en plus du match au cours de ce SD.
 
Le segment était placé avant le main event, pas si mal quand même. Michelle, agacée en backstage, est rejointe par Layla, qui lui donne un papier pour un rendez-vous avec… un spécialiste des thérapies de couple. Mais nous ne sommes pas un couple réagit Michelle, oui mais tu devrais venir quand même répond Layla. Voilà donc où nous en sommes: les championnes vont sans doute nous offrir des séances de thérapie. Ca peut être drôle, ou pas du tout. Vous imaginez Hornswoggle en thérapiste ? A moins que ce ne soit Kong qui arrive dans une gimmick inattendue de psychologue ? On peut imaginer de bonnes choses avec cette idée, mais on peut aussi en redouter un paquet de mauvaises.
 
 
Des divas, un canapé, un peu d’imagination… Ca peut être sympa cette feud finalement.
 

Entre le match et le segment backstage des championnes, on a également eu droit à Cole et à Swagger ce soir. Après une rediffusion des images de Mania le montrant en train d'arroser Jim Ross de sauce barbecue, Cole m'a beaucoup fait rire en s'adressant à la foule avec un "who shot JR? I did!". Pour les éventuels lecteurs de moins de trente ans qui liraient ce papier, c'est une référence à la série Dallas. Dans cette série le grand méchant, prénommé J.R. (une sorte de Dark Vador en stetson… euh, vous connaissez Dark Vador hein les enfants? Et le premier qui me parle de la nouvelle trilogie sera privé de dessert) se fit un jour tirer dessus à la fin d'une saison, sans qu'on sache par qui. L'attente a été telle que le premier épisode de la saison suivante, Who shot J.R.?, fut à l'époque le programme le plus regardé de tous les temps à la télé US (et encore le troisième aujourd'hui), avec la bagatelle de 83 millions de spectateurs. Cole a ici tapé lourd dans sa référence, même si la partie la plus jeune du public n'a pas dû tout comprendre. La Cole Mine en ruines me fait aussi bien rire, et Cole n'a pas manqué à chaque allusion à la Rolls vandalisée de Del Rio d'expliquer à quel point c'est vil de s'en prendre à la propriété privée des gens. Bref il est insupportable mais quand ce n'est pas trop envahissant je suis client.
 
 
Ah, Michel Drucker recevant l’acteur qui fait JR à Champs-Élysées, c’est vieux tout ça…
 

Michael Cole et Jack Swagger qui l'a vite rejoint ont bien sûr vanté leur victoire à Wrestlemania avec toute l'arrogance dont ils sont capables. J'ai l'impression que Swagger a pris du muscle ces derniers temps, ses biceps sont plus saillants, on y voit quelques veines turgescentes qui étaient avant plus discrètes je crois. Allez, analyse optimiste: la WWE aimant bien les vrais baraqués, peut-être a-t-on demandé à Swagger de prendre du volume avant de revenir chez les main eventers.
 
J'en étais là de mes réflexions, admirant Cole et Swagger courant autour du ring les bras écartés, quand eux comme moi furent surpris par la musique et l'arrivée de Sin Cara! Oui, le type qui a fait ses débuts à Raw et qui, d'après le site officiel, est bien membre de la branche rouge. Il ne resta pas longtemps, juste le temps de délivrer quelques prises et gris-gris bien sympathiques contre Swagger. Sin Cara va-t-il jouer les électrons libres et passer d'un show à l'autre? A quand une vraie feud et un vrai combat? Sheamus et Swagger, voilà en tout cas deux bien belles pistes à explorer pour l'avenir.
 
Un avenir qui s'écrira pour SD dès la semaine prochaine. Oui, c'est une phrase idiote mais de même qu'il est difficile de commencer une review il est délicat de la finir; je vous propose donc de nous séparer sur cette épanadiplose qui réjouira j'en suis sûr ceux d'entre vous qui connaissent les grands classiques du cinéma français en milieu scolaire.
 
 
Je ne vous le fais pas dire !
5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut