Catch

Here comes a new challenger !

– Dis donc toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars!

– Oui… Mais toi tu n’as pas la tête de celui qui les encaissera.

Un chasseur de prime et Blondin, Le bon, la brute et le truand

 

Après SummerSlam, Smackdown entame un nouveau virage avec la sélection d'un nouveau challenger pour le championnat du monde poids-lourds. Une décision qui a été prise de façon assez peu enthousiasmante, quoique finalement assez logique, à l'image de l'ensemble de la carte du show bleu de cette semaine.

 

 

– Bon Teddy, je t'ai livré Aksana, comme promis. Maintenant tu fais tout pour que je garde le titre pendant un an, OK?

– Marché conclu.

 

 

Nalyse de Smackdown du 19 août

 

 

C'est avec beaucoup de joie que je me suis chargé cette semaine de couvrir Smackdown. En effet, après avoir finalement vu l'épisode de NXT que je m'étais juré de nalyser sans le voir histoire d'avoir au moins un commentaire, et après avoir pris une semaine de vacances pour m'en remettre, je fais mon grand retour au sein de l'équipe rédactionnelle avec un show bleu de qualité. Et j'ai globalement passé un bon moment, même si comme je l'ai écrit en introduction, j'ai eu tout au long de l'épisode une impression assez mitigée, partagé que j'étais devant les décisions de booking de cet épisode entre une légère déception et une acceptation de ces choix somme toute tout à fait cohérents avec l'évolution des événements.

 

J'ai tiqué dès l'annonce du premier match de la soirée d'ailleurs. Le show avait commencé par une promo de célébration de Randy Orton, qui a triomphé de Christian à SummerSlam à l'issue d'un match extrêmement (jeu de mots) disputé. Première déception de la soirée, Terminatorton annonce qu'il a tellement explosé Christian dimanche qu'il n'est pas en condition pour demander sa revanche, et que l'Apex Predator est donc officiellement débarrassé de Captain Charisma. Teddy Long, venu sur le ring pour féliciter le nouveau (pour la énième fois) champion, annonça alors que le nouveau challenger serait désigné à l'issue du main-event, une Battle Royale de vingt participants parmi lesquels les redoutables Johnny Curtis, Yoshi Tatsu et Heath Slater… Bon OK, j'exagère, Mark Henry, Sheamus et Wade Barrett étaient également inscrits pour ce match!

 

 

Sans compter la présence du Undisputed Internet Champion, excusez du peu!

 

 

L'annonce fut interrompue par l'arrivée de Cody Rhodes, accompagné de son sous-fifre Ted DiBiase. Le Fantôme de l'Arena évoqua l'époque Legacy, où lui-même et Ted servaient de paillassons à Orton, et proclama qu'il aurait sa vengeance en remportant la bataille royale et en prenant son titre à Randy. DiBiase n'eut par contre pas le temps d'en placer une qu'il se mangea direct un RKO out of nowhere, histoire de rappeler qui est le patron. Autant CM Punk appelle à la révolution à Raw, autant Smackdown est revenu à son bon vieil ancien régime…

 

 

Comme dirait Plissken: "plus les choses changent, et plus elles restent les mêmes…"

 

 

Devant cette attaque injustifiée du champion Face sur son bras droit, Cody Rhodes protesta fort justement devant Teddy Long, et exigea réparation. Ce que le General Manager appliqua… en imposant à Rhodes de non seulement remplacer DiBiase dans le match qu'il devait faire contre Ezekiel Jackson, mais en plus en en faisant un match pour le titre Intercontinental! Récapitulons: le champion Top Face a attaqué sans raison un jobber Heel, et en réaction à cela, le GM booke un match pour le titre Intercontinental, expliquant qu'Orton fait plus ou moins ce qu'il veut… J'imagine que mon côté "Orton-hater" doit jouer dans mon appréciation de la scène, mais elle est où la logique là-dedans? Cela dit, si le segment n'a en soi pas vraiment de logique, son but non avoué coule de source lui: il s'agissait surtout d'expédier la clause de revanche d'Ezekiel Jackson avant de l'envoyer au placard.

 

 

Voilà, c'était pour expédier la revanche de Jackson que Long a organisé ce match… Ça, et le fait que j'avais pas envie de combattre cette semaine… Et que je fais ce que je veux dans MON show!

 

 

Car oui, le Fatalis de Smackdown a conservé son titre à l'issue de ce match "improvisé", la ruse de Rhodes se montrant plus efficace que la puissance de Jackson. Un Cross Rhodes plus tard, Cody quitta donc le ring plus déterminé que jamais à remporter la bataille royale et parvenir ainsi à se venger du champion Orton.

 

Un autre champion est venu à Smackdown cette semaine, il s'agit du WWE Undisputed Champion, Alberto Del Rio. L'aristocrate mexicain a fait une belle promo sur le ring de Bakersfield, sur son thème préféré: son destin. Bakersfield est effectivement la ville où Del Rio a fait sa première apparition sur un ring de la WWE, dans un match où il avait vaincu Rey Mysterio, et un an plus tard, le revoilà, détenteur de la ceinture la plus prestigieuse de la fédération, et sortant de Raw où il a défendu avec succès son titre contre Rey Mysterio, encore une fois. La boucle est donc bouclée, et Del Rio a enfin accompli sa destinée. Cela mit notre amateur de belles voitures dans une confiance telle qu'il lança un défi au vestiaire de Smackdown, histoire de prouver qu'il est le mâle alpha du coin.

 

Le défi fut relevé par Mr Money In The Bank, Daniel Bryan, venu sans doute chercher sa revanche après sa défaite de la semaine dernière. Celui-ci dégonfla un peu les chevilles de l'homme au slip d'or, critiquant la façon ordinaire dont Del Rio a utilisé sa mallette rouge pour gagner son titre, alors que Bryan a fait le serment d'utiliser son contrat à la loyale, lui (et ainsi gratter une place dans un main-event à Wrestlemania). Bryan jura de rendre Del Rio un peu plus humble, Alberto promit l'enfer à Daniel pour oser lui parler de la sorte, la tension était à son comble: le match pouvait donc commencer.

 

 

Chut, Daniel, pas un mot! Tu vas distraire le public, et ils vont regarder le match au lieu d'écouter Cole et Booker T!

 

 

En effet, le combat fut très bon, ce qui n'a rien d'étonnant compte tenu du niveau des deux participants, mais il fut gâché par un défaut qui m'a vraiment tapé sur les nerfs comme rarement: les commentateurs ont parlé de tout, sauf du match! Michael Cole et Booker T se sont pris la tête sur le comportement de Del Rio, son avenir en tant que champion, Cole s'est moqué de Bryan… Mais ils n'ont à aucun moment parlé de ce qu'il s'est passé sur le ring, ce qui est quand même la raison de leur présence à la table des commentateurs et de leurs salaires. C'est typiquement le genre de chose qui peut faire sortir un téléspectateur du match, et ça a failli être mon cas tellement j'avais envie de coller des baffes à Cole et Booker. Et c'est d'autant plus dommage que le combat, encore une fois, a été très bon: Del Rio s'est concentré sur le bras de Bryan, l'American Dragon faisant preuve de son côté d'une résistance tout bonnement incroyable, et sortant régulièrement de très jolis mouvements, comme ce coup de genou depuis l'extérieur du ring ou encore ce Missile Dropkick que j'adore. Mais au final, c'est le champion WWE qui s'est imposé, parvenant à pousser à l'abandon Bryan piégé dans son Cross Armbreaker.

 

Comme lors de l'annonce du match de Cody Rhodes, j'ai d'abord été surpris et un peu déçu de cette défaite, comme Major la semaine dernière: voir Daniel Bryan, l'expert en soumission, abandonner contre Del Rio m'a fait bizarre. Mais bien vite, j'ai compris que le match ne pouvait se finir autrement: Alberto est quand même champion WWE, et s'il s'est déplacé à Smackdown, c'est bien pour prendre un peu de crédibilité. De plus, que Bryan abandonne sur le Cross Armbreaker n'a rien de choquant, vu à quel point Mr Money In The Bank était affaibli par les attaques systématiques de Del Rio sur son bras. Une victoire logique donc, au terme d'un match de très bonne qualité… pour peu que vous coupiez le son! On notera après le combat le petit beatdown infligé par Del Rio sur Bryan, assez classique sur la forme, le sauvetage de l'ancien champion des États-Unis par Sin Cara (actuellement interprété par Hunico, qui remplace Mistico suspendu si j'ai bien suivi), donnant un avant-goût d'une possible rivalité future hencha en México qui pourrait être sympa à regarder sur le ring… Mais pour l'instant, ça restera sûrement un doux rêve, Del Rio étant champion à Raw et Force Bleue faisant partie du roster de Smackdown.

 

D'autres choses se sont passées avant la bataille royale tant attendue, mais d'une importance bien moindre, aussi je vous propose de les passer en revue vite fait avant d'attaquer le main-event: côté matchs, on a eu droit à la suite de la feud débutée à NXT la semaine dernière (et couverte à la fin de la nalyse piégée de ce cher Silvernights) entre Tyson Kidd et Justin Gabriel. Ce combat a lui aussi été très sympa à suivre, avec notamment un roll-up malin de Gabriel qui tira profit d'une tentative manquée de Sharpshooter de Kidd, et qui s'est conclu par la victoire du Sud-Africain sur son toujours impeccable 450° Splash.

 

 

Voilà qui me donne toutes mes chances pour remporter la bataille royale, n'est-ce pas? … Hé, pourquoi vous riez?

 

 

Chez les filles, Kelly Kelly et AJ ont combattu Natalya et Alicia Fox. Le match s'est déroulé de façon hyper prévisible: AJ a joué les Faces en péril, la pauvre n'ayant placé qu'un coup avant de se faire exploser par le duo Heel. Puis, la geekette est parvenue dans un sursaut de forme à passer la main à Kelly², qui détruisit Alicia Fox, cette dernière encaissant le K2 qui donna la victoire aux gentilles. Seule légère surprise: la réaction de Natalya, furieuse de cet échec et qui passa sa colère sur la pauvre Alicia en lui portant un Sharpshooter punitif. Les choses bougent un peu chez les dames, la moitié canadienne des Divas of Doom s'étant fait apparemment une nouvelle ennemie. Peut-être que Natalya et Beth devront se mesurer à toutes les autres femmes du roster? C'est en tout cas la direction que semble prendre cette storyline qui me redonne un peu d'espoir envers la division de la ceinture au papillon…

 

 

Je vais te briser en deux, insolente!

*Crac*

Oups, je ne pensais pas si bien dire…

 

 

Côté backstage, pas grand chose de neuf, à part l'apparition hebdomadaire de l'insupportable Aksana, que je détestais déjà à l'époque de NXT3, dans le bureau de Teddy Long. En résumé: Aksana allume Teddy, Teddy rougit et bafouille avant de s'enfuir, vraisemblablement dans les toilettes pour se masturber, (là encore, spéciale dédicace à Major) comme la semaine dernière. Je ne sais toujours pas où les bookers veulent en venir avec ce nouveau personnage (puisque pour eux, une nouvelle coupe de cheveux chez une Diva équivaut à un changement de gimmick et/ou de personnage) prévu au départ si j'en crois les rumeurs pour être interprété par Maxine (celle qui a fait une Titus O'Neil sur son Twitter, si vous voyez ce que je veux dire). À ce propos, j'aurais d'ailleurs préféré voir vraiment Maxine dans ce rôle: OK, c'est une calamité sur le ring (comme Aksana d'ailleurs), mais elle est vraiment très compétente au micro et m'aurait plus facilement convaincu que la cruche de Vilnius… Toujours est-il que ce segment backstage fut ce que le Nostalgia Critic appelle avec justesse un "Pointless Moment", et avoir réussi à faire de ces quelques minutes de vide télévisuel un paragraphe entier est un exploit dont je suis assez fier, bien qu'il me faut reconnaître que j'ai de l'entraînement, puisque je dois une semaine sur trois faire huit mille signes sur NXT!

 

 

Bonsoir madame… Ah désolé, trop tard.

 

 

Passons maintenant donc enfin à cette bataille royale mise en place pour désigner un nouveau challenger, le tout sous le regard attentif de Randy Orton venu assister au match près de la table des commentateurs. Il s'est passé pas mal de choses, mais je vais me concentrer sur l'essentiel. Tout d'abord, la bêtise incroyable de dix-neuf des vingt participants: dès le début du match, tout le monde bondit sur Mark Henry, l'homme le plus dangereux du ring, qui a d'ailleurs promis peu avant à Matt Striker en coulisses qu'il allait faire couler tous ses adversaires… Mais ce bel assaut collectif n'a duré que cinq secondes: Henry a repoussé la mêlée qui l'avait piégé d'un coup, et alors… Tout le monde se choisit une nouvelle cible! Really? Vous abandonnez aussi vite que ça les mecs la chance d'éliminer le mec le plus destructeur du roster bleu?! C'est qui le général de cette armée de crétins, Johnny Curtis?

 

Pendant ce temps, dans un coin du ring, le gros Khali protège Jinder Mahal, afin de l'aider à remporter une victoire facile, le géant suivant les ordres de son beau-frère maléfique reçus un peu plus tôt en coulisses au micro de Matt Striker, le futur vainqueur de NXT Redemption. Chez les midcarders, Ezekiel Jackson a eu sa revanche: après sa défaite un peu plus tôt dans la soirée, c'est lui qui élimine Cody Rhodes, avant de se faire sortir par Khali. Mark Henry refait alors parler de lui en éliminant le géant indien, avant sortir lui-même du ring en passant sous la première corde. Le béhémoth passa alors la majorité du combat à jouer les voitures-balais, détruisant tous ceux qui se firent ensuite éliminer de la bataille: Heath Slater, sorti par Sheamus, fut projeté dans les escaliers de métal par Henry. Le même sort attendit Justin Gabriel qui subit la fureur de l'homme le plus fort du monde, puis les jumeaux Uso après lui, qui permirent à Mark Henry de détruire la table des commentateurs dès la première attaque, ce qui dut rendre jaloux Orton…

 

Henry revint ensuite sur le ring et élimina rapidement Mahal et DiBiase. Il ne resta alors que quatre hommes sur le ring: Wade Barrett, Sin Cara, Sheamus et Henry, donc. Détail amusant, ces quatre-là furent également les seuls qui ont eu droit à leur entrée personnelle au début du match… Comme par hasard! Enfin bref, fort logiquement, les trois "finalistes" décident de s'unir contre Mark Henry, stratégie qui se serait avérée plus payante si vous aviez continué à l'attaquer à DIX-NEUF CONTRE UN, BANDE DE CRÉTINS! Mais apparemment, le sens stratégique n'était pas avec les adversaires de Mark Henry: en résumé, Barrett trahit le premier (bien vu, le général de Nexus et du Corre, on comprend mieux pourquoi les deux stables ont si mal tiré leur épingle du jeu) et attaque Sheamus, l'Irlandais élimine l'Anglais, Henry met Sheamus hors-jeu à son tour avant de placer son World Strongest Slam sur Sin Cara et de catapulter le Ranger Bleu au loin. Mark Henry est donc le nouveau challenger pour le titre, duel de regards intimidants avec Orton, et fin de l'épisode.

 

 

– Tu danses?

– Je peux pas, je garde la ceinture d'un ami…

 

 

Comme beaucoup, je ne suis pas très emballé à l'idée d'un match de championnat entre Henry et Orton. Déjà, je n'aime pas la Vipère, et si je reconnais volontiers les qualités du World Strongest Man et la puissance qu'il dégage depuis le début de son push (il a quand même sorti pour un moment Big Show et Kane, ce n'est pas rien!), je ne crois pas une seule seconde en ses chances de mettre la main sur la ceinture de champion du monde poids-lourds. Légère déception donc, mais encore une fois tempérée par la raison: la victoire de Mark Henry est parfaitement logique vu son statut actuel. Mais quand on pense qu'on aurait pu avoir un match Christian vs Sheamus à la place, difficile de s'emballer à l'idée de l'affiche qui nous est proposée!

 

Cependant, il reste un espoir: peut-être que contrairement à ce qu'a annoncé Orton au début de l'épisode, la guerre entre lui et Christian n'est pas finie. L'absence de Captain Charisma cette semaine après sa sévère défaite à SummerSlam n'est sûrement que temporaire, et je suis certain que l'ancien champion reviendra dès la semaine prochaine pour faire valoir ses droits et demander sa revanche. Reste à savoir ce que Teddy Long choisira: un Triple Threat Orton/Christian/Henry dès la semaine prochaine? Ou est-ce que Teddy Long refusera carrément d'offrir une revanche à Christian, qui devra se "contenter" d'affronter Sheamus en attendant que son tour revienne, s'il revient? Espérons que contrairement à d'habitude, le General Manager de Smackdown prendra la bonne décision en tout cas! Il reste encore pas mal de temps avant Night Of Champions, et il me semble difficile de croire que le main-event du show bleu dans ce PPV soit seulement un match entre Henry et Orton, surtout quand en face on aura sans doute droit à un combat au starpower phénoménal opposant Del Rio, Cena et peut-être même CM Punk… Le booker amateur qui sommeille en moi imagine que le match de championnat Henry/Orton aura lieu en weekly, avec une intervention de Christian qui conduira à un Triple Threat à Night Of Champions. Peut-être même que la stipulation évoluera en un Fatal 4-Way avec l'intégration de Sheamus dans l'équation, qui sait?

 

 

– Et moi, je peux venir, dis?

– Non, Heath, un seul roux par main-event, c'est le quota.

– Mais Sheamus…

– Y a pas de mais! Lâche-moi et retourne à Superstars!

 

 

En tout cas, cet épisode de Smackdown a donc parfaitement su jouer son numéro d'équilibriste, entre déception et cohérence. Des matchs qui tombent un peu de nulle part (Rhodes/Jackson, Del Rio/Bryan, Gabriel/Kidd) mais qui ont en fait une bonne raison de se faire (évacuer la revanche de Jackson vite fait, mettre en valeur Del Rio et montrer la différence entre un MITB Face et un MITB Heel, mettre over Gabriel hors de NXT) et qui, comme souvent à Smackdown, ont été de très bonne qualité (Rhodes est définitivement très bon et mérite son titre de champion Intercontinental, Del Rio a gagné beaucoup en crédibilité en faisant abandonner Bryan, Gabriel et Kidd ont offert un joli spectacle). En fait, j'aime Raw et Smackdown pour des raisons diamétralement opposées. En effet, Raw a un main-event de folie, mais je m'intéresse moins au reste, alors que c'est exactement le contraire pour Smackdown: j'adore toutes les histoires de midcard (le titre Intercontinental en tête), mais Orton champion m'ennuie au plus haut point. Mais ne boudons pas notre plaisir: Raw et Smackdown nous servent un super spectacle en ce moment, alors profitons-en!

 

 

Profite bien de ces moments devant Smackdown Kovax, car bientôt tu retourneras chroniquer NXT, sale hérétique!

36 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut