Catch

En avance sur son temps

J'aurai ma revanche, dans cette vie ou dans l'autre.

Maximus, Gladiator

 

Alors que Raw est en pleine ébullition, Smackdown continue à dérouler son programme, calmement, en suivant son cap. Comme d'habitude, le show bleu nous a servi un spectacle solide, quoique sans grande surprise comme peut l'être Raw.

 

 

Fais gaffe à ce que tu dis sur mon show playa, sinon tu retournes couvrir NXT!

 

 

Nalyse de Smackdown du 8 juillet

 

 

L'épisode de cette semaine a été l'occasion de tirer quelques enseignements sur les échelons les moins élevés de la carte. Passons rapidement sur le squash hebdomadaire de Jinder Mahal, à qui a été livré Trent Barreta comme offrande, match pour lequel les bookers ont eu l'idée saugrenue, pour ne pas dire plus, de mettre le gros Khali… à la table des commentaires! Idée doublement stupide étant donné qu'elle a été totalement inutile: le géant sans genoux a eu à peine de le temps de comprendre comment mettre son casque qu'il lui fallait déjà rejoindre le ring pour fêter la victoire de son beau-frère. À oublier donc.

 

 

On oubliera aussi que cette semaine, Johnny Curtis a volé un gâteau. De toute façon, tout le monde sait que "the cake is a lie".

 

 

J'ai un peu plus d'espoir envers la division féminine, mais ça, c'est parce que je suis d'un naturel beaucoup trop optimiste, car je sais pourtant qu'après la vague Kharma, la section Diva est retombée dans ses travers, à savoir des catcheuses sans personnalités définies, et surtout sans storylines. Cette semaine, AJ a affronté Tamina, les deux femmes étant respectivement accompagnées de Natalya et d'Alicia Fox. Le match en lui-même fut agréable à regarder, Tamina faisant preuve d'une grande puissance, seulement mise en difficulté par la volonté et l'agilité d'AJ. La geekette l'emporta sur un coup de malice, retournant la puissance de son adversaire pour placer facilement un roll-up qui lui apporta la victoire dans la plus grande tradition de Heath Slater. Après le match, Tamina et Alicia Fox se sont disputées sur le ring, mais qui ça intéresse? Tant que les Divas n'auront pas droit au micro ni à de vraies histoires, ce genre de tensions aura le plus grand mal à captiver le public, d'autant plus que les deux Heels sont alliées depuis trop peu de temps pour que les tensions entre elles cette semaine marquent les suiveurs.

 

Même constat en demi-teinte en ce qui concerne la division Tag Team. Heath Slater et Justin Gabriel ont affronté les jumeaux Uso dans un match de qualité. Les deux équipes se connaissent bien, et nous ont offert un beau spectacle. Les fils de Rikishi ont remporté la victoire grâce à un joli combo Samoan Drop / Splash, initié en contrant le 450° de Gabriel en envoyant Slater dans les cordes pour déséquilibrer le Sud-Africain, qui prit le tombé. Cette défaite des Heels provoqua quelques tensions entre les deux anciens membres du Corre, les envies individuelles de chacun se faisant un peu plus sentir que d'habitude car les deux hommes font partie du match pour la mallette bleue au prochain pay-per-view… Un bon match donc, classique mais efficace comme on dit dans ce genre de situation, mais qui ne fait pas beaucoup avancer la division Tag Team, toujours dans le coma. À vrai dire, j'ai même eu un frisson en regardant ce match: et si l'affiche Usos vs Slater & Gabriel était la version 2011 de la feud infinie et sans but de l'année précédente, j'ai nommé Cryme Tyme vs Hart Dynasty? J'ai bien peur que c'est le sort qui attend ces deux équipes: s'affronter ad nauseam sans véritable raison pendant des mois, avant qu'une des deux équipes ne se sépare à l'occasion de la prochaine charrette de licenciements…

 

 

– Je suis dégoûté d'avoir perdu, Justin…

– Ne t'inquiète pas Heath, la semaine prochaine, c'est notre tour.

– C'est vrai, j'avais oublié… D'ailleurs, ça va durer combien de temps ce cirque?

– Deux ans.

 

 

Et pourtant, il suffirait de peu de choses pour redonner un peu d'intérêt aux matchs par équipes! Prenez par exemple le combat entre le duo Face composé de Daniel Bryan et du champion Intercontinental Ezekiel Jackson, opposé aux Priceless 2.0, Cody Rhodes et Ted DiBiase. Voilà un match qui a su éveiller l'enthousiasme du public, avec un Jackson mettant efficacement en application son leitmotiv de "personnification de la domination", un Bryan jouant à merveille son rôle de Face en péril tout en sortant de jolis morceaux de bravoure face à un DiBiase plus déterminé que jamais à prouver sa valeur auprès de son mentor masqué. Les quatre hommes ont donc parfaitement joué leurs partitions respectives, pour une victoire marquante portée au crédit du Million Dollar Son: ce dernier,  en difficulté, à deux doigts de subir le terrible (bien qu'absolument pas télégénique) Torture Rack d'Ezekiel, fut sauvé par le Fantôme de l'Arena d'un Beautiful Disaster qui porta bien son nom et qui permit à Ted non seulement de placer son propre finisher, le Dream Street, mais aussi de réussir le tombé fatal sur le champion Intercontinental en titre! Pas mal pour un loser! Rhodes a ainsi prouvé que DiBiase ne pouvait que profiter de suivre les enseignements de celui qui fut jadis son associé, mais qui maintenant est devenu son maître. Et je dois avouer que même si j'étais assez réticent à la reformation officieuse de Priceless, elle adopte néanmoins une nouvelle dynamique qui a fini par me séduire, au point que je ne serais pas choqué de voir DiBiase remporter la ceinture Intercontinentale grâce aux bons soins d'un Rhodes qui, lui, peut voir plus grand, peut-être en remportant la fameuse mallette bleue…

 

 

Dimanche, la mallette, et ensuite… Le monde!

 

 

Mais s'il y en a un qui peut se targuer d'avoir une histoire captivante sans avoir de ceinture en jeu (du moins pour l'instant), c'est bien Mark Henry. Le golgoth a disposé du pourtant redoutable Kane au terme d'un combat opposant deux forces de la nature, qui fit trembler le ring. Mais cette démonstration de puissance, aussi impressionnante soit-elle, n'est cependant pas le point le plus important concernant l'homme le plus fort du monde de la WWE. Henry est en effet dans le collimateur de l'état-major après son coup d'éclat de la semaine dernière, où il a fait voler un technicien tel Obélix avec un légionnaire romain. Matt Striker a annoncé qu'il risquait non seulement une amende, voire une suspension, mais aussi peut-être des poursuites judiciaires! J'aime beaucoup la façon dont est utilisé Mark Henry dans cette histoire, et la manière dont sa puissance est utilisée sans pour autant détruire le reste du roster et les autres storylines en cours (coucou Big Show, c'est de toi que je parle!). Tout cela me plaît beaucoup. Mieux: alors que jusqu'à présent, je n'avais que faire du cas de Mark Henry, me voilà impatient de connaître la suite de son histoire! Va-t-il entrer en guerre avec Theodore Long, qui devra compter sur l'aide du Big Show et/ou de Kane pour se protéger de la fureur de l'ancien champion de la ECW? En tout cas, c'est une belle histoire de midcard qui nous est racontée, et qui met très bien en valeur Mark Henry.

 

Autre catcheur qui est mis en valeur semaine après semaine à Smackdown, mais gabarit totalement différent, je parle bien sûr de Sin Cara. Chavo étant parti, les bookers ont fait appel à un autre Heel de midcard (ou plutôt devrais-je dire de lowcard, le pauvre étant cantonné à NXT dans une feud contre Yoshi Tatsu) susceptible de faire briller le ranger bleu, Tyson Kidd. Pas grand-chose à dire sur ce match qui a, comme souvent avec Sin Cara, servi à dérouler l'arsenal de cabrioles du luchador masqué, si ce n'est que les deux hommes ont une bonne alchimie sur le ring, et ont servi une prestation très agréable à l'œil, pour peu que vous préfériez comme moi les voltigeurs et les gabarits un peu plus "normaux" que ce que Vince McMahon a tendance à favoriser. Un combat sympathique donc, qui s'est soldé par la victoire de Sin Cara sur un joli Diving Moonsault Side Slam depuis la troisième corde (un C4 aérien si vous préférez) qui fait toujours son petit effet. Force Bleue est donc très fort sur le ring, on l'a compris, peut-être serait-il temps de lui confier une petite feud, histoire de donner un enjeu à ses combats maintenant…

 

 

Mm mm mmmmm mmm mmmmmmmm!

Cela dit, il est vrai que ce n'est pas très évident pour Sin Cara de se faire comprendre avec son masque…

 

 

Passons maintenant au cœur de Smackdown, la feud autour du titre de champion du monde poids lourds. Et avant d'évoquer les événements de la semaine, permettez-moi de revenir sur l'ensemble de cette histoire. Après une longue carrière de second couteau, Christian parvient enfin à devenir champion du monde poids lourds. Ce moment d'intense émotion sera expédié moins d'une semaine plus tard par le General Manager Theodore Long, qui décidera de façon totalement arbitraire de donner un title shot au favori de la foule, Randy Orton. Ce dernier, booké de façon encore plus kryptonnienne que Cena et HHH réunis, explose Christian et lui prend son titre. Soit. Après avoir perdu son rematch à Over The Limit, Christian perd l'opportunité de redevenir challenger à cause d'Orton, qui distrait l'arbitre et permet une victoire de Sheamus. Mais Long, vicieux comme jamais, donne à Christian l'opportunité d'être sur le ring pour le match entre Sheamus et Orton pour le titre, en le faisant arbitre de la rencontre. Enfin, à Capitol Punishment, Christian perd encore un match pour le titre, l'arbitre comptant le tombé pour Orton alors que Christian avait le pied sous la corde. Mais là encore, Long valide quand même la victoire du champion. Tout cela conduit Christian à ce fameux contrat qui indique qu'en cas de nouvelle erreur d'arbitrage ou de disqualification d'Orton, le match prévu pour Money In The Bank devrait reprendre.

 

Ce qui me chiffonne le plus dans cette affaire, c'est que quand on présente les faits objectivement, Orton et Long agissent comme des magouilleurs de première, et pourtant, ce sont eux (et surtout le champion en titre) qui sont applaudis par la foule. Un public totalement injuste, parce que si vous prenez mon paragraphe précédent, et que vous remplacez les noms de Christian, Randy Orton et Teddy Long par ceux de Edge, Dolph Ziggler et Vickie Guerrero, le WWE Universe aura beaucoup moins de mal à voir les vrais Heels dans l'affaire. Rien qu'à Capitol Punishment, le fait de ne pas avoir fait redémarrer le match après avoir vu la vidéo qui donnait raison à Christian sous prétexte qu'il le mérite parce qu'il est étiqueté Heel, alors que les arbitres n'avaient eu aucun mal par le passé à se servir de la vidéo pour invalider des victoires du Miz par exemple prouve qu'il y a deux poids deux mesures. OK, ça fait partie du jeu quand on suit le catch, mais là c'est trop flagrant pour que je passe au-dessus de ça.

 

 

Je ne vois pas où est le problème…

 

 

Alors oui, Christian a eu UN pauvre discours où il a reproché au public d'avoir choisi Orton pour lui prendre la ceinture, mais cela suffit-il pour faire de Captain Charisma un méchant de première catégorie? Peut-on dès lors tout passer à Orton, qui est censé être Face, mais qui a recours à des procédés peu glorieux pour tourmenter son adversaire? OK, Orton n'est pas calibré "hustle, loyalty, respect" comme peut l'être Cena bien sûr, mais la façon de faire du champion reste vraiment détestable pour un supposé héros.

 

Du coup, pour une des rares fois depuis que je suis le catch, je prends fait et cause dans cette histoire pour celui qui est montré comme le Heel, mais qui n'est selon moi que victime d'un acharnement assez inexplicable de Teddy Long. On m'objectera que je ne vois pas les sacro-saintes nuances de gris louées par Axl et régulièrement brandies par les lecteurs dès que les bookers sortent un peu de l'ordinaire, et j'imagine qu'on voudra me balancer en contre-argument que CM Punk, malgré des valeurs a priori positives de son point de vue à être un Heel de première catégorie. Bien essayé, mais je vais balayer cet argument d'un revers de la main: là où Punk "validait" son passage vers le côté obscur, c'est dans l'extrémisme de ses valeurs. La SES avait pour but de convertir et d'anéantir ses ennemis, c'est ce qui la rendait détestable et (kayfabe) dangereuse. Là, on a beau le retourner dans tous les sens, Christian n'a rien fait pour mériter un tel traitement. Et ça m'énerve de constater qu'on passe tout à Orton parce que c'est censé être la star du show.

 

Ajoutez à cela mon anti-ortonisme primaire, et vous aurez compris que ça ne m'aide pas à apprécier plus le personnage… Alors oui, ça donne de l'exposition à Christian, et l'histoire qu'il joue est très intéressante, d'autant que Captain Charisma fournit de très bons matchs sur le ring, a su étoffer son personnage… Et sur ce point, je suis très content de voir le Canadien au plus haut de l'affiche du show bleu. C'est juste que contrairement à ce que la WWE essaie de me vendre, dans ma tête c'est Orton le Heel (de toute façon, il est devenu Face officiellement par accident) et Christian le Face. Voilà pour mon sentiment sur cette storyline.

 

 

Ah! Enfin quelqu'un qui me comprend!

 

 

Il y a un élément perturbateur d'ailleurs dans cette histoire qui est susceptible de mettre tout le monde d'accord, et c'est le Celtic Warrior. Sheamus a effectivement sa carte à jouer lui aussi dans la course pour le titre, et il l'utilise plutôt bien d'ailleurs. Au début de l'épisode de cette semaine, Josh Matthews avait réuni sur le ring la plupart des participants au Money In The Bank Ladder Match de la brand bleue prévu pour le pay-per-view, et les invita à une petite promo sur le mode "pourquoi je vais gagner". Le segment fut sauvé par l'intervention de Sheamus, vraisemblablement vexé de ne pas avoir été invité sur le ring par Josh, l'Irlandais nettoyant la place armé d'une chaise, avant de se rappeler au bon souvenir d'Orton et du Punt Kick qu'il lui avait porté le mois dernier. Sheamus est donc de retour et plus motivé que jamais pour avoir sa vengeance, tel Maximus face à Commode… Oui, c'est pour ça que j'ai choisi cette citation en intro, pour mettre en exergue cette quête de revanche de Sheamus, qui s'ajoute à la rivalité Christian/Orton pour le titre pour notre plus grand bonheur.

 

Toujours est-il que Christian interrompit Sheamus pour lui préciser une chose: le soir du pay-per-view, Captain Charisma aura peut-être récupéré son bien avant que Sheamus ne puisse se venger d'Orton, d'autant que depuis la semaine dernière, les avocats de Christian ont modifié encore une fois le contrat du match: si Randy se fait disqualifier ou gagne à cause d'une nouvelle erreur d'arbitrage, c'est Christian qui sera déclaré champion!

 

Cela ne sembla guère impressionner Teddy Long, qui se contenta d'intervenir à son tour pour annoncer le main event de la soirée, un combat entre Sheamus et Randy Orton. Le match fut supervisé par Christian, qui s'invita à la table des commentateurs, tandis que la Vipère et le Celtic Warrior, sur le ring, nous ont livré un très bel affrontement. Le combat (coupé par un clip promotionnel à la gloire de Zack Ryder) constitua en un duel féroce entre les deux hommes, Sheamus mettant toutes les chances de son côté en s'acharnant sur l'un des rares points faibles d'Orton, son épaule. La Vipère a longtemps subi le match à cause de cela, ne pouvant apparemment pas se remettre rapidement l'épaule en place à l'image de Martin Riggs. Mais malgré tout, le champion parvint à reprendre peu à peu l'avantage, si bien que Christian, n'en pouvant plus, monta sur le ring et attaqua le champion, provoquant de fait une défaite par disqualification de Sheamus. La fin alla très vite: Christian attaque Orton; Sheamus, furieux de voir son match perdu par la faute du Canadien, lui colle un Brogue Kick pour le compte et Orton ferme le bal en sortant son RKO hebdomadaire sur le rouquin avant de parader comme si de rien n'était.

 

 

La routine habituelle quoi!

 

 

Cette fin de match souligne un peu plus l'importance que Sheamus prend dans cette storyline, quitte à mettre un peu de côté pour le coup la rivalité plus personnelle qui oppose le champion et son challenger officiel. Doit-on y voir un appel du pied tout sauf subtil quant à l'issue du match pour la mallette bleue, avec un Sheamus qui serait en embuscade pour tirer les marrons du feu au plus fort de la guerre Orton/Christian? Ou une fausse piste, conduisant seulement à installer l'Irlandais comme le prochain challenger de la Vipère une fois que le champion aura disposé de Christian? La seule façon d'en avoir le cœur net sera de regarder Money In The Bank…

 

C'est d'ailleurs pour ça que je parle dans le titre de cet article d'un Smackdown "en avance sur son temps". Car je suis absolument d'accord avec Papy qui a écrit sur le forum que cet épisode était un très bon go-home show… Sauf qu'il reste un Smackdown à faire avant le pay-per-view. Une fois n'est pas coutume, j'ai l'impression, peut-être erronée, que les bookers sont allés en effet un peu vite sur ce coup, et que le prochain show bleu aura fort à faire pour ne pas sembler être un simple épisode de remplissage. Cela dit, avec un contenu sur le ring d'aussi bonne qualité que ce que Smackdown nous offre toutes les semaines, on se régalera quand même à coup sûr! Et qui sait, peut-être aurons une belle surprise pour nous tenir en haleine avant Money In The Bank…

 

 

– Non, pas NXT, arrêtez, j'en peux plus!

– Calme-toi Kovax, ce n'est pas NXT, ce sont les participants du Money In The Bank de Smackdown…

– Ouf, j'ai eu peur! Merci Axl, tu me soulages!

– …Tu te charges de NXT la semaine prochaine par contre, ça t'apprendra à dire du mal de Randy.

– NOOOOOOOON!

21 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut