Catch

Un show sans fin

Phil: What would you do if you were stuck in one place and every day was exactly the same, and nothing that you did mattered?
Ralph: That about sums it up for me.
Un Jour sans fin


Un fol espoir nous avait portés vers l’épisode de cette semaine : et si c’était le dernier ? Raté ! Ce 17e épisode n’était pas la finale dont nous rêvons tous. Et ça continue, encore et encore…

 

 


Et maintenant que je suis là, ça va durer trois mois de plus!

 


Nalyse de NXT du 28 juin

 


Il y a un moment que je n’avais pas passé en revue un épisode de NXT. Vous le savez il ne reste désormais que trois concurrents : Titus O’Neil booké très favorablement depuis le début, Darren Young qui a déjà connu les joies des rosters principaux, et Conor O’Brian qui après des débuts délicats a réussi à se démarquer et semble être le chouchou du CdC Universe (il est le mien d’ailleurs). N’empêche que c’est lui que William Regal désigne au début du show comme l’éliminé probable du soir, et on ne peut pas tout à fait lui donner tort.

 

C’est Young qui ouvre le show, avec une promo dans laquelle il explique que Chavo (son ancien pro qui vient de quitter la WWE) l’a abandonné car il savait que lui, Young, est meilleur que lui en tout. Il affirme qu’il va gagner NXT mais est interrompu par Conor, assez agressif, qui explique qu’il se fiche de ses prétentions et va le détruire. Ces deux-là ne s’aiment pas… Ça tombe bien car la cloche sonne et leur match démarre. C’est O’Brian qui domine tout le début du match, jusqu’à un neckbreaker de Young qui laisse les deux hommes au sol.

 

Au détour d’un commentaire on apprend que si le pro de Conor (Kozlov) n’est pas là ce soir c’est qu’il est en Australie pour la tournée de la WWE. Son rookie souffre maintenant car c’est Young qui domine ; il est plutôt hué par le public mais O’Brian n’est pas spécialement encouragé. Conor parvient à revenir dans le match, d’abord avec un petit paquet, puis avec un violent Big Boot décoché sur Young. Mais ce dernier s’en revient, il place les Three Amigos, la succession de souplesses qu’utilisait Chavo (qu’il imite au passage), et conclut le match par un Frog Splash. Un bon match, les deux hommes se complètent bien. Hélas pourtant ce résultat semble devoir confirmer le pronostic de Regal…

 

 


Pas du tout, je suis super confiant !

 


On passe aux pros – eh oui, NXT a parfois des airs de Superstars. Yoshi Tatsu est dans le vestiaire où il place un cactus sur son autel, près de sa figurine. Mais Tyson Kidd arrive, se saisit de la figurine et la casse en deux. Banzaï ! Yoshi se jette sur lui, et il faut l’intervention d’arbitres pour le contenir. Après cette petite introduction on passe à un match entre les deux hommes, avec un Yoshi en mode déterminé, avant le match où il foudroie Kidd du regard, et pendant où il est particulièrement agressif d’entrée.

 

Kidd prend néanmoins le dessus juste avant les pubs avec un dropkick qui envoie Yoshi contre les marches. Le Canadien a longtemps l’avantage, plaçant des prises de soumission douloureuses dont Tatsu ne se sort que par une volonté de fer, aidé aussi par un public qui le soutient largement. La fin du match est plus serrée, Yoshi souffre jusqu’au bout et, après un « finisher » un peu cheap à mon goût (un petit kick), fait le tombé victorieux et remporte le match.

 

 


Yoshi Tatsu tente de populariser le Air Katana. Ici, la présentation du sabre à son adversaire en signe de respect.

 


On passe aux coulisses pour y trouver JTG, qui parle à… son miroir, chacun son truc. Celui d’Hornswoggle c’est de se déguiser en poubelle et c’est sous ce costume subtil qu’il tente de s’emparer d’un collier appartenant à JTG. Mais le rappeur le prend sur le fait et il faut l’intervention de Titus O’Neil pour empêcher des représailles sur Horny. JTG est furieux mais Titus explique que Hornswoggle est un Leprechaun, et que les Leprechauns aiment l’or… L’explication ne convainc pas JTG (sans blague ?), qui donne rendez-vous à O’Neil sur le ring.

 

Bizarre ce segment. Je ne parle pas du miroir, de la poubelle et du Leprechaun. Non, je parle de la situation présentée : on a donc deux faces, des gentils quoi, l’un qui vole un collier et l’autre qui justifie le vol, et un heel qui est méchant car il ne veut pas qu’on lui pique ses affaires… Drôle d’inversion des valeurs, ça arrive parfois dans de petits segments où les bookers privilégient le comique de situation à la logique face/heel. En tout cas si la WWE sort un t-shirt « la propriété c’est le vol » j’en veux un !

 

 


Drôlement sympa le prochain tatouage de John Cena.

 


Le match sera assez court et peu intéressant. En fait il sera parasité par l’histoire racontée autour, entre Maryse et Hornswoggle. Maryse arrive à la table des commentateurs au début du match, on revoit les images de la bague que Horny lui a offerte mais qu’elle a rejetée. Un peu après le nain donne un papier à la belle : « I love you! Do you love me? », avec des cases à cocher : « yes », « no », « maybe »… Maryse explique alors qu’elle ne sort qu’avec des hommes grands, ce qui ne l’empêche pas de rire aux pitreries d’Hornswoggle. Mais après le match la sanction tombe : la blonde déchire le papier, Hornswoggle est tout triste et repart vers les vestiaires en rejetant le réconfort de Titus.

 

Titus qui a gagné le match, grâce à Horny d’ailleurs dont les bêtises ont distrait JTG. Mais on s’en fout. À cause de l’histoire racontée en parallèle donc, mais aussi parce que O’Neil ne parvient toujours pas à muscler son jeu, comme disait Aimé à Robert. Quand Hornswoggle excite le public celui-ci répond présent et encourage O’Neil, mais quand le big man tente par lui-même, pendant le match, de provoquer des acclamations, c’est presque toujours un bide. Je ne comprends toujours pas ce que la WWE peut lui trouver pour le mettre autant en avant, si ce n’est la taille (qui a certes déjà été le facteur déterminant pour choisir le vainqueur de Tough Enough semble-t-il…).

 

 


Ou alors c’est juste Hornswoggle qui ne veut pas changer de cheval.

 


C’est maintenant l’heure du Raw Rebound, que pour une fois on attend avec intérêt après la promo fulgurante de CM Punk. On a bien sûr réentendu cette promo, mais pas complètement ; et pourtant on sait que la WWE n’hésite pas à repasser de longs extraits de moments « historiques » de Raw dans ses autres shows. La promo de Punk était donc incluse dans un montage de diverses images d’archives, avec quelques distorsions du son ici ou là. Et puis surtout on n’a pas tout réentendu…

 

En l’occurrence la séquence s’est finie sur le mot « dead », quand Punk explique que la WWE se portera mieux quand Vince McMahon sera mort. Exit donc la fin de la promo, et les injures envers Stephanie et HHH… De quoi réalimenter les spéculations sur ce qui était prévu et ce qui ne l’était pas lundi ! On peut y voir de la censure, ou un nouvel élément d’un work génial… Quoi qu’il en soit Grisham nous a dit que « selon les rumeurs » (tu parles Todd !) Vince himself pourrait venir à Raw lundi pour s’occuper de l’affaire. Ce Raw ayant été enregistré à cause de la tournée chez les kangourous, certains d’entre vous doivent déjà savoir ce qu’il en est, pour ma part comme d’habitude j’attendrai de voir le show, vivement lundi !

 

 


Le retour du club ?

 


Et nous arrivons à la scène finale, avec une nouvelle élimination. Striker et Maryse nous expliquent que Titus possède 22 points de rédemption, Young 7 et Conor 3, mais pour ce qu’on en sait ça ne sert à rien… Bref, roulements de tambour, et comme on pouvait s’y attendre c’est Conor O’Brian qui est éliminé. Dommage, il a du potentiel. William Regal a même affirmé qu’il avait un grand avenir à la WWE, il est vrai que gagner ou pas NXT n’est pas un signe pour la future carrière des rookies.

 

Conor a eu l’occasion de parler une dernière fois, bien sûr. Et on a bien fait de l’écouter… Un peu de cheap pop d’abord en expliquant qu’il n’y a pas de meilleur endroit pour partir que Phoenix, puis des remerciements à Kozlov. Mais ensuite Conor se tourne vers la caméra et s’adresse à nul autre que… Hunter ! Triple H quoi. Auquel il affirme que tout ce qu’il souhaite c’est qu’on lui donne « a chance to play the game »… Oh my god ! NXT est enregistré dans la foulée de Raw je crois, et il semble que le coup de génie de Punk ait donné des idées à d’autres.

 

Rien de bien critique ici évidemment, mais O’Brian a quand même présenté HHH comme le boss créatif de la WWE, alors que kayfabe parlant Hunter est juste un catcheur, pas un membre du staff ! Alors là aussi, on lira cet événement comme on voudra : soit un catcheur qui prend un peu de liberté dans la foulée du coup de gueule de Punk, soit une nouvelle séquence work sur le thème « les catcheurs en ont marre de ce management qui ne leur donne pas leur chance »…

 

 


Parfaitement ! « T’es un gros nul, tu sais rien faire et t’as moins de charisme que Jacques Balutin », c’est des raisons pour virer les gens ça ?

 


Sur ce coup d’éclat Conor rentre aux vestiaires. Mais l’épisode n’est pas tout à fait terminé ! Striker annonce à Young et O’Neil qu’ils ne seront pas seuls en finale, ils seront rejoints par… Derrick Bateman, qui fait son entrée en compagnie de son pro Daniel Bryan. Bateman, souvenez-vous, faisait partie de la saison 4 de NXT, il avait terminé 3e et avait laissé un assez bon souvenir. Au début de cette saison il faisait d’ailleurs partie de ceux qu’il aurait été logique de voir revenir, bien plus qu’un Jacob Novak par exemple.

 

C’est donc reparti pour un tour, sans doute pour deux épisodes de plus au moins. Je sais ce qu’ils essaient de faire à la WWE, ils veulent nous avoir à l’usure, Kovax, Lecharentais et moi, mais ça ne marchera pas ! Nous serons là pour voir la suite. Et peut-être pour un final en forme de n’importe quoi : la seule explication au retour de Bateman et que tout peut arriver à la WWE, dixit Striker, et si ça se trouve c’est lui qui va gagner en n’arrivant qu’à la fin de cette interminable saison. À la semaine prochaine !

 

 


Increvables ces rédacteurs !

4 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut