Catch

Vol au-dessus d’un nid de lowcarders

Non, je n’ai aucun cœur! Je n’éprouve ni amour, ni peur. Aucun chagrin, ni joie d’aucune sorte. Je ne suis qu’une enveloppe charnelle, destinée à vivre jusqu’à la fin des temps!

Dracula, Van Helsing

 

Vous avez regardé NXT cette semaine? Non? Ben moi non plus, comme tout le monde! Mais le devoir m'appelle, alors voici la nalyse de la semaine de la série encore plus longue que les Feux de l'Amour!

 

 

Mais qui produit ce NXT qui utilise des storylines encore plus longues et inintéressantes que nous? Encore un coup de cet infâme Jack Abbott pour tenter de m'anéantir, j'en suis sûr!

 

 

Nalyse à l'aveugle de NXT du 2 août

 

 

Vous le savez, chroniquer NXT toutes les semaines, c'est dur, très dur. Malgré le coup de génie de Julius qui il y a quinze jours a réussi à donner de l'intérêt à un article concernant le show du mardi soir en éveillant la fibre nostalgique de nos lecteurs grâce à un format interactif digne des livres dont vous êtes le héros (toute mon enfance…), la dépression nous guette. Il suffit de voir ce qu'il s'est passé la semaine dernière: un véritable acte manqué, qui rendit la nalyse de lecharentais inaccessible aux quelques courageux qui nous lisent encore, la rédaction étant persuadée d'avoir mis en ligne l'article livré par mon camarade d'infortune. Lorsque le fameux papier fut enfin officiellement publié, vous avez pu voir toute la détresse de lecharentais, qui semble être au bout du rouleau quand il s'agit de NXT…

 

Et moi alors, vous demandez-vous peut-être? Pour tout vous avouer, en ces temps de vacances estivales, j'ai un peu ralenti mon visionnage de catch: pour être honnête avec vous, je n'ai même pas encore vu le Raw de cette semaine au moment où j'écris ces lignes! Quant à NXT, après avoir vu la nalyse de mon collègue lecharentais, je n'ai même pas regardé l'épisode de la semaine dernière tellement j'ai été affligé d'apprendre que l'admiratrice secrète de Hornswoggle était la jolie AJ… C'est donc avec à peu près autant d'enthousiasme qu'Al Bundy s'apprêtant à remplir son devoir conjugal avec sa femme Peg sans avoir bu que je m'apprêtais à couvrir l'épisode de cette semaine…

 

 

Matt Striker est inquiet: perdre les chroniqueurs des Cahiers du Catch, c'est perdre plus de la moitié de l'audiance totale de NXT…

 

 

Il me vint alors une idée: puisque personne ne regarde ce show de toute façon, pourquoi devrais-je m'infliger une telle punition? Par masochisme? Pour conserver une certaine intégrité journalistique? C'est quand même injuste! Aussi ai-je décidé de ne pas me faire souffrir inutilement, d'autant que contrairement à d'autres, je ne peux pas atténuer la médiocrité du spectacle offert par NXT en me bourrant la gueule… Je suis donc allé directement sur Internet prendre un résumé complet de l'épisode de cette semaine, et m'en vais vous livrer ce que j'en pense a priori, sans avoir vu le show. Et quelque chose me dit que de toute façon, je ne tomberai pas loin de la vérité…

 

Si j'en crois les spoilers donc, Derrick Bateman et Darren Young sont désormais officiellement alliés, et se sont donnés pour mission d'anéantir Titus O'Neil, qui domine aussi fortement qu'inexplicablement cette saison interminable. Le leader de cette vallée de larmes ouvrit le show par une promo, expliquant à Matt Striker que malgré tous les efforts des deux Heels, c'est bien lui qui sera couronné vainqueur lors de la grande finale. Oui, mais quand, bon sang? Ça, on ne le saura jamais, d'autant que Titus fut interrompu par Chapi et Chapo, blessés dans leur orgueil par le discours de Titus et venus le défier dans un match. Le disciple de Hornswoggle accepta, mais Darren Young ajouta une condition: le combat sera un tag match, et c'est l'ex-élève de Chavo qui choisira le partenaire de Titus. Assez bizarrement, ce ne fut pas le leprechaun qui fut choisi par le Heel, mais bien le présentateur de cette émission maudite, Matt Striker! Une annonce surprenante pour un main-event qui sur le papier me fait hausser un sourcil de curiosité…

 

Avant ce match qui j'en suis certain changera à tout jamais l'histoire de la WWE, un autre match prit place, opposant JTG à Vladimir Kozlov. Le Russe fit son entrée avec le titantron de son adversaire, et semble-t-il déguisé en rappeur "West Coast style", sûrement pour se moquer du membre survivant de Cryme Tyme. Rien à signaler sur le match puisque je ne l'ai pas vu, mais l'idée de voir Kozlov faire tourner en bourrique JTG en parodiant son style gangsta augure d'un bon petit comedy match, chose dont je sais le camarade (ha ha) de Santino capable de fournir sans problème. Au moins, les Pros de NXT peuvent se lâcher un peu dans ce no man's land qu'est le show du mardi, et nous offrir ce genre de petits moments sympathiques… Mais c'est trop tard pour nous accrocher maintenant, et surtout cela ne cadre pas du tout avec l'objectif supposé de cette émission: mettre les rookies en valeur. Après tout, pour ce genre de confrontation, il y a déjà Superstars…

 

 

Représente, tac tac t'as vu!

 

 

Le segment suivant poursuivit cette impression de lire un résumé de Superstars et non de NXT, car il fut consacré à Tyson Kidd, qui fit une promo pour se vanter de ce qu'il a fait subir à Yoshi Tatsu la semaine dernière. Le Canadien était apparemment très fier d'avoir détruit la jambe du Japonais, après avoir arraché celle du Tatsu en plastique qui trônait sur l'autel du petit dragon. Kidd conclut en déclarant qu'il allait faire de la WWE son royaume, arguant son glorieux héritage, son travail et ses sacrifices pour parvenir au sommet. M'enfin, il est bien gentil le petit Tyson, mais n'est pas CM Punk qui veut, donc ce petit discours ne risque pas vraiment de bouleverser le paysage de la WWE…

 

Terminons enfin ce passage en revue de l'épisode par le main-event, cette affiche de rêve opposant les Satanas et Diabolo de NXT, Darren Young et Derrick Bateman, au duo composé de Titus O'Neil et de Matt Striker. O'Neil entra en scène accompagné du couple de l'été, Hornswoggle et AJ, qui honorèrent de leur présence la table des commentaires, chose aussi déprimante qu'inutile vu que le leprechaun communique par borborygmes et qu'AJ est une Diva, et donc de fait interdite de micro. Que dire de ce match, puisque je ne l'ai pas vu? Son déroulement néanmoins a sans doute été des plus classiques: sans trop m'avancer, j'imagine que Bateman et Young se sont acharnés sur le Face en péril Striker, et alors que les deux Heels avaient l'opportunité de prendre la victoire, hot tag, O'Neil débarque, fracasse les deux méchants, place son finisher et remporte le match. Lisons les spoilers… Saperlipopette! C'est exactement ce qu'il s'est passé! Je devrais postuler pour devenir booker moi…

 

Tout cela me fait quand même de la peine pour Matt Striker: j'aimerais tant le voir reprendre son fauteuil de commentateur à Smackdown à la place de l'insupportable Booker T! Au lieu de ça, il en est réduit à co-présenter avec Maryse cette version WWE de l'enfer, et maintenant d'y combattre pour mettre over cet insipide grand dadais de Titus O'Neil. Comme dirait l'homme le plus classe du monde, Georges Abitbol: "monde de merde!"

 

 

Ça, tu l'as dit!

 

 

C'est donc sur la célébration des Faces que s'est conclu cet épisode de NXT, toujours très court car amputé d'un bon quart d'heure dédié à la rediffusion d'un segment important du Raw de la veille. Je ne connais pas le sujet de ce segment pour ne pas me spoiler Raw, mais ça devait être le moment le plus intéressant du show, comme d'habitude hélas. Encore que… L'idée de voir Kozlov jouer les rappeurs et surtout Matt Striker combattre a, je l'avoue, titillé ma curiosité. Du coup, je vais peut-être le regarder finalement, cet épisode… Et comme ça, je pourrai commenter cet article et confirmer (ou infirmer) mes impressions a priori. Au moins, ça me fera un comm'!

 

 

Grâce à ce système, je n'ai même plus besoin de lecteurs: j'écris, je lis et je commente! Bienvenue dans la première nalyse totalement autonome! Mon plan est vraiment sans faille…

15 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut