Catch

Petit, mais… petit

Tu avais dû confondre les lumières
D'une étoile et d'un réverbère.
Et ça continue encore et encore,
C'est que le début d'accord, d'accord…

Francis Cabrel, Encore Et Encore.


Bon, NXT est toujours aussi médiocre. Le show n'est pas nul à proprement parler, mais il est d'une faiblesse et d'un manque de consistance assez affolant, et comme toujours on n'en voit pas venir la fin. Pour rendre cet article intéressant j'ai décidé de vous parler un peu d'Hornswogle (article avec 12 views et 0 coms), tout en n'oubliant pas de mentionner qu'une Maxine en mode dominatrice sexy a roulé des pelles baveuses en direct (+250 views, +1 commentaires).

 

 


Maxine sous son meilleur profil.

 

 

Review de NXT du 6 septembre

 


Je commencerai cette review par une publicité (oui j'ai mon sponsoring personnel pour boire des coups gratos): nos amis de Catch Breaker proposent un concours pour fêter leur année d’existence, qui permet de gagner des t-shirts de votre choix. Le concours clôturant ce soir, je vous invite donc à vous inscrire, répondre aux questions faciles pour vous (vous êtes lecteurs des CdC après tout…) et demander le t-shirt John Cena, que vous enverrez à la rédac quand vous l'aurez gagné.

 

 


Avec sept millions de pages Facebook créées, Silvernights est le plus grand contributeur du réseau social.

 


L'épisode a été articulé en trois temps: la feud entre Striker et Young a vu l'inclusion de Regal et a occupé les moments clés de la soirée (opener et main event), et les espaces bouche trou du show bouche trou furent comblés du match tag team entre les deux rookies restants et leurs partenaires féminines, et d'un énième Kidd-Tatsu nous proposant néanmoins une surprise. A noter que 50% de l"émission fut remplie par du catch, l'autre moitié étant comblée par des segments de promotion pour Night of Champions. Ainsi l'épisode démarrait par une promo de la feud Striker-Young, ce dernier ayant enchainé misère sur misère au commentateurs (en vrac insulte, punition en match et beatdowns post matchs). Regal ne supportant plus la situation, il intervenait lors du dernier épisode ne comprenant pas intégralement des rediffusions, ce qui entraina un speech de Young pour débuter le show jaune. Le Cena des pauvres remercia Regal de son intervention car cela lui avait évité de se faire virer, l'Anglais monta sur le ring faire une petite leçon de morale et le tout déboucha sur le booking du ME du soir. Simple, efficace, relativement agréable sans nécessairement être brillant.


Le match fut du même calibre. Ça fait super plaisir de voir Regal dans un ring, mais le point important est que même jouant le rôle du face, Regal ne se désavoue pas comme dans beaucoup trop de turns. Young est hué et joue le salaud de l'histoire, Regal est le vieux justicier à la Eastwood qui amène un peu de morale sans pour autant renier ses méthodes crades ou son passé. Ainsi lors du match on voit toute une série de coups de putes (William se laisse supplier par Darren et fait semblant d'accepter ses excuses avant de lui marcher sur la main, ou encore on le voit tenant les jambes de son adversaire au sol prêt à stomper, reposer les jambes lentement, et stomper quand même quand on croit qu'il a abandonné l'idée). Tout le long la foule scande "Regal Regal" et c'est moi qui me régale, et le serviteur de sa majesté l'emporte logiquement sur un running knee. La fin de match vit une tentative d'intervention de JTG interrompue par Striker qui renvoyait ainsi l'ascenseur au fine englishman, et présageait d'un match tag team annonceurs vs jobbers dans le prochain NXT.

 

 


– William, quel superbe match, vraiment!
– Merci mais… qui êtes vous monsieur?

 


Tout ceci n'est pas excessivement sexy, mais voir Regal fait toujours plaisir. L'histoire racontée est correctement menée (Regal cherche seulement à "donner une leçon" à Young, ce qui conserve son personnage et son caractère et le rend malgré tout agréable pour la foule, un peu à la façon d'un vieux militaire respectable ou du grand père patriarche de la famille, ancien professeur. Young se laisse porter en faisant correctement son taf, ce qui viendra (des matchs tag team, ou croisés entre les deux camps) ne me pas particulièrement rêver, mais ça a le mérite d'être regardable.


Le second segment fut lui plutôt faible, malgré une valeur sure sur laquelle je reviendrai plus bas. Titus et AJ (soutenus par Hornsy) affrontaient Maxine et Bateman. Les faces l'emportèrent assez rapidement dans un match qui ne mérite que de noter son move final (la spinebuster powerbomb de Titus, Masters avait sorti la même en février sur Drew, et ce move et tout bonnement incroyable niveau impact!) et le fait que c'est AJ qui récolta le plus de réactions du public in ring. Après le match, les deux heels nous gratifièrent d'un début d'engueulade qui se finit par un fougueux baiser qui laissa Jack Corpela tout décontenancé (et largement chambré par ses partenaires de table d'annonce). La réplique du jour: Maxine qui montre sa poitrine en disant "this is natural" alors que juste avant Bateman lui hurlait que sa permanente était naturelle. Mouais… Plus intéressant scénaristiquement: Maxine suggérait de se débarrasser d'Hornswogle pour augmenter ses chances de l'emporter contre le duo face (elle qui avait roulé des pelles au nain lors d'une saison précédente, mais passons…). Le segment n'était pas si mal, le scénario est assez faible, et on va voir comment tout cela va tourner. Je vois gros comme une maison venir des séquences cartoonesques pour piéger le Leprechaun (en tous cas j'aimerais que ça arrive, au moins ça me ferait marrer).

 

 


– J'ai une idée tu vas te balader topless dans les vestiaires pour attirer le Leprechaun et là on le piègera!
– Heu, si on faisait plutôt un vieux piège avec une caisse suspendue sur un bâton et des lucky charms dessous?

 


En tous cas je pense que Hornsy est le point fort principal de cette storylines, je m'explique. Le nain est considéré par beaucoup comme un des points noirs majeurs de la WWE. C'est un peu le symbole absolu de la Kidz Era, avec ses segments comiques, la ridiculisation d'athlètes heels adorée par l'IWC, prenant du temps d'antenne à "plus méritant que lui". C'est là que nait le parallèle avec Vickie Guerrerro: à première vue tout les oppose. La cougar est elle vénérée des smarts, prenant part à des segments souvent très appréciés de la communauté internet. Or j'affirme que Vickie est l'exact pendant de Hornswogle pour les deux communautés majeures du catch: tous les deux sont de grands professionnels avec un acting de haut niveau, au point que très souvent on en oublie que derrière la gimmick à laquelle on est habitués, il y a des êtres tout ce qu'il y a de plus normaux (enfin vous voyez ce que je veux dire). Vickie est adorée backstage comme le nain, mais elle incarne une salope super crédible qu'on aime haïr. Peu de monde pense au petit bâtard comme à un type normal, qui discute des storylines, donne des idées, met au point les segments avec ses partenaires, mais c'est pourtant ce qui arrive backstage (j'ai d'ailleurs bien aimé que Corpela le mentionne à demi-mots aux commentaires). Et plus que tout, Vickie comme Hornswogle déclenchent des réactions supers fortes dans ce qu'ils sont censés viser. Pour moi ce sont clairement deux grands professionnels qui parviennent à exister alors qu'ils ne sont pas catcheurs, avec un succès étonnant et qui mérite énormément de reconnaissance. J'ai beaucoup de respect pour le travail des deux, même si ce qui est inévitable m'agace: les voir apparaitre dans le ring. On dira que c'est la rançon nécessaire du succès, et que cela ne doit pas ternir leurs performances, mais plutôt être vu comme une récompense pour eux.

 

 


Gnaaarh grrr prfff blrrr!
 

 


Last but not least, l'excellent Kidd (qui à mon avis file un très bon coton, tant on le voit partout et contre tout un lot d'adversaires) arriva sur le ring avec un micro. Il se moqua de Yoshi Tatsu dans un speech non mémorable (la qualité du Canadien est ailleurs), et le Japonais arriva alors… avec un nouveau look assez improbable (pour une nouvelle gimmick, Hokori?). En gros il portait un masque qu'il retira dans le ring, dévoilant le visage à moitié peint. Le combat dura dix bonnes minutes, fut très agréable (je n'accroche pas trop au style de Tatsu que je ne trouve pas assez rythmé pour un highflyer, et dont les kicks me gavent un peu, mais le résultat fut correct) et amena une victoire logique dans le cadre d'une lancement de gimmick pour le Japonais. Je ne sais pas trop où on va et je ne crois pas que ça me passionnera, mais on a le mérite d'avancer et d'innover.

 

 


Double face est de retour à la WWE.

 


Au final un NXT qui ne fut pas mauvais, mais qui manque désespérément de moments marquants. Objectivement pleins de petites choses valent le coup (Regal au micro ou dans le ring, Kidd in ring, Young ou Striker ne sont pas horribles, les tenues de Maxine, le nouveau look de Yoshi, etc…), mais ça ne soulève que peu d'intérêt. La faute à cette impression ancrée que cette saison ne finira pas avant bien longtemps, et que tout est fait pour délayer au maximum. On approche le show à reculons et on le quitte en courant, et même des storylines intéressantes auront beaucoup de mal à ramener de l'intérêt tant le traumatisme est grand. Il est temps de finir le massacre, vraiment…

 

 


La semaine prochaine, Yoshi arrive avec une tronçonneuse et une machette, puis découpe tout le monde!

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut