Catch

Superstars’ new look!

J'ai toujours dit qu'il valait mieux avoir un look d'enfer et jouer comme une savate que l'inverse.

Mick Jones, chanteur entre autres de Should I stay or should I go?

 

Un Superstars nouvelle formule, pour fêter mon grand retour dans le système universitaire! Joie! Mais ne manquez surtout pas cet article, avec le retour d'un ancien de NXT, le nom du vainqueur du précédent concours, des nalyses de matches, des opinions de catcheurs, et même le retour des gestes de la semaine. Si, si!

 

 

Et des filles! Des filles avec des nibards comme ça!

Tout ça dans cette review!

 

 

Nalyse de Superstars du 15 septembre

 

 

Je déteste les combats entre poids lourd et poids léger (oui, je désanglicise, et zut). D'une, parce qu'il n'y a jamais de réel suspense, le gros étant censé massacrer le plus petit, et en cas contraire, le gros est décrédibilisé. De deux, il n'y a que rarement des jolis matches. Et encore, j'écris "rarement", sans avoir le moindre match sympatoche entre un gros et un petit en tête.

 

Ce fut le cas jeudi soir, lorsque la WWE nous proposa comme opener de Superstars Ezekiel Jackson contre Tyson Kidd. Alors déjà, pourquoi avoir choisi Tyson Kidd comme adversaire? Ne me dites pas que le Canadien est le seul jobber heel poids plume qui connait Superstars comme sa maison? D'autant plus qu'il est occupé dans une riquiqui (22 points au scrabble) feud contre Yoshi Tatsu à NXT. Des jobbers légers heels habitués des lieux, je peux de mémoire vous en citer trois : JTG, Curt Hawkins (même si celui-ci est plus poids moyen que léger, je vous le concède) et Primo Colon, qui a des excuses, il s'est fait squasher dans le dark match de Superstars face à Mason Ryan.

 

 

De plus en plus bizarres, les clips de Mylène Farmer.

 

 

D'ailleurs, quelques mots à propos de ça. À quoi sert un match non-diffusé à Superstars? Je vous rappelle l'utilité du show violet, c'est de permettre à des mid-carders de la WWE d'avoir du temps d'antenne. D'ANTENNE. ANTENNE, ZUT! Je me mets deux minutes à la place du Gallois et du Portoricain, et je me dis que ce serait comme si la rédac' était d'accord pour que j'écrive un papier, mais qu'ils ne le mettaient JAMAIS en ligne! Alors ma question philosophique de ma semaine sera : "à quoi sert un dark match à Superstars bordel?"

 

Je reviens sur le Jackson-Tyson (ça fait vachement affiche de boxe, je trouve), et je passe outre sur le fait que la WWE se fout royalement de la tronche de NXT pour envoyer un des leurs, sans raisons apparentes voire valables, servir de punching-ball à un mec qui a la personnalité d'une serviette en papier.

 

Bref, le match commence, et malgré mes peurs, ce fut un match moins pire que prévu, notamment grâce à la très bonne copie rendue par Kidd, qui a fait ce qu'il a pu pour compenser la très nette carence en talent et en technique du Guyanais.

 

On retiendra principalement le pas trop mal combo "je suis les bras étalés sur les cordes, coup de pied dans la tronche de mon adversaire, je fais une pirouette arrière pour arriver sur le tablier, mon adversaire refonce vers moi, je passe mes deux jambes entre la 1ère et la 2ème corde pour lui niquer les genoux, à ce gros naze". Si j'étais juge de patinage artistique, j'aurais levé mon panneau "5.6" pour ce très beau mouvement.

 

 

Dans sa précipitation, le juge canadien a oublié sa note à l'hôtel.

 

 

Et sans ça et quelques autres coups bien portés du Canadien, le match est une daube en boite. La faute à l'ancien champion intercontinental, dont le talent in-ring et la gimmick de face niais n'atteindront jamais ceux des récents virés que sont Chris Masters, Vladimir Kozlov, voire les Luke Gallows ou Mike Knox. Décidément, en matière de licenciements, je ne comprendrai jamais la WWE, d'autant plus que je n'ai pas trouvé le moindre t-shirt à son effigie, pourtant le b.a.-ba du marketing selon Vince.

 

Bref, victoire en 5 minutes-et-encore-ma-montre-avance de Ezekiel Jackson par son Torture Rack (à quand une prise de finition?). Tyson Kidd montre semaine après semaine qu'il a tout pour être un grand garçon, Ezekiel Jackson montre jour après jour qu'il a tout pour se faire virer.

 

Après ce pamphlet incendiaire, place maintenant à notre grand jeu "FEMME À POIL!". Oui, vu que Brodus Clay va squasher son lutteur hebdomadaire, autant que nous aussi on en profite. Juste une petite statistique : depuis que Clay est "arrivé" à Superstars, il n'a affronté que des lutteurs locaux. 7 en 7 semaines. Même remarque que précédemment, la WWE ne va pas me faire croire qu'il y a aucun jobber face habitué de Superstars de disponible. J'en ai compté 3, et la liste est  exhaustive : Santino Marella, David Hart Smith, voire Yoshi Tatsu, quitte à se toucher le flanc gauche avec une patte d'alligator femelle, autant y aller jusqu'au bout. Ces hommes n'ont pas catché ce jeudi à Superstars, et sans avoir lu les spoils, je ne pense pas qu'ils catcheront ni à RAW ou à SmackDown cette semaine. Pourquoi? Parce que.

 

Alors, j'espère. J'espère une storyline où, un jour, Brodus prendra le micro et dira qu'il en a ras-le-cul d'affronter de la piétaille, qu'il veut maintenant du vrai challenge. Ce serait beau.

 

Bref, notre grand jeu-concours! À la question "Pourquoi Mason Ryan ou tout autre ancien membre du New Nexus n'a rien dit à propos du départ de CM Punk ?", vous avez été nombreux à m'envoyer vos réponses ainsi que vos 5 euros de participation hahahaha les pigeons!, mais la meilleure réponse est celle de Silvernights, qui m'a répondu "Sinon j'ai pas d'idée pour [ta question], mais envoie moi la photo sinon j'enlève l'article ^^". Dans ces circonstances, je ne peux que le désigner comme grand vainqueur! Bravo à lui!

 

Néanmoins, comme je suis grand seigneur, j'ai décidé pour vous faire plaisir et pour avoir plus de commentaires de mettre la fameuse photo. Like, comment and share!

 

 

 Femme à Poil (58)

 

 

Après ce moment grand-guignolesque (non mais sincèrement, vous vous attendiez à quoi? C'est un site sérieux ici!), passons au troisième match de la soirée. Un tag team match des familles, avec l'arrivée des Usos, qui étaient à mes yeux les plus légitimes pour aller titiller les ceintures du Nexus du New Nexus de McGilliTunga. Mais désormais, il est vrai que les Samoans sont à des années lumières de l'aura dégagée par AirBoom ou Awesome Truth. Ceci dit, et à la vue des progrès qu'ils ont faits depuis leurs arrivées, je me fais aucun souci pour eux, du moins en ce qui concerne leurs talents. Surtout qu'ils ont toujours l'air contents de catcher, quelles que soient les circonstances. Et c'est un vrai plaisir de les voir avec leur jeunesse et leur jovialité.

 

Leurs adversaires de ce soir sont une team originale: Trent Barreta et Johnny Curtis. Oui! Le gagnant de  NXT4! L'ersatz des sketches de Zack Ryder! Le mec qui pique le gâteau des gros, qui préfère le ketchup et la mayo à la moutarde, ou qui bouffe les chips qui sont sur son épaule. Le tout en réussissant l'exploit d'être aussi drôle que la bande à Ruquier un soir de beuverie générale. Selon mon tableau Excel, il s'agit là de son premier match depuis belle lurette (à Curtis, pas à Ruquier), tout du moins à Superstars.

 

 

Un mec qui prend les expressions au pied de la lettre? Génial! La semaine prochaine, Jonathan Lambert essayera d'avoir la bite en fleur. (rires)

 

 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Curtis a une gimmick de mec arrogant, classique mais toujours efficace. Preuve en est dès le début quand il demande à Barreta de se mettre un peu en arrière lors de son arrivée. Je n'ai pas vu l'ex-Dudebuster comme heel, mais simplement comme un mec à qui on a proposé un tag match ce soir, et que, même accompagnant un heel, il continue à taper dans les mains des fans. Et là aussi, la fameuse question se pose : pourquoi une équipe heel-face? Ce type d'équipe mène souvent à des storylines intéressantes (MVP & Matt Hardy), mais entre deux low-carders? De trois choses l'une, soit la WWE voulait prendre un face pour mettre en valeur l'arrogance de Curtis, soit créer une feud pour occuper les deux, soit elle n'a pas fait gaffe.

 

Quoiqu'il en soit, le match, qui a duré environ 6 minutes, sans que j'aie eu le temps de m'ennuyer, n'était pas mauvais, agrémenté de jolis coups de la part des Usos. Le booking était simple : Curtis – qui n'a pas montré grand-chose – a laissé son coéquipier subir le splash des frangins, lui laissant ainsi la défaite, mais pas la responsabilité de la défaite. Un match classique mais sans grande nouveauté.

 

À la vue de ce match, je me suis dit qu'il était difficile pour un débutant à la WWE de se créer un personnage, car tous ne remportent pas une ceinture majeure en 166 jours (coucou Sheamus!). Les Usos en Samoans cools mais pas niais, Barreta en mec très cool et très niais, Curtis en mec insolent, Percy Watson en mec un peu neuneu pour ne pas dire con, Aksana en fille de l'Est… Les personnages ne sont jamais faciles à avoir du premier coup, surtout pour des mecs qui savent pas catcher (coucou Titus!)

 

 

Got Milk?

 

 

Le main-event de ce soir oppose Drew McIntyre, qui semble avoir sa carte de membre de Superstars au moins jusqu'au prochain draft, à Zack Ryder, le Monsieur Superstars de la WWE : 23 participations depuis le début de l'année pour 14 victoires, et un grand nombre d'entre elles depuis que la WWE s'est penchée sur le Z! True Island Story.

 

Le match a été bon, sans grande folie, mais très correct. De par sa longueur (environ 17 minutes), il a permis de mettre en valeur les bagages techniques de chaque catcheur, en insistant sur le côté bagarreur et sur les soumissions de l'Ecossais – toujours hué – et sur le côté "semi-aérien" du Long Islandais – qui décroche des heats inimaginables pour un low-carder. Chaque catcheur a eu ses temps forts, mais Superstars est un show qui se joue à 4-5 matches, et où Zack Ryder gagne toujours à la fin, a dit un jour un fameux footeux anglais.

 

Ce fut d'ailleurs un joli finish qui acheva ce match. Grosse période de domination de l'Écossais, qui enchaina les droites et les clotheslines, et qui vit son Future Shock DDT contré en Zack Attack. Le match ne fut pas épique, mais se laisse tendrement regarder, comme un bon match de PPV, une nouvelle preuve (en fallait-il encore?) que les deux hommes sont bel et bien capables de viser plus haut.

 

 

Drew, un commentaire sur votre dépush?

 

 

En conclusion, un épisode de Superstars un peu en deçà du niveau des précedents numéros, même si celui-ci n'a franchement pas à rougir. On a vu des mecs qui en veulent, qui souhaitent quitter Superstars au plus vite, et qu'ils l'ont montré ce soir.

 

 

Les gestes de la soirée

 

La joie de vivre des Usos Bros, ponctuée par leurs superkicks à déraciner des chênes centenaires.

 

Les high-kicks de Tyson Kidd, auquel sa motivation à vouloir plaquer des mecs trois fois plus gros que lui et une barbe touffue lui auraient pu donner un billet parmi les 30 rugbymen canadiens.

 

La volonté de Drew McIntyre, dont les clotheslines avaient pour seul but de décapiter Zack Ryder et de prendre sa place dans son show, rebaptisé : D! True Ayr Story. Ce qui sonne moins bien, déjà.

 

 

Les antigestes de la soirée

 

Brodus Clay vs Lutteur local, épisode 7

 

 

Les questions et observations de la semaine

 

Le goût du spectacle et les Superkicks des Usos, l'arrogance de Curtis, l'agilité de Tyson Kidd, le saut carpé de McIntyre. Sympa, l'hommage rendu à Shawn Michaels.

 

Quand Kozlov ou Knox regardent catcher Ezekiel Jackson, est-ce qu'ils en rient ou en pleurent?

 

 

À la semaine prochaine, si vous le voulez bien! Et si vous voulez commenter Superstars (surtout que je ne pourrai pas faire ça tous les jeudis de l'année), n'hésitez pas!!! Merci d'envoyer votre CV et lettre de motivation et 5 euros hahahaha les pigeons!

 

 

Et d'ici là, ne sautez pas vos pauses café!

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut