Catch

Création de suspens

This is not a method, this is provocation! Please u stop now!
Jacques Chirac

 

 

Le go home show de Smackdown! précédant Money in the Bank a sans surprise conclu le build des matchs principaux de la brand bleu (le match pour le WHC, le MITB, le match interbrand des golgoths), mais il a surtout il me semble ajouté une pointe de suspens un peu partout, ce qui en soit est une grande qualité. En effet on observe un rééquilibrage massif des forces à la veille du PPV, et bien malin qui peut prévoir ce qui arrivera ce dimanche soir à Chicago (à part la cuite au jus de betterave post match des aficionados de Punk, que ça soit une cuite de bonheur ou de déprime… mais ça n'est pas le sujet ici). Passage en revue des diverses situations de la brand bleue point par point.

 

 


Lis et commente la review, sinon je viens chez toi te manger…

 


Nalyse de Smackdown! du 15 juillet

 

 

Ezekiel Jackson, Jinder Mahal:


Je mets ces deux là dans le même sac, parce que pour moi il répondent à la même dynamique. Au départ les deux m'ont plutôt tapé dans l’œil et il y avait de bonnes idées autour, mais la WWE semblent avoir mis un coup de frein massif (sans doute juste un stand by à cause de MITB, mais quand même) à leurs trajectoires. Entre Mahal qui fait un photoshoot avec Khali où le body language est totalement en désaccord avec le texte (Jinder rabaisse Khali en parlant au photographe et le géant fait le badass pour appuyer le texte de son nouveau boss, c'est foncièrement débile) et Big Zeke que certains voyaient champion du monde en 2011 (coucou Tsuru!) et qui se retrouve à gagner tous ses matchs en trois moves (clotheline*10, powerslam*5, torture rack) sans montrer ni de charisme ni de talent, franchement on n'est pas gâté…

 

 


Attendez, on m'avait appris un truc nouveau il y a pas longtemps, la souplex je crois… mais…. heu… je ne retrouve pas comment on fait.

 


Goldorak contre Golgoth XXIV:


Les forces de Véga envoient leur plus puissant Golgoth Henry détruire la WWE technicien par technicien, heureusement the Big Actarus se dresse en travers de sa route: qui l'emportera? Après plusieurs semaines de build aussi intelligent qu’impressionnant, le World Strongest Man a la légitimité pour affronter le géant préféré du WWE universe. Mieux, la plupart des gens le voient gagner la feud et enchainer par la suite plus haut dans la carte. Rien de moins sur vu que j'imagine plutôt cette opposition continuer un peu, tant elle est bénéfique aux deux, mais toujours est il que le build est parfait. Ce vendredi, on eut un rappel intelligent de la source du conflit: l'agression d'un Big Show fou de rage sur Henry lors de son entrée dans le ring, lorsque le premier cité était en rivalité contre Alberto Del Rio, et fou de rage, avait maravé son adversaire au mépris de toute règle. A l'époque ce build avait permis de justifier l'énervement du géant face au Mexicain, et s'en resservir de la sorte pour en plus lancer cette feud est judicieux. On a donc vu les deux hommes se confronter au micro avec captain obvious en juge de paix qui hurlait que si les deux hommes se tapaient ce soir, il ne pourraient pas se taper dimanche… brrrrr une menace qui fait froid dans le dos. Excédé par la discussion qui montait en intensité, Mark Henry finit par ôter son t-shirt à tête de mort Christian Audigier, tel un vieux rocker français prêt à partir au charbon allumer le feu, pour se lancer à l'assaut du ring. Long parvint à arrêter sa course d'une série de "wait" ce qui repoussa l'impact de deux jours. Le segment micro fut très bon, les deux catcheurs sont crédibles, je trouve ce build vraiment réussi malgré la difficulté d'exister entouré des quatre matchs prestigieux de la carte.

 

 


Spoiler de dimanche: Mark Henry en taule après avoir dévoré le Big Show pendant leur match de MITB.

 


Les divas:


Kelly Kelly a fait un neckbreaker. C'est bien. Elle doit encore le travailler.

 

 


Extérieurement: Hihihihihi!

 


Le MITB match:


Avec huit catcheurs impliqués, c'est sans surprise le plat de résistance de ce RAW. Point positif: plutôt que de nous proposer simplement quatre duels ou un quatre contre quatre, les bookers ont été un peu plus créatifs en nous proposant plusieurs interactions entre catcheurs, qui soulèvent un maximum de mystère et bouleversent les lignes établies. Commençons par un premier trio bien en place impliquant deux outsiders pour la mallette: Rhodes-Dibiase-Bryan. Alors que Ted venait de perdre contre Zeke (au passage il a fourni comme toujours un super match, et surtout a permis plusieurs enchainements créatifs en essayant de placer son dream street), Cody le rabroua, avant de partir affronter Daniel. Les deux catcheurs nous proposèrent un match très créatif là aussi (le plus long de la soirée en passant), et différent des dernières rencontres. Par exemple le heel tenta de gagner sur soumission, et le face plaça son Lebell Lock dans les cordes, décrochant un "that was smart" admiratif de Michael Cole. Au final Cody l'emporta de manière clean sur un beautiful disaster monstrueux porté après un contre de frankensteiner qui avait envoyé l'american dragon pleurant ses restes de virilité en enfourchant les cordes.

 

 


Breaking news: Nicolas Sarkozy enfile un masque pour catcher incognito à la WWE!

 


Autre trio improbable: Sheamus affrontait un Sin Cara qui commence à avoir une pop impressionnante, avec Wade Barrett aux commentaires. L'Irlandais apparaissait comme le favori absolu du MITB après la semaine dernière où il avait massacré une bonne partie des autres participants, et force est de reconnaitre qu'on a assisté à un rééquilibrage. Je me pourléchais les babines de voir Sin Cara complètement réduit en bouillie par le big man agressif (j'ai des plaisirs assez sains, je reconnais…) et je fut assez servi avec de nombreux coups qui firent virevolter le Mexicain (qui ne peut s'empêcher de placer des vrilles n'importe quand, y compris sur certains bumps). Mais alors que le match semblait plié et que Laoch allait placer sa crucifix powerbomb, power-ranger bleu contra le move d'un rana roll-up pour l'emporter dans une fin qui rappela un peu le Kendrick-Abyss de dimanche dernier (un mec de 60 kg assis sur un mec de 150 kg, mouais…), malgré l'excellent selling de Sheamus. Le rouquin m'impressionne toujours autant, tant il est fort pour dominer autant que pour mettre en valeur ses adversaires (ce qu'il n'hésite jamais à faire). D'ailleurs en parlant de mettre en valeur ses adversaires, Wade quitta alors la table des commentateurs et vint placer un big boot dans les dents de son voisin britannique. En effet en plus d'un payback de la semaine dernière, on peut légitimement penser que Barrett avait mal pris la remarque de Sheamus concernant les pub Irlandais, je cite, "très supérieurs à ces bouges crasseux de pubs anglais".

 

 


*mmmpf mmmmmmpffff mmmpf!*

 

 


You're talking to me?!?

 

 


Ô my god, they killed Kenny, u bastards!

 


Petite surprise (et très bonne me concernant, un peu mon rayon de soleil inattendu de l'épisode), on vit également Gabriel et Slater s'affronter. Visiblement les deux ex-partenaires sont décidés à en découdre, et le peu qu'on a entrevu me ravit d'avance! En seulement trois minutes, ils ont montré qu'ils étaient capables de faire de superbes choses. Alors d'accord, le travail technique qui a occupé la grosse première moitié du match n'est pas super sexy pour le grand public, mais à titre personnel ça me laisse admiratif! J'adore cette maitrise et ces enchainements, et l'entente entre les deux catcheurs est indéniable. La fin quoique rapide reposa sur l'idée que les deux se connaissaient à la perfection et sauraient se contrer, et qu'il faudrait quelque chose de créatif pour gagner (450° contré en projection, enchainé d'un moonsault de Slater esquivé permettant de finalement placer le 450° décisif pour la victoire du Sud-Africain). A part le fait que le haut de Gabriel était assorti au bas de Slater (WTF?!?), tout ceci me ravit et j'espère voir de longues minutes de programme entre ces deux jeunes catcheurs hyper doués qui j'espère suivront respectivement les voies tracées par Edge et Jeff Hardy sans les écarts pour ce dernier.

 

 


Il y en a qui ont essayé de quitter le Corre, ils ont eu des problèmes!

 


Pour finir, le vainqueur de l'an dernier qui ne remet pas vraiment son titre en jeu: Kane. Tel une sorte d'hommage, il affrontait le champion actuel en main event (qu'il a anecdotiquement gagné sur count out), mais c'est surtout l'étrange séquence backstage de milieu de show qui a étonné. On y vit Kane pleurer qu'il ne faisait plus peur, exposant un spleen de monstre dépressif auquel on ne sait pas trop comment réagir. Une storyline en vue, amenant à un possible rôle de heel? Je ne sais pas trop, mais toujours est il qu'il jobba trois minutes pour Orton en fin d'émission, que certes il gagna avant de se manger un RKO, et que ça ne va sans doute pas aller beaucoup plus fort avec la branlée qu'il va prendre à MITB.


Au final on voit un build qui rabaisse le favori Sheamus (une défaite et un beatdown), tout en donnant du crédit à de gros outsiders (Cody, Sin Cara, Wade) et de bonnes raisons de suivre les autres catcheurs (Heath, Justin, Kane), avec un Bryan toujours capable de tout. Bref, je trouve cette construction idéale juste avant le PPV (même si je vois plus que jamais Sheamus l'emporter), bravo aux bookers! Et après le PPV beaucoup de choses peuvent arriver, dépendantes du résultat du match (qui pour l'IC? qui avec la malette? quelles feuds de midcard? pourquoi pas enfin le Barrett-Bryan? des interactions entre Sheamus et Wade? quid de Kane? qui pour emporter la feud Slater-Gabriel?).

 

 


Et surtout grosse murge pour le vainqueur au bar, qui sera ramené par ses potes.

 


Un jour, une expression:


Aujourd'hui, l'ami Curtis nous explicita l’expression "let the cat out of the bag", qui signifie "révéler un secret". Peut être celui de ses débuts à venir? Toujours est-il qu'il sortit du sac un éléphant à la place du chat, ce qui visiblement devait servir la semaine prochaine. Peut être pour l'expression "there is an elephant in the room" (à propos de quelque chose d'évident, l'équivalent de notre "baleine sous gravillon"), mais si quelqu'un a une explication ou une théorie plus convaincante, je l'écouterai volontiers.

 


Une jour, un rebound:


Bon vous m'entendez radoter à chaque review que les promos de la WWE sont géniales, que le mec qui les monte est un talent extraordinaire, mais franchement, comment ne pas le clamer haut et fort? Je pense que ce type est à lui tout seul une des raisons les moins évidentes et les plus importantes qui nous pousse à suivre le catch: son travail donne naissance à des légendes, transforme les catcheurs en icônes et les storylines en mythes. Il est la personnification de ce qui permute la réalité en rêve à mes yeux, donc un énième grand bravo à lui.

 

 


Son prochain challenge: arriver à nous vendre la feud Babar-Curtis.

 


Le WHC:


L'opener, le main event, et deux segments intermédiaires furent consacré à ce match, excusez du peu. L'idée assez maline, fut de jouer sur la stipulation de disqualification de Randy qui donnerait le titre à Christian. Même si cette hypothèse ne me convainc pas du tout, et que je pense que le champion va conserver assez logiquement son titre, le développement est intelligent. Ainsi Christian a évité tout moyen d'exprimer sa haine à Orton, tout en entrainant les attaques personnelles sur la vipères, qu'on sait plutôt du genre chaud bouillant et ayant du mal à se contrôler. Le Canadien a entre autre attaqué avec des mots très sévères le père de RKO, s'est moqué de sa femme, a piqué son porte monnaie et volé son argent, a taggé son bus, a fait perdre son match à son adversaire de dimanche et l'a attaqué après son combat du soir, en fuyant à la première résistance. En bref une partition parfaite de bad guy malin et plus dominateur que bien d'autres méchants. Cette configuration du heel qui chasse un titre porté par un top face me parait toujours la meilleure, car on y voit bien plus le vilain mis en avant que quand ce dernier à le titre. Un heel en chasse est systématiquement supérieur à un heel défensif à mon humble avis.

 

 


Randy, qu'est ce que ça fait d'entendre son père traité de fiotte, sa femme de bonasse, de se faire tagger son bus, tirer son portefeuilles et de perdre son match?

 


En conclusion un bon épisode, encore plus compte tenu du fait qu'il s'agissait d'un go home show. Les trois feuds concernées par le build sont plus incertaines que jamais, Smackdown! reste solide in ring et chaque semaine voit de nombreuses séquences créatives in ring, malgré des redites en terme de booking. Ce show se place décidément sur des qualités propres différentes de RAW ce qui me semble un positionnement markéting vraiment intéressant qui répond directement au "wrestling matters" de la TNA (même si ça n'est pas forcément le but). Ca permet quand même de se remémorer que SD! a la plupart du temps plus de lutte qu'Impact, et à mes yeux de meilleure qualité (ce point se discute). Mais revenons à la WWE, qui en plus a su se limiter au niveau des promotions des matchs de MITB (preuve que le PPV est déjà vendu dans l'esprit des dirigents) mettant plus l'accent sur la qualité que sur la quantité. A l'image de Mania cette année, le PPV est superbement vendu, les attentes sont énormes (au passage n'oubliez pas de pronostiquer!), croisons les doigts pour que le résultat soit plus convaincant, mais en tous cas tout est rassemblé pour que la WWE nous offre un très grand moment de catch.

 

 


Rappelons que cette année le vainqueur du concours de pronos touchera un sacré pactol!

10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut