Catch

Y a plus de saison

Since the first time I saw him in Suburban Commando I knew he was a phenomenal actor. Look at him, he’s the best !
Sting à propos d’Hulk Hogan, Impact Wrestling, 29 septembre

 

La TNA c’est comme la météo cette année : il a fait beau au printemps, l’été a été pourri, on n’y comprend plus grand chose ; mais ce début d’automne nous offre un petit été indien, et c’est pas désagréable !

 

 


Je ferai pas le main event de Bound For Glory mais au moins je suis en une des Cahiers du Catch, yeah !

 


Nalyse de Impact Wrestling 22-29 septembre

 


À quoi ça tient le booking ? C’est là qu’est tout l’art et l’intérêt du catch, quelques détails ratés ou réussis, des bonnes idées au bon moment, une alchimie délicate… Après trois mois globalement ratés, la TNA a eu la bonne idée de redresser le cap depuis quelques semaines, dans la perspective de ce qui est, ça tombe bien, son plus gros show de l’année : Bound For Glory le 16 octobre à Philadelphie.

 

Bon, soyons honnêtes, ce n’est quand même pas l’extase totale. Il y a toujours des trucs bof ou pas super bien foutus. Il y a, surtout, un écart entre les deux grosses histoires du moment, toutes deux destinées à nous mener en douceur à Philly bien sûr : le match de championnat du monde entre Kurt Angle et Bobby Roode, parfaitement bien préparé, et le match entre Sting et Hogan, qui lui pose problème.

 

 

Tu m’étonnes : après le Joker, Sting imite Columbo maintenant !

 


Je commencerai une fois n’est pas coutume par l’essentiel, à savoir donc la préparation du match de championnat. Depuis No Surrender, soit cinq semaines avant Bound For Glory, on sait que c’est Roode qui affrontera le champion Angle, après avoir remporté tant bien que mal le tournoi un peu bancal des Series. Bobby Roode est un très bon catcheur, populaire à travers les Beer Money, mais c’est un spécialiste du catch par équipe ; face à lui Angle fait figure de montagne, avec une expérience énorme et une place incontestée parmi les meilleurs catcheurs de sa génération.

 

C’est cette histoire somme toute classique que la TNA est en train de nous raconter, avec un talent et une application délectables. Les angles, les matchs, tout est excellent dans cette histoire. Dès l’Impact du 15 Angle avait mis au point ce qui ressemblait à un piège pour son adversaire : Roode allait devoir affronter semaine après semaine ses compagnons et amis de Fortune. Avec son booking des mauvais jours la TNA aurait pu faire de cette idée une catastrophe, avec des matchs prétextes à une foule d’événements imprévus, des trahisons et des turns à la pelle… Il n’en est rien et c’est heureux.

 

 


De toute façon tant que j’ai de la bière ça fait une bonne histoire.

 


Premier exemple avec une confrontation (verbale) entre Roode et Angle, le 22 septembre. Roode croit en sa chance, il va battre celui qu’il présente comme le plus grand catcheur de l’histoire. Angle de son côté tente de le déstabiliser : Roode doit affronter Daniels, qui n’a pas hésité à battre un peu en traître son ami AJ Styles à No Surrender – sous-entendu, il n’hésitera pas non plus à tricher pour battre Roode. Angle explique que Roode doit se méfier de tout le monde, y compris ses plus proches amis ; et c’est la musique de Beer Money qui résonne et accompagne l’arrivée de James Storm.

 

Stupeur, Angle aurait-il réussi à retourner le plus proche compagnon de son rival ? Le suspense est entretenu un instant, mais non bien sûr, Storm est loyal et se retourne vers Angle à qui il explique pourquoi Roode est prêt et va le battre le 16 octobre. Excellent segment : on fait croire à une trahison mais au contraire Roode en sort renforcé. En outre Bobby bénéficie du talent de Storm au micro, c’est parfait.

 

 


Ça lui va bien non ?

 


Le match, le même soir, entre Storm et Angle, sera un peu moins parfait : très bon dans son déroulement, il se termine hélas sans se terminer (une fin façon entertainment, ça m’agace toujours), avec Roode et Angle face à face après diverses interventions extérieures, d’Immortal d’abord, de Roode ensuite. Peu importe car le 29 c’est reparti pour une construction de qualité ! Dès la scène d’ouverture cette fois. Sting est dans le ring, son adversaire à lui c’est Hogan mais il lie les deux histoires : Hogan a lavé le cerveau d’Angle (allusion au énième turn d’Angle cet été), mais le plan de ce dernier ne marchera pas.

 

Il fait venir Roode, et le met parfaitement en valeur en expliquant qu’il sait qu’il peut battre Angle. Excellente performance de Sting pour le coup, qui s’est mis au service de Roode et du match de championnat à venir : fini les dingueries du Joker, ici on a une légende du catch, toujours à l’aise au micro, qui met en avant un challenger en quête du graal. Styles arrive à son tour pour encourager Roode. Ce soir c’est lui qui doit affronter Roode, et Angle en profite pour rajouter un élément à son piège : il affirme que si AJ gagne ce soir il aura un title shot après Bound For Glory, pas moins !

 

De fait quand le match arrive, la tension est bien là : AJ va se donner à fond dans le match, et qui sait s’il n’utilisera pas quelques moyens détournés pour parvenir à ses fins ? Résultat dix minutes plus tard, au terme d’une excellente rencontre remportée clean par Roode (par soumission), le challenger est plus que jamais crédible, et AJ en rajoute en l’encourageant encore après le match.

 


– Bobby, ça fait des mois que je me couche contre le premier venu et si ça se trouve Eric Young sera champion du monde avant moi. Tu veux finir comme ça ? Non ? Alors tu vas battre Angle, ok ?
– Promis AJ.

 


Et pour couronner tout ça il fallait une belle vidéo, et on l’a eue. Légèrement emphatique, mais pas plus ce qu’il fallait, et centrée sur la quête d’un Roode dont la présentation fait forcément penser à Rocky (BFG aura lieu à Philadelphie rappelons-le). Treize ans de carrière, de sacrifices, pour enfin toucher au but ultime et devenir champion du monde ; contre une légende, un catcheur en théorie bien meilleur que Roode mais que la détermination de ce dernier pourrait bien renverser…

 

Classique, mais parfaitement réalisé. Comme toute cette feud finalement, et on ne va pas s’en plaindre. Il reste deux semaines et il n’y a pas raison que la qualité de cette histoire diminue. C’est franchement un plaisir de voir un « simple » match pour le titre, puisqu’il ne s’agit bel et bien que de ça, être aussi bien préparé. Dans le catch moderne les titres changent souvent de porteur et un match de championnat n’est plus un événement en soi. Ici pourtant c’est le cas et ce match est présenté comme un événement majeur, quasi historique. On se prend à rêver que les matchs de championnat dans le catch soient moins fréquents et préparés aussi bien que celui-là !

 

 


Le building du prochain champion a déjà commencé.

 


L’autre gros morceau de la préparation de BFG, c’est cet affrontement entre Sting et Hulk Hogan ; et là hélas, c’est beaucoup moins bon. Cette histoire est une drôle d’idée dès le départ, menée en outre de façon très contestable. Pour les faits, rappelons qu’après avoir battu Ric Flair (Impact du 15) Sting a gagné le droit d’affronter Hogan, ce que ce dernier souhaitait éviter plus que tout. Lors de l’opener du 22 il tente ouvertement d’échapper à ce match, expliquant qu’il n’est pas en état – argument balayé par Sting qui envoie des images de beatdowns récents que le Hulkster lui a infligés.

 

Bischoff tente d’intervenir mais Sting l’envoie vite au tapis. Les deux affreux se demandent comment ils vont se tirer d’affaire, et Hogan annonce qu’il fera la semaine suivante une annonce qui réglera le problème. Le 29 donc, fil rouge pendant tout le show : on voit Hogan souffler, visiblement préoccupé par son annonce ; Flair l’engueule en disant qu’il ne peut pas faire ça – sans que l’on sache encore ce qu’est ce ça. Pour cela il faudra attendre la fin du show, la dernière séance ; oui, après le très bon AJ/Roode cité plus haut…

 

 


C’est normal, à son âge Hogan a besoin de deux heures pour arriver jusqu’au ring.

 


Et l’annonce d’Hogan la voilà : il prend sa retraite ! Événement majeur qui va bouleverser tout le monde du catch, n’ont cessé de répéter les commentateurs toute la soirée… Vous ne vous êtes pas sentis bouleversés vous ? Bah non, et c’est normal parce que cet événement n’en est pas un. Hulk Hogan, l’homme qui symbolise le catch à lui tout seul ou presque, annonce sa retraite et tout le monde s’en fout. C’est bien qu’il y a un problème dans la façon dont on nous raconte cette histoire.

 

Pour tout dire la TNA n’a pas exactement fait en sorte que ce soit un événement majeur. Certes discours d’adieu il y a eu, avec quelques sanglots écrasés au moment où Hogan a évoqué les fans, les seuls à ne jamais l’avoir laissé tomber. Mais la mise en scène de ce discours équivalait à un avertissement « c’est pour de faux » : des plans de Sting étaient insérés pendant le discours, d’abord il regardait simplement un écran, mais ensuite il s’adressait à la caméra pour se moquer du numéro d’acteur d’Hogan.

 

 


Sting c’est quand même autre chose, ici sa fameuse interprétation de d’Artagnan.

 


L’émission s’est même terminée non sur Hogan (une légende qui venait d’annoncer sa retraite, donc), mais sur Sting ! Le détail qui tue. Il y en a un autre : sur le site officiel de Bound For Glory, le match est annoncé et programmé, sous l’intitulé « the Immortal battles the Icon ». Bref, c’est du flan et Hogan ne se livre à ce petit jeu que pour tenter par tous les moyens d’esquiver le défi de Sting.

 

Vous me direz, même sans ces détails une telle annonce dans ce contexte ne pouvait sonner que comme un élément de storyline et vous aurez raison bien sûr. Mais ici la TNA joue maladroitement avec le vrai et le faux, résultat on n’est pas pris par cette histoire. Autant sur la construction du Angle/Roode on suspend sans peine son incrédulité, autant sur cette histoire on ne voit que trop les grosses ficelles du booking, que le marionnettiste ne tente d’ailleurs même pas de camoufler…

 


Ah mais si si, j’arrête vraiment ! Regardez, je pleure presque là, c’est bien la preuve non ?

 


Parce que le problème avec ce match, c’est que a priori on n’a pas envie de le voir. Hogan n’est plus un catcheur actif, et de ce qu’on en sait son corps est en très sale état. Sting lui a toujours le niveau, mais pas assez quand même pour tenir un match sur ses épaules contre un adversaire handicapé. Quand on voit ce qu’a donné le Sting/Flair, où Ric a souffert mille morts pour reprendre son souffle après le moindre effort, on n’a pas très envie de voir un match de ce genre lors du plus gros show de l’année.

 

Quitte à aller au bout de cette idée à la con, il aurait fallu nous donner envie de voir ce match, nous donner des éléments nous faisant penser qu’il pouvait être un spectacle intéressant (au-delà du statut des deux participants ; ce sont des légendes bien sûr, mais la question n’est pas là). Mais non, la TNA semble avoir considéré comme acquis que le public voulait voir ce match, et est partie dans une construction pleine de rebondissements et de « surprises ». C’est à mon avis une erreur, et ce match a pour l’instant plus de chance de ressembler au Bret Hart vs Vince McMahon de WM 2010 qu’à un vrai match, ce qui n’est pas une référence.

 

 


Et l’an prochain ce sera encore mieux !

 


Outre ces deux gros morceaux, what else comme dirait l’autre, vous savez celui qui sort avec Stacy Keibler, l’heureux homme ? Eh bien plusieurs autres matchs qui se mettent en place petit à petit, avec dans la foulée du championnat du monde des constructions dans l’ensemble bien anticipées. Enfin, pas toujours.

 

Pour le titre par équipes par exemple, les champions en titre, Mexican America, devraient affronter Ink Inc. – il y a eu un segment lors de chacun de ces deux Impact, les punks ont attaqué dans un salon de tatouage les Mexicains, qui leur ont rendu la pareille la semaine suivante. Le service minimum en somme, pour un match absolument pas emballant. Entre les blessures et les équipes séparées volontairement il ne reste pas grand chose côté tag…

 

 

Allô Arn ? Je viens d’avoir une super idée, on va reformer les Horsemen vieux ! Allô ? Allô ?

 


Du côté des filles en revanche on a un match construit et annoncé bien à l’avance. Après Velvet Sky, Mickie James et Madison Rayne ont gagné le droit de rejoindre Winter pour le match à quatre qui déterminera la nouvelle championne à Bound For Glory. Il reste deux semaines pour préparer ce match, c’est presque du luxe au vu du peu de soin apportés aux divers affrontements Winter/Mickie de l’été !

 

Si la victoire de Mickie contre Tessmacher le 22 a été assez oubliable, le match du 29 entre Madison et Tara a lui été particulièrement amusant. Aux deux adversaires, dont on nous a rappelé bien sûr les relations tumultueuses depuis un ou deux ans, s’est ajouté ce bon vieux Earl Hebner qui a joué un rôle important dans le match. À chaque fois que je le vois arbitrer je ne peux m’empêcher de penser au screwjob de Montréal, mine de rien c’est un bout de l’histoire du catch ce type, ce n’est pas rien.

 


– Earl, racontez-moi le screwjob !
– C’est à dire, on a un match là quand même…

 


Bref, Hebner donc a été avant et pendant le match la cible de tentatives de séduction très tactiles de la part de Madison. Il a d’abord semblé entrer dans le jeu de la reine des abeilles, qui en profitait pour porter des coups en douce à Tara ; mais finalement son intégrité a pris le dessus (Hebner, intégrité… je vous avais dit que c’était amusant) et il s’est rendu compte du manège de Madison.

 

La victoire est donc revenue à… Madison, qui a tant que bien mal gagné le match en s’appuyant des jambes contre les cordes. Pas un grand match technique donc, mais un moment amusant et très bien raconté par les trois participants.

 


– S’il vous plait Earl, racontez-moi ; vous pouvez compter en même temps si vous voulez.
– Bon d’accord, un, tout ça c’était une idée de Vince, deux, moi je suis un type sympa en fait, trois.

 


Puisqu’on en est aux Knockouts il faut aussi parler de Karen Jarrett, leur nouvelle responsable. Elle est insupportable  et tyrannique, bref elle joue très bien son rôle. Mais j’en parle parce qu’une feud parallèle est en train de sortir de là. Alors que Karen demandait à Miss Tessmacher et à Tracy Brooks de se couvrir davantage parce que la TNA n’est pas un bordel, Kazarian est intervenu en se demandant pourquoi dans ce cas Karen s’habillait comme une « madame », en français dans le texte. Résultat la semaine suivante Jeff Jarrett s’en est pris à Kazarian, à qui il a en outre reproché son ingratitude. On verra si cela aboutit à un match à BFG.

 

Idem pour la feud entre Devon et le Pope D’Angelo Dinero. Alors que Pope affrontait Mr Anderson les enfants de Devon sont intervenus et ont permis à Pope de l’emporter ; Devon n’a pas du tout apprécié et semble à nouveau ne pas apprécier la mauvaise influence de Pope sur ses rejetons. J’en ai déjà parlé mais cette feud est étrange, elle a commencé à Xplosion (le show B très confidentiel de la TNA) et continue ponctuellement à Impact, résultat le spectateur est prié de boucher les trous dans la narration… Bizarre.

 


Sinon moi je veux bien avoir deux minutes d’antenne en plus, pas de souci.

 


Mr Anderson donc, dont vous savez que je suis un grand fan. Il doit affronter Bully Ray à BFG, son ancien et éphémère camarade au sein d’Immortal. Il y a de quoi faire un bon match ; sa construction tient la route mais Anderson mériterait plus d’exposition. Le 22 il devait affronter, avec RVD, Ray et Jerry Lynn (RVD et Lynn doivent aussi s’affronter à BFG). Mais RVD a été retrouvé inconscient en coulisses, résultat Anderson s’est retrouvé dans un match handicap dans lequel il a été très bien mis en valeur. Il a longtemps tenu la dragée haute à ses deux adversaires, même si Ray a réussi à l’emporter grâce à un coup en traître avec sa chaîne. Idem le 29, dans le match contre Pope donc, où Ray est venu assommer Anderson en profitant de la distraction causée par les enfants de Devon.

 

Autre talent trop souvent mal exploité, AJ Styles est lui finalement parti en feud contre Christopher Daniels. Ce dernier se moque d’AJ depuis qu’il l’a battu à No Surrender et explique qu’il n’a plus rien à prouver, refusant par exemple d’affronter Roode comme prévu. La confrontation entre les deux amis s’est finie en une monumentale baston qui s’est poursuivie en coulisses, Kazarian tentant en vain de calmer les deux hommes. AJ et Daniels se retrouveront très certainement à Bound For Glory, espérons qu’ils auront le temps nécessaire à un grand match et qu’il ne se terminera pas en eau de boudin comme le précédent.

 

 


Avoir un bon copain, voilà ce qu'il y a de meilleur au monde.

 


Anderson, Styles… et Samoa Joe bien sûr, pour finir le tour des talents qui n’ont rien à faire en midcard. Crimson est revenu le 29, Joe lui a expliqué qu’il pouvait s’estimer heureux de pouvoir de nouveau marcher, mais que finalement il était content de son retour parce que sinon il n’aurait plus eu de « bitch » à maltraiter… Baston ! Les deux hommes se sont bien sûr foutu sur la tronche après ce sympathique échange, Matt Morgan intervenant pour aider Crimson et faire partir Joe. Comment ces hommes seront-ils présent à BFG, c’est encore un mystère…

 

Idem pour Jeff Hardy d’ailleurs, qui continue de hanter les couloirs de la TNA et de discuter avec tel ou tel, généralement sur le thème « ok pour que tu reviennes, mais c’est ta dernière chance ». Angle, lui, a affirmé qu’il ne voulait pas du retour de Jeff, qui lui a rétorqué qu’il disait ça parce qu’il avait peur de lui ; un retour en main event à prévoir ? On verra, la question bien sûr étant surtout de savoir si Jeff Hardy est vraiment sorti de ses problèmes d’addiction et ne risque pas à nouveau de partir en vrille.

 

 


C’est dur à savoir, personne ne l’a jamais vu clean avant.

 


Reste la X Division. Depuis Destination X en juillet elle ne s’en sort pas trop mal. Elle a retrouvé une place régulière dans les shows, bénéficie de la mise en avant de plusieurs catcheurs, de vrais storylines ; mais doit quand même se contenter d’un temps d’antenne réduit et des débuts de show, premier ou deuxième segment après l’opener.

 

Le 22 septembre Austin Aries a pour la première fois défendu son titre, contre Jesse Sorensen qu’il a battu non sans une distraction causée par Kid Kash. Et le 29 le champion était aux commentaires pour le match devant désigner son challenger à Bound For Glory, un Ladder Match entre Zema Ion, Alex Shelley, Brian Kendrick, Jesse Sorensen et Kid Kash. C’est l’ancien champion, Brian Kendrick, au look toujours aussi improbable, qui l’a emporté.

 

Deux bons matchs, avec de beaux mouvements, bien racontés… Mais, hélas, trop courts ! Cinq minutes pour un match de l’échelle à cinq participants c’est bien trop peu, et le match s’est terminé alors que le rythme commençait à s’installer. Le renouveau de la X Div n’est donc pas complet, certes elle est présente ce qui n’était plus le cas avant mais sa place dans les shows reste marginale. Dans un long show comme BFG espérons quand même qu’on leur donnera le temps nécessaire !

 

 


Les types de la X Div savent vraiment tout faire !

 


Alors, chaud, l’été indien de la TNA ? Disons que ce n’est pas la canicule mais que c’est du bon boulot. Le main event est parfaitement mis en avant et il est très rare de voir un match de championnat aussi bien construit. Les autres matchs de championnat sont connus, et avec encore deux numéros d’Impact il y a de quoi les bichonner encore un peu plus. Reste ce Sting/Hogan, un drôle de match bizarrement raconté qui occupe beaucoup d’espace et devrait en occuper de plus en plus d’ici le 16 octobre. Je regarderai les deux derniers shows préparatoires avec plaisir, en espérant que les états d’âme et les éternels tours pendables du Hulkster ne viennent pas gâcher une Road to Bound For Glory jusqu’à maintenant plutôt réussie.

 


Carte provisoire de Bound For Glory

 

TNA WORLD HEAVYWEIGHT CHAMPIONSHIP
(c) Kurt Angle vs. Bobby Roode

 

THE IMMORTAL BATTLES THE ICON
Hulk Hogan fights Sting


FULL METAL MAYHEM
Rob Van Dam vs. Jerry Lynn

 

CHALLENGE MATCH
Mr. Anderson vs. Bully Ray

 

WORLD TAG TEAM CHAMPIONSHIP
(c) Mexican America vs. Ink Inc

 

X DIVISION CHAMPIONSHIP
(c) Austin Aries vs. Brian Kendrick


KNOCKOUTS CHAMPIONSHIP
(c) Winter vs. Mickie James vs. Velvet Sky vs. Madison Rayne

 


Pitié petit Jésus, faites que je ne me réveille pas avant le 16 je vous en prie !

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut